Decision Maker

Xavier Bertrand

  • Président de la Région Hauts-de-France

Does Xavier Bertrand have the power to decide or influence something you want to change? Start a petition to this decision maker.Start a petition
Petitioning Xavier Bertrand, Emmanuel Macron, MINISTERE DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE ET SOLIDAIRE, Département du Nord, Agence Française de la Biodiversité, Département de la Somme, Département du Pas-de-Calais...

Protégeons la faune sauvage du Nord, signez pour sauver le centre de soins OISO !

Après de nombreuses relances, créations de dossiers et rencontres, l’association OISO se retrouve encore une fois confrontée à la fuite d’accord de subventions comme depuis quelques années de la part de la région Hauts-de-France ainsi que des départements du Pas-de–Calais, de la Somme et du Nord. Avec plus de 1000 animaux sauvages recueillis et soignés par an (en 2016, déjà plus de 900 en 2017), 3 départements couverts (Pas-de-Calais, Somme et Nord), le centre de soin dénote une augmentation constante de sa charge de travail. Malgré cela et le fait que nos confrères soient dans la même situation (fermeture de la section faune sauvage du centre de soin Picardie Nature en 2016 par exemple), les refus et esquives de subventions pour les acteurs de la protection environnementale locale continuent. Est-ce une façon pour ces institutions de ne pas faire face à leurs responsabilités ? La fin du centre de soin est engagée. Nous ne pouvons plus prendre d’animaux en charge désormais. La Somme, le Conseil Régional, le Nord et le Pas-de-Calais ne nous accordent plus de subventions, nous ne pouvons plus payer nos frais et avons besoin de 20 000 euros pour survivre jusqu’à la fin du mois d’août (retards de loyers et charges sociales fautes d’aides financières). A compter du 31 juillet 2017 le centre fermera et 5 personnes se retrouveront au chômage (plus des stagiaires). Nos actions ont une réelle utilité car elles contribuent au maintien de la biodiversité de la région : sans nous de nombreuses espèces animales et végétales seraient en disparition. Aidez-nous à obtenir des subventions d’urgence nécessaires au fonctionnement mais également des subventions régulières et annuelles afin que le centre perdure. Nous ne pouvons plus continuer à fonctionner malgré les collectes organisées, les campagnes de sensibilisation et les partenariats. Merci de partager la pétition au maximum sur les réseaux sociaux, blogs, de penser à vos contacts qui travaillent dans la presse, toute personne ou organisme qui peut nous aider (n’hésitez pas à nous transmettre leurs coordonnées). Les animaux comptent sur vous, ils n’ont rien demandé. Pour aller plus loin : Donnez pour que le centre puisse survivre en attendant les réactions de ces institutions ! (Cliquez Ici) Envoyez une lettre à ces institutions ! (Cliquez ici) Soutenez-nous sur Facebook (Cliquez ici) Journalistes, mécènes potentiels, n'hésitez pas à nous contacter sur Facebook pour obtenir notre adresse mail. Association OISO    

