Decision Maker

Martin Hirsch

  • Directeur Général de l'AP-HP

Directeur général de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris. Président de l'Institut du service civique et de l'action tank "Entreprises et pauvreté". Il a été à l’origine du revenu de solidarité active (RSA).


Does Martin Hirsch have the power to decide or influence something you want to change? Start a petition to this decision maker.Start a petition
Victory
Petitioning Madame Marisol Touraine, Madame Christiane Taubira, Le Défenseur des Droits, Monsieur Jean-Louis MARSAC, Monsieur François HOLLANDE, Martin Hirsch

Pour Charles Richet les noirs étaient inférieurs aux singes. Par Respect pour notre Humanité, Changez le nom de l'hôpital de Villiers Le Bel

Bénévole à l’hôpital Charles Richet à Villiers le Bel dans le Val d’Oise, désireuse de savoir qui était Charles Richet, j’ai fait des recherches sur internet. J’ai ainsi lu son ouvrage intitulé "L’homme stupide " écrit en 1919. Dans celui-ci, ce Professeur en médecine français, Prix Nobel de Médecine, établit une hiérarchie des races.  Il écrit : "Voici à peu près trente mille ans qu'il y a des Noirs en Afrique, et pendant ces trente mille ans ils n'ont pu aboutir à rien qui les élève au-dessus des singes", "Les nègres n'ont rien d'analogue. Ils continuent, même au milieu des Blancs, à vivre une existence végétative, sans rien produire que de l'acide carbonique et de l'urée. ", "Donc les tortues, les écureuils et les singes sont bien au-dessus des nègres, dans la hiérarchie des intelligences." "Crédules, obscènes, frivoles, paresseux, menteurs, ils déshonorent l'espèce humaine." : Charles Richet nie l’humanité des hommes noirs.  Mais vers 1960, l’Assistante Publique Hôpitaux de Paris construit un hôpital pour des personnes âgées, honore celui-ci en donnant son nom à l’établissement ainsi qu’à la rue.  Choquée par ce constat, je me suis posée la question suivante. Pourquoi, la France a-t-elle honoré cet homme, après avoir signé la Déclaration des Droits de l’Homme de 1948 ? En effet, les articles 1 et 2 de la Déclaration des droits de l'Homme dit ceci : Article premier :  "Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité." Article 2 :  "Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation. " En signant cette déclaration, l'Etat Français et toutes ses institutions reconnaissent que tous les hommes sont égaux ceci quelles que soient leurs différences. Alors pourquoi honorer Charles Richet ?  Certes, Charles Richet était un grand médecin. Sans aucun doute, il a apporté beaucoup à la médecine française mais on ne peut pas oublier que ses pensées sont racistes et contraires à l'esprit de la Fraternité, de l'égalité et  à la Déclaration des Droits de L'homme que la France a signée en 1948. Nous, hommes et femmes  signataires de la présente pétition, demandons : à Madame Christine Taubira de prendre en compte l'aspect juridique de notre demande.   à Monsieur François hollande Président de la République,  à Madame Marisol Touraine Ministre de la Santé et à Monsieur Martin Hirsch Directeur Général de l'Assistance Publique Hôpitaux de Paris, à Monsieur Jean-Louis Marsac  Maire de Villiers-le-bel de changer le nom de cet établissement ou d'ajouter le nom d'un humaniste à côté du nom de celui-ci.   Nous signataires de cette pétition condamnons le racisme car nous nous reconnaissons tous, comme des frères dans notre humanité, ceci quelle que soit notre couleur de peau et ce en quoi nous croyons. http://classiques.uqac.ca/classiques/richet_charles/homme_stupide/homme_stupide.html Pétition rédigée Par Mme Paola Charles-Manclé 

Paola CHARLES MANCLÉ
29,788 supporters
Petitioning Olivier Véran, Martin Hirsch, Les responsables des établissements de soin de la fonction publique

Pour un passage des diététiciens de la fonction publique hospitalière en Catégorie A

