Petition Closed
Petitioning Premier Ministre Manuel Valls and 2 others

Sauvegardez l'enseignement des Langues Anciennes en France ! #CAPESLC

NON, à un concours de recrutement des professeurs de Langues Anciennes en trompe-l'oeil ! 

NON, au refus du Ministère de promouvoir le latin et le grec au lycée comme une discipline d'ouverture utile à la formation d'un élève du XXIème siècle !
NON, à l'injustice sociale profonde que constituerait la disparition de l'enseignement du latin et du grec faute de professeurs de Lettres Classiques !
NON, à la privatisation de l'enseignement du latin et du grec !

-------------------   

   - Alors que les effectifs d'élèves étudiant le latin et/ou le grec dans le secondaire en France se maintiennent autour de 500.000 (2ème langue enseignée au collège après l'anglais), le concours de recrutement de professeurs de Lettres Classiques connaît depuis plusieurs années une véritable pénurie ne permettant ni de compenser le nombre de départ en retraite, ni d'assurer les remplacements nécessaires. Pour l'année 2012-2013, par exemple, les 108 candidats admissibles au Capes de Lettres Classiques ne suffiront pas à pourvoir les 200 postes offerts au concours.

   - Malgré cette situation déjà problématique, les modifications apportées aux épreuves du concours du Capes de Lettres Classiques par les arrêtes publiés au Journal Officiel du 27 avril 2013 compliquent encore les choses.

   - Dans cette nouvelle maquette des concours le Capes de Lettres Modernes et celui de Lettres Classiques sont fusionnés en un unique Capes de lettres à option « lettres modernes » ou « lettres classiques ». 

   - Mais, les Lettres Classiques, au lieu d'être mises sur le même plan que les Lettres Modernes, ont été complètement enfermées dans leur discipline. En effet, tandis que le candidat « Lettres Modernes » aura le choix pour son épreuve orale d'admission entre 4 matières toutes indispensables au professeur de Lettres (latin pour Lettres Modernes, Français Langue Etrangère, littérature et langue françaises, cinéma ou théâtre), le candidat « Lettres Classiques » n'en aura aucun et devra obligatoirement passer son épreuve orale d'analyse d'une situation professionnelle dans sa discipline des Langues et Cultures de l'Antiquité.

   - Ces modifications, loin d'élargir le vivier du Capes de Lettres Classiques, vont encore réduire le nombre des candidats déjà insuffisant, et menacent à court terme l'enseignement du latin et du grec dans le secondaire.

   - Aussi, nous vous demandons de prendre, dès la prochaine session du Capes de Lettres, les mesures nécessaires pour sauvegarder l'enseignement du latin et du grec en France. En effet, chaque élève doit bénéficier de ces enseignements dans des conditions d’apprentissage convenables, au nom de l’égalité républicaine et de l’égalité du territoire.

NOS REVENDICATIONS :

1°) Au concours de recrutement des professeurs de Lettres : 

- permettre aux candidats à option « lettres classiques » de valoriser les mêmes compétences que les candidats à option « lettres modernes » à la fois pour assurer l'attractivité du Capes Lettres option « lettres classiques », mais aussi pour ne pas créer d'inégalités de traitement entre candidats passant un même Capes de Lettres.
- assortir le Capes de Lettres option « lettres classiques » d’un nombre de postes publié qui incite les candidats à choisir l'option « lettres classiques » et permette d'assurer la pérennisation et le développement des sections existantes dans le secondaire.

2°) Dans les établissements :
- Assurer la présence d’au moins un professeur capable d’enseigner le latin et le grec dans chaque collège et chaque lycée de toutes les académies.
- Permettre aux élèves de seconde de poursuivre sans encombre au lycée l'option commencée au collège, en permettant par exemple de déroger à l'obligation de choisir un enseignement d'exploration en économie, ou en autorisant un cumul d'options
- Que la DGESCO (Direction Générale de l'Enseignement Scolaire une circulaire) adresse à tous les Recteurs d'Académie, DASEN (Directeurs Académiques des Services de l'Education Nationale) et chefs d'établissements une circulaire qui donne une pleine légitimité à l'enseignement du latin et du grec et permette leur enseignement dans des conditions raisonnables et acceptables (horaires et moyens en particulier).

Letter to
Premier Ministre Manuel Valls
Président de la République François Hollande (Président de la République)
Ministre de l'Education Nationale Benoît Hamon (Ministre de l'Education Nationale)
Monsieur le Ministre de l'Education Nationale,

- La nouvelle maquette du Capes de Lettres publiée au Journal Officiel du 19 avril et sur Légifrance le 27 avril 2013 met gravement en danger un recrutement des enseignants de Langues Anciennes déjà difficile, mais aussi, à court terme, l'enseignement du latin et du grec dans le secondaire.
- En effet, dans cette nouvelle maquette du Capes, les candidats à un même concours de recrutement de la fonction publique ne sont pas traités sur un pied d'égalité. Ceux qui choisiront l'option "lettres modernes" auront pour leur épreuve d'admission, le choix entre 4 options, tandis que les "lettres classiques" n'en auront aucun. Dans ces conditions et si rien ne change, il est évident que très peu d'étudiants seront tentés de choisir l'option "lettres classiques".
- Aussi, nous vous demandons de prendre, dès la prochaine session du Capes de Lettres, les mesures nécessaires pour sauvegarder et améliorer à la fois le recrutement des enseignants de langues anciennes, mais aussi son corollaire, l'enseignement du latin et du grec en France.
- En effet, chaque élève doit bénéficier de ces enseignements dans des conditions d’apprentissage convenables, au nom de l’égalité républicaine et de l’égalité du territoire.