Association OISO
13,200 supporters
Petitioning Xavier Bertrand

Securiter des enfants a lecole privee saint augustin a roubaix 59100

Message d'une Roubaisienne : Je suis parent de deux élèves a l’école privée Saint Augustin a Roubaix. La semaine dernière ma fille Réihane de 5 ans en moyenne section de madame Aurélia a été plantée avec une paire de ciseaux tout près de l’œil par une élève. La maîtresse me dit que c'était un accident mais en rentrant a la maison ma fille me dit que c'est une agression la petite fille lui aurait dit "on va voir si ça fais mal". D'autres témoignages d'enfants de la classe confirment les dires de ma fille. La directrice madame Fabienne Vanroy me dit n'être au courant de rien, ne m'as pas appelé pour me mettre au courant, n'as pas convoqué les parents ainsi que les enfants. Je leur ai signalé mon mécontentement et après discussion je n'ai pas porté plainte. Il se trouve qu'hier je vais récupérer mes enfants a l'école et que mon fils Shemsdine âgé de 7 ans et demi en classe de CE1 était dans un état déplorable !!! Un enfant l'aurait attrapé par les pieds et retourné face contre sol! La maîtresse madame Dolores me dis que ce n'est pas grave c'est un jeu d'enfant. Je vais voir la directrice qui n'est, une fois de plus, au courant de rien!!! Je demande a attendre voir les parents mais la maîtresse me dis que c'est qu'une égratignure et que l'enfant a été privé de récréation !!! La maman arrive et quand je lui montre le visage de mon enfant me dis " les enfants sont comme des chiens ils jouent ensemble et se battent" la j' hallucine je lui dis que je vais porter plainte elle lève les mains près de mon visage en me disant "ferme ta gueule" des parents ainsi que mon mari ont du se mettre entre nous...La dame me rentre dedans avec sa poussette et s'en va. La directrice madame Fabienne Vanroy ainsi que la maîtresse Madame Dolores nont pas bougé. Une plainte est engagée a leur encontre ainsi qu'envers la maman et son fils. Ce matin j'arrive a l'école , mon fils devant aller a une sortie scolaire. Mon fils est refusé sous prétexte que je les ai menacé (chose fausse tout les enseignants se tiennent les coudes et confirment la chose même ceux qui n'étaient pas présent !) Je veux déposer ma fille dans sa classe mais elle y est refusée également. L'école se serre les coudes et se ligue contre nous ! Mes enfants sont privés d'école et de sortie scolaire. L'enfant agresseur a pu y aller.

Élodie BEDINA
8,760 supporters
Petitioning Xavier Bertrand, Gérald Darmanin, SNCF Réseau

Mobilisation contre la fermeture des lignes SNCF à St Pol sur Ternoise

La Région des « Hauts de France » et SNCF RESEAU ont décidé de moderniser ces lignes, c’est bien sûr, une bonne chose mais le calendrier prévoit une suspension du service à partir de Sept 2017 avant d’engager les travaux en 2020. Pour cela, ce calendrier nous fait craindre une fermeture définitive de ces lignes ! Le comité de lignes considère que ces lignes SNCF sont utiles et indispensables pour une ruralité vivante, un aménagement du territoire équilibré, pour l’environnement, pour la santé publique des populations. Nous nous prononçons : Contre la fermeture de ces lignes,Contre une politique du tout routier et autoroutier,Pour une politique de transport public qui redonne priorité au rail,Pour le transport des voyageurs par rail comme élément incontournable de lutte contre les dérèglements climatiques et la pollution.Nous manifestons notre désaccord avec la décision de la Direction Régionale de la SNCF, de SNCF RESEAU et du Conseil Régional des Hauts-de-France : de diminuer la vitesse des trains sur ces lignes à compter du 12 décembre 2016 (allongement de 14 à 26 minutes le parcours)de suspendre le service des trains en Septembre 2017 en attendant la potentielle rénovation des lignes autour de St Pol.Notre éloignement, notre position excentrée vis-à-vis des grandes villes, notre situation de communes rurales avec un habitat dispersé nous amènent à estimer que le maintien des dessertes est d'autant plus important. Dans le cadre de la politique globale d'aménagement du territoire et des territoires ruraux en particulier, il nous apparaît inégalitaire de supprimer ce service de transport par TER. Par ailleurs, en matière de développement durable et d’environnement, le transport collectif par train est amplement encouragé et la substitution par cars ne pourrait pas être envisagée à long terme » Nous demandons au Conseil Régional des Hauts de France : 1- Que toutes les mesures soient prises pour maintenir la vitesse nominale des circulations jusqu’à réalisation des travaux de régénération des lignes autour de St Pol2- Que toutes les mesures soient prises pour maintenir la circulation des TER en attendant la régénération de ces lignes3- Que toutes les mesures soient prises pour faire réaliser les travaux de régénération de ces lignes en réduisant au maximum l’impact pour les utilisateurs.

Mairie PERNES
3,101 supporters
Petitioning Emmanuel Macron

Reconnaître les Naturopathes en France

Aucune reconnaissance ou certification:La loi réserve l’exercice de la médecine aux seuls détenteurs d’un doctorat en médecine (diplôme d’état). De même, les paramédicaux sont structurés et reconnus. Mais aucun texte législatif ne précise le statut des naturopathes (PSN), alors que la profession d’ostéopathe et de chiropraticien sont en cours de reconnaissance depuis 2002.LE PARADOXE français : LA NATUROPATHIE N’EST NI CONNUE NI RECONNUE, mais les services administratifs et fiscaux soumettent logiquement les naturopathes (PSN) aux diverses redevances et impositions (T.V.A., Taxe professionnelle, URSSAF, …) sans contrepartie !Situation Naturopathie en France et en Union Européenne

Christophe CARABIN (VOGOT, LE RÉVEIL DES SENS)
2,698 supporters
Closed
Petitioning Xavier Bertrand

Pas de chasseurs aux "commandes" de la "Commission Régionale Environnement" du Nord Pas de Calais .

