Non au saccage de la Citadelle de Bastia !

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Un collectif de riverains et de citoyens soucieux du patrimoine de leur ville et du devenir d'une filière d'avenir s'opposent à l'agrandissement du lycée maritime de Bastia, situé à la Citadelle.

Pourquoi ?

  1. Une grave atteinte au patrimoine : 

    En 2016, pour la construction d'un bâtiment d'exercices incendie, on a posé des parpaings sur les remparts génois. C'est une une erreur inqualifiable ! Nous demandons la destruction du bâtiment

  2. La privatisation de l'espace public :
    Le lycée maritime a été construit dans les années 1960, sans permis de construire et de manière illégale : une partie du terrain a été pris à une famille riveraine (sans vente ni expropriation) ; la construction a aussi privatisé une partie du domaine public. C'est ainsi que le Chemin de ronde et le phare du XIXe siècle se sont trouvés enfermés dans le lycée, les quatre rues d'accès étant obstruées par des murs ou des grilles (rue du Dragon, Descente des Chartreux, Rue de L'Evêché, Accès côté Poudrière, à l'est). Nous demandons la restitution de ces éléments patrimoniaux.
  3. La Citadelle défigurée : 
    Le projet de la CDC prévoit de surélever le bâtiment actuel. On nous explique que par manque de moyens on ne peut pas construire ailleurs. On va donc rehausser l'horrible bâtiment des années 60 et achever de défigurer ce qui est l'emblème de la ville. La Citadelle n'a t-elle pas suffisamment été meurtrie par les choix architecturaux douteux de ses édiles (parking, palais des Gouverneurs) ? Monter de deux étages un bâtiment d'un tel volume dans ce quartier est un désastre patrimonial.
  4. Le manque d'ambition : 
    Pendant des années on a dit que nos élus manquaient de vision et d'ambition. Accepter un tel choix, c'est une vision à court terme. Le site actuel est exigu, difficile d'accès, inadapté. Il sera vite obsolète (cinq ans ? dix ans ?), et on sera bien obligés d'en construire un autre ailleurs. La jeunesse a besoin d'un projet d'envergure et non d'un pauvre rafistolage.
  5. Et la sécurité ?
    On va donc accepter d'accueillir plus d'élèves dans un cul-de-sac en bout de falaise, dans un quartier aux rues étroites où les voitures ne peuvent se croiser et qui était destiné à être piétonisé ! Que se passera t-il en cas de problème ?


Cullettivu compte sur vous aujourd'hui

Cullettivu SALVEMU A CITATELLA a besoin de votre aide pour sa pétition “Non au saccage de la Citadelle de Bastia !”. Rejoignez Cullettivu et 3 247 signataires.