Decision Maker

Martine Aubry

  • Maire de Lille

Does Martine Aubry have the power to decide or influence something you want to change? Start a petition to this decision maker.Start a petition
Petitioning MARTINE AUBRY MAIRE DE LILLE (Maire de Lille)

NON à l'ouverture d'un bar d'identitaires en plein centre de Lille. POUR sa fermeture.

JUSTE UN MOT: INADMISSIBLE.... http://www.lavoixdunord.fr/region/les-identitaires-ouvrent-la-citadelle-un-bar-prive-en-ia19b0n3722092 Les identitaires ouvrent la Citadelle, un bar privé en plein cœur de LillePUBLIÉ LE 09/09/2016 PAR SÉBASTIEN BERGÈS La Citadelle, un club privé douillet comme un estaminet flamand, sera inaugurée le 24 septembre à deux pas de la Grand-Place. Génération identitaire, mouvement de jeunesse d’extrême-droite, aura désormais pignon sur rue. C’est un estaminet douillet, avec son comptoir patiné, son chapelet de chopes, ses jeux traditionnels, ses affiches rétro, ses poutres apparentes, sa petite terrasse dans un patio. Ce serait, oui, un estaminet tout ce qu’il y a de plus classique sans ce sweat-shirt « Génération anti-racaille » exposé dans un coin, au-dessus d’une vitrine regroupant des ouvrages de références, tels « Immigration : la catastrophe » ou « Sale blanc ! ». Ce bar cosy du Vieux-Lille est le nouveau QG de Génération identitaire Flandre-Artois-Hainaut. « Le syndicat de défense des petits blancs », résume dans un sourire son responsable. « On ne peut pas être français sans être blanc » Pas mécontent, Aurélien Verhassel. En 2014, au sortir d’une médiatique opération de « sécurisation » du métro, le trentenaire l’avait promis : Génération identitaire allait se doter d’un pied-à-terre lillois. Mission accomplie dès janvier 2015 et la location d’un immeuble de cachet au cœur de la ville. Le cercle privé, accessible sur adhésion, sera inauguré le 24 septembre prochain, après 18 mois de travaux. Le dogme ethnique des identitaires, pour qui « on ne peut pas être français sans être blanc, sauf exception », n’a visiblement pas refroidi le propriétaire. « Quand on voit GI par le prisme médiatique, on peut être inquiet, mais dès qu’on explique, ça détend l’atmosphère », affirme Aurélien Verhassel, orateur efficace et décomplexé, capable de citer Aimé Césaire comme Robert Ménard à l’appui de ses démonstrations. Pour son QG lillois, le mouvement de jeunesse « flamand, français et européen », violemment anti-immigrés, a choisi le nom de « Citadelle ». Dans la ville de la reine des citadelles, le symbole s’imposait : « Une citadelle, on s’y retranche quand on est assiégés, mais on peut aussi y lancer la reconquête. » Pour les identitaires, obsédés par le concept de « grand remplacement » en vogue dans l’extrême-droite, Roubaix est ainsi une ville «occupée par les populations étrangères ». Banalisation Ces thèses, Aurélien Verhassel voit avec satisfaction leur banalisation. « L’éveil des consciences, inexistant il y a quinze ans, est certain aujourd’hui, on recrute beaucoup depuis deux ans. L’histoire nous donne raison. » Le climat politique aussi, sans doute. L’identitaire ne se prive pas du plaisir de ressortir une affiche maison barrée du slogan « On ne recule plus », désormais adopté par les Copé et autres Sarkozy. « Ce sont nos porte-paroles », rigole Verhassel. Qui n’en préfère pas moins l’original à la copie et assurera à Marine Le Pen, l’an prochain, le soutien de la Citadelle lilloise. De coups d’éclat en coups de comm’ Depuis sa naissance, en 2012, et l’occupation du chantier de la mosquée de Poitiers, Génération identitaire affiche un goût pour les happenings et un talent certain pour la comm’. Le premier contact des Lillois avec le mouvement remonte à mars 2014. Vêtus de gilets jaunes, plusieurs dizaines de militants descendent dans le métro pour des « tournées de sécurisation », dites aussi « patrouilles antiracaille », sous la conduite d’Aurélien Verhassel. Un leader parlant bien et portant beau, formé à l’école du Front national de la jeunesse, et qui poussera la provoc‘ jusqu’à proposer les services des identitaires à la préfecture et à Transpole. Depuis ce coup d’éclat, les troupes d’Aurélien Verhassel, 300 militants revendiqués dans la région, se sont distinguées en grimpant sur le toit de la gare d’Arras (en août 2015) pour exiger « l’expulsion des islamistes » ou en barrant l’accès de la Jungle de Calais aux migrants (en mars 2016). De la soupe... mais pas pour tous Dans la capitale des Flandres, les identitaires ont continué d’occuper le terrain, notamment avec leurs « tournées solidaires » auprès des sans-abri. La différence avec les maraudes traditionnelles ? Leur soupe à eux n’est pas pour tout le monde. « On aide les nôtres », traduit A. Verhassel. Pas les Français, puisque GI ne fait pas grand cas du droit du sol, mais bien les « blancs » ou identifiés comme tels. Malgré ce CV en forme de chiffon rouge, le responsable de GI Flandre-Artois-Hainaut assure ne pas redouter la réaction des antifascistes sur la Citadelle, son nouveau QG lillois. « On est en France, un État de droit, on est déclarés en préfecture. Pourquoi des asociaux nous attaqueraient ? » C’est vrai, pourquoi ?      