Il faut casser cette "pensée unique" et le lobbying qui va avec et qui font croire que les chasseurs sont, de droit, les meilleurs gestionnaire de la "nature" ... C'est faux, ils font partie des destructeurs de la biodiversité ... Leur confier le leadership d'une "commission régionale  environnement", c'est un peu comme donner  la responsabilité d'une agence bancaire à des truands ... 

Robert CAMUS
2,106 supporters
Closed
Petitioning Xavier Bertrand

Hauts-de-France: La participation des habitants sacrifiée!

Le Fonds de Participation des Habitants (FPH) est un dispositif régional mis en place à l'origine par la Région Nord-Pas-de-Calais. Son objectif est de permettre à des habitants, constitués ou non en association, de mener eux-mêmes des projets sur leur quartier, via une aide financière souple et rapide. Il constitue un levier de l'engagement des habitants dans la vie de leur quartier et de leur ville. En juillet 2016, Xavier BERTRAND (Président de la Région Hauts-de-France) a annoncé dans la presse une baisse drastique des subventions attribuées au FPH, dès 2016. Cette baisse remet en cause la bonne tenue de projets mis en place par, pour et avec les habitants. A ce jour, les structures porteuses des FPH n'ont reçu aucune explication, ni aucune information sur l'avenir du FPH, malgré les multiples sollicitations effectuées. Nous, habitants, demandons au Président de la Région Hauts-de-France de réévaluer les subventions 2016 attribuées aux FPH du territoire. Nous demandons également le maintien de ce dispositif à l'avenir, celui-ci étant essentiel au renforcement du lien social dans nos quartiers et villes.   Pour plus de détails, voir les articles de presse ci-dessous: -http://www.lavoixdunord.fr/region/fonds-de-participation-des-habitants-inquietude-ia19b0n3320284 -http://www.lavoixdunord.fr/region/lille-les-fph-se-rebiffent-contre-les-coupes-claires-de-ia19b0n3617663 -http://www.lavoixdunord.fr/region/coupes-claires-dans-les-subventions-la-region-veut-ia19b0n3643809

Collectif Régional des FPH Hauts-de-France
860 supporters
Petitioning Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse, Xavier Bertrand, François Goulard, DREAL

NON à la baisse des financements publics des associations de protection de l'environnement

