Petition update

URGENT - De l'arsenic et du plomb dans l'herbicide le plus répandu à La Réunion !

FAP 974

Feb 2, 2018 — Bonjour à toutes et à tous chers soutiens à la pétition pour plus d'aliments bio et locaux dans les cantines scolaires réunionnaises,

Ici comme ailleurs, l'information est passée inaperçue du fait de l'absence de diffusion par les grands médias hormis quelques magazines avertis et très orientés sur l'environnement. Ça aurait pourtant du être "la goutte d'eau qui fait déborder le vase" car il s'agit de faits gravissimes et nous tenons pour notre part à vous faire savoir qu'une étude menée par les professeurs Gilles-Eric Séralini, Nicolas Defarge et Joël Spiroux de l'Université de Caen Normandie a révélé la présence de métaux lourds tels que le plomb et l'arsenic, mais aussi du chrome, du cobalt et d'autres ou bien encore de pétrole dans le produit phytosanitaire le plus utilisé à La Réunion.

Il s'agit de l'herbicide à base de la très controversée molécule glyphosate soupçonnée être cancérogène par le Centre International de Recherche sur le Cancer, une agence émanant de l'Organisation Mondiale de la Santé qui a récemment renouvelé sa position sur la toxicité de ce produit (1).

C'est ce produit qui est le plus largement répandu sur l'île car sur les 250 tonnes de pesticides importés chaque année, la moitié concerne cet herbicide (2) dont 75 % en 2014 sont destinés à la culture dominante, la canne à sucre dont la surface couvre plus de 24 000 hectares, une statistique bien supérieure à ce jour puisque depuis le 1er janvier 2017 et le plan Ecophyto, les collectivités ne sont plus autorisées à diffuser ce type de produit dans les espaces publics.

Selon les dernières informations obtenues de la Direction de l'Agriculture, de l'Alimentation et de la Forêt (DAAF), l'indice de fréquence de traitements herbicides (IFTH) s’élèvait en 2014 en moyenne à 3,43 traitements par an, un chiffre qui cache cependant de grandes disparités en fonction des conditions de culture (3). En réalisant un calcul simple sur la base de ces chiffres, on peut estimer que plus de 4 kg par hectare de canne sont déversés chaque année sur le territoire, infectant les sols, les réserves d'eau et les cultures maraîchères. Tout cela pour une production essentiellement destinée à l'exportation.

Dans un article qui titrait "Rien à craindre du glyphosate selon les agriculteurs" paru sur le site d'Imaz Press Réunion mais que nous ne diffuserons pas sur nos pages vous le comprendrez, les présidents respectifs de la FDSEA locale, monsieur Frédéric Vienne, et Bruno Robert pour les Jeunes Agriculteurs 974 soutenus notoirement par le président de la Chambre d’agriculture et vice-président de la CGPER Jean-Bernard Gonthier défendaient encore l'usage de ce produit, qui selon eux ne se propagerait ni dans l'air, ni dans l'eau ni au delà de la stricte zone d'épandage comme si ce produit était doté d'une intelligence qui lui permettrait de se limiter à des frontières invisibles qui n'existent que dans l'esprit des inconscients, montrant toute leur méconnaissance des fondamentaux d'un écosystème et faisant fi du principe de précaution à l'égard de leurs familles, de leur voisinage et des consommateurs, en particulier nos enfants.

Il a été dit par ces personnages disposant malheureusement d'une grande influence au sein de la profession que ce produit n'était pas utilisé pour les cultures maraîchères or on peut en douter et le mot est faible. D'ailleurs, si ce produit n'était pas dangereux pour la santé, pourquoi dans une grande incohérence se défendre de l'utiliser sur les cultures légumières et fruitières ? Et sur la toxicité, qu'en est-il du cobalt, du chrome, de l'arsenic et du plomb détectés dans les produits herbicides ? Les présidents de ces organismes se maintiendront-ils encore longtemps dans le déni de la dangerosité des produits dont ils seront les premières victimes et dans le refus des alternatives existantes ?

Si ces hauts responsables manifestement téléguidés par l'appât du gain, refusent l'évidence, nous restons déterminés à dénoncer l'utilisation de ce produit ainsi que de l'ensemble des pesticides néfastes à la santé de nos concitoyens. Nous dénonçons également le système des autorisations de mise sur le marché dominé par les lobbys industriels plutôt que par l'intérêt général.

Nous rappelons que les études scientifiques qui révèlent des faits de plus en plus graves, se poursuivent pour prouver le cocktail cancérogène, 1 réunionnaise sur 8 souffre du cancer du sein, les perturbations sur le système hormonal générant une multiplicité de maladies chroniques telles que l'obésité et le diabète, les maladies dégénératives comme Parkinson, Alzheimer.

Nous en appelons à la responsabilité des représentants des collectivités locales qui se doivent dans leurs cahiers des charges pour la restauration scolaire de refuser non seulement les aliments traités mais qui ne devraient plus acheter les denrées auprès d'agriculteurs qui font usage des pesticides et ne respectent pas le principe élémentaire de précaution maintes fois évoqué par les médecins, les associations telles que la Ligue contre le Cancer (3) et qui est désormais une exigence généralisée au sein de la population.

Vous remerciant à nouveau pour votre confiance et votre soutien, nous vous invitons à partager cette nouvelle scandaleuse et à nous rejoindre dans notre combat pour la sécurité alimentaire et la préservation de la santé des générations futures.

FAP

Nous rejoindre sur facebook https://www.facebook.com/Friyapin974/

(1) Euractiv : https://www.euractiv.fr/section/agriculture-alimentation/news/iarc-alone-against-glyphosate-despite-new-evidence/

(2) Interview du Docteur Bruno Bourgeon, octobre 2017 http://www.linfo.re/la-reunion/societe/729203-bruno-bourgeon-la-reunion-consomme-deux-fois-plus-de-pesticides-que-l-hexagone

(3) Ligue contre le cancer https://www.ligue-cancer.net/article/32160_pesticides-et-cancers-mise-au-point-de-la-ligue-nationale-contre-le-cancer


Keep fighting for people power!

Politicians and rich CEOs shouldn't make all the decisions. Today we ask you to help keep Change.org free and independent. Our job as a public benefit company is to help petitions like this one fight back and get heard. If everyone who saw this chipped in monthly we'd secure Change.org's future today. Help us hold the powerful to account. Can you spare a minute to become a member today?

I'll power Change with $5 monthlyPayment method

Discussion