Topic

biodiversité

23 petitions

Started 1 week ago

Petition to M. HULOT Nicolas

Interdiction vente de serpents à l’île de la Réunion : Protection biodiversité fragile.

M. HULOT, récemment nommé Ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire, nous vous lançons un appel à la protection de la faune Réunionnaise. Compte tenu de la fragilité de certaines espèces animales endémiques de la Réunion, l’État doit apporter une attention particulière à sa protection.   Nous faisons état d'importation de serpents, dans le but d'en faire des animaux de compagnie, qui sont ensuite relâchés en pleine nature. Des animaleries spécialisées en vente de serpents se multiplient dans l'Île. "Le boom de la commercialisation de reptiles en guise d'animaux de compagnie ne plaît pas à tout le monde. Les messages d'alerte sont épisodiques. Un serpent retrouvé dans la cour, un autre sur un sentier fréquenté par les marcheurs, comme la semaine dernière dans la savane de Plateau Caillou. En l'état actuel de la réglementation, notre territoire est couvert par l'arrêté préfectoral du 12 juillet 2005 qui liste les espèces animales interdites à la Réunion. D'autres, comme les serpents non venimeux, restent commercialisables. "Les espèces dangereuses sont strictement interdites d'entrée sur le territoire", informe Catherine Julliot, chargée de mission "Espèces exotiques envahissantes" à la DEAL (direction de l'Environnement). Difficile, cependant, sur le moment, de détecter si une espèce est venimeuse ou ne l'est pas. Mais ce qui inquiète le plus les autorités réside toujours dans l'existence "d'un trafic parallèle", concède-t-elle, ce qui ne déroge finalement pas à la règle concernant toutes les espèces animales. Malgré la présence de la brigade nature océan Indien, en cas d'observation d'un reptile, les premiers appelés sont encore et toujours les pompiers. Bien que les serpents ont une mobilité impressionnante, les services de l'Etat ont mis sur pied un outil de recensement en cas d'observation, que ce soit pour les espèces invasives végétales ou animales." Source : http://www.zinfos974.com/La-menace-des-serpents-jetes-dans-la-nature_a58100.html   Un article publié 09/04/2015 sur le site de Réunion 1ere illustre parfaitement la situation : "Les Nouveaux Animaux de Compagnie à La Réunion sont un danger pour la biodiversitéPar Gilbert HoairPublié le 09/04/2015 à 16:34L’engouement va croissant, le nombre d’interventions des pompiers pour récupérer un NAC en liberté a été multiplié par 5 en 10 ans. Les NAC, serpent, furet, iguane, sont achetés en animalerie et ne doivent pas se retrouver dans la nature.Mais les pompiers sont intervenus une trentaine de fois en 2 ans : c’est 5 fois plus qu’il y a 10 ans.Tous les animaux relâchés par leur propriétaire dans la nature sont-ils récupérés ? L’impact réel de ces espèces introduites dans l’île sur les animaux endémiques n’est pas encore connu.Mais c’est une épée de Damocles supplémentaire pour les papangues et les Tuit TuitLes mangoustes aiment les terriers, elles vont s’attaquer principalement aux nids de pétrels de Barau. Tous s’accordent à dire que l’importation et la détention de NAC doivent être plus réglementées.Les nouveaux animaux de compagnie peuvent se reproduire et devenir un danger pour les animaux endémiques à La Réunion. Sans parler de la frayeur provoquée par l’apparition d’un serpent dans le jardin d’un particulier ou au détour d'un champ de canne."   Source : http://la1ere.francetvinfo.fr/reunion/2015/04/09/les-nouveaux-animaux-de-compagnie-la-reunion-sont-un-danger-pour-la-biodiversite-246313.html     Dans un autre article, on peut certifier que la faune Réunionnaise est déjà fragile : http://www.rfi.fr/science/20100705-faune-reunionnaise-quelque-165-especes-menacees A cela vient s'ajouter une nouvelle difficulté, celle des animaux de compagnies nuisibles à la Réunion.   