Plusieurs régions LR (notamment l'Ile de France, sous la présidence de Valérie Pécresse, la région Auvergne-Rhône-Alpes - Laurent Wauquiez et la région Hauts-de-France - Xavier Bertrand) ont décidé de tailler à la hache le financement public de leur région destiné aux associations de protection de l'environnement. Valérie Pécresse les juge «sans intérêt direct pour les Franciliens». Cependant, les alertes concrètes se multiplient et s'accélèrent dans les médias et dans notre vie quotidienne depuis des années sur l'urgence de modifier profondément nos habitudes et notre mode de société pour répondre à l'enjeu crucial du changement climatique. Pour n'en citer que quelques unes : En 40 ans, la moitié des animaux vertébrés a disparu - Artique, +20° au-dessus des normales saisonnières - Sur-pêche - Pics de pollution qui durent dans plusieurs régions de France... Ces décisions sont politiques et électoralistes. En effet, les associations paient leur activisme dans certaines affaires (Notre-Dame-des-Landes, la mobilisation contre le Center Parcs de Roybon, ...). Et d'écouter le président LR du Conseil départemental du Morbihan François Goulard, qui a supprimé 55 000 euros de subventions à l’association Bretagne Vivante en faveur de la protection des réserves naturelles, expliquer très sereinement : «Nous ne pouvons pas subventionner des personnes qui nous assignent en justice». Cette tendance et les arguments pour la défendre vont à contre-courant de l'image que la France donne à l'international à travers l'organisation de la COP21 et concrétisée par l'accord de Paris. Le syndicat des travailleurs associatifs Asso et l’union syndicale Solidaires se sont inquiétées début décembre des «menaces qui pèsent sur l’emploi des salarié(e)s des associations environnementales et d’éducation à l’environnement». «La disparition accélérée des aides publiques condamne l’emploi de plusieurs centaines de salarié(e)s et entre en contradiction avec les résolutions gouvernementales prises pour répondre à l’urgence climatique», écrivent-ils dans un communiqué commun. Comment les associations pensent-elles se débrouiller dans un premier temps ? En faisant appel au mécénat privé ? Cela n'est pas sans risque : «Imaginez si demain un aménageur vous dit, "je mets 300 000 euros au pot, mais vous ne parlerez pas de l’impact de mon projet sur les chauves-souris"», explique Marie Fauvarque, directrice de Picardie Nature. Pour elle, comme pour ses collègues, le financement public est aussi et surtout garant de la liberté d’action des associations environnementales. Cette pétition a donc pour but de lancer un signal fort. Face à l'évidence de l'enjeu climatique, NON, nous ne sommes pas d'accord avec ces baisses de subventions publiques et nous demandons aux décideurs politiques de revoir leur vue sur le sujet. Cette pétition a été lancée après lecture de l'article «En France, les régions de droite lâchent les associations en rase campagne» de Coralie Schaub pour Libération.    

Alexis MARCHAND
256 supporters
Petitioning Edouard Courtial, Xavier Bertrand

Une maison pour nos garçons

Moi (Anaïs), Lui (Clément) et eux (Liam 7 ans et Maël 5 ans) vivons dans un petit village de l'Oise. En Juin 2015, nous avons acheté notre première maison, après 10 ans de vie commune, de bataille, de petits boulots. Enfin la vie de grands ! :) Cette maison avait tout pour plaire : de l'espace, un jardin clos à l’abri des regards, des arbres, de la nature, des voisins sympas.... Nous l'avons acheté pour nos enfants, pour avoir un petit capital à leur offrir après nous. Elle présentait de nombreux atouts : des travaux récents, 2 chambres à rafraichir. Rien de bien méchant ! Les clés en mains, papa décide de démonter le mur d'une des 2 chambres pour refaire le sol en chêne. Le début des galères... Inquiété par un mur de briques creuses posé à même le sol, il décide de le démonter pour voir ce qu'il se cache derrière. Il se cache une façade en très mauvais état montée en parpaing de type SIPOREX de 5 cm d'épaisseur. L'ancien propriétaire a enlevé la quasi-totalité des poutres dont les poutres maîtresses sans installer de renforts ce qui provoque l’affaissement de la structure. Des ventres se forment sur les murs, les fissures se créent, les poutres autour des fenêtres sont pourries. On stoppe tout, on pleure, on se rend compte que le rêve ne deviendra jamais réalité. Nos meubles s'entassent au rez de chaussée. On essaie de caler les lits de tout le monde dans le salon. On créé un dortoir pour la famille. On donne la plupart de nos autres meubles par manque de place. Certains cartons resteront clos. On demande aux enfants de trier leurs jouets. Ce qui sera certainement l'épreuve la plus difficile pour eux à cette époque. On appelle l'assurance pour demander conseil. Une procédure à l'amiable avec l'ancien propriétaire est engagée. Il refuse et nie en bloc nos griefs. Nous voilà parti dans une procédure judiciaire. Dans les jours, les semaines qui suivent, nous découvrons d’innombrables vices cachés : électricité en très mauvais état (dominos enfuis dans les murs), des fuites sous le bac de douche et sous la baignoire qui ont engendrés le pourrissement des sols, des fuites sur la quasi-totalité des radiateurs... Le constat est rapide : cette maison est une dangereuse arnaque. L'assurance nous accorde le droit de faire passer un expert. Celui-ci ne pourra que constater les dégâts et nous dit clairement que notre maison risque de s’effondrer. Le choc. L'angoisse vit désormais avec nous. On essaie de la cacher aux enfants et à notre entourage. Au fil des mois, les premiers signes fragilité se font ressentir : les fenêtres ne s'ouvrent plus, la porte d'entrée finit par casser, les murs se fissurent au point de voir les rideaux bouger quand il y a du vent. Une nuit de tempête, la porte fenêtre ne fermant plus totalement s'est brutalement ouverte, faisant tomber un banc posé juste devant. Nous avons cru que c'était la fin et que tout était en train de s'écrouler. Forte heureusement ce n'était qu'un banc... La panique nous envahi à chaque coup de vent. Question chauffage : on s'habitue à vivre dans 13 degrés de moyenne. 9 le 1er janvier (retour de réveillon glacial pour tout le monde). Ce jour-là, Liam, le plus grand, m'a dit "maman, j'ai froid" pour la première fois. Il était à moitié endormi. J'ai dû le coucher dans son lit glacé. J'ai déjà alerté un certain nombre d'associations, la mairie de notre village, les services sociaux, les médias, la justice. Rien ne bouge. Les professionnels du bâtiment que nous avons appelé pour obtenir des devis sont atterrés de voir dans quelles conditions nous vivons et les risques que nous prenons. Notre plus grand rêve à tous, c'est de pouvoir de nouveau respirer. Vivre normalement. Inviter des amis sans avoir honte de les voir trembler de froid. Ne plus voir la peur dans le regard de nos amis, de notre famille, de nos enfants. Nous vous demandons de l'aide à vous, hommes de pouvoir, pour agir en notre faveur et ainsi faire bouger les autorités. Nous devons quitter les lieux au plus vite mais également faire avancer notre dossier auprès des tribunaux. Une famille vit dans la peur que leur maison s'écroule et cette situation n'est pas normale. Sans vous, nous passerons notre 3ème hiver dans le froid, la peur, le désespoir. Nous vous invitons à visiter notre page afin de vous rendre compte de l'étendu des dégâts https://www.facebook.com/groups/823873731099624/?multi_permalinks=825428730944124&notif_t=like&notif_id=1494439696422772 Une cagnotte est également en ligne afin de récolter des dons pour envisager des travaux de consolidation mais également l'amélioration de nos conditions de vie: https://www.okpal.com/projects/im27J4YKGcQJsLYQ Nous vous remercions d'avance de tout ce que vous ferez pour nous. Anaïs, Clément, Liam et Maël.

