Topic

droits de l'homme

14 petitions

Update posted 1 month ago

Petition to Bruno RETAILLEAU, Patrick KANNER, Hervé MARSEILLE, François PATRIAT, Jean-Claude REQUIER, Éliane ASSASSI, Claude MALHURET, Philippe ADNOT, Richard Ferrand, Christian Jacob, Marc Fesneau, Franck Riester, Jean-Luc Mélenchon, André Chassaigne, Olivier Faure, François de Rugy, Yaël Braun-Pive

Parlementaires : Opposez-vous au projet de loi Asile et Immigration !

Mesdames et Messieurs les Parlementaires, Le candidat Macron le déclarait lors de sa campagne présidentielle : « Un homme ou une femme qui demande asile en France, qui met sa vie en danger, s’est battu pour sa liberté et celle de sa famille est quelqu’un, en vertu de nos principes, qui doit être accueilli. » (1) Un discours qui, rappelons-le, faisait alors barrage au Front national. Le projet de loi « asile et immigration », qui a été présenté mercredi 21 février en Conseil des ministres et qui sera discuté en commission à l’Assemblée nationale au mois de mars, est pourtant loin de cette philosophie. Aujourd’hui, si nous sommes en marche, c’est vers l’abolition du principe même de la demande d’asile en France et la fabrication massive d’une population sans statut, sans toit, sans droits et sans ressources sur notre sol. Car nous sommes face aujourd’hui à des femmes, des enfants, des hommes fuyant toutes sortes de tragédies. Si les personnes exilées sont certes plus nombreuses à venir chercher refuge parmi nous depuis l’été 2015, elles représentent cependant à peine 1 % de la population européenne. Nous n’assistons donc pas à une « crise migratoire », mais bien à une crise tragique de l’hospitalité, laquelle est pourtant, selon le président Macron, « notre honneur et notre tradition » (2). Les atrocités et les souffrances vécues par les personnes exilées ne s’arrêtent pas une fois les côtes européennes atteintes. Et alors qu’elles devraient trouver asile et répit une fois arrivées en France, elles sont au contraire souvent en butte à une maltraitance administrative et policière qui les amène à se cacher, où elles le peuvent, pour fuir encore et encore ce qu’elles pensaient désormais derrière elles. Ne les laissez pas mener cette politique en notre nom  Nous, habitants, citoyens, contribuables, électeurs, représentants associatifs de ce pays, qui croyons en nos valeurs, héritées de la Révolution de 1789 et rappelées dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948, en notre histoire de résistance et en nos institutions, sommes horrifiés qu’une telle politique puisse être menée en notre nom aujourd’hui. Comment nos « principes » pourraient-ils être en accord avec un projet de loi qui conduira à l’enfermement en centre de rétention et à l’expulsion systématisée d’hommes, de femmes et d’enfants ayant déjà tellement souffert sur les routes de l’exil ? D’hommes et de femmes qui n’attendent de notre part que la reconnaissance de leurs souffrances, et de notre pays que sa protection, en vertu du droit international établi au sortir de la Seconde Guerre mondiale ? Comment ne pas s’insurger quand déjà une proposition de loi est venue donner le pouvoir aux préfets d’enfermer avant expulser les demandeurs d'asile dits « dublinés » ? Des hommes et des femmes dont le seul tort est d’avoir eu leurs empreintes digitales prises de force au cours de leur parcours d’exil – parfois dans des États où le nationalisme a déjà triomphé, et qui n'hésitent pas à les réexpédier vers leur pays en guerre ! Nous avons cru que ces personnes trouveraient enfin en France, pays des Droits de l’Homme, des moyens pour se reconstruire. Nous y croyons encore. Mais le projet de loi « asile et immigration » organise au contraire la réduction des droits des demandeurs d’asile, limite leurs délais de recours et augmente la durée de leur rétention de façon à intensifier ces expulsions. C'est votre vote que l'Histoire retiendra Cette politique est et sera onéreuse, inefficace et inhumaine, plongeant des êtres humains, des familles entières dans la clandestinité et dans une terrible précarité. Elle plonge la France dans la honte, celle d’être incapable d’honorer ses propres principes. Nous, habitants, citoyens, contribuables, électeurs, représentants associatifs de ce pays, vous demandons de prendre les responsabilités que