Pourquoi sollicitons-nous un passage en catégorie A ? -Les diététiciens forment actuellement un des seuls métiers de la rééducation encore en catégorie B contrairement aux autres rééducateurs qui sont déjà passés en catégorie A (cf Dossier de Presse Segur de la Santé - Revalorisation des carrières - Avril 2021), -Pour des perspectives d’évolutions et de rémunération à la hauteur de nos compétences et du travail effectué, -Pour une juste reconnaissance de notre profession.  Nous jouons un rôle important au sein de l’ensemble des établissements de santé et de tous les services de soins. Notre collaboration est sollicitée dans une multitude de domaines qui participe à la rentabilité de l’activité hospitalière. Le métier de diététicien implique une mise à jour constante de notre expertise due à l‘évolution des recommandations, à l’émergence de nouvelles pathologies et de régimes. Ce qui requiert de se tenir informé de l'actualité scientifique et de se former tout au long de notre carrière. Encore une fois, durant cette crise de la COVID19, notre profession est partie prenante dans la lutte contre la dénutrition inhérente à cette pathologie comme l'a démontré le communiqué de la Société Francophone Nutrition Clinique et Métabolisme. Le Ségur de la Santé a permis, à juste titre, une montée en catégorie sans prise en compte du nombre d’années d’études pour de nombreux soignants. Par conséquent, la durée de formation ne peut pas être l’unique critère retenu à la non revalorisation de notre profession de diététicien. En tant que rééducateurs, nous demandons simplement les mêmes droits que nos confrères : un passage en catégorie A dans le cadre du Ségur de la Santé d’octobre 2021. Merci de signer et de partager massivement ! L’équipe diététique de l’hôpital Ambroise Paré - Boulogne-Billancourt

Diététiciens APR
9,149 supporters
Petitioning les personnels de santé, Martin Hirsch, Olivier Véran, Agences régionales de Santé, Mediapart, Alain Combes, Stéphane Dauger, Patrick Pelloux, Le Canard enchaîné, Charlie Hebdo, france inter, Direc...

Soignants: Après les bravos, enfin un salaire décent et un statut spécifique

Création d'une Nouvelle Bonification Indiciaire (NBI) pour les personnels de réanimation. La crise sanitaire à laquelle nous avons fait face ces derniers mois a mis en lumière le déficit chronique de lits de réanimation, le manque de matériels ainsi que la pénurie de personnels qualifiés qu'il est aujourd'hui difficile de fidéliser à l'hôpital public.Pourtant nous avons pu surmonter les difficultés grâce à la solidarité, le courage, le professionnalisme et le travail sans relâche des personnels soignants. La capacité des lits d'accueil en réanimation a du être doublée. Du personnel intérimaire, IADE, IBODE est venu en renfort et a été mis en difficulté face aux spécificités inhérentes aux services de réanimation (ventilation mécanique, épuration extra rénale, assistance circulatoire, échanges plasmatiques, décubitus ventral). Cela a fait apparaître le caractère irremplaçable de notre métier. Pour toutes ces raisons et pour pouvoir encore être à la hauteur de ce que l'on nous demande, sans mettre en danger les patients et les soignants, nous voulons: –  la création d'une NBI (Nouvelle Bonification Indiciaire) spécifique à la réanimation de 50 points –  un accès rapide d'IPA (Infirmier de Pratiques Avancées) à la réanimation. Ces derniers pourraient former les nouveaux soignants –  transformer notre expertise en une spécificité par le biais de la VAE (Validation des Acquis d'Expérience) ou d'une formation propre à la réanimation pour les IDE et les AS. Les soignants des réanimations de l'hôpital Bichat dépités par la dégradation du Service Public .

Service de réanimation de l'hôpital Bichat
6,295 supporters
Closed
Petitioning Martin Hirsch

NON AU DEMANTELEMENT DE L’HOPITAL JEAN-VERDIER DE BONDY !

