Decision Maker

STIF

  • Le STIF, l'autorité qui imagine, organise et finance les transports publics en Ile-de-France.

Au cœur du réseau de transports d’Ile-de-France, le STIF fédère tous les acteurs, investit et innove pour améliorer le service rendu aux voyageurs.


Does STIF have the power to decide or influence something you want to change? Start a petition to this decision maker.Start a petition
Petitioning STIF, Valérie Pécresse, Stéphane Beaudet, Marie-Anne Bacot, Guillaume Pépy, Denis Masure, Elisabeth Borne

Pour une amélioration des conditions de transport et de la qualité de service sur le RER B

MISE A JOUR DU 1ER DÉCEMBRE 2017 : annule et remplace les mises à jour précédentesMalgré la fin des travaux du Grand Paris Express et la mise en place d’une nouvelle grille horaire le 13 novembre 2017, la dégradation des conditions de transport sur la ligne B se poursuit. En moyenne les voyageurs subissent un incident technique par jour ouvré qui impacte leur vie personnelle et professionnelle ainsi que leur santé mentale et physique. Aux heures de pointe, les voyageurs pâtissent :- des retards à répétition,- d‘une recrudescence de pannes de train et d’incidents techniques,- du non respect des horaires de passage des trains ou à défaut de la fréquence de passage prévue par la grille horaire tel que le vivent les voyageurs de la gare d’Arcueil-Cachan,- de la suppression excessive de trains en situation perturbée,- d’un trop grand nombre de délestage de trains le matin vers Paris en gare de Laplace, Denfert-Rochereau et Aulnay-sous-Bois en situation perturbée,- des voyages dans des trains surchargés,- du sacrifice systématique des trains origine Massy-Palaiseau ou Robinson le matin, de ceux terminus Mitry-Claye et de ceux terminus Orsay Ville le soir en situation perturbée,- d’un non respect de la gare de départ ou celle d’arrivée d’une mission comme les trains terminus Orsay Ville partant de Châtelet-Les Halles au lieu de La Plaine-Stade de France le soir,- du manque d’information en gare ou d’une communication trop tardive en gare et dans les trains lorsqu'une panne de train, d’infrastructure ou un incident technique est la cause de la perturbation à l'inverse des causes externes (malaise voyageur, personnes sur les voies, bagage oublié, etc...) souvent relayées dès leurs survenues,- de découvrir la nouvelle grille horaire le jour-même de son application. Par cette pétition, il est demandé à la RATP et à la SNCF de tenir les engagements suivants :- une arrivée des voyageurs à l’heure prévue par la grille horaire à leur destination ou correspondance,- des conditions décentes de transport,- la communication de toute information importante à savoir les perturbations et interruptions de trafic ainsi que le changement de grille horaire,- des statistiques de régularité reflétant réellement le ressenti des voyageurs. Pour atteindre cet objectif, les signataires soumettent 15 mesures aux deux sociétés de transport :1. la maintenance préventive de l´ensemble de l’infrastructure ferroviaire,2. la maintenance préventive des trains de la ligne pour limiter les pannes et ce conformément au plan d’action présentée par la Direction de Ligne Unifiée lors du comité de ligne du 28 juin 2017,3. la non circulation des trains susceptibles de tomber en panne durant la journée,4. un juste équilibre entre le nombre de trains à supprimer ou à délester et le confort des voyageurs,5. la non circulation d’une mission semi-direct derrière une mission omnibus,6. la garantie d’une fréquence de passage des trains de maximum 12 minutes aux heures de pointe soit au minimum cinq trains par heure et le respect du mieux possible de la fréquence de passage des trains prévue par la grille horaire et ce même en situation perturbée,7. l’application de la grille horaire définie en respectant la gare de départ et celle d’arrivée d’une mission et ce même en situation perturbée,8. l’amélioration de l’information aux voyageurs dans les gares et dans les trains et non seulement sur Twitter et/ou les applications mobiles,9. la communication de toute suppression de mission et du moindre incident perturbant la ligne et ce en temps réel via un message sur les écrans et une annonce sonore dans chaque gare pour pouvoir patienter et/ou s’organiser autrement,10. la diffusion au moins un mois à l’avance du changement des horaires de la ligne y compris pour la période estivale et ce via des annonces sonores et le déploiement d’une campagne d’information en gare,11. la diffusion en gare et sur les applications mobiles des horaires appliqués lors d'un mouvement social ou lors de la réduction du plan de transport,12. la réactualisation des données de comptage des voyageurs ou la revue du système de mesure du nombre de voyageurs circulant sur la ligne servant de base aux statistiques de ponctualité,13. la distinction des heures de pointe et des heures creuses dans les statistiques de ponctualité,14. la communication et l´intégration dans les statistiques de ponctualité du nombre de trains supprimés et de ceux faisant l’objet d’un délestage des voyageurs,15. l’accélération, si possible, de la mise en service d’un train avec une capacité permettant d’absorber la hausse de fréquentation de la ligne durant les 40 prochaines années. Les signataires de la pétition interpellent IDF Mobilités et sa présidente Valérie Pecresse des répercussions des dysfonctionnements sur leur vie et leur santé :- diminution du temps pour soi et sa famille,- dépenses supplémentaires et imprévues de garde d’enfants,- risques de licenciement,- échecs aux examens scolaires- douleurs physiques,- souffrance psychologique se manifestant par exemple par du stress, de la fatigue, de la dépression, de l'irritabilité, de l'épuisement.De ce fait, ils leur font savoir qu’ils attendent en priorité des deux transporteurs une amélioration durable et à court terme du RER B pour se déplacer sereinement, le dédommagement du préjudice subi étant un bonus. Ils estiment que les propositions présentées ici-même doivent contribuer, à court et moyen terme, à l’amélioration de la régularité et à celle du confort des voyageurs. Ils demandent à ce qu'IDF Mobilités, la RATP et la SNCF communiquent et justifient les obstacles à la réalisation de ce plan d’action. Ils rappellent que les engagements présentés sur la présente pétition se référent à ceux pris lors de la mise en service commerciale de la ligne B il y a de cela quarante ans. La RATP et la SNCF doivent placer les 870000 voyageurs du RER B au cœur de leur préoccupation en étant à l'écoute de leurs remarques et suggestions et en admettant publiquement les causes internes aux dysfonctionnements de la ligne.Les signataires alertent IDF Mobilités sur la politique d’aménagement du territoire dans les communes de la branche Saint-Rémy qui entraînera d’ici 2020 la saturation de la ligne et donc l´inconfort des clients du RER B. Les lignes de métro du Grand Paris Express arrivant trop tardivement et la hausse de fréquentation de 2-3% estimée par les deux transporteurs étant