Pour que la laie "Brindille" ne soit pas abattue

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !


EN

Brindille est une laie abandonnée par sa mère en avril 2019. Ce marcassin de quelques semaines à été nourri au biberon.

Afin de lui trouver un refuge, j’ai téléphoné aux associations qui s’occupent de la faune sauvage du secteur mais tout deux ont refusé de la prendre en charge. J’étais contraint de la garder. (Le Tichodrome situé au GUA et l'Association AQUILA à Gap)

Les mois se passe et Brindille grandi entouré de chiens et de chats. Elle joue avec sans aucune agressivité envers eux.

De mon côté j’essaye de trouver une solution comme la placer dans un parc mais en vain. J'ai contacté à plusieurs reprise les associations les plus connus (Brigitte Bardot et autre) mais trop de demande afflue et impossible de tous les gérer.

Brindille grandi de plus en plus et fait maintenant parti de la famille. Elle est totalement apprivoisée et n’a plus aucune crainte envers l’homme ou d’autres animaux. Elle reste d’elle-même en sécurité quand les chasseurs tentent de la faire franchir les 150m pour lui tiré dessus.

Brindille a grandi dans un jardin clôturé mais non hermétique : elle rentre et sors à sa guise… Elle n’est aucunement retenue en captivité comme le prétend un certain rapport… Elle ne veut plus partir. Elle n’est pas à la vue d’autrui.

Elle a matin et soir une gamelle avec des fruits et légumes frais, acheté directement au supermarché, et à toujours à disposition du maïs à volonté. Elle n’a jamais mangé de viande ou de poisson ni de reste de repas.

Elle est également très attaché à ma nièce de 4 ans qui ne l’a quitte presque plus.

Je commence donc les démarches pour l’autorisation de détention mais la dénonciation à été plus rapide et les démarches se bloquent.

Le 24 novembre, les chasseurs de l’ACCA (Association Communale de Chasse Agréée) de Saint Maurice en Trieves (38930) décident d’encercler la maison dans le but de faire sortir un maximum d’animaux des forêts - comme il est fait régulièrement - jouxtant ma propriété et de les abattre avec des tirs en direction de ma maison alors que les champs sont occupés par des poneys et qu’un enfant de 4 ans joue à proximité d’eux. Après un tir vraiment dangereux,  J’ai fait intervenir la gendarmerie de Monestier de Clermont qui lors de l’intervention m’a demandé de m’écarter afin de ne pas connaitre l’identité du tireur.

Comme il est coutume dans les petits villages de copiner avec l’ensemble des agents ministériels, aucune remonter ni verbalisation n’a été faite, soulignant qu’il n’y a pas eu de mort pour confirmer mes dires. Il en va de même pour les multiples actes de braconnages de nuit et des diverses pressions que tentent de me faire subir les membres de l’ACCA de saint Maurice en Trieves ainsi que leurs familles et amis. Les chasseurs étant protégés par notre gouvernement actuel,  les multiples plaintes n’aboutissent jamais.

Mieux encore puisque le 3 janvier 2020, j’ai été convoqué par l’office national de la chasse et de la faune sauvage pour détention de Brindille.

Dans ce dossier je suis reçu par un agent de police de l’environnement qui serait membre de l’ACCA de lus la croix haute (village à 5 minutes du mien) et semblerais chasser avec les chasseurs de saint Maurice en Trieves. Je soulève des incohérences entre les dires de cet agent et la réalité sur papier. Il prétend être venu sur place et avoir constaté la présence de Brindille, qui serait sorti du jardin pour venir jusqu’au plus prêt de son véhicule. (Ce qui prouverait donc que Brindille n’est pas tenue en captivité). J’aperçois des photos dans le dossier qui me sont interdit de visualiser. (violation de domicile ? dénonciation ?)

Je reçois un courrier de la direction départementale des territoires – services environnement de l’Isère en date du 15 janvier 2020 qui me dit qu’il me transmet avec « honneur » le "rapport de manquement administratif, formalisant les constatations faites lors du contrôle de vos installations opéré en votre présence le 9 décembre 2019". Hors ce jour, j’étais au travail puis au sport.

Il est déjà confirmer que même en déposant une autorisation de détention, celle-ci me sera refusée pour satisfaire le plaisir de vengeance de l’ACCA de Saint Maurice en Trieves.

Je lance donc cette pétition afin de m’aider à garder brindille qui est loin d’être un animal nuisible ou dangereux.

Je vous demande de partager en masse, de relayer mon appel à l’aide auprès de tout les médias nationaux et internationaux et de toute les associations animalières connues.

Merci pour votre soutien.