La Commission médicale d’établissement du groupe hospitalier d’Avicenne, Jean-Verdier et Renet-Muret a pris unilatéralement la décision de transférer tous les services de pointe de l’hôpital Jean-Verdier à l’hôpital Avicenne : les activités interventionnelles et de soins critiques, ainsi que le pôle « femme-enfant ». Les élus du département, qui bénéficient pourtant d’une expertise en matière d’aménagement du territoire, de protection des citoyens et de prise en charge des usagers, n’ont même pas été consultés et ont été mis devant le fait accompli. Quel est le projet promu par l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris (APHP) ? : des budgets de plus en plus serrés, la nécessité de faire toujours plus avec moins, au mépris de l’accès aux soins pour tous. Le bénéfice financier de ce démantèlement sera nul puisqu’il faudra dépenser des millions d’euros pour la construction d’un nouveau bâtiment pour accueillir le pôle « femme-enfant » de Jean-Verdier à Avicenne.  La direction de l’APHP elle-même avoue que cette opération n’est pas inscrite dans son programme pluriannuel d’investissements ! Démanteler les services de Jean-Verdier, un des acteurs majeurs de la santé de l'adulte et de l'enfant dans le département de la Seine-Saint-Denis, est une décision inadmissible dans un bassin de vie de plusieurs centaines de milliers d’habitants. Si ce projet va à son terme, l’hôpital Jean-Verdier deviendra un pôle universitaire de seconde zone, un dispensaire avec uniquement des consultations et des services ambulatoires, alors qu’il est aujourd’hui un établissement reconnu dans plusieurs disciplines de pointe. Aussi, si comme nous, vous ne partagez pas une vision strictement comptable de l’hôpital public, mobilisez-vous pour le maintien de l’hôpital Jean-Verdier en signant la pétition en ligne ! Premiers signataires Gilbert Roger, sénateur de Seine-Saint-Denis Philippe Dallier, sénateur de Seine-Saint-Denis Alain Ramadier, député de Seine-Saint-Denis Tony Di Martino, maire de Bagnolet Daniel Guiraud, maire des Lilas, premier vice-président de la communauté d’agglomération Est-Ensemble Bertrand Kern, maire de Pantin Corinne Bord, conseillère régionale d’Ile-de-France Katia Coppi, conseillère départementale de Seine-Saint-Denis Stéphan Hervé, conseiller départemental de Seine-Saint-Denis, conseiller municipal de Bondy Yannick Trigance, conseiller régional d’Ile-de-France Sonia Alout, conseillère municipale de Bondy Jamal Ammouri, conseiller municipal de Bondy Sylvie Bouvier, secrétaire du syndicat CGT hôpital Jean Verdier Brigitte Dacquet, infirmière, SUD Santé Jean Verdier Alex Deluge, aide-soignant,  syndicat CGT hôpital Jean Verdier Hadjanité Diaby, conseiller municipal de Bondy Martine Forestier, secrétaire générale de l'Union Locale CGT de Bondy Jean-Luc Gaillard, praticien hospitalier AP-HP Mounir Matili, maire-adjoint de Bondy Sabrina Metayer, conseillère municipale de Bondy Charly Nabal, maire-adjoint de Bondy Thomas Ong, conseiller municipal de Bondy Laurent Personne, secrétaire de la section SUD Santé hôpital Jean Verdier Nathalie Remacle, auxiliaire de puériculture, CGT Jean Verdier  Brigitte Leduc Souville, secrétaire CHSCTL, CGT hôpital jean Verdier Alain Tchinda, aide-soignant,  SUD Santé hôpital Jean Verdier Fadila Tekkouk, maire-adjointe de Bondy Claudine Thioux, CHSCT central APHP, SUD Santé hôpital Jean Verdier    

Gilbert ROGER
2,600 supporters
Petitioning Directeur de l'hôpital Robert Debré, Martin Hirsch, ministre de la santé

Soutien au personnel soignant d'hématologie pédiatrique de l'hôpital Robert Debré