Joe DABIT
70,482 supporters
Petitioning Martine AUBRY

Laissez-les faire la manche dans les couloirs du métro (Lille)

Ils sont nombreux à faire la manche dans les couloirs du métro, à Lille Flandres notamment. Invisibles aux yeux des passants, bien souvent, ils n'interpellent personne, prennent juste les pièces qu'on leur donne. Pourtant, de manière quasi quotidienne, Transpole s'octroie le droit de verbaliser des personnes SDF qui souhaitent juste rester au chaud (ou à l'ombre en été) pendant qu'ils font la manche. Ils poussent dehors des hommes et des femmes dont le lieu habituel de manche n'est pas la rue, avec des conséquences lourdes sont leur quotidien : risque de conflits avec d'autres SDF, perte des "donateurs" habituels, voire problèmes de santé. Au delà de l'iniquité du geste, c'est aussi son absurdité qui frappe. Est-il censé de donner à une personne sans revenu, vivant à la rue, des amendes de 200€ qu'il ou elle ne pourra jamais payer ? Et ce tous les jours ? Est-il normal de s'en prendre à celles et ceux qui se taisent pour tenter de survivre, en fermant les yeux sur les bagarres, le harcèlement voire les agressions sexuelles et les trafics, bien plus nombreux dans les couloirs du métro ? Pour cette raison, nous avons décidé de lancer cette pétition, que nous présenterons à l'agence Transpole et à la mairie de Lille. Nous voulons que les personnes sans abri puissent faire la manche dans les couloirs du métro sans être mis dehors, si ils respectent comme tou-te-s les usager-e-s les règles de base : ne pas être en plein milieu d'un passage, ne pas interpeler les passant-e-s de manière agressive... Règles qu'ils respectent, pour la plupart. Nous demandons que les agent-e-s Transpole se focalisent sur les réels problèmes, ceux liés l'insécurité dans les transports, plutôt que de s'en prendre, en groupe, à des personnes qui ne font rien d'illégal. Pour cela, nous avons besoin de vos signatures.

Mathilde BERG
31,566 supporters
Petitioning Mairie de Lille, Martine Aubry, Préfecture du Nord

Pollution Lille // Pour que la Mairie de Lille agisse !

Par cette pétition, incitons la Maire de Lille à agir auprès de la Préfecture du Nord pour lutter contre la pollution et mettre en oeuvre un plan d'actions efficace. Les pics de pollution battent tous les records dans la région, et personne ne semble s'en soucier. Il en va de notre santé et celle de nos enfants. Obligeons les pouvoirs publics à ouvrir les yeux et prendre leurs responsabilités face à cette situation sanitaire catastrophique.  Et ce n'est pas qu'une histoire de "bobos" !Habiter Lille, c'est aussi :- développer des maladies chroniques (sinusites, allergies, asthme..) en un temps record, clairement associées à la pollution par le corps médical ;- des temps de trajet qui peuvent dépasser les 3h par jour, alors qu'on habite à même pas 10 kms de son lieu de travail ;- avoir des enfants qui ont interdiction de courir à la récréation ;- des espaces verts très très limités et centralisés ;- circuler sur une des autoroutes les plus dangereuses de France ;- une circulation difficile et dangereuse pour les cyclistes. Cette pétition est un acte citoyen, qui a pour objet de soutenir l'action des différentes associations et/ou des responsables politiques qui luttent déjà pour la cause. "Pour la 4e fois de l'année, le seuil des 50 µg/m3 de particules dans l'air a été franchi. C'est à partir de ce seuil de PM10, comme on les appelle, que les pouvoirs publics sonnent l'alerte. PM10 désigne les particules de poussières polluantes dont le diamètre est inférieur à 10 micromètres. Mais là n'est pas le plus grave. Parmi les poussières de moins de 10 micromètres, on trouve aussi les poussières encore plus fines dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres. Ce sont les PM2,5. Elles sont encore plus dangereuses pour la santé humaine mais il n'y a pas de seuil les concernant pour alerter les populations. En 2018, les mesures effectuées par la station Lille-Fives, proche du périphérique lillois, montrent que les PM2,5 ont dépassé les 25 µg/m3 60 fois cette année, alors que l'OMS recommande de ne pas franchir cette limite plus de 3 fois dans une année" https://www.franceinter.fr/environnement/nouveau-pic-de-pollution-aux-particules-tres-fines-a-lille-et-c-est-la-soixantieme-fois-cette-annee?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR2Ucgapkx6JWjx-0cBTFIH6qe-lwAq3XCXpwOBUHmkZFj0h8BmAsVbRa6o#Echobox=1544784246 Pour plus d'informations sur les relevés atmosphériques, vous pouvez visiter le site de ATMO Hauts-de-France http://www.atmo-hdf.fr