requiert le combat pour la dignité humaine. Ne participez pas à l’écriture de nouvelles pages d’Histoire que nous ne saurons expliquer à nos enfants. À notre échelle, nous avons, au quotidien, hébergé quelques personnes pour en laisser des centaines dehors, distribué quelques repas pour nous rendre compte que ce n’était pas encore suffisant, offert quelques tentes et sacs de couchages pour constater, au petit matin, leur destruction par la police. Pour de telles actions, certaines et certains d’entre nous se retrouvent devant les tribunaux, coupables de  délit de solidarité. Nous vous demandons de prendre acte, à nos côtés, de cet enjeu politique et moral en rejetant le projet de loi « asile et immigration », et en entamant des discussions avec la société civile et les associations de terrain pour présenter une politique d'accueil digne de notre pays, conforme aux engagements du Président et non aux idées qu’il prétendait battre dans les urnes. Nous comptons sur vous. Premiers signataires:  Personnalités : Marie-France Alvarez (comédienne), Bally Bagayoko (Maire adjoint à Saint-Denis), Pierre Emmanuel Barré (humoriste-chroniqueur-comédien), Arno Bertina (écrivain), Yoann Boennec (réalisateur), Olivier Bordaçarre (écrivain), François Brun (producteur), Bun Hay Mean (humoriste), Pierre Caillot (musicien), Patrick Chamoiseau (écrivain), Ludovic Delaherche (Président de l’ICO club de France), Emmanuelle Escourrou (comédienne), Marina Foïs (actrice), Mata Gabin (actrice et écrivain), Sylvie Glissant (artiste plasticienne - Institut du tout monde), Youssef Hajdi (comédien), Raphaël Hattab (réalisateur), Cédric Herrou (Défends ta citoyenneté), Olivier Jamain (réalisateur), Anne Jammet (1ère assistante réalisateur), Nathalie Joli (écologiste marine), Laurent Jumeaucourt (comédien), Mathieu Kassovitz (comédien-réalisateur), Samuel Légitimus (Collectif James Baldwin), Denis Lemasson (écrivain), Lucie Lucas (comédienne), Madjid Messaoudene (Elu FG à Saint-Denis), Teddy Masson (réalisateur), Maxime Motte (acteur), Matthieu Nina (comédien), Marie Payen (actrice), Lilou Prévost (comédienne), Sandra Regol (porte-parole EELV), Jean-François Rial (PDG du groupe Voyageur du monde), Christophe Ruggia (cinéaste), Isabelle Serro (reporter et réalisatrice), Jean-louis Tribes (comédien), Matthieu Tribes (réalisateur), Marie-Christine Vergiat (Eurodéputée gauche Européenne), Karin Viard (actrice), Zag & Sia (Street artistes). Associations et Collectifs : Act for Ref, Allamma Internationale, Amicale du camp de Miellin, Association DTC (Défends ta citoyenneté), Association Encrages, Association Hospitalité Chinonaise aux migrants, Association Humanity, Association Jarez solidarité, Association Polyvalence, Association Revivre, Association Scarabée, Association SOLREMI, Association stop racisme Pézenas, Association Thot, Association tous citoyens, Association un petit bagage d'amour, ASYLUM Rennes, CADM-70, Cimade 05, Cimade des Pyrénées-Orientales, Citoyens solidaires 06, CODAC18, Collectif accueil migrants Valfleury, Collectif Amiénois des sans-papiers, Collectif de Roscoff, Collectif de soutien aux demandeurs d'asile d'Appoigny, Collectif le temps partagé, Collectif migrant-s bienvenue 34, Collectif migrants : Changeons notre regard, Collectif Œil, Collectif Sénonais de soutien aux migrants et aux réfugiés, Collectif solami d’Aubenas, Compagnie ma quête, Des lits solidaires, Égalité nationale, EL MANBA Collectif migrant 13, Ensemble pour Le Luc et Le Centre Var, Entraides citoyennes, Frida à Paname, Fumigène magazine, Génération futur, Kâli, KA Timmy, L’Auberge des migrants, La gamelle de Jaurès, La Maison solidaire 42, La Maison solidaire, Le Rassemblement humain, Le Vestiaire des migrants, Les Utopistes en action, Méditerranée heureuse, Michto solidaire, Montagne accueil et solidarité de Peyrat le Château, Montagne accueil solidarité, MRAP Aubenas, Nouvelle jungle, Paris d’exil, Place à la solidarité, P’tit dèj à Flandre, Rébellion Blida, Réseau soutien migrants de l'Yonne (RSM89), RESF19, RESF38, RESF48, Solidarité 51, Solidarité migrants Collectif 06, Solidarité migrants Moselle, Solidarité RESF 47, Terre d'errance Norrent-Fontes/Quernes, Terre d'Errance, Transport People and Care, Une terre pour tous, United migrant, UTOPIA 56, Wise.  