Bonjour, Nous sommes soignants dans le service d’Immuno-hématologie - Greffe de moelle osseuse de l’Hôpital Robert Debré où nous prenons en charge des petits patients atteints de pathologies graves (leucémie, lymphome, aplasie médullaire etc.) nécessitant des soins spécifiques tels que des chimiothérapies lourdes, des transfusions sanguines, des antibiothérapies intraveineuses, greffes de moelle osseuse, thérapies géniques… Mais également un soutien RELATIONNEL important pour le patient et sa famille. Nous prodiguons des soins de qualité à nos patients ce qui a permis au service d’Immuno-hématologie d’être classé numéro 1 dans le palmarès du Point pour le traitement des leucémies de l’enfant et de l’adolescent.         Malheureusement, notre charge de travail a augmenté et les postes vacants également ! Nous nous efforçons de conserver une qualité des soins optimale au détriment du temps passé pour le relationnel. Nous avons également de plus en plus de mal à accompagner nos petits patients qui sont en échecs thérapeutiques et nous mettons toute notre énergie à toujours être présents pour eux et les soutenir au mieux, ainsi que leurs familles. A cette fin, il faut parfois déléguer et surcharger de travail nos collègues pour disposer de ce temps relationnel primordial dans ces instants de souffrances physiques et psychologiques. C’est pour toutes ces raisons et bien d’autres encore que nous entrons en grève pour une durée illimitée. Nous sommes, nous aussi, en souffrance et en état de fatigue physique et morale : - SOUFFRANCE de ne pas pouvoir accompagner au mieux nos patients. - FATIGUE car, pour assurer des soins de qualité, nous sommes parfois obligés d’oublier nos propres besoins tels que la pause repas, aller tout simplement aux toilettes etc... Notre voix en temps de grève porte peu car nous sommes assignés afin de permettre la continuité des soins. Nous sommes et serons toujours présents auprès de nos petits malades qui ont besoin de nous, mais afin que cela puisse perdurer encore faut-il que nous puissions être d’une façon ou d’une autre entendus. VOUS pouvez nous aider à nous faire entendre et à améliorer la qualité des soins de l’hôpital public en signant des pétitions et/ou en participant à des cagnottes afin de porter plus d’importance à notre mouvement et permettre à celui-ci de perdurer. Tout le monde est, ou sera un jour, concerné par la santé et la maladie. Faisons en sorte de pouvoir recevoir et offrir les meilleurs soins possibles ! Soutenez-nous dans ce combat pour sauver notre service de cette tension, afin que chaque enfant puisse bénéficier d’une prise en soin optimale !

Service Hématologie Pédiatrique
1,554 supporters
Petitioning Martin Hirsch, Olivier Véran