Johnny JANE
8,810 supporters
Closed
Petitioning Conseil Municipal de la mairie de Lille, Françoise ROUGERIE GIRARDIN, Martine Aubry, Marion GAUTHIER

Pour l'égalité des droits d'inscription au Conservatoire de Lille

« Le conservatoire de Lille dans la tourmente » Les parents d’élèves du Conservatoire de Lille sont actuellement dans la tourmente après la décision du Conseil Municipal du 31 mars dernier : La Ville de Lille estime ne plus devoir prendre en charge le coût des élèves en 1er , 2nd cycles et hors cursus non-résidents à Lille, Lomme ou Hellemmes, exceptés certains instruments et disciplines « rares ». Cette décision inattendue concerne non seulement les futurs élèves désireux de commencer la musique dans un établissement dont la réputation n’est plus à faire, mais aussi les élèves actuellement inscrits.  Ils seront près de 200 à devoir quitter brutalement le Conservatoire en cours d’étude.  Ces 200 élèves n’auront que 3 options : • Quitter brutalement le Conservatoire de Lille • Payer la somme de 1866 euros, correspondant à un coût moyen d’un élève.  • Faire signer par leur commune une convention de prise en charge. (Or, presque toutes les municipalités interrogées ont refusé de financer cette somme.) Les parents et les élèves dénoncent un coup de force de la Ville de Lille. Cette mesure prend en otage plus de 200 familles désemparées ainsi que les futurs inscrits. Devant cette situation dramatique, les parents d’élèves et les élèves majeurs ont décidé de saisir la justice par une procédure de référé-suspension avec le concours de Me Manuel Gros et Me Marie-Anne Dreszer. Soutenez-nous dans notre action, soutenez l'égalité d'accès à l'enseignement artistique, soutenez la diffusion de la culture ! 

Les usagers du Conservatoire de Lille
4,729 supporters
Petitioning Martine Aubry, Jean-François CORDET

