Pour la conservation des droits du peuple comorien

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Nous nous adressons à tous les comoriens et toutes les comoriennes, ou toute personne s'inquiétant de la situation de l'Union des Comores. En effet depuis dimanche, un climat de terreur s'abat sur cette archipel habituellement paisible. Le calme habituel a été rompu par le gouvernement sortant, dirigé par le colonel Azali Assoumani. Après avoir révisé la constitution, lui permettant ainsi d'effectuer deux mandats consécutifs, donc de gouverner probablement jusqu'en 2030. Azali Assoumani a aussi écarté ces principaux opposants politiques, en faisant usage de menaces et de répressions.


L'on note également que le régime autoritaire à plusieurs fois utilisé des armes létales, ayant pour fonction première de tuer, à l'encontre de la population, et ce dès le début du scrutin sur l'île d'Anjouan, qui prouve d'une provocation envers la démocratie. Il est à noter que dans la grande majorité des bureaux de votes, les urnes ont été emportées par l'armée sans qu’il y ait eu de dépouillements avec les assesseurs et assesseures. Ce qui constitue une infraction au code électoral.

Depuis dimanche, les affrontements entre l'armée et la population ont fait plus d'une dizaine de blessés graves. Parmi eux Larifou Said, candidat de l’opposition qui a reçu une balle dans la jambe.

 

« J’ai fait un rêve où, les intellectuels de mon pays se réveillera pour concilier leurs consciences avec les réalités de mon pays »

« J’ai fait un rêve, où les prostitués politiques prendront conscience de la dérive du pays et cesse de jouer les marionnettes et aux lèches bottes »

« J’ai fait un rêve où, chaque citoyen aura le droit à la parole, à la participation, à la jouissance du droit de vote ainsi que le choix de ses dirigeants »

Saandi Maoulida, économiste.

 

Le peuple comorien se voit retirer de ces droits fondamentaux, tel que la liberté d’expression et d’opinion. En effet, plusieurs radio locales ont étés fermés par le gouvernement dés dimanche après-midi.


Nous, peuple comorien, demandons à l’Union Africaine, qui se veut garante des droits de l’Homme en Afrique, et l'ONU (Organisation des Nations Unies) de faire cesser cette mascarade dans l’intérêt de celui-ci. Il n’est pas normal que les manifestants pacifistes soient la victimes de tirs à balles réelles, et que le gouvernement use de ces armes pour faire régner la terreur ainsi empêchant toute tentative d’insurrection de la population. Aussi, nous demandons à la communauté internationale, de ne pas reconnaître les résultats des élections de dimanche, étant inévitablement invalides et sans la transparence souhaitée. Pour le bien être de la population comorienne, qui est nargué par le gouvernement depuis dimanche et dans le but de rétablir l’état de droit aux Comores, nous appelons le peuple comorien à s'opposer par quelconque moyen au gouvernement actuel. De même, nous invitons tous et toutes les défenseurs et défenseures des droits de l'Homme et du Citoyen à signer cette pétition.


Puisque nous avons le pouvoir d'agir, agissons ensemble !

 


Voulez-vous partager la pétition ?