Pour le retour des trains de nuit internationaux en Belgique

0 a signé. Allez jusqu'à 15 000 !


English / Dutch

Cela fait maintenant plus de 15 ans en Belgique que le dernier train de nuit a quitté la gare de Bruxelles pour ne jamais revenir. Ce mode de transport, utilisé par de nombreuses générations au XXème siècle et synonyme de grands voyages et de vacances, retrouve un regain d’intérêt parmi la population en Europe. Des pays comme l’Autriche ont déjà relancé cette activité et d'autres comme la Scandinavie et la France sont en train de discuter du sujet. La SNCB quant à elle n’a aucune intention, que ce soit dans un future proche ou lointain, de reproposer ce service. Ce manque d’ambition et de vision d'avenir est désolant, tout spécialement dans une société en transition cherchant de nouvelles alternatives au déplacement. En conséquence, nous demandons au gouvernement de jouer son rôle d’actionnaire principal de la SNCB et de lui demander d’étudier sérieusement la possibilité de rouvrir des lignes d’intercités de nuit, comme cela était le cas dans le passé.  

Voici une ligne non exhaustive des avantages des trains de nuit :

  • C’est le moyen de transport écologique par excellence, il est le plus intéressant en terme de bilan carbone par passager que n’importe quel autre moyen de transport ainsi qu’au niveau de son impact sur l’environnement (nuisance sonore, artificialisation des sols pour les aéroports, etc…).
  •   Il ne nécessite pas de gros investissements au niveau des infrastructures, contrairement aux lignes à haute vitesse puisque le réseau existe déjà : il n’y a qu’à investir dans le matériel roulant lorsque ceci est nécessaire. Dès lors, les prix des billets peuvent être bien plus économiques que ceux d'un train à grande vitesse qui doit rentabiliser les coûts d'infrastructures
  • Il permet différents types de déplacement (de loisirs, familiaux, professionnels) et répondant aux besoins de chacun. Des jeunes voyageant le moins cher possible aux hommes d’affaires exigeant un certain confort avec des cabines privatisées connectées en passant par les familles pouvant réserver tout un compartiment à couchettes pour elles.
  •  Il permet de simplifier les déplacements : les aéroports sont souvent excentrés des villes et un bus est nécessaire pour rejoindre les centres villes, ce qui rajoute du temps ainsi que des coûts. Grâce au train de nuit, on arrive en matinée directement au centre même de sa ville de destination, évitant ainsi les bouchons pour rentrer dans la ville (que ce soit en bus-navette ou en voiture). De plus, il permet d’économiser une nuit à l’hôtel pour les budgets serrés, ou tout simplement d’éviter de dormir dans un aéroport lorsque, et c’est très souvent le cas, les vols low-cost partent très tôt le matin (les premiers sont à 5H30)
  •  Le confort y est de loin le meilleur, comparé à tout autre moyen de transport : en étant couché sur sa banquette, on peut lire, regarder un film, se relaxer dans une position qui nous fait sentir comme chez nous. On peut aussi se balader dans les couloirs, regarder le paysage par la fenêtre, aller prendre un verre dans le wagon-bar (s’il y en a) et se dégourdir facilement  les jambes.
  •  Le temps de voyage est bien mieux rentabilisé : en dormant la nuit, on arrive dispo le matin-même dans la ville de destination, sans le stress tôt le matin de rater son avion. En prenant le train la veille, on ne risque pas de bouchon ni d’être « pressé » dans l’angoisse et la précipitation.
  •  Il a une capacité importante, jusqu’à 800 personne, et affiche un bon taux de remplissage (n’en déplaise à certaines compagnies ferroviaires essayant d’y trouver un prétexte pour les supprimer). Il est économiquement rentable, comme l’a montré la compagnie ferroviaire autrichienne qui a décidé en 2016 de reprendre ce marché lorsque la compagnie allemande y a renoncé : en investissant dans le matériel roulant, l’entreprise a assuré que ses lignes de nuit étaient rentables dès la première année, et elle prévoit d’acheter des trains supplémentaires pour augmenter son offre. D’autres pays songent aussi à reproposer ce service, chose qui par contre ne semble pas du tout d’actualité en Belgique
  •  Il permet de parcourir des distances plus importante que le TGV (jusqu’au double), soit un rayon d’environ 1500 km.
  •   C’est un moyen de transport convivial unique en son genre : les rencontres sont facilitées et discuter avec son voisin de couchette devient tout naturel. Cela permet de faire de nouvelles rencontres, chose qui n’arrive plus si souvent dans l’avion, le bus ou même dans les trains de jours. Le train de nuit est tout un art de voyager, il permet de remettre les distances à un niveau humain et ralentir le rythme dans cette société toujours plus rapide. On « ressent » le voyage, ce qui est une bonne chose car cela devient partie intégrante des vacances, sans pour autant décider de partir à l’aventure à cheval pour Milan par exemple. C’est aussi un bon moyen de concilier les emplois du temps chargés avec le travail, l’école, et des voyages plus longs que l’on devrait faire.

Pour plus d’information sur les trains de nuits en Europe, n’hésitez pas à aller sur la page www.back-on-track.eu où vous trouverez toutes les informations nécessaires. Et pour la Belgique : www.facebook.com/backontrackbelgium