LILLE: POUR des Cirques SANS Animaux

Nous demandons à notre mairie ainsi qu'à la préfecture, de refuser l'accueil des cirques présentant des animaux. Aujourd'hui plus d'une cinquantaine de villes en France se sont engagées à ne plus accueillir de cirque avec animaux comme par exemple la ville de la "ciotat"(13600)  (interview sur Europe 1: https://www.youtube.com/watch?v=QlHsV_RKgOA) L’article L214.1 du code rural « Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce » Le dressage, les transports, l’exhibition en public et l’enfermement sont des pratiques allant l’encontre des besoins naturels des animaux, leurs réactions face à ces conditions de détention sont principalement la folie (état dépressif, amorphe et troubles du comportement) ; la fuite ; l’attaque et l’agressivité envers des humains Les enfants aiment les animaux, or il est odieux de leur fairecroire que les animaux sont heureux, dans les cirques.De plus, ces spectacles d'animaux sont vraiment anti-pédagogiques. Le mélange d'espèces de milieux différents, la présentation dans des postures inadaptées, dans un milieu artificiel, avec une relation animal/humain faussée donnent à l'enfant une vision erronée du monde animal.. Le maire est en droit de refuser l’installation d’un cirque sur sa commune que ce soit sur un terrain public ou privé. Il est l’autorité compétente pour prendre et faire respecter les mesures nécessaires au maintien de l’ordre, de la sécurité, de la tranquillité et de la salubrité publics sur le territoire de sa commune. Il peut refuser à un cirque le droit de se produire dans sa commune s’il estime qu’il existe un risque d’atteinte aux règles de police qu’il est censé faire appliquer. La police municipale et la gendarmerie ont pour objet d’assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publique, notamment la sûreté et le passage dans les rues et voies publiques, le soin de réprimer les atteintes à la tranquillité publique, le maintien du bon ordre dans les lieux publics, etc. À ce titre, elles peuvent constater par procès-verbal, un manquement aux règles et en déférer au maire afin de faire respecter les lois et les codes, notamment ceux qui évoquent la protection animale de faune domestique ou sauvage en matière de cirque, par arrêté municipal (code général des collectivités territoriales, art. L.2212-2 et suivants) ou bien encore environnemental par la loi Barnier du 02 février 2015 relative à l'affichage non commercial en dehors des emplacements destinés à cet effet, soit l’affichage SAUVAGE (arbres, panneaux de circulation routière, feux...)= 750€ d’amendes. Ainsi que sur la législation en vigueur avec la diffusion d'affiches et flyers= 3750€ d’amende (L.29 juillet 1881).   Il n'est pas question de rejeter les merveilleux numéros de clowns, d'acrobates, ou de magie…Les prouesses des artistes sont extraordinaires. Les nouveaux cirques démontrent parfaitement que l'art circassien peut facilement se passer du monde animal.   « Lorsque je regarde des animaux tenus captifs dans les cirques, cela me fait penser à l’esclavage, à la domination et à l’oppression que nous avons combattus pendant si longtemps. Ils portent les mêmes chaînes et les mêmes fers. Les animaux et les humains souffrent et meurent de la même façon. La violence cause la même souffrance, le même flot de sang, la même puanteur de la mort, le même arrêt brutal de la vie, arrogant et cruel. Nous n’avons pas à y prendre part. » Dick Grégory, militant des droits civils auprès de Martin Luther King   Texte produit avec l’aide du CLAC et du Guide de Code Animal 

CLAC-collectif de libération DES ANIMAUX DANS LES CIRQUES
1,112 supporters
Petitioning Xavier Bertrand, Damien Castelain, brigitte liso, Martine Aubry, sebastien lepretre, Jean DELEBARRE, Daniel JANSSENS, Rose-Marie HALLYNCK, Alain DETOURNAY

Un avenir ferroviaire pour Comines-Lille !

Madame, Monsieur, Malgré notre première pétition il y a 2 ans (ayant réuni près de 500 signatures), nos doutes étaient bien réels : la ligne TER Comines-Lille était bien menacée de fermeture. A la fin de cette année 2019, ce sera fait : la ligne va disparaitre des plans horaires de la SNCF. Celle-ci établissant son nouveau programme "TER 2020" en a profité pour rayer de la carte notre ligne et laisser les usagers sur le quai. Vous, Maires, Elus de la région et de la MEL, avez financé à hauteur de 200 000€ une étude pour décider d'un avenir pour l'axe Lille-Comines. Ceci après 20 ans déjà d'études pour y faire un Tram-Train. Dans le même temps, la MEL réalise en ce moment son schéma directeur des infrastructures transport à horizon 2035. Début Mai 2019, un article de la Voix du Nord révèle que le scénario qui serait favori à la suite de l'étude, est la mise en place d'une ligne de bus sur l'emprise de la ligne SNCF. Nous, usagers de la ligne, usagers d'Ilevia, habitants des communes desservies par la ligne TER et ses alentours, disons NON à ce scénario pour les raisons suivantes : - Un bus se retrouvera bloqué dans la circulation aux abords de Lille. Ce n'est pas entre Comines et La Madeleine qu'il perd de la vitesse, mais juste après la gare de La Madeleine. Les temps de parcours seront similaires à ceux de la Liane 90, c'est à dire plus du double d'une liaison ferroviaire. - Un bus offre moins de confort : fini de travailler sur PC ou de faire ses devoirs sur les tablettes dans le train, fini d'emporter son vélo à bord, inconfort de la voirie routière, service interrompu en cas de neige, retards et déviations, ... - Dans les arguments contre l'établissement d'une ligne de tramway : il faudrait passer le Mongy en voie normale ! Or, il est possible de laisser le Mongy (Lille-Roubaix-Tourcoing) en voie "métrique" et de faire également une voie métrique entre Comines et Lille. L'infrastructure est à refaire de toute façon car non entretenue depuis des dizaines d'années par RFF et SNCF Réseau. - Argument supplémentaire : un tram urbain léger serait moins cher qu'une infrastructure tram-train en voie normale. Enfin, dans l'hypothèse où nous voudrions pouvoir faire circuler sur cette ligne des trams urbains et des trains vers la Belgique, les deux lignes étant indépendantes, il est possible d'envisager du métrique et de la voie normale sur une même agglomération (comme il en existe à l'étranger sans gêner l'exploitation et les coûts d'investissements et d'entretiens). - L'exploitation d'un tram léger ne coute pas forcement plus cher que l'exploitation d'une ligne de bus : le matériel et la voie ont une durée de vie beaucoup plus longue qu'un bus, et il attire beaucoup plus de passagers par son confort, sa rapidité et sa régularité. Le bilan par passagers transportés est finalement meilleur avec un tram. - La difficulté du passage dans Lille, c'est justement le cœur du problème : il faut un moyen de transport en site propre en ville qui ne soit pas gêné par la circulation routière. Des villes comme Gand ou Anvers, à quelques kilomètres de chez nous, montrent que c'est possible dans notre centre ville. - Créer une ligne de tramway et redéfinir un réseau de bus autour de la ligne permettrait de toucher plus de 100 000 habitants ! Beaucoup d'études montrent qu'un tramway est plus attractif qu'une ligne de BHNS. Cela permettrait de diminuer l'utilisation de la voiture, à un moment où la métropole Lilloise bat des records de pics de pollutions. Certains usagers ont fait le choix de s'adresser à vous directement, en vous écrivant via une boite E-mail dédiée (vous pouvez envoyer votre message avec votre nom et ville de résidence à terlillecomines@netc.fr). Vous trouverez leurs courriers joint à cette pétition. Plus que jamais, il est temps d'agir. OUI A UN TRAMWAY COMINES-LILLE ! Cette pétition est organisée par : Le collectif des usagers de la ligne TER Comines-Lille http://facebook.com/TERLilleComines/L'Union des Voyageurs du Nord http://uvn.asso.frLa FNAUT Haut-de-France (Fédération Nationale des Associations des Usagers des Transports) http://www.fnaut.fr/