trop optimiste, une solution doit être trouvée rapidement pour pallier à ce problème qui causera des retards et une recrudescence des malaises voyageurs. Il est demandé à IDF Mobilités de s’assurer du respect par la RATP et la SNCF des engagements exposés ici-même afin de faire cesser les dysfonctionnements du RER B. Les signataires rappellent que la deuxième ligne la plus fréquentée d’Europe paye aujourd’hui les décennies de sous-investissement, insistent sur la priorité à donner a cette ligne de RER et ce dès maintenant et font savoir que le CDG Express n'est pas une réponse aux problèmes actuels du RER B. IDF Mobilités, la RATP et la SNCF doivent prendre rapidement conscience de l'urgence de la situation. MISE A JOUR DU 14 NOVEMBRE 2017 :En complément de la précédente mise à jour, une indemnisation correspondant à 6 mois complet d’abonnement Navigo soit 451,20€. MISE A JOUR DU 2 NOVEMBRE 2017 :Cette présente pétition avait été créée à l’origine suite à la dégradation des conditions de transport sur le RER B causée par les travaux du Grand Paris Express en gare d’Arcueil-Cachan. Elle est consacrée aujourd’hui aux dysfonctionnements fréquents et latents de la ligne qui affectent très fortement la vie quotidienne des usagers. Les retards et suppressions chroniques de train, les conditions de transport inhumaines entrainant des malaises voyageurs, l’information voyageurs insuffisante et les incidents techniques doivent cesser. Il est inacceptable qu’une ligne desservant deux aéroports internationaux et deux lignes de TGV ait été laissée aussi longtemps à l’abandon. Comment peut-on vouloir développer le pôle d'excellence scientifique et technique du plateau de Saclay sans des transports en commun fiables ? Pourquoi attendre un incident technique pour réparer les infrastructures alors que cette opération est par exemple inscrite dans le plan de modernisation et de fiabilisation du Réseau Ferré National (RFN) financé par SNCF Réseau ce qui aurait évité l'incident électrique du 27 octobre 2017 sur le transformateur de Drancy ? Avant d’investir sur le Grand Paris Express et le CDG Express, le RER B doit être la priorité absolue des pouvoirs publics et de la région Île-de-France. Le remplacement des rames MI79 et MI84 par le train MING en 2025 n’est pas une réponse suffisante à la recrudescence ces dernières années des incidents techniques. L’urgence est à l’entretien et à la rénovation des infrastructures vieillissantes. A charge à la RATP, la SNCF et IDF Mobilités d’agir en ce sens et ce à court et moyen terme. La panne électrique sur le transformateur de Drancy est l’incident de trop. Cette pétition exprime le ras le bol et le malaise des usagers du RER B. Nous ne supportons plus cette ligne qui nous rend malades. Nous sommes stressés et épuisés par les conditions désastreuses de transport. Le RER B est aujourd’hui un problème de santé publique. Fini les paroles, place aux actions concrètes et ce dès aujourd’hui. TEXTE INITIAL DU 12 MARS 2017 :Pour construire la nouvelle gare souterraine d'Arcueil-Cachan accueillant la future ligne 15 du Grand Paris Express des travaux sont entrepris aux abords de la gare actuelle depuis le 13 février 2017 et ce jusqu'au 12 novembre 2017. Ces travaux entrainent, pour des raisons de sécurité, la réduction à 30 km/h de la vitesse des trains du RER B dans la zone concernée. De ce fait, un nouveau plan de transport a dû être élaboré pour la ligne B gérée conjointement par la SNCF au nord et la RATP au sud via une Direction de Ligne unifiée (DLU). Cette direction, en concertation avec le STIF et les associations d'usagers du RER B et des transports en commun, a établi de nouveaux horaires. Elle a, en revanche, décidé seule de la desserte aux heures de pointe du matin et du soir des quatre gares de l'agglomération du Val de Bièvre situées entre Bourg-la-Reine et Cité-Universitaire à savoir Bagneux, Arcueil-Cachan, Laplace et Gentilly. Tous les trains deviennent omnibus sur cette portion de ligne. Suite à nos craintes, nous, usagers du RER B, quant aux conséquences sur la régularité des trains et nos conditions de transport, la DLU, par l'intermédiaire de son compte Twitter et de son blog, a tenu à nous rassurer en garantissant un allongement du temps de trajet de seulement une à trois minutes. Cette nouvelle offre de transport touche aussi bien les deux branches au sud de la ligne que celles au nord.La réalité est pourtant bien différente depuis le 20 février 2017, date de retour de congés des franciliens. Nous subissons quotidiennement un temps de trajet rallongé au mieux de cinq minutes et dans la pire des situations cet allongement passe à douze minutes le matin et le soir aux heures de pointe. Le temps de parcours Bourg-la-Reine - Cité-Universitaire est compris entre dix minutes et dix-sept minutes au lieu des huit minutes prévues. Cela engendre des retards de cinq à dix minutes voire quinze minutes certains jours. Conformément au contrat établi entre la RATP, la SNCF et le STIF, un train est déclaré en retard quand il arrive au moins cinq minutes après l’heure prévue.Ces retards pénalisent les voyageurs de toute la ligne qui empruntent un bus le soir à la descente du RER B pour rejoindre leur domicile. Certaines lignes de bus ont des fréquences allant de quinze minutes à une heure. Malgré leur anticipation, des voyageurs ratent quotidiennement leur bus, étant dans l'impossibilité de prévoir la durée du retard de leur train en l'absence d'informations voyageurs sur la situation du trafic. Leur vie personnelle s'en trouve ainsi fortement affectée. De plus, les retards matinaux entraînent potentiellement de graves conséquences professionnelles menant parfois à un licenciement.Depuis le 6 mars 2017, des trains omnibus au départ de Massy-Palaiseau (code mission QROL) et ceux au départ de Mitry-Claye (code mission LUPE) sont régulièrement supprimés aux heures de pointe du matin et ce sans explication. Les trains suivants voient leur mission modifiée pour s'arrêter dans certaines des gares desservies normalement par le train supprimé. Cette situation entraîne un allongement du temps de trajet des trains suivants et donc du retard pour les usagers à bord. Les rames concernées voient la masse de voyageurs augmenter fortement, à tel point qu'il est souvent impossible de monter dans la voiture à partir d´Arcueil-Cachan pour les trains en provenance de Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Orsay-Ville et Massy-Palaiseau. Les conditions de transport deviennent si désastreuses qu'elles peuvent entraîner des malaises voyageurs perturbant le trafic. À terme, le risque est la dégradation de l'état de santé physique et/ou mental de certains voyageurs pouvant entraîner des incapacités de travail. Cette nouvelle organisation a fait l'objet d'une communication le 30 janvier 2017 principalement via Twitter et le blog dédié à la ligne. Nous avons constaté l'absence d'une communication visible par tous les usagers dans les 47 gares du RER B. Malgré nos témoignages sur le blog et Twitter, la direction