C-N-R Collectif pour une Nation Refuge
14,013 supporters
Update posted 1 month ago

Petition to Emmanuel MACRON, Presse , FR3, Television

Stop maltraitance institutionelle en epadh/ Stop abuse in nursing home

(English translation is next)  ---------------------------------- Monsieur le President et Ministre de la santé,  Depuis plus de 15 ans je veille sur maman qui a 90 ans et un début d alzheimer. Elle a été mis sous tutelle à l insu de la famille à l hôpital de Castres sous l AT81 et Udaf31 actuellement. Depuis 3 ans, elle est malmenée dans divers établissements imposés par les tuteurs. Plusieurs mois bizarrement à Cahuzac qui est un centre pour troubles alimentaires loin de sa maison ou famille, en pleine montagne alors que j'avais trouvé des epadh spécialisés pour alzheimer disponibles près de chez moi à Toulouse. Au Val des Cygnes à Labarthes sur Lèze elle fut ligotée au lit toute une nuit avec des draps. Plainte déposée et classée. . Depuis septembre 2015 elle est envoyée toute seule sans soutien familial ni tutrice a l Epadh Edenis Pin près de Toulouse à Villeneuve Tolosane. Je l y retrouve au sol pleurant dans une flaque d' urine m' implorant de la ramener à la maison. La chambre vide (sans TV ni rideau ou couverture  et mobilier carcéral minimum ) est aussi glaciale que l acceuil qui m'est réservé depuis ce premier jour et qui continue.  Depuis, elle y a subi 8 chutes avec 3 côtes cassées et 3 traumatismes crâniens graves qui la laisse sans pouvoir se tenir sur ses jambes depuis, et depuis fevrier 2018: le bassin et la main fracturés. Séquelles des 3 trauma craniens : elle ne marche plus et est oubliée dans un coin. Illettrée ne pouvant participer aux activités rares.. .. sinon éplucher des légumes. .  La famille d'un résident me confie l avoir retrouvée sans connaissance, au sol,  derrière un pilier de la cantine seule . Depuis elle ne peut plus marcher... Les 19 et 21 juillet 2017: 2 traumatismes en 48 heures! C est moi qui annule mon travail et passe les nuits à  son chevet alors que la tutrice de l 'udaf est en vacances. C est moi qui la ramène a l epadh le premier soir et le personnel de nuit m empêche toujours aussi sèchement qu au premier jour , de l accompagner jusqu'à son lit. Où est l humanité ? Depuis son entrée solitaire  traumatisante dans ce mouroir inconnu et antipathique , les maux divers même signalés sont ignorés par le personnel soignant ( oedemes graves, otites etc ).. Le personnel de l epadh me tourne le talon, claque la porte au nez ou coupe court  aux echanges téléphoniques et m 'accuse de "polémiquer ou d harceler" et le docteur me raccroche au nez régulièrement... Ils me répètent TOUS depuis 2 ans que " je ne suis pas tutrice donc ils n ont pas à  m écouter. Je n'existe pas " Ils trouvent diverses excuses et subterfuges a leur manque de responsabilité face a sa prise en charge physique, emotiinelle psychologique et culturelle. La psychologue ne veut rien savoir et m ' accuse d être un "facteur anxiogène". Je dois m investir pour garder maman dans des conditions humaines, vivables et vitales. On m' accuse alors de " nomadisme médical ".. quoi que je fasse ou dise est déguisé en accusation graves.. Je contacte même l ARS qui ne trouve rien d anormal. Et l Alma31 ( maltraitance3977) fait son enquête.  