Ban Scientologists from the uOttawa campus

0 have signed. Let’s get to 5,000!


An open letter to Mr. Jacques Frémont: 

 

The display set up by the Citizens Commission on Human Rights in the UCU on January 27, 2020 is nothing short of dangerous. This organization is cofounded by the Church of Scientology, a well-known cult that is based on the writings of L. Ron Hubbard. 

The display, entitled “Psychiatry: an industry of death” is not only upsetting for students who deal with mental illness, but it is categorically false in its claims. The claims range from “psychiatry is torture” to “the Holocaust was the fault of psychiatrists”, which included a large portrait of Adolf Hitler. These are dangerous, wildly false claims. To have a display and an organization promote such lies on a campus that is already severely lacking in adequate mental health services is egregious. As students have come to note several times over the past year, the number of student deaths has risen without much of any structural change to the way that the university and its administration responds to such tragedy. This situation is exacerbated by the presence of a group like the CCHR. The presence of this group on campus also reflects poorly on the University of Ottawa in general, considering that they are still present in the UCU, which gets a high volume of student traffic everyday.

 

We the undersigned demand the following:

1. That the Church of Scientology and any affiliates (including the CCHR) be banned from hosting any presentations, seminars, displays, or informational meetings/sessions on campus.

2. That the University of Ottawa establish a committee to solve the gaping issue of mental health services on campus, and that this committee be made up of students at the undergraduate and graduate level in addition to the appropriate members of administration.

3. That the University of Ottawa take decisive action against groups that spread misinformation to the student body, and adopt preventative measures to assure that this sort of event never occurs again.

We will work to solve these issues, and we will not stop until they are peacefully resolved.

------------------------------------------------------------------------------------------------

Une lettre ouverte à M. Jacques Frémont : L'exposition mise en place par la Commission citoyenne des droits de l'homme à l'UCU le 27 janvier 2020 est tout simplement dangereuse. Cette organisation est confondue avec l'Église de Scientologie, un culte bien connu qui s'appuie sur les écrits de L. Ron Hubbard.

L'exposition, intitulée "Psychiatrie : une industrie de la mort" n'est pas seulement bouleversante pour les étudiants qui s'occupent de maladies mentales, mais elle est catégoriquement fausse dans ses affirmations. Les affirmations vont de "la psychiatrie est une torture" à "l'Holocauste était la faute des psychiatres", en passant par un grand portrait d'Adolf Hitler. Ce sont des affirmations dangereuses et follement fausses. Il est flagrant de voir une exposition et une organisation promouvoir de tels mensonges sur un campus qui manque déjà gravement de services de santé mentale adéquats. Comme les étudiants ont pu le constater à plusieurs reprises au cours de l'année dernière, le nombre de décès d'étudiants a augmenté sans que la manière dont l'université et son administration réagissent à une telle tragédie ne soit vraiment modifiée. Cette situation est exacerbée par la présence d'un groupe comme la CCDH. La présence de ce groupe sur le campus donne également une mauvaise image de l'Université d'Ottawa en général, étant donné qu'il est toujours présent à l'UCU, qui reçoit chaque jour un grand nombre d'étudiants.

Nous, soussignés, demandons ce qui suit :

1. Que l'Église de Scientologie et ses affiliés (y compris la CCDH) se voient interdire d'organiser des présentations, des séminaires, des expositions ou des réunions/sessions d'information sur le campus.

2. Que l'Université d'Ottawa établisse un comité pour résoudre le problème criant des services de santé mentale sur le campus, et que ce comité soit composé d'étudiants de premier et deuxième cycles en plus des membres appropriés de l'administration.

3. Que l'Université d'Ottawa prenne des mesures décisives contre les groupes qui diffusent des informations erronées aux étudiants et adopte des mesures préventives pour s'assurer que ce genre d'événement ne se reproduise plus jamais.

Nous nous efforcerons de résoudre ces problèmes, et nous ne nous arrêterons pas tant qu'ils ne seront pas résolus pacifiquement