de la ligne persiste à dire que l'information voyageur a été conséquente. J'ai personnellement dû informer le 20 février 2017 au matin deux voyageuses qui s'étonnaient des horaires différents affichés sur le grand écran de la gare de Bures-sur-Yvette en Essonne. Nous sommes nombreux, depuis le début, a avoir remonté l’absence d’annonce sonore et de message sur les écrans. Le compte Twitter du RER B a pourtant certifié de la diffusion d’un message sonore toutes les vingt minutes en gare avant d'être contredit par le responsable du blog de la ligne. Ce dernier a invoqué la loi sur les nuisances sonores pour justifier la faible fréquence de diffusion de l’annonce sonore. Par ailleurs, une seule affiche dite « TIC-TAC » mentionnant la nouvelle desserte et les nouveaux horaires a été disposée sur chaque quai des 47 gares de la ligne conformément au contrat régi par le STIF. Cette affiche est très peu visible par les usagers au vu de la longueur des quais. Enfin, les grands écrans et les écrans TV des gares ont affiché un message d'information seulement le 13 et le 15 février suite à mon insistance sur Twitter. Il a été rediffusé seulement à partir du 21 février et ce jusqu'au 24 février. A l’heure où cette pétition a été mise en ligne, aucune campagne d’information n’est diffusée. La direction de la ligne B peut-elle nous expliquer comment tous les voyageurs ont été informés de ce nouveau plan de transport ? Nous, voyageurs de la ligne B du RER, ne supportons plus les retards qui affectent notre santé mentale et physique, nos vies personnelles et menacent notre avenir professionnel. Nous n'acceptons pas le mépris de la direction de la ligne qui refuse d'écouter nos remarques et suggestions. Nous refusons que la régularité des trains soit privilégiée au détriment du confort des voyageurs. Le faible niveau d'information voyageurs est une source de frustration et de colère. Nous rappelons à la DLU que le RER B est la deuxième ligne la plus empruntée d'Europe avec ses 870000 voyageurs transportés au quotidien et qu'elle dessert les deux aéroports de Paris. Nous sommes des personnes bien réelles, pas du bétail. Nous demandons à être considérés et entendus. Nous exigeons de la RATP et de la SNCF l´amélioration de la qualité de service tant au nord qu'au sud de la ligne. Nous réclamons à la DLU et au STIF :1. En cas de fréquentes perturbations du trafic, le remboursement de toute ou partie du titre de transport (pass Navigo, carte Imagine'r) selon des critères à définir avec le STIF2. Pour améliorer la situation, une étude sur le retour au mode de fonctionnement semi-direct dans les gares du Val de Bièvre de tous les trains à l'exception de ceux en direction ou provenance de Robinson ce qui permettra de maintenir la circulation de vingt trains par heure comme auparavant3. La consultation systématique des associations d'usagers avant toute modification de la desserte d'une partie ou de tous les trains de la ligne4. Une réunion publique entre les usagers et les décideurs avant la mise en place d'un nouveau plan de transport impactant sensiblement le confort des voyageurs5. La fin du mode omnibus le 12 novembre 2017 et, de ce fait, sa non prolongation au-delà6. Une concertation avec les sociétés de bus afin qu'elles coordonnent leurs horaires avec celles modifiées du RER B par la DLU7. En cas d'interruption du trafic, la mise en place systématique en moins d'une heure d´un nombre conséquent de bus de substitution pouvant transporter tous les voyageurs d'un train complet8. La modification de desserte et la suppression de trains seulement en cas de forte perturbation du trafic et non pour palier aux problèmes engendrés par la nouvelle offre de transport 9. La non suppression aux heures de pointe du soir des trains en direction de Mitry-Claye dont le but est de favoriser la branche Aéroport Charles-de-Gaulle 2 TGV10. La non suppression et le non déplacement à Massy-Palaiseau ou Bourg-la-Reine aux heures de pointe du soir des trains au départ de La Plaine Stade de France et terminus Orsay-Ville desservant les gares situées entre Massy-Palaiseau et Orsay-Ville à savoir Palaiseau, Palaiseau-Villebon, Lozère et Le Guichet (code mission LWAR) ou bien la modification systématique de desserte des trains terminus Saint-Rémy-lès-Chevreuse (code mission PDRI) pour limiter l'attente des voyageurs concernés11. Aux heures de pointe du matin, la non attente à Bourg-la-Reine des trains en provenance de Robinson (code mission ELAN) pour privilégier le passage des trains en provenance de la branche Saint-Rémy-lès-Chevreuse (codes missions IJUR, EFOR et QROL)12. La non suppression de trains en heures creuses13. La rénovation ou le remplacement des infrastructures vieillissantes (signalisation, caténaires, trains, etc.) pour limiter les incidents techniques14. Le fonctionnement du système de ventilation réfrigéré sur toutes les rames rénovées durant les fortes chaleurs15. Le même niveau de diffusion de l'information voyageurs sur tous les canaux utilisés par la direction de la ligne que ce soit en gare ou sur internet16. Une information fiable, précise et détaillée sur la situation du trafic, et ce, en temps réel, dans chaque gare pour pouvoir patienter calmement et/ou s'organiser17. La communication en gare et dans les trains du moindre incident même mineur pouvant affecter le trafic et/ou les conditions de transport des usagers18. En cas de perturbation du trafic, la traduction en anglais des messages d'information sonores et visuels dans les différentes gares afin d'informer les voyageurs étrangers de la ligne19. À l'instar de la ligne D du RER, lors de la suppression d'un train, la diffusion d'un message informant de la nature de l'incident sur tous les écrans des gares concernées20. À l'instar du RER A pour les travaux d'été, une communication visible de toute modification impactant la ligne B et ceci au minimum un mois avant leur application : une annonce sonore toutes les 10 minutes dans les différentes gares de la ligne, un message d'information sur fond jaune sur chaque écran, plusieurs affiches sur chaque quai de chaque gare et à proximité du guichet d'information21. La communication de tous les travaux prévus y compris ceux en zone SNCF dans la section Travaux du site web de la RATP ainsi que sur les applications mobiles RATP et SNCF22. La présence sur Twitter d'un service aux voyageurs sur une plage horaire allant de 7h à 21h au lieu de l'assistance actuelle limitée à 9h-19h afin d'assister les usagers dès le début et à la toute fin des heures de pointe en cas d'incident23. La réponse à tous les tweets dans un délai raisonnable n'excédant pas 24h et le non blocage des utilisateurs sur Twitter24. Sur le blog du RER B (https://www.rerb-leblog.fr/ la non censure des commentaires qui respectent la charte du blog (https://www.rerb-leblog.fr/charte-du-blog/ et l'article 10 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme relatif à la liberté d'expression (https://www.coe.int/en/web/conventions/full-list/-/conventions/rms/0900001680063776)