Par ailleurs, la Réunion étant prisée pour les randonnées, il serait dangereux de laisser se multiplier les serpents dans la nature, qui aurait pour effet de donner une mauvais image touristique. Je rappel, que la Réunion, est déjà en proie à des attaques successives de requins sur l'homme, et est déjà ternie d'une mauvaise image dans le monde entier.Nous n'avons pas besoin en plus d'avoir des serpents, qui détruirais notre faune et notre flore. De plus, une majorité d'habitants y est opposé, beaucoup refuse que la Réunion soit envahie de serpents, venimeux ou non.M. HULOT, protégez nos oiseaux, et notre spécificité, et préservez l'attrait et la beauté de notre île.   Articles connexes : https://www.lexpress.mu/article/r%C3%A9union-les-%C3%A9vasions-de-serpents-se-multiplient http://la1ere.francetvinfo.fr/reunion/2015/03/16/un-serpent-cree-la-psychose-saint-gilles-les-hauts-238639.html http://la1ere.francetvinfo.fr/reunion/un-serpent-seme-la-panique-dans-la-cite-du-lavoir-343825.html http://www.zinfos974.com/Le-python-de-l-Etang-Sale-est-en-fait-un-boa-constrictor_a73929.html http://www.linfo.re/la-reunion/faits-divers/647689-l-etang-sale-un-serpent-de-2-metres-retrouve-dans-une-ferme   Nous demandons l'interdiction totale à la vente des serpents et furets, iguanes, et le renvoi en métropole de toutes les espèces importés et nuisibles à l’île de la Réunion.   Le préfet de la Réunion n'a rien fait jusqu'à présent, alors nous espérons beaucoup de vous, M. HULOT. Personne ne fait rien depuis trop longtemps, il est temps d'agir ! http://www.zinfos974.com/Qu-attend-le-prefet-pour-interdire-l-importation-de-serpents-a-la-Reunion_a82842.html http://www.zinfos974.com/Des-candidats-de-St-Paul-demandent-l-interdiction-des-serpents-a-La-Reunion_a82779.html     Pour rappel, la Réunion à été reconnue Patrimoine mondial de l'UNESCO. Et qu'à ce titre, l'état à pour obligation de lutter contre les espèces invasives. Voir le lien : https://www.cg974.fr/nature/patrimoine-mondial-de-lunesco/ "Ce label de l’UNESCO représente un engagement vis-à-vis de la communauté internationale à préserver notre patrimoine naturel et à le maintenir dans un bon état de conservation. ... La collectivité Conseil Départemental de La Réunion, propriétaire de 80% du bien classé au Patrimoine Mondial, est un acteur incontournable de la préservation des milieux naturels.A ce titre, elle définit une stratégie de conservation du patrimoine classé, notamment en accentuant sa politique de lutte contre les espèces invasives, principales menaces pour notre biodiversité, et en aménageant les sites de manière à les préserver des éventuels impacts liés à l’augmentation prévisible de leur fréquentation touristique."     "230 ESPÈCES VÉGÉTALES UNIQUES AU MONDE Enfin, l'île de la Réunion, département français de l'océan Indien, a fait son entrée au Patrimoine mondial grâce à ses forêts tropicales. Le périmètre retenu correspond à celui du parc national de la Réunion, créé en 2007, qui couvre environ 40 % de la surface de cette île tropicale et volcanique, où le piton de la Fournaise entre régulièrement en éruption. "L'Unesco reconnaît que l'ensemble des pitons, cirques et remparts crée un paysage spectaculaire et contribue significativement à la conservation de la biodiversité terrestre", indique le Parc national de la Réunion dans un communiqué. Apparue à la surface de l'océan Indien il y a seulement trois millions d'années, la Réunion est constituée de deux massifs volcaniques d'âges différents. Malgré ses dimensions réduites (2 500 km²), la Réunion culmine à 3 070 mètres, au piton des Neiges. Son relief profondément érodé offre des panoramas vertigineux où des remparts de plusieurs centaines de mètres de hauteur sont les lignes directrices des paysages. Même si les milieux naturels ont été bouleversés par l'arrivée de l'homme, il y a près de quatre cents ans, plus d'un tiers de la surface de l'île a conservé ses caractéristiques originelles. La Réunion abrite ainsi 230 espèces végétales uniques au monde." Source : http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/08/02/la-reunion-entre-au-patrimoine-mondial-de-l-humanite_1394645_3244.html#SSZett0dYihUgOkX.99        