L'AP-HP doit financer 100% des aides soignant-e-s admis au concours infirmier

Le mercredi 18 mars 2020, les résultats de Parcoursup pour entrer en Institut de Formation en Soins Infirmiers sont tombés. Parmi les soignants admis très peu ont pu obtenir une subvention de l’état pour le financement des trois années d’études que requiert le métier d’infirmier. Or le coût total des frais pédagogiques se situe autour de 24 000 €. Déjà, des soignants qui avaient été reçus et pas financés en 2017 n’ont toujours pas de réponse ! Et beaucoup avaient été laissés sur le carreau en 2018 et 2019. En 2020, l’AP-HP a décidé de se désengager centralement et de laisser la décision aux GH. Résultat : il y a des reçus sur Parcoursup qui ont un classement excellent mais pas de financement de leur GH ! Résultat : peu de financements. Pourtant, alors que la pénurie d’infirmiers dans les établissements publics n’est plus à démontrer, pourtant le budget de la santé publique, continue à ne pas prendre en compte les besoins de ce secteur. Notre situation de crise actuelle due au Covid 19, illustre parfaitement la gravité de cette pénurie. « Il faut prendre conscience que nous sommes en état de guerre » répète le Président, alors il est grand temps d’agir ! Agissons maintenant pour un avenir plus fort et plus sécurisé. C’est maintenant qu’il faut assurer la formation des professionnels. Pour que ce que nous vivons ne se répète plus. Donnez-nous l’opportunité de faire passer la santé avant tout. Le gouvernement doit déployer les moyens de financer nos formations. L’AP-HP doit financer la formation des soignants qui sont reçus. Les applaudissements de nos concitoyens tous les soirs à 20h, nous encouragent à nous battre dans ce sens. Cependant, les remerciements formels du Président ne suffisent pas. Le meilleur remerciement pour les collègues qui sont reçus est de leur financer le diplôme pour être infirmiers, pour qu’ils comblent la pénurie. En 2019, 265 agents de l’AP-HP avaient réussi Parcoursup. L’AP-HP ne voulait financer que 68 formations ! Les étudiants se sont regroupés et se sont battus. La CGT avec eux, en première ligne. Ce combat a permis d’arracher environ 200 financements, en rattrapant des collègues des années précédentes. Pour obtenir les financements en attente depuis 2017 et le financement de tous les reçus ! SIGNONS ET FAISONS SIGNER MASSIVEMENT LA PÉTITION DE LA CGT AFIN D'OBTENIR DU PERSONNEL EN NOMBRE SUFFISANT POUR TOUS LES SECTEURS ET DES MOYENS MATÉRIELS ET FINANCIERS !   INFORMATION IMPORTANTE IL MANQUE 900 INFIRMIÈRES A L'AP-HP

USAP CGT
1,034 supporters
Petitioning Martin Hirsch, Christine Welty

Pour la création d'un poste de médecin praticien hospitalier au CIVG Tenon

Le collectif Centre IVG Tenon, fort de la réouverture légitime de ce centre à l'hôpital public, demande, pour un service pérenne, la création d'un poste de médecin praticien hospitalier dédié au centre de planification et d'IVG de l'hôpital Tenon. Ce centre, seul situé dans un hôpital dans le XXème arrondissement de Paris, répond aux besoins réels de la population. Actuellement, les politiques d'austérité à l'origine du turn-over des médecins vacataires nuisent au bon fonctionnement du centre, ce qui remet en cause le droit des femmes à avorter. Un.e praticien.ne hospitalier.e est l'assurance de la responsabilité de l'organisation d'une équipe dédiée et de son maintien : médecins, sages-femmes, infirmier.es et conseiller.es conjugal.es.   Premier.e.s signataires : Clémentine Autain, députée France Insoumise - Esther Benbassa, Sénatrice (EELV) de Paris - Olivier Besancenot, candidat à l'élection présidentielle pour le NPA - Hélène Bidard, adjointe à la maire de Paris PCF - Fanélie Carrey-Conte, conseillère régoniale, membre de Génération.s - Laurence Cohen, sénatrice - Laurence Danjou, gynécologue, Association des Centres d’Interruption volontaire de grossesse et de Contraception (ANCIC) - Françoise Dumont, présidente d'honneur de la LDH - Désirée Frappier, scénariste, et Alain Frappier, dessinateur, tous deux auteurs du roman graphique "Le Choix" (La ville brûle, 2015) - Danielle Gaudry, gynécologue obstétricienne, Planning familial - Danielle Simonnet, conseillère de Paris, élue du 20e arr., France Insoumise - Raphaëlle Primet, conseillère de Paris, élue 20e arr PCF - Sophie de la Rochefoucauld, comédienne

Collectif Centre IVG Tenon
1,024 supporters
Petitioning Emmanuel Macron, Olivier Véran, Martin Hirsch, Jean-Paul Mira, Camille Locht, African Union, United Nations, World Health Organisation, Human Rights Watch, Hôpital COCHIN, Inserm , AP-HP , LCI , Na...