Audrey LASSALLE
6,329 supporters
Petitioning STIF, SNCF/Stif , Valérie Pécresse, Elisabeth Borne, Frank Renault, Alain Krakovitch

Pétition usagers de la ligne E : propositions

TEXTE PETITION INITIALE DECEMBRE 2016:  La dégradation des conditions de transport sur la ligne RER E entre Tournan et Paris Haussmann St Lazare est observée depuis plusieurs mois par l'ensemble des voyageurs qui l'empruntent et elle impacte leur vie professionnelle et personnelle.  Retards à répétition, informations erronées, trains courts aux horaires de pointe, absence d'affichage sur les panneaux lumineux ou absence d'annonces régulières, pannes , grèves locales à répétition et suppressions de trains sans annonce... Nous réclamons à la Sncf et au STIF l'organisation systématique: - d'informations fiables sur la situation du trafic, et ce, en temps réel dans chaque gare pour pouvoir nous organiser - l'arrêt des trains directs qui continuent de circuler alors même que des problèmes techniques sont en cours d'après les informations données en gare (s'ils peuvent circuler, pourquoi pas les nôtres?) afin de récupérer les voyageurs délaissés dans les gares impactées et réguler le trafic  La ligne E est la ligne qui comptabilise le temps de reprise du trafic le plus long en France ! (source stats en photo: Citymapper pour le Parisien novembre 2016) Nous estimons que les mêmes propositions peuvent s'appliquer à l'axe HSL-Chelles. Nous demandons des solutions de bon sens avec les moyens actuels: un train direct passant par les gares impactées par les retards et qui peut circuler est à même de prendre à son bord des voyageurs qui attendent la reprise du trafic ! MISES A JOUR ET DEMANDES / SITUATION LIGNE MAI-JUIN 2017: MAJ SITUATION AU 26 JUIN 2017 /Changements de plans de transport et communication défaillante aux usagers: https://www.change.org/p/sncf-p%C3%A9tition-usagers-de-la-ligne-e-propositions/u/20653171 MAJ PETITION 23 JUIN 2017/ Le collectif représentant les usagers de la ligne E réclame au STIF et à la SNCF: - de minimiser l'impact de la "restitution tardive des travaux" - une maintenance du matériel roulant assurant la sécurité des usagers  - des transports de substitution en quantité SUFFISANTE suite à des pannes résultant des travaux sur la ligne,  durant toute la période de prolongement d'EOLE  MAJ PETITION 20 juillet 2017 SUR DEMANDES AUX DECIDEURS : https://www.change.org/p/sncf-p%C3%A9tition-usagers-de-la-ligne-e-propositions/u/20860591

COLLECTIF REPRESENTANT DES USAGERS DE LA LIGNE RER E
3,735 supporters
Petitioning STIF, SNCF Mobilités, Valérie Pécresse, Stéphane Beaudet, Guillaume Pepy, Région ile-de-France, Elisabeth Borne, Ministère Chargé des Transports

RER D : pour un direct Paris sans correspondance sur la branche de la vallée de la seine