Anaïs ROBERT
244 supporters
Closed
Petitioning jerome

Contre le changement de nom de la Picardie.

Tous contre le changement de nom de la Picardie. La Picardie est et restera la Picardie. En supprimant la Picardie, on supprime aussi notre langue le Picard.

Jérôme DELESTRE
234 supporters
Petitioning Marisol Touraine, Xavier Bertrand, Ségolène Royal, Najat Vallaud-Belkacem, Jean-Luc Mélenchon, mc.blandin@senat.fr , e.bocquet@senat.fr , m.demessine@senat.fr , jp.bosino@senat.fr , d.watrin@senat....

L'Association de Défense des Victimes de l'Amiante Sambre Avesnois (ALDEVA.SA) EN DANGER

           L’association revendique la SUBVENTION que vient de lui supprimer la région des Hauts de France, qui selon Mme DEZITTER (vice présidente du nouveau conseil départemental chargé de la santé) : notre action n’apparait pas être un objectif qui réponde aux critères du « plan SANTE et BIEN ETRE .……….. » ------Les victimes de l’amiante apprécieront ???? ------C’est une INSULTE aux victimes, aux SURVIVANTS porteurs de la maladie incurable et ceux qui vivent dans l’anxiété.   Depuis la création de l’association, des centaines de dossiers ont été solutionnés : reconnaissance de la maladie professionnelle et réparations des préjudices subits : SOLUTION ET REPARATION .   L’association à pour but : -         promouvoir l’entraide et la solidarité -         conseiller et défendre les intérêts matériels et moraux des victimes -         regrouper les personnes exposées aux risques Amiante -         agir pour la mise en œuvre d’une politique de prévention de santé publique et de réparation des risques -         assurer la représentation collective de ses adhérents auprès des autorités publiques, administratives et judiciaires -         accueillir les personnes tous les jours de la semaine   Pour le rétablissement de la subvention à l’ALDEVA.SA Je signe    

ALDEVA LEVAL
127 supporters