NO TO CORONAVIRUS VACCINE EXPERIMENT IN AFRICA

Good day all, On Wednesday 1st April 2020, two prominent French doctors in charge of coronavirus emergency and research units proposed on a major French TV channel that the coronavirus vaccine should be tested in Africa “where there is no mask, no treatment and no intensive care, just like tests that carried out on prostitutes for AIDS research.” These racist and inhuman statements that liken Africans to lab rats, and which also carry a heavy medical genocide undertone, have sent shock waves around the world. The doctors Dr. Jean-Paul Mira, Head of the Intensive Care Unit at Cochin Hospital in Paris (one of the largest and most important public hospitals in France); and Dr Camille Locht, Research Director of INSERM in Lille (France’s only state-owned institute of scientific, disease and public health research) who both have PhDs, are highly placed authoritative medical figures in France. Below is the English translation of their exact words. DR JEAN-PAUL MIRA: “If I want to be provocative, shouldn’t we do this research test in Africa where there is no mask, no treatment and no intensive care, a just like it’s done in certain studies for AIDS where we test things on (African) prostitutes because we know that they’re highly exposed and not protected. What do you think?” DR CAMILLE LOCHT: “You’re right, and actually we’re in the process of thinking of a parallel study in Africa precisely, to have the same type of approach for the BCG and placebo.” WHAT CAN BE INTERPRETED FROM THIS? The blatant racism and inhumanity towards Africans displayed by these two doctors (or rather potential assassins) is beyond appalling. To watch their casual denigration of Africans is traumatizing; and to witness their display of profound racism and ignorance is shocking. Their arrogant proposal of a scientific experiment on living humans that could potentially cause medical genocide in Africa is a crime against humanity. And their guts in expressing these thoughts publicly on live television watched by millions of people is the height of white supremacy. One can only wonder about their words and actions and those of their institutions when there are no cameras. It’s unbelievable that in 2020 black bodies are still considered as objects to be used and abused for the benefit of the West just like in the times of chattel slavery. As expected, this has caused a storm on social media where the video has been circulated thousands of times on Twitter, Facebook and Instagram. And unsurprisingly, there has been no concerted effort to unequivocally apologize and denounce these statements by the doctors, their institutions and the French government for whom they work. The research institute INSERM attempted a mediocre effort more than 24 hours afterwards by publishing an outrageous post on Twitter first calling the video “Fake News” and then claiming that Dr Camille Locht didn’t have enough time to properly express himself during the programme, both blatant fabrications that have caused further outrage. The Director of the body that governs Paris Hospitals (AP-HP), Martin Hirsch who claims to have been shocked by the doctors’ statements put out an even more pathetic half-apology 48 hours later that in part read “... we take note of these regrets and condemn any position that, rightly or wrongly, could be interpreted as pejorative vis-à-vis African countries.” This attempt by such an authoritative figure, to intentionally dilute glaring racism and rationalize potential medical genocide is very worrisome. On his part, Dr Mira followed up his scandalous TV statements on Twitter where he further insulted Africans by likening all Africans to “morons” who spend their time harming each other. He has since deleted his Twitter account claiming that he received death threats after the broadcast. The French TV channel LCI, which televised this programme without the decency of cutting the racist doctors off, has remained silent after deleting the video from their website and social media accounts. And none of the French mainstream media is reporting this incident with the tone that matches the gravity of the offensive verbal assault. WHAT DO WE DEMAND FROM THOSE RESPONSIBLE? 1. We’re demanding that the French government through the French Minister of Health publicly CONDEMN these statements and affirm to all Africans that NO MEDICAL EXPERIMENTS will be conducted on Africans by France. 2. We’re demanding that the institutions which Prof. Jean-Paul Mira and Prof. Camille Locht work for (INSERM, Hopital Cochin and AP-HP) clearly and unequivocally CONDEMN these racist statements made by their representatives in very strong terms and APOLOGIZE to all Africans; and to SANCTION Pr. Jean-Paul Mira and Pr. Camille Locht. 3. We’re demanding that Dr. Jean-Paul Mira and Dr Camille Locht clearly and unequivocally APOLOGIZE to Africa’s 1.3 billion people for considering them as non-humans and laboratory guinea pigs, and for their racist verbal assault. 4. We’re demanding that the French TV channel LCI APOLOGIZE to Africans for airing these statements on their channel, and for not taking the appropriate action of ending the program upon these racist statements. 5. We’re demanding all African governments and the African Union to clearly and publicly CONDEMN these statements and STOP any planned medical experiments being planned on Africans by France. 6. We’re demanding that the World Health Organization, the United Nations, Human Rights Watch and all other international bodies who cite themselves as defenders of human rights and territorial integrity clearly and unequivocally CONDEMN these statements and any medical experiment programs that France plans to conduct in Africa. PLEASE SIGN AND SHARE THIS PETITION AND HELP US REACH ENOUGH SIGNATURES TO ENABLE US PRESSURE THE FRENCH PRESIDENT, AFRICAN HEADS OF STATE, AFRICAN UNION, UN, WHO AND HUMAN RIGHTS WATCH IN STOPPING ALL COVID-19 AND OTHER MEDICAL EXPERIMENTS IN AFRICA. THANK YOU.