La SNCF et Ile de France Mobilités ont signé pour le 9 décembre 2018 une modification de la ligne D du RER. La desserte des gares du plateau (Le Bras de Fer - Évry - Génopole, Évry - Courcouronnes, Orangis - Bois de l'Épine, Grigny Centre) serait améliorée, en revanche le service public se verrait significativement dégradé sur la ligne de la vallée (Évry-Val-de-Seine, Grand-Bourg et Ris-Orangis) et le sud de la ligne (branche Malesherbes). Avec le projet de SA (Service Annuel) 2019, les trains circulant sur la ligne de la vallée seront en provenance de Malesherbes et terminus Juvisy. Les voyageurs désirant se rendre à Paris seront obligés de changer de train à Juvisy à partir du 9 décembre 2018. Aussi, compte-tenu de la détérioration attendue de leurs conditions de transport (allongement du temps de trajet, modification de la grille horaire, pénibilité liée à la correspondance, circulation sur les quais à Juvisy...) les usagers de la ligne de RER D de la vallée, tout comme ceux du sud de la ligne: Réaffirment leur opposition à tout changement de train imposé à Juvisy sur leur trajet pour se rendre à Paris et en revenir, Demandent une amélioration de la ligne du RER D en termes de ponctualité, de fréquence et de sécurité, et ce pour tous les usagers. Cette pétition, initiée par Romain Colas, député de la 9eme circonscription de l'Essonne, Georges Tron, maire de Draveil, Stéphane Raffali, maire de Ris-Orangis, Philippe Jumelle, maire d'Étiolles et Jean-Baptiste Rousseau, maire de Soisy-sur-Seine, est reprise par un collectif d'habitants et d'associations de la vallée de la Seine. Ce collectif a évolué en association : RER D VAL DE SEINE. Elle sera adressée à la SNCF (Guillaume Pepy, président de SNCF Mobilités), à Ile de France Mobilités (Stéphane Baudet, vice-président de Ile de France Mobilités) et à la Région Île-de-France (Valérie Pécresse, présidente du conseil régional d'Île-de-France). NB: vous pouvez partager l'url courte avec vos amis: http://rerd.xyz    

Association RER D Val de Seine
3,633 supporters
Closed
Petitioning STIF

supprimé

supprimé

Gianni AZIZI
2,160 supporters
Petitioning STIF, Transilien SNCF

Pour une amélioration significative des conditions de transport de la ligne R (Transilien)

Pour une amélioration significative de la ponctualité et des conditions de transport sur la ligne R du réseau Transilien (incluant l’axe Paris – Laroche-Migennes via Montereau du réseau TER Bourgogne et l'axe Paris - Nevers via Nemours du réseau Intercités) La ponctualité sur la ligne R du réseau Transilien ne cesse de chuter. Entre 2013 et 2017, elle est passée de 89,5% à 83,4%, jusqu’à atteindre le score historiquement bas de 80,9% en septembre 2017. C'est le taux de ponctualité le plus bas de tout le réseau Transilien, et le deuxième taux le plus bas de toute la région Ile-de-France derrière le RER A. Et il ne s'agit là que de moyennes : la plupart des incidents d'exploitation ayant lieu aux heures de pointe, pour les usagers de cette ligne, ces taux de ponctualité sont largement surestimés. En heure de pointe, les retards supérieurs à 10 minutes sont quasiment quotidiens, et liés presque exclusivement à des problèmes d’exploitation (mise en place tardive du train, régulation du trafic, sortie tardive du dépôt, arrêt inopiné sur les voies…) Plusieurs fois par semaine en heure de pointe, de graves problèmes d'exploitation engendrent des interruptions totales de trafic. Depuis plusieurs années, la ligne R est totalement minée par les retards et les travaux, la communication en cas de perturbation est aléatoire, et les fiches horaires travaux publiées sur le site Transilien et l’application SNCF sont complètement incompréhensibles. Nous voyageons dans des conditions absolument déplorables, entassés debout sur des trajets excédant bien souvent une heure, dans des trains non chauffés en hiver et non climatisés en été. En décembre 2014, le STIF a enfin passé une commande à Bombardier pour changer les trains totalement inadaptés en matière de confort dans lesquels nous voyageons actuellement (Z2N), mais a pris la décision absolument aberrante de ne pas équiper ces nouveaux trains de toilettes alors que les temps de parcours dépassent 1h30 sur l’axe Paris – Montargis et que le temps de parcours maximal sans arrêt entre deux gares approche 30 minutes (Paris – Melun) ! Autant dire qu’avec le nouveau matériel, de nouvelles galères s’annoncent ! Nous demandons à Ile-de-France Mobilités et à la SNCF de mener un plan d’action d’envergure afin de redresser la situation sur cette ligne, devenue insupportable pour les dizaines de milliers de voyageurs qui l’empruntent chaque jour. Nous exigeons :- Que IDF Mobilités et SNCF Transilien mettent tous les moyens à leur disposition pour ramener dans les plus brefs délais le taux de ponctualité au-delà du seuil minimal contractuel de 90% fixé par IDF Mobilités pour la ligne R.- Que les plans de circulation et éventuellement les horaires soient revus afin que les trains de la ligne R ne se retrouvent pas à devoir systématiquement laisser passer des trains prioritaires (Intercités, TGV), ou se retrouvent bloqués derrière des trains de fret.- Une meilleure gestion des arrivées en Gare de Lyon où les trains de la ligne R sont bien souvent obligés de s’arrêter plusieurs minutes pour attendre la sortie d’un autre train.- D’être informés via des annonces micro, de manière claire et efficace en cas de perturbation.- Qu’en cas de travaux, une seule fiche horaire travaux soit publiée par semaine, regroupant la totalité des travaux de la ligne, comme c’est le cas dans la plupart des régions avec les TER. Il est totalement anormal, comme c’est le cas actuellement, de devoir croiser quatre fiches horaires travaux différentes voire contradictoires pour tenter de savoir quels trains circulent en soirée !- En cas de travaux en soirée, une meilleure gestion des bus de substitution à Melun. Il est anormal d'attendre 10 minutes le départ d'un bus plein en gare de Melun. Il est également totalement inutile et pénalisant de rendre tous les bus omnibus. La mise en place d'au moins un bus direct entre Melun et Fontainebleau-Avon fait gagner 10 minutes aux usagers à destination de Fontainebleau-Avon et au-delà, elle doit être systématique !- Que les nouveaux trains soient équipés d’un module toilettes par rame minimum, au moins pour les axes Paris – Montargis et Paris - Moret - Montereau où les temps de parcours sont supérieurs à une heure et où le temps de parcours maximal entre deux arrêts est de 27 minutes (Paris – Melun). Les toilettes présentes en gare (fort peu nombreuses par ailleurs) ne pourront jamais se substituer aux toilettes à bord des trains en particulier pour les personnes souffrant de problèmes de santé, et vis-à-vis desquelles cette décision constitue une discrimination inacceptable. - Que les gares de la ligne R soient équipées de manière juste et équitable en toilettes : un seul module toilettes ne suffit pas dans les grandes gares de la ligne (Melun, Fontainebleau-Avon, Nemours) et il est totalement inacceptable que les toilettes soient payantes dans certaines gares (Moret Veneux-les-Sablons, Montargis, Paris Lyon) alors qu’elles sont gratuites dans d'autres. Là encore, cette discrimination est intolérable. A ce titre, il est rappelé que l’article 67 du règlement sanitaire départemental type impose la présence de toilettes en nombre suffisant dans tout lieu destiné à recevoir du public. Jusqu’à preuve du contraire, c’est le cas des trains et des gares !- De ne pas négliger la maintenance des trains actuels sous prétexte que de nouveaux trains arriveront dans plus d’un an ! Les Z2N actuels circulent de plus en plus souvent sans chauffage, avec des vitres condamnées en mode ouvert voire cassées, ou avec des voitures condamnées en heure de pointe. De telles conditions de transport, même à titre provisoire, sont inacceptables ! Le collectif des usagers de la ligne R Pour rejoindre la page Facebook du Collectif des usagers de la ligne R :https://www.facebook.com/usagersdelagarefontainebleauavon/?hc_ref=ARSsgFcA-BvWZcku8ZLVhF4R8iapDeNjwRolJMyrWVx8eDqNR09h7tMbJ0BxohRhJU4&fref=nf

