Appel solennel des cheminots en lutte aux partis politiques de gauche

Appel solennel des cheminots en lutte aux partis politiques de gauche

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Fred TRONCHE a lancé cette pétition adressée à pcf et à

Appel solennel des cheminots en lutte aux partis politiques de gauche ….

 

Le gouvernement a tout tenté (y compris l’utilisation d’arguments mensongers) pour convaincre les salariés, et plus largement la population, du bien-fondé de son projet de réforme des retraites. Les cheminots, avec d’autres secteurs d’activité, sont en grève reconductible depuis plus d’un mois, et ce en bénéficiant d’une opinion publique qui s’affirme comme majoritairement favorable à la mobilisation en cours et qui soutient la grève. La détermination à gagner le retrait du projet est toujours intacte.

La seule question des retraites ne saurait pour autant expliquer la hauteur inédite du front uni des citoyens. La colère et l’indignation ont des sources plus profondes. Les ras-le-bol exprimés sont multiples :

·        Le déséquilibre grandissant concernant la répartition de la richesse créée entre le capital et le travail

·        Perte de sens du travail (donnez-nous les moyens d’assurer correctement notre travail),

·        Conditions de travail,

·        Et en lame de fond, toutes les questions liées au droit à vivre (pouvoir d’achat, existence et qualité des services publics, accès à l’éducation et aux loisirs, prise en charge de la dépendance, droit au logement, à se déplacer, à se faire soigner …).

Cette colère se double d’une indignation au regard de l’incapacité d’écoute dont font preuve les dirigeants des institutions et des entreprises. L’éloignement des lieux de décision dans des forteresses, et le contenu des stratégies déconnectées des réalités quotidiennes tant personnelles que professionnelles n’ont fait qu’exacerber ce phénomène. Ces sentiments sont d’autant plus prégnants qu’ils s’ajoutent à la crainte que les choix politiques du capitalisme et de ceux qui prétendent en gommer ses aspérités ou l’accompagner, ne nous amènent à une destruction irrémédiable de notre écosystème.

Dans ce contexte, converger devient le leitmotiv de ceux qui luttent. Mais la convergence, tout comme la grève générale, ne se décrète pas. Elle se construit.

La convergence est un combat de tous les jours. Elle n’est pas l’agrégation des revendications ni le rassemblement des egos. Elle se bâtit sur une ligne directrice claire, portée de façon cohérente par ceux qui sont mis en responsabilité. Là où nos adversaires s’évertuent à fracturer le front de la résistance, il devient coupable de céder à un aventurisme qui passe par la chasse aux strapontins du pouvoir, ou à la recherche d’une hégémonie sur les autres courants de pensée. Avoir raison seul, c’est avoir politiquement tort.

Si les cheminots dans les luttes, arrivent à fédérer les salariés c’est parce que face à l’adversité nous nous concentrons sur l’essentiel, faisant taire nos différences le temps du combat. L’important est moins le leadership de telle ou tel, mais bien la construction d’un rapport de force qui passe par le rassemblement de l’ensemble du salariat.   

 Ce rapport de force ne se fait pas sans mot d’ordre. Pour autant, nous sommes amenés à faire un constat amer. Nos luttes, aussi belles et justes soient elles, se fracassent du fait que la sphère politique ne se hisse pas à la hauteur des enjeux. Cela est dû aux guerres intestines et à l’incapacité de ses dirigeants de développer un discours cohérent et de donner des perspectives claires.

Il devient donc urgent de donner UN débouché politique aux luttes.

Dans la période, il nous faut une alternative politique pour transformer la colère en espoir. Parce que notre indignation, nos colères, nos luttes seraient vouées à l’échec si elles en restaient simplement à des postures négatives.

Si la lutte est en soit un espoir :

Nous cheminots en lutte vous demandons de mesurer quelle serait la conséquence d’une réponse politique inorganisée ne répondant pas à cette exigence.

Nous, cheminots en lutte pensons que la situation dans laquelle se trouve les citoyens exige une réponse politique efficiente. Celle-ci se doit de s’inscrire en positif avec des propositions claires issues des revendications du mouvement social. Il faut qu’elle soit positive. C’est ça l’alternative politique. Ce projet doit être pensé collectivement pour être porté collectivement. 

Nous, cheminots en lutte avons fait l’expérience que s’il y a volonté collective, alors collectivement nous trouverons le chemin.

Nous cheminots en lutte en appelons à la responsabilité des partis politiques de gauche pour donner corps à cette alternative politique tant dans les aspects programmatiques, que pour les futures échéances électorales.

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !