End the observation of the Bi-annual Time change in Ontario

0 have signed. Let’s get to 500!


Version française à suivre la version anglaise.

This is a petition to gather support to propose amendments to Ontario's Time Act, R.S.O. 1990, Chapter T.9, the act that governs the observation of daylight saving time ("DST"). The proposal is to completely abolish the observation of DST and permanently adopt Eastern Standard Time or Atlantic Standard Time, thus eliminating the bi-annual time change in Ontario.

Ontario has been observing DST for many decades. This practice forces everyone in the province to move the time back an hour in the fall to provide an extra hour of daylight in the morning, while time moves up by an hour in the spring. DST was originally put in force because it was believed that it would save on electricity.

The reasons that DST should be abolished include:

  • The number of jurisdictions that do and do not observe daylight-savings time;
  • The effect fall time change has on individuals mental health;
  • Increase of health issues during spring time change;
  • Increase of car collisions during spring time change;
  • Loss of economic productivity during spring time change; and,
  • Energy savings from observing daylight saving time are negligible.

Reasons to change the Act in order to effectively repeal daylight-savings time:

1.      Only one quarter of the countries of the world actually observe daylight saving time. Western jurisdictions that do not observe daylight saving time include:

  • Arizona;
  • Hawaii;
  • Queensland; and,
  • Saskatchewan.

Since other jurisdictions are not using daylight savings time it shows that it is not needed for interjurisdictional economic reasons.

Other jurisdictions are looking to abolish the bi-annual change in time. These jurisdictions include:

  • European Union;
  • Florida;
  • Tennessee
  • Alberta;
  • South Carolina;
  • British Columbia; and,
  • Michigan.

2.      The fall time change causes unnecessary mental health issues with the time change in the autumn.

  • Around 2-3% of Canadians suffer from Seasonal Affective Disorder (“SAD”), while an additional 15% suffer from the less severe winter blues (10% of depression cases are as a result of SAD). SAD is a mental health issue that affects those in the northern hemisphere because of the lack of natural sunlight providing people with vitamin D. The lack of vitamin D causes depression.
  • The article “Daylight saving Time Transitions and the Incidence Rate of Unipolar Depressive Episodes” was published in the May 2017 Volume 28, Issue 3 in Epitomology by researchers from the University of Copenhagen and University of Standford. International researchers looked at Danish hospital intake records from 1995 to 2012 that included 185,419 diagnoses of depression. Hospital admissions for depression increased as winter came, but there was always a spike of admissions the month immediately following the changing of clocks; typically an 11 percent rise in depression diagnoses, which dissipated in the 10 weeks following. While the researchers focused on those with severe depression, the authors say the time shift likely affects “the entire spectrum of severity”. The researchers believe that the spike has to do with the way daylight saving manipulates our hours of light and dark. Moving the hour of daylight from the afternoon to early morning, a time when most people are indoors anyway the authors say, whereas when people have some spare time in the afternoon or evening it is already dark. The researchers believe that daylight saving time effects people psychologically because the time change forces people to acknowledge that winter and the shorter days that come with it are coming.

3.      The time change in the spring  also causes issues:

Health is adversely effected with an increase of heart attacks:

  • A study presented to the American College of Cardiology in March 2014 based on data collected from Michigan hospitals between 2010 and 2013 showing a spike of 25% for patients admitted for heart attacks after the time change in the spring.
  • 2012 study by the University of Alabama at Birmingham found that there was a 10 percent increase in the risk of heart attack over the following 48 hours.
  • A Swedish study published in the New England Journal of Medicine in 2008 found approximately a 7 percent increase of the incidence of heart attacks in the first three weekdays after the time change, which was attributed to a lack of sleep. This information was based on 20 years of Swedish records.

Car Accidents:

  • An October 2014 study by the University of Colorado (Boulder) looked at records of fatal car crashes in the United States. It noted a 17 per cent rise in traffic accident-related deaths on the Monday after clocks moved forward an hour in the spring. Research done by University of British Columbia showed similar findings.
  • A 1999 study released by researchers at Johns Hopkins University and Stanford University analysed 21 years of fatal car crash data from the US National Highway Transportation Safety Administration and discovered a slight increase of road deaths. The number of deadly accidents went from an average of 78.2 on any given Monday to an average of 83.5 the Monday following the change.

Loss of productivity:

  • A study conducted by researchers at the University of Education, Heidelberg, Im Neuenheimer (Germany) and published in Volume 10 of Issue 9 the Journal of Sleep Medicine in October 2009 (“Daytime sleepiness during transition into daylight saving time in adolescents: Are owls higher at risk?”) that looked at how the change in time affects undergraduate students. Their findings included that the transition to daylight saving time does lead to sleepiness for a period of approximately three weeks. However, the effects on those that are night owls is a lot higher. In the end the researchers suggested that it would be unfair to assess students in the three weeks following the spring change in time due to the disruption in student’s sleep cycles.
  • Other research (“The Human Circadian Clock's Seasonal Adjustment Is Disrupted by Daylight Saving Time”, Current Biology, vol. 17, issue 22, November 2007) has come to the conclusion that no one ever really adjusts to Daylight saving Time since our bodies natural circadian rhythm adjusts to gradual changes when the sun is up, rather than the artificial time set by Daylight-Savings time.

4.      Energy Savings

There is data to show that daylight saving does not necessarily result in energy savings.

  • In May 2007, the California Energy Commission published a report that found only a 0.2% annual savings, with a margin of error of 1.5%. The U.S. Department of Energy has said that there is a 0.5% savings in electricity.
  • A Report to Congress in October 2008 by the Department of Energy of the United States found the following with extended daylight saving time:
  1. There was just 0.03 percent per year in electricity savings that could be attributed to extended daylight saving time;  
  2. Negligible statistical difference in the consumption of gasoline and traffic patterns; and,
  3. Primary energy consumption savings represented just 0.02% of yearly consumption.

5.      Economic Impacts

  • People tend to shop, dine out and participate in other commercial activities during daylight hours. Scrapping the fall time change would mean that people would generally stay out after work and school, generating more economic activity during winter months.
  • A 2013 Index published by Chmura Economics & Analytics suggested that the total cost of the spring time change based on health impacts, loss in productivity and workplace accidents in the United States was $434 million.

WHEREAS observing the bi-annual time change has adverse effects on resident's mental and physical health, including depression and heart attacks;

WHEREAS observing daylight saving time causes an increase in car accidents;

WHEREAS daylight savings time results in economic losses from productivity, health and activity costs; and,

WHEREAS the energy savings from observing daylight saving time is negligible.

We, the undersigned, propose that the Ontario Legislature eliminate the observation of daylight savings time:

TO decrease the effects of SAD and winter blues on Ontario residents;

TO eliminate the adverse health and economic implications associated with the spring time change; and,

TO improve commercial economic activity during winter months.

***

Version française

Il s'agit d'une pétition visant à obtenir du soutien pour proposer un projet de loi visant à modifier la Loi sur le temps de l'Ontario, R.S.O. 1990, chapitre T.9, l'acte qui régit l'observation de l'heure d'été («DST»). La proposition consiste à abolir complètement l'observation de la DST et à adopter de façon permanente l'heure normale de l'Est ou l'heure normale d'Atlantique, éliminant ainsi le changement d'heure semestriel en Ontario.

L'Ontario observe la DST depuis de nombreuses décennies. Cette pratique oblige tout le monde dans la province à reculer d'une heure à l'automne pour fournir une heure supplémentaire de lumière le matin, tandis que le temps passe d'une heure au printemps. DST a été initialement mis en vigueur parce qu'on croyait que cela permettrait d'économiser de l'électricité.

Les raisons pour lesquelles DST devrait être aboli comprennent:

  • Le nombre de juridictions qui observent et n'observent pas l'heure d'été;
  • Le changement de temps de l'effet a sur la santé mentale des individus;
  • Augmentation des problèmes de santé pendant le changement de temps du printemps;
  • Augmentation des collisions de voiture pendant le changement de temps de printemps;
  • Perte de la productivité économique pendant le changement de temps du printemps; et,
  • Les économies d'énergie résultant de l'observation de l'heure d'été sont négligeables.

Les raisons de modifier la Loi afin d'abroger efficacement l'heure d'été:

1. Seul un quart des pays du monde observe l'heure d'été. Les juridictions occidentales qui n'observent pas l'heure d'été comprennent:

  •     Arizona;
  •     Hawaii;
  •     Queensland; et,
  •     Saskatchewan.

Étant donné que les autres administrations n'utilisent pas l'heure d'été, cela montre qu'elle n'est pas nécessaire pour des raisons économiques interjuridictionnelles.

D'autres administrations cherchent à abolir le changement semestriel. Ces juridictions comprennent:

  •     Union européenne;
  •     Floride;
  •     Tennessee
  •     Alberta;
  •     Colombie britannique; et,
  •     Michigan.

2. Le changement d'heure d'automne cause des problèmes de santé mentale inutiles avec le changement d'heure à l'automne.

  •  Environ 2 à 3% des Canadiens souffrent d'un trouble affectif saisonnier (TAS), tandis que 15% d'entre eux souffrent du blues hivernal moins sévère (10% des cas de dépression sont attribuables au TAS). Le TAS est un problème de santé mentale qui touche ceux de l'hémisphère nord en raison du manque de lumière naturelle qui fournit la vitamine D. Le manque de vitamine D cause la dépression.
  • L'article intitulé «Daylight saving Time Transitions and the Incidence Rate of Unipolar Depressive Episodes» a été publié en mai 2017 dans le volume 28, numéro 3 en Epitomology, par des chercheurs de l'Université de Copenhague et de l'Université de Standford. Des chercheurs internationaux ont examiné les dossiers hospitaliers danois de 1995 à 2012, qui comprenaient 185 419 diagnostics de dépression. Les admissions à l'hôpital pour dépression ont augmenté à mesure que l'hiver arrivait, mais il y avait toujours un pic d'admissions le mois suivant immédiatement le changement des horloges; généralement une augmentation de 11% des diagnostics de dépression, qui s'est dissipée dans les 10 semaines suivantes. Alors que les chercheurs se sont concentrés sur ceux qui souffrent de dépression sévère, les auteurs disent que le décalage temporel affecte probablement "le spectre entier de la gravité". Les chercheurs croient que le pic a à voir avec la façon dont l'heure d'été manipule nos heures de lumière et d'obscurité. Déplacement de l'heure du jour de l'après-midi au début de la matinée, moment où la plupart des gens sont à l'intérieur de toute façon les auteurs disent, alors que lorsque les gens ont du temps libre dans l'après-midi ou le soir, il fait déjà nuit. Les chercheurs croient que l'heure d'été affecte psychologiquement les gens parce que le changement de temps force les gens à reconnaître que l'hiver et les jours plus courts qui l'accompagnent arrivent.

3. Le changement d'heure au printemps provoque également des problèmes:

La santé est affectée par une augmentation des crises cardiaques:

  • Une étude présentée à l'American College of Cardiology en mars 2014 basée sur des données recueillies dans les hôpitaux du Michigan entre 2010 et 2013, montrant une pointe de 25% pour les patients admis pour une crise cardiaque après le changement d'heure au printemps.
  • Une étude réalisée en 2012 par l'Université de l'Alabama à Birmingham a révélé une augmentation de 10% du risque de crise cardiaque au cours des 48 heures suivantes.
  • Une étude suédoise publiée dans le New England Journal of Medicine en 2008 a constaté une augmentation d'environ 7 pour cent de l'incidence des crises cardiaques au cours des trois premiers jours de la semaine après le changement de temps, qui a été attribué à un manque de sommeil. Cette information était basée sur 20 années de records suédois.

Accidents de voiture:

  • Une étude réalisée en octobre 2014 par l'Université du Colorado (Boulder) a examiné les dossiers d'accidents de la route mortels aux États-Unis. Il a noté une augmentation de 17 pour cent des décès liés aux accidents de la circulation le lundi après que les horloges aient progressé d'une heure au printemps. Des recherches effectuées par l'Université de la Colombie-Britannique ont montré des résultats similaires.
  • Une étude publiée en 1999 par des chercheurs de l'Université Johns Hopkins et de l'Université de Stanford a analysé 21 ans de données sur les accidents mortels de la US Highway Highway Safety Administration des États-Unis et découvert une légère augmentation des décès sur les routes. Le nombre d'accidents mortels est passé d'une moyenne de 78,2 sur un lundi donné à une moyenne de 83,5 le lundi suivant le changement.