Younous MUNGUR
966 supporters
Started 1 week ago

Petition to Patrice BRUN, Marc WEILL, Max LEFEVRE, Bruno VIEUVILLE

Pour la réhabilitation des vignes Franc-de-Pied

A la fin du XIXe siècle, le monde viticole a subi un cataclysme, la "crise phylloxérique". Cet euphémisme cache en fait une véritable guerre avec une Occupation étrangère qui dure depuis cent cinquante ans. Les conséquences pour la viticulture ont été dramatiques. La totalité du vignoble a dû être reconstitué, un tiers des superficies s'est perdu. La France a abandonné sa suprématie mondiale et de nombreux vignerons ont fui en Algérie et en Amérique du Sud. Les vignobles qualitatifs des montagnes ont été abandonnés. Les villages ont été désertifiés par l'exode vers les plaines, où la production intensive, assistée des engrais azotés, de la chimie et de la mécanisation, ont définitivement révolutionné la viticulture. Elle est passée d'intensive à extensive, devenant polluante, industrielle et chimique. Tout ceci à cause du dépaysement d'un seul insecte, mais surtout parce qu'au lieu d'affronter ce puceron, ou laisser la Nature s'en accommoder, il a été décidé de modifier l'entièreté des plants de vignes par greffage sur des porte-greffes américains. Cette décision funeste impacte encore aujourd'hui le monde viticole, ainsi que l'avaient pronostiqué les adversaires du greffage systématique : perte de la qualité du vin, diminution de l'espérance de vie des nouvelles vignes, augmentation des traitements chimiques, et perte de la biodiversité. Les vignes contemporaines dépérissent en moins de trente ans, quel que soit le nom dont on affuble le coupable : esca, maladie du bois, apoplexie, folletage, dépérissement, mauvaise affinité, incompatibilité ... sans jamais proposer d'explications plausibles. Toujours est-il que ces maux affectent presque exclusivement des plants greffés et issus de sélections clonales. Des vieilles vignes qui ont connu tous les travers de la modernité sont encore là pour en témoigner. Depuis plus de cent ans, nous vivons sous ce régime d'Occupation par le Phylloxéra, et collaborons en acceptant ces fléaux, pour le profit des grands groupes industriels et chimiques, et au détriment de l'intérêt des vignerons, mais aussi et de la population. Or, les connaissances scientifiques modernes, et les progrès encourageants des modes de production écologiques, devraient pouvoir nous permettre aujourd'hui, d'aider la vigne à s'affranchir de son tuteur américain, et retrouver de sa biodiversité. Notre projet sous forme associative, veut suivre deux axes. D’une part, il s'agirait de récupérer du matériel végétal (vieilles vignes) qui a résisté naturellement au puceron, et serait ainsi immunisé. Il s'agit donc de constituer un Conservatoire, pour la reconstitution future de nos vignobles à "l'ancienne", en préservant la biodiversité variétale et intra-variétale. Le second axe serait, avec le soutien de vignerons et sympathisants, et dès que nos moyens budgétaires le permettront, de travailler méthodiquement à des méthodes de luttes biologiques contre l'insecte. Plusieurs pistes existent de très longue date, et méritent prioritairement d'être réhabilitées (voir dossier http://blog.worldwide-vineyards.com/2017/05/notre_projet_associatif_les_vieilles_branches.php Nous avons trouvé un accord avec des propriétaires et vignerons locaux (à Cabasse dans le Var), afin d’initier ce projet en 2017. Les plants franc-de-pied sont déjà en production. Or, une opération de préemption de la SAFER réduit à néant ce projet varois, et devra nous obliger à aller réaliser ce projet dans une autre région ou pays, à notre immense regret affectif, technique et économique. En période de restriction budgétaire de la recherche scientifique, alors qu’une des pistes de recherche est pourtant  déclarée d’intérêt national ( la lutte contre les maladies du bois), cette initiative privée et bénévole, devrait être absolument prioritaire.  En signant cette pétition, vous soutenez notre candidature pour l’acquisition des terrains concernés par ce projet, et confirmez que l’intérêt général du monde viticole doit primer sur quelques intérêts particuliers non vitaux.   Merci de signer et partager