Clement DELATTRE
575 supporters
Petitioning Martine Aubry

Une politique de propreté adaptée a notre quartier : libérez nous des déchets à Wazemmes !

Madame le Maire, Depuis 2 ans, un collectif d’habitants et de conseillers de quartier de Wazemmes, s’est créé sous le nom de « WZM propre », pour mener des actions de sensibilisation sur la propreté. Nous avons bénéficié d’un soutien fort de la mairie (subvention, prêt de matériel, diffusion de l’information). Nous partageons avec vous l’idée que la propreté est l’affaire de tous, que nos impôts seraient mieux utilisés à améliorer les services publics, qu’à financer toujours plus de nettoyage dus aux incivilités. Après 2 ans d’actions, que nous avons voulues joyeuses et « interpellantes », nous constatons  que : -          La lutte contre les incivilités en matière de propreté ne peut avancer sans une politique de rappel à l’ordre et de verbalisation, on nous dit que c’est impossible, que l’arsenal juridique n’est pas adapté…. -          Les usages de l’espace public évoluent (changement d’implantation de la vie nocturne, nouveaux commerces ouverts la nuit,……), le service public de nettoyage doit s’adapter à ces évolutions. -          La rue est de plus en plus un lieu de vie et de fête (c’est bien sympathique !), de nombreux commerces en vivent (on s’en réjouit !) mais ils doivent assumer leur responsabilité et veiller à ne pas dégrader le cadre de vie des habitants quand ils occupent à titre privatif le domaine public. Fort de notre expérience et de ces constats, que nous avons partagés avec les élus et les services municipaux, nous allons poursuivre nos actions pour mobiliser les habitants du quartier, mais cette action n’a de sens que si vos services agissent en parallèle. Nous demandons : 1.       Un nettoyage le samedi matin des rues festives et environnantes non nettoyées ce jour là. Ces rues accueillent tous les soirs une population nocturne permanente, avec une concentration du jeudi au samedi. Les jours de nettoyage actuels (lundi et jeudi) ne sont plus  adaptés à la vie du quartier. Il en résulte une vie de quartier dégradée : ambiance déchetterie tout le week-end. 2.       Des actions ciblées de rappel à l’ordre ou de verbalisation sur tous les points noirs que nous vous avons signalés : terrasse de café non nettoyées, dépôts d’ordures sauvages, poubelles sorties 2 jours à l’avance. 3.       Une augmentation du nombre de poubelles dans le quartier y compris sur les marchés. Vous pouvez compter sur notre mobilisation, nous espérons pouvoir compter sur la votre. Les habitants du quartier de Wazemmes.  

Wazemmes propre
467 supporters