Perte de productivité

  • Une étude menée par des chercheurs de l'Université de l'Education, Heidelberg, Im Neuenheimer (Allemagne) et publiée dans le volume 10 du numéro 9 du Journal of Sleep Medicine en octobre 2009 ("Daytime sleepiness during transition into daylight saving time in adolescents: Are owls higher at risk?") qui a regardé comment le changement dans le temps affecte les étudiants de premier cycle. Leurs conclusions ont inclus que la transition vers l'heure d'été mène à la somnolence pendant une période d'environ trois semaines. Cependant, les effets sur ceux qui sont noctambules sont beaucoup plus élevés. En fin de compte, les chercheurs ont suggéré qu'il serait injuste d'évaluer les étudiants dans les trois semaines suivant le changement du printemps en raison de la perturbation des cycles de sommeil des étudiants.
  • D'autres recherches ("The Human Circadian Clock's Seasonal Adjustment Is Disrupted by Daylight Saving Time”, Current Biology, vol. 17, issue 22, novembre 2007) sont arrivées à la conclusion que personne ne s'adapte vraiment à l'heure d'été puisque nos corps sont naturels. Le rythme circadien s'adapte aux changements graduels quand le soleil se lève, plutôt que le temps artificiel fixé par l'heure d'été.

4. Économies d'énergie

Des données montrent que l'heure d'été n'entraîne pas nécessairement des économies d'énergie.

    En mai 2007, la California Energy Commission a publié un rapport qui n'a trouvé que 0,2% d'économies annuelles, avec une marge d'erreur de 1,5%. Le ministère de l'Énergie des États-Unis a déclaré qu'il y a une économie de 0,5% en électricité.

    Un rapport au Congrès en Octobre 2008 par le ministère de l'Énergie des États-Unis a trouvé ce qui suit avec l'heure d'été prolongée:

  •  Il n'y avait que 0,03% par an d'économies d'électricité qui pouvaient être attribuées à l'heure d'été prolongée;
  •  Différence statistique négligeable dans la consommation d'essence et les modèles de trafic; et,
  •  Les économies de consommation d'énergie primaire représentaient seulement 0,02% de la consommation annuelle.

5. Impacts économiques

    Les gens ont tendance à magasiner, à dîner et à participer à d'autres activités commerciales pendant la journée. La suppression du changement d'heure de l'automne signifierait que les gens resteraient généralement dehors après le travail et l'école, générant plus d'activité économique pendant les mois d'hiver.

    Un indice publié en 2013 par Chmura Economics & Analytics a suggéré que le coût total du changement de temps de printemps basé sur les impacts sur la santé, la perte de productivité et les accidents du travail aux États-Unis était de 434 millions de dollars.

ATTENDU QUE l'observation du changement d'heure bisannuel a des effets néfastes sur la santé mentale et physique du résident, y compris la dépression et les crises cardiaques;

ATTENDU QUE l'observation de l'heure d'été entraîne une augmentation des accidents de la route;

ATTENDU QUE l'heure d'été entraîne des pertes économiques liées à la productivité, à la santé et aux coûts d'activité; et,

ATTENDU QUE les économies d'énergie découlant de l'observation de l'heure d'été sont négligeables.

Nous, les soussignés, proposons que l'Assemblée législative de l'Ontario supprime l'observation de l'heure d'été:

Diminuer les effets du TAS et du blues hivernal sur les résidents de l'Ontario;

ÉLIMINER les répercussions négatives sur la santé et l'économie associées au changement du moment du printemps; et,

Améliorer l'activité économique commerciale pendant les mois d'hiver.



Today: Caroline is counting on you

Caroline Mendoza needs your help with “End the observation of Standard Time or Daylight Saving Time in Ontario”. Join Caroline and 317 supporters today.