Marc BIREBENT
618 supporters
Started 2 weeks ago

Petition to M le Maire de St Michel l'Observatoire-Lincel Pascal Depoisson

Refusons de défigurer la Porte d’entrée des Alpes à St Michel l'O

Pour notre commune de Saint-Michel l’Observatoire - Lincel, située dans le département des Alpes de Haute Provence, "Nous refusons de défigurer la Porte d’entrée des Alpes !"  Notre commune offre aux visiteurs qui arrivent dans les Alpes de Haute Provence une magnifique porte d’entrée, ouverte sur le pays de Forcalquier et le panorama de la montagne de Lure et des Alpes. Le projet d’installation d’une Zone d’Activité (ZA) sur le terrain de La Rimourelle constituerait une atteinte à un espace naturel sensible, exceptionnel par sa biodiversité et une dégradation irrémédiable de nos paysages. Le terrain de La Rimourelle :·      est classé Site Natura 2000  et constitue un Espace Naturel Sensible·      est protégé par la Charte du Parc Naturel Régional du Luberon·      ouvre sur le panorama du Pays de Forcalquier, de la montagne de Lure et de la chaîne des Alpes·      borde la voie historique de l’Espagne à l’Italie (antique Via Domitia, ancienne Nationale 100) jalonnée de trésors archéologiques, architecturaux et patrimoniaux (Châteaux de Lincel, de Sauvan, Tour de Porchères, prieuré de Salagon, Pont roman...) dont la valorisation doit être développée car elle constitue une des premières richesses de notre région.

associations EnVieNat ET RIMOURELLE
488 supporters
Started 2 months ago

Petition to Administration de l'Université Paul Sabatier, Valérie Le dantec, Marie-Pierre Gleyzes, Jean-François Cubaynes, Jean-Pierre Vinel

Préserver l'arbre aux grands capricornes dans l'UPS

Monsieur le président de l'université Paul Sabatier, A la suite d’une réunion pour la mise en place d’une politique de développement de la biodiversité sur le campus, nous vous demandons d’annuler la coupe des arbres derrière le bâtiment administratif. Et en particulier d’un chêne abritant l’espèce protégée Cerambyx Cerdo ou Grand Capricorne. Dans le cas d’actions ayant un impact sur l’environnement il est dicté par la loi qu’il faut respecter une démarche d’évitement ou de réduction et compensation. Ayant été convié à une concertation sur la question, l’association Veracruz avait donné son accord pour la mise en place de processus de compensation dans le sentier nature, espace naturel géré par Veracruz. Et ce pour 2 chênes abritant le Grand Capricorne. Après relecture de la procédure, il s’avère que la possibilité d’évitement n’a pas été réellement envisagée pour l’un des deux arbres alors même qu’elle est possible. En effet, un des deux arbres présentant un risque sanitaire important, la compensation est adaptée. Or, l’autre arbre ne présente pas de danger pour le passage ni l’usage des infrastructures. Les solutions d’évitement provisoire (rubalise) n’ayant pas suffit il a été décidé qu’il n’était pas possible d’éviter l’abattage. Hors d’autres solutions beaucoup plus efficaces existent et n’ont même pas été envisagées ! C’est ce que nous demandons dans cette lettre. Pourquoi ne pas mettre autour de cet arbre une barrière avec une signalétique expliquant les dangers en présence et sensibilisant sur la présence du grand capricorne ? Entourer cet arbre d’un bosquet de plantes décourageantes (ronces etc.) pour le public ? La compensation est toujours une solution imparfaite à un problème. Il est certain que le mieux pour le Grand Capricorne est de rester sur l’arbre et sur le terrain dans lequel il s’est installé en premier lieu. Nous souhaitons aujourd’hui défendre la biodiversité du campus et rappeler l’importance de la prise en compte du processus “Éviter, Réduire, Compenser”. C’est pourquoi nous affirmons fermement notre désaccord sur la coupe de ce chêne.   Association Étudiante Veracruz pour la protection de l'environnement

Veracruz
556 supporters