Collectif des usagers de la ligne R
1,439 supporters
Victory
Petitioning STIF

Défendons le 87

  Défendons le bus 87 !   Le Syndicat des Transports d’Ile-de-France a présenté un projet de refonte du plan des bus à Paris, qui devra être adopté en janvier prochain. Ce projet prévoit de transformer le parcours actuel du 87 (Porte de Reuilly-Champ de Mars) en Joinville RER-Gare de Lyon, changeant totalement la vocation de cette ligne.   Habitants du quartier Vallée de Fécamp, nous vous rappelons notre attachement à cette ligne de bus, qui est le moyen de transport accessible pour tous et pour laquelle nous nous sommes mobilisés par le passé afin qu’elle desserve le centre de Paris. Nous sommes désormais inquiets des conséquences de ces changements pour les usagers du quartier : -       Irrégularité du parcours le matin à l’heure de pointe : les difficultés de circulation à l’entrée de Paris retarderont considérablement son arrivée pour les très nombreux usagers qui l’utilisent pour se rendre à leur travail vers le centre de Paris. -       Multiplication des correspondances pour se rendre rive gauche : c’est une dégradation de service pour les usagers, notamment les personnes à mobilité réduite. -       « Correspondance » difficile avec le 86, puisqu’il faudra marcher de Gare de Lyon à Bastille pour prendre le 86 vers la rive gauche.   Usager du 87, je demande au STIF : -       Le maintien d’un service régulier entre la Porte de Reuilly, la Gare de Lyon Bastille et la rive gauche. -       L’étude de solutions alternatives pour desservir le Bois de Vincennes, comme la création d’un ligne « Circulaire Bois de Vincennes »  (Porte de Charenton- Porte dorée- Château de Vincennes- Joinville RER). -       Une augmentation des fréquences et l’amélioration des passages de passage.  

michel CERDAN
824 supporters
Petitioning RATP, STIF, traverciel , Transdev, Valérie Pécresse, jacques gautier, Patrick Ollier, éric berdoati, Pierre-Christophe Baguet, véolia

Mise en place des horaires en temps réel sur la ligne 467

Le bus 467 passant par les villes de Rueil-Malmaison, Garches, Saint-Cloud et Boulogne-Billancourt est une plaie pour tous ses usagers accusant de nombreux retards par rapport à ceux affichés et entraînant la colère d'une grande partie de ses usagers. Cette ligne est utilisée par de nombreux usagers et dessert un parcours stratégique. Nous passons notre temps à l'attendre sans savoir à quel moment celui-ci passera. Comment savoir à quelle heure le bus arrivera étant donné ses irrégularités au niveau des horaires ? Est-il passé en avance ? Y a-t-il eu un bus supprimé ? A quelle heure doit-on partir de chez nous pour aller attendre le bus sans avoir à attendre 30 minutes à l'arrêt ? Cette colère est aujourd'hui matérialisée par cette pétition qui, nous l'espérons, fera enfin avancer les choses et permettra que l'on soit écouté.   Nous sommes POUR une mise en place des horaires en temps réel comme une grande partie des lignes RATP actuellement en service avec affichage de ces horaires sur internet et éventuellement par des afficheurs numériques placés aux arrêts de bus les plus importants. La mise en place de ce système est simple mais faciliterait la vie quotidienne de nombreuses personnes.   Nous espérons être écoutés de la part de la RATP et de la STIF, c'est un sujet important pour nous.

Bastien MORELLI
799 supporters
Petitioning STIF, Valérie Pécresse, Elisabeth Borne, Franck RIESTER, Matthieu Brun, Joseph Allebe, Joel Duceillier, Laurent Gautier, Ile-de-France Mobilités

Stop aux fumeurs de ligne P

FAISONS NOUS ENTENDRE POUR L APPLICATION DES LOIS!!!! Nous usagers de la la ligne P, demandons l’application de la loi EVIN Le décret n° 2006-1386 du 15 novembre 2006 pour l’ensemble de nos rames.Nous n’avons en aucun cas à subir les nuisances du tabagisme passif dans les trains que nous empruntons chaque jour et pour lesquels nous devons veiller à ne pas être dans ces zones de non droits où se regroupent fumeurs en tout genre tabac, herbe, résine de cannabis, pour ces deux derniers nous rappelons que l’usage de produits stupéfiants est interdit par l’article l 3421-1 du Code de la santé publique.A noter que lorsque nous intervenons de façon tout à fait courtoise pour demander aux fumeurs de bien vouloir cesser, c'est au risque de voir une escalade de propos irrespectueux et / ou de réactions violentes... ALORS ENTENDEZ-NOUS ET FAITES RESPECTER CES LOIS!!!!