Quant a mon égard , l Udaf31 veut se débarrasser de l élément "gênant" et demande au juge de me restreindre a une seule visite et 2 appels hebdomadaires. Je n ai même pas pu sortir maman fêter ses 90 ans en janvier ou Noël .. Udaf31 refuse aussi en octobre 2015 le transfert vers une epadh proche de la famille en hyper centre et très compétente et bienveillante. Pourquoi?    "ne pas perturber maman " qui est déjà  pourtant perdue apeurée loin de son village, ses amis, voisins, culture, son chat etc et dont ils ne comprennent le dialecte kabyle. Ils refusent de l interroger en ma présence et elle ne comprend pas et ne sait pas qui sont ces gens qui viennent la voir. Maintenant je lutte pour la sortir vivante de cet Epadh/ mouroir . Elle est rentrée en marchant et est maintenant "en chaise roulante" depuis sa blessure a la tête de juillet 2017. Va t'elle en sortir vivante ou les pieds devant?   Elle paie plus de 3200 euros pour des geôliers qui lui débranchent son téléphone et la privent de sortie jusqu'a sa mort.  De part leur décision , et une autre  7e chute sur la tête le 23 decembre 2017 , elle a déjà été  privee de Noël et vie sociale en famille sous un toit chaleureux et confortable  avec moi et son chat dont je m occupe depuis 3 ans. Fini les marcher deNoel et les marrons chauds? Les après midi à  la mer et dans une ferme a la campagne....  Non elle reste dans sa chambre tête nue, les cheveux coupés comle jamais, dans sa protection souillée a regarder le mur ou la messe imposée et sans une goutte d eau et sans bip parfois pour apeller a l aide. Et lorsque je lui dis d appeler il n y a aucune réponse avant 20 minutes ou pas du tout . Un personnel débordé soit mais qui me montre son mécontentement a chaque demande..  Que fait l Udaf31: non préoccupé par le bien être de maman mais occupé à me calomnier inlassablement depuis 2 ans et m interdit de donner une fin de vie digne à maman .  Et pendant ce temps là ma pauvre maman est oubliée et "séquestrée" sans vie sociale et dépérit plus vite physiquement et psychologiquement.   Voilà pourquoi je vous demande par cette presente de bien vouloir m aider a la sortir de ce mouroir vivante . Et cette mise sous tutelle est inutile car c est moi qui la comprend et suis a son chevet et qui fournit ce qui lui est confisqué  (couverture neuve disparue, micro-onde et mini bar, tv et vêtements a sa taille)Elle a prie 8 kilos par une vie sédentaire et privee de salade.  Enfin, je suis régulièrement intimidée, harcelée ou traitée avec mépris et dédain à  casi chaque visite ou appel et maman s'en retrouve fortement  négligée.     Depuis j ai découvert il est vrai avec effroi un autre aspect repoussant de la nature " humaine" .  Aidez nous a rendre a une veille dame qui m'a donné  la vie et s'est privee la joie de vicre et non SURVIVRE et de la joie et joie,  entourée d'affection, liberté et justice. Sinon elle continuera a attendre seule enfermée incomprise malmenée oubliée dans ce couloir vers la mort. Merci infiniment. Sa fille. Malika Tlemsani. #### ENGLISH #### My mother is 90 has early alzheimer dementia   In 2 years in nursing home she had 3 broken ribs and 3 brain trauma. She and i are treated really in terrible manners from day one. Wih physically trauma for her and emotional blackmail intimidation for me too. Now they stopped me from seeing or calling her regularly so i dont witness what's going on there.  Thank you for your support in this ordeal. 

Malika TLEMSANI
1,285 supporters