L’Union Européenne doit interdire les animaux sauvages dans les cirques

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 000 !


[ Anglais ] [ Espagnol ] [ Italien ] [ Néerlandais ]

Le lundi de Pâques 2018, il y a eu un accident de la route en Espagne impliquant cinq éléphants de cirque. Il a tué un éléphant et deux ont été gravement blessés. Ce n'était qu'une question de chance qu'aucune personne n'ait été blessée. Malgré l'incident tragique, les quatre éléphants restants ont continué à être transportés à travers l'Europe pour le divertissement. À la fin de 2020, un autre des éléphants était mort en conséquence d'une mauvaise santé. Deux semaines plus tard, les trois éléphants restants étaient de retour sur la route

Ce n'était pas un cas exceptionnel. Des centaines de cirques sont toujours en tournée avec des milliers d'animaux sauvages à travers l'UE, transportant avec eux des histoires similaires d'incidents dangereux et de souffrances silencieuses. Ces tragédies auraient pu être évitées - c’est pourquoi que je demande l’interdiction de l’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques dans l’Union européenne.

De rapports récents ont dévoilé des incidents choquants impliquant le public et des animaux sauvages dans des cirques à travers l'Europe. Il s'agit souvent des cirques et d'animaux qui voyagent sur tout le continent mettant en danger la santé et la sécurité des citoyens européens. En Espagne par exemple, un hippopotame a déjà réussi à s'échapper six fois.

Les éléphants impliqués dans l'incident du lundi de Pâques étaient en route pour leur prochain lieu de représentation avec le cirque espagnol Gottani. Ils avaient été sortis clandestinement d'Allemagne et transportés en France, en Lettonie, en Lituanie, en Irlande et, finalement, en Espagne. La famille qui possède les éléphants a des antécédents de comportement négligent qui a conduit à plusieurs incidents.
 
La plupart des États membres de l'UE a déjà interdit ou serieusement reduit l'utilisation d'animaux sauvages dans les cirques. Mais tant qu'il n'y a pas d'interdiction à l'échelle de l'UE, les cirques avec des animaux sauvages peuvent continuer à voyager à travers le continent vers les pays où leur représentation est encore autorisée. La communauté vétérinaire a déjà exhorté les autorités européennes et autres autorités compétentes à interdire simplement l'utilisation de mammifères sauvages dans les cirques itinerants. Nous demandons aussi la fin de cette pratique.

Il est temps que l’Union européenne agisse. Seul cela peut garantir une solution aux souffrances physiques et émotionnelles des animaux sauvages dans les cirques et aux risques de sécurité publique qui en découlent.

Veuillez signer et partager.