Uaf COULOMMIERS
492 supporters
Petitioning Jean-Michel Blanquer, Conseil Régional d'Île-de-France, STIF, Inspection académique de Versailles, Valérie Pécresse

Pour de meilleures conditions d'apprentissage au lycée Rousseau de Sarcelles

Malgré les sollicitations renouvelées des professeurs et des parents depuis plusieurs années, le sureffectif du lycée Jean-Jacques Rousseau de Sarcelles n’a toujours pas pu être résorbé: le lycée accueille aujourd’hui 2020 élèves alors qu’il est prévu pour 1800. En effet, faute d’anticipation, il n’existe aucune place disponible dans aucun autre lycée de la région. La création de 500 places à Villiers-le-Bel prévues par le plan d’urgence de la région Île-de-France ne suffira pas à solutionner le problème puisque le lycée La Tourelle voisin du lycée Rousseau, est aussi en sureffectif: celui-ci accueille 1375 élèves pour une capacité d’accueil de 900. Ce sureffectif : est néfaste à de bonnes conditions d’apprentissage, d’hygiène et de sécurité: les effectifs des classes vont jusqu’à 33 élèves et parfois 5 classes des deux lycées de Sarcelles ont cours d’EPS autour d’une piste de 333m de circonférence contraint à des plannings de cours sur 6 journées, souvent rallongées par des heures de permanence, ce qui provoque des semaines de travail trop chargées nuit à une bonne ambiance générale empêche les élèves ayant échoué au baccalauréat de retenter leur chance dans leur établissement d’origine comme ils le devraient engendre des problèmes dans les transports qui sont saturés aux heures de pointe C’est pourquoi, il est urgent qu’une réflexion soit mise en place et des solutions proposées pour la rentrée 2018. C’est pourquoi nous demandons : 1. Au conseil régional d’île-de-France la construction immédiate du bâtiment promis pour le lycée Jean-Jacques Rousseau sans augmentation de la capacité d’accueil et la suppression des préfabriqués présents dans la cour depuis plus de 20 ans La construction d’un nouveau lycée dans le bassin du Val d’Oise Est Un agrandissement du réfectoire devenu inadapté à l’accueil des élèves ainsi qu’à un travail des agents dans de bonnes conditions Des créations de places dans les lycées voisins qui peuvent accueillir de nouveaux élèves Une rénovation totale des gymnases afin d’atteindre une température minimale de 18°c et de rendre les douches utilisables, une réorganisation des vestiaires du gymnase pour que les élèves ne se changent plus dans les toilettes Un meilleur remplacement des agents en arrêt de courte durée Une augmentation du personnel responsable des infrastructures sportives 2. A l’inspection Académique de Versailles Une augmentation satisfaisante de notre DHG permettant une réduction drastique des effectifs, notamment en séries professionnelles et technologiques pour la rentrée 2018 Un  CHSCT académique La possibilité effective pour les élèves ayant échoué au baccalauréat de réintégrer le lycée pour tenter à nouveau de réussir cet examen dans de bonnes conditions Un soutien quant à nos exigences légitimes auprès du ministère concernant le statut d’éducation prioritaire 3. Au ministère de l’Education Nationale Un statut d’éducation prioritaire pour le lycée Jean-Jacques Rousseau de Sarcelles qui accueille pour plus de 50% des élèves issus de CSP très défavorisées et issus de collèges classés REP ou REP+ Une refonte de la politique d’éducation prioritaire au lycée, avec un élargissement de la carte des lycées et un label contraignant en termes de moyens Une vraie formation et un tutorat pour les collègues contractuels n’ayant jamais enseigné 4.Aux services de transports (RATP – Ile-de-France mobilités) Des bus supplémentaires sur les lignes qui desservent le lycée pour permettre de réguler le flux des usagers et avoir des conditions de transport acceptables Une vigilance accrue sur la régularité de ces lignes notamment pour les heures de pointe des lycéens Pour suivre notre actualité: https://www.facebook.com/JJR-se-mobilise-123212934811942/ https://twitter.com/?lang=fr

Enseignant-e-s mobilisé-e-s du lycée Rousseau
440 supporters
Closed
Petitioning STIF, Préfecture de Police de Paris, M. Nicolas Hulot, Anne Hidalgo, Didier Bense, Valérie Pécresse, Elisabeth Borne, Stéphane Beaudet

Pétition pour le maintien des fonctions de la Petite Ceinture, recours en cas d’inondation

Le risque d'une crue centennale, similaire à celle de janvier 1910, demeure présent en région Île de France, ainsi que l'exercice « Sequana » nous l'a rappelé en mars 2016.L'épisode de pluviométrie exceptionnelle que nous avons connu à la fin du printemps 2016 a surpris plus d'un spécialiste, laissant les lacs de retenue inopérants, car encore pleins en cette saison, et affectant les petits affluents de la Seine plus en aval. La montée des eaux de la Seine dans Paris, pendant cette crue, a atteint un maximum de 6,12 m dans la nuit du 3 au 4 juin, entraînant : - la privation de chauffage, d'électricité, de gaz, d'eau potable et d'assainissement  pour des centaines de foyers pendant plusieurs jours en Île de France ; - la fermeture du tronçon central du RER C pendant une semaine entière (550 000 voyageurs par jour) et la fermeture de deux stations du métro et d'une station du RER B, également pendant plusieurs jours ; - la fermeture à la circulation routière des berges de la Seine dans Paris, causant des encombrements et des pertes de temps considérables dans la Ville et sa région ; - pendant plus d'une semaine, l'arrêt total de la navigation dans Paris, y compris celle qui participe à l'approvisionnement des Parisiens.  Les eaux à Paris ont approché la cote de 6,60 m à partir de laquelle 20 à 40 stations de métro seraient fermées.  Et, selon les experts, les conséquences considérables de la crue de juin 2016 sont minimes par rapport à celles à craindre d'une crue centennale possible, dans une ville et une région dont la population et l’activité se sont énormément accrues depuis 1910. D'autant que les tronçons et nœuds centraux du réseau de transport public urbain et régional – métro, RER, Transiliens – au trafic journalier considérable, sont souterrains et situés en zone inondable.  Or la ligne de chemin de fer dite de Petite Ceinture, elle, n'a pas été inondée en 1910 et a vu au contraire son trafic s'accroître cette année là alors que le métro était gravement impacté par la crue : elle est située en remblais aux abords de la Seine.  Cette ligne, inutilisée, fait le tour de Paris par le nord, l’est et le sud sur 23 km de long, offrant une plate-forme à deux voies en site propre, reliée au réseau ferré national et dotée de stations encore équipées de quais.  La Petite Ceinture a vu récemment son maintien au sein du réseau ferré national confirmé par le protocole cadre signé en 2015 entre la SNCF et la Ville de Paris, qui, avec le récent plan programme associé, stipulent le maintien en place des voies ferrées et du profil de cette ligne, ainsi que la réversibilité de tout équipement nouveau qui serait implanté sur sa plate-forme.  En conséquence la Petite Ceinture ferroviaire est susceptible de contribuer à atténuer certaines conséquences d'une crue centennale sur les moyens de transport et les circuits d'approvisionnement.  Nous demandons aux pouvoirs publics, Gouvernement, Conseil régional d'Île de France, STIF, SNCF Réseau, de vouloir bien conserver les voies ferrées de la Petite Ceinture parisienne – lignes 955 et 980 du réseau ferré national – dans un état opérationnel suffisant, ainsi que leurs ouvrages d'art, et d'inclure ces lignes dans le plan de secours et de protection des populations afin qu'elles puissent servir aux secours, aux évacuations, à l'approvisionnement et aux transports de substitution en cas de besoin, par exemple en cas de crue centennale en région parisienne ou d'autres événements exceptionnels qui le nécessiteraient.

Pierre BOCQUIAULT
359 supporters
Pétition usagers de la ligne E : propositions

Bonjour, Vous avez alertez l'attention de la SNCF et du STIF sur les conditions de fonctionnement de la ligne E du RER , notamment entre Tournan et Paris Haussmann-Saint Lazare. Le STIF en a pris connaissance avec la plus grande attention et souhaite vous avez apportez de premiers éléments de réponse. La ligne E est marquée par un vieillissement de ses infrastructures et de son matériel roulant. Elle fait d’ailleurs partie du vaste programme de rénovation et de renouvellement du matériel roulant lancé par le STIF en Ile-de-France, sous l’impulsion de Valérie Pécresse. Faisant le constat que l’indicateur de ponctualité était en baisse depuis deux ans, le STIF a interpellé la SNCF sur ce sujet dès 2016, et a mis en place des mesures pour redresser la ponctualité, qui est à 92,6% en 2016. Ainsi, les grandes opérations de régénération de voies sur la région de Paris Est ont débuté en 2016 et des opérations techniques de fiabilisation des matériels roulants ont été entreprises. Afin de ne pas fragiliser l’exploitation de la ligne du fait du retrait des matériels roulants en cours de maintenance, le STIF a financé le déploiement de nouveaux trains Franciliens en vue de renforcer le parc de la ligne E. Par ailleurs, le STIF a fait le point avec la SNCF Transilien sur la trajectoire de progrès fixée à la ligne E pour 2017. Les objectifs fixés concernent : - La consolidation de la fiabilité du parc afin d’éviter les sous-compositions (trains courts au lieu de trains longs particulièrement pénalisants en heure de pointe) ; - La diffusion d’une information voyageurs fiable, réactive et cohérente, ce qui est un objectif majeur du STIF ; - L’amélioration de la disponibilité des équipements en gare avec la régénération des escaliers mécaniques, ascenseurs et la télé-opération (remise en fonctionnement des escaliers roulants et ascenseurs à distance) sur 14 gares. Concernant l’arrêt de trains de la ligne P plus directs en cas de situations perturbées, le STIF a demandé à la SNCF d’en étudier la faisabilité. La capacité à modifier la mission de ces trains dépend notamment de la capacité des trains, de la présence d’un quai (ces trains pouvant circuler en voie centrale dans certains cas) et de la hauteur des quais (les matériels de la ligne P et de la ligne E ne présentent pas nécessairement les mêmes caractéristiques notamment en termes de hauteur de plancher et donc d’adaptation à la hauteur de certains quais de la E). Concernant le renouvellement du matériel roulant, lors de son Conseil d’administration de janvier dernier, le STIF a validé le financement des nouvelles rames RER Nouvelle Génération (NG) produites par le consortium Alstom-Bombardier pour renouveler les trains des lignes D et E du réseau francilien. Le montant du déploiement du nouveau matériel roulant sur la ligne E est d’environ 2 milliards d’euros. Il convient de rappeler qu’afin d’améliorer durablement la desserte en transports en commun de l’Est de la région Ile-de-France, desservie notamment par les lignes E et P, le Conseil du STIF a adopté en juin dernier le Schéma directeur du Réseau Paris-Est qui doit permettre une offre améliorée, des lignes plus performantes et renforcées ainsi qu’une qualité de service améliorée sur le réseau et dans les gares. Plusieurs mesures à court, moyen et long termes ont été proposées afin de tenir compte de l’augmentation de la fréquentation sur la ligne E. Ces mesures représenteraient un investissement de près de 2,1 milliards d’euros sur la période 2016-2030. Enfin le STIF, qui a mis les usagers au cœur de son action, propose d’associer le Collectif d'usagers du RER E à la prochaine réunion de concertation que le STIF organisera avec les associations d'usagers de Paris Est. Nous pourrons à cette occasion faire un point plus approfondi sur les actions engagées et leur poursuite. En vous assurant de l'écoute du STIF et de son engagement afin de prendre en compte vos attentes.

1 year ago