LUXURY CONNECT AFRICA
916 supporters
Nourrir l'ensemble des réfugiés qui ont faim dans les rues de Paris ? Une solution simple!

Bonjour, Suite à la réponse transmise par le Directeur Général en réponse à la pétition que vous aviez initiée sur change.org, vous avez souhaité disposer d'éléments complémentaires de la part de l'AP-HP. L'idée que vous évoquez d'une ouverture des selfs aux réfugiés est plus difficile à organiser à l'hôpital que dans beaucoup d'autres structures de restauration collective. D'une part, les selfs se trouvent à l'intérieur des enceintes hospitalières et donc votre proposition impliquerait de mettre en place une gestion des flux dans des conditions qui assurent à la fois le bon accueil de ces personnes et la tranquillité des malades et des familles. Surtout, élargir les horaires d'ouverture des selfs impliquerait de mobiliser plus de personnels alors que les équipes de restauration sont rarement affectées exclusivement au self et doivent assurer, par exemple, à l'issue du service du self, la préparation du repas du soir des patients ou la conduite d'opérations de nettoyage ou de maintenance. En revanche, dans le prolongement de la réponse que vous avait adressé Martin Hirsch, nous nous sommes efforcés de rechercher des solutions concrètes aux questions que vous aviez soulevées. Le 16 septembre dernier, une rencontre, en lien avec la Ville de Paris, a été organisée avec la plupart des associations parisiennes assurant la distribution alimentaire. Elle nous a permis de mieux appréhender leurs besoins et la façon dont l'AP-HP pourrait appuyer leurs actions. A l'issue de la réunion, deux pistes de travail ont été retenues : - La mise en place de « circuits courts » entre les unités de restauration des différents sites hospitaliers de l'AP-HP et des associations intervenant à proximité pour assurer la distribution des surplus alimentaires. Une cartographie croisée des points de distribution alimentaire et de nos hôpitaux a ainsi été réalisée qui permettra le développement de réponses de proximité, - L'AP-HP a également proposé aux associations qui le souhaiteraient de produire pour leur compte des repas à « prix coutant ». Cette formule pourrait notamment être intéressante pour les associations qui nous ont indiquées être confrontées fortes variations des besoins auxquelles elles peuvent avoir transitoirement du mal à faire face, et qui constitue la principale difficulté dont elles nous ont fait part. L'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris

5 years ago
Nourrir l'ensemble des réfugiés qui ont faim dans les rues de Paris ? Une solution simple!

Bonjour à tous, La pétition du site change.org qui propose de « Nourrir l'ensemble des réfugiés qui ont faim dans les rues de Paris ? Une solution simple ! » grâce aux surplus alimentaires de l’AP – HP distribués aux réfugiés a reçu de nombreuses signatures et il me paraît important de répondre à chacun d’entre vous. Tout d’abord, dans son cœur de mission, l’AP – HP est bien évidemment quotidiennement mobilisée pour que l’accès aux soins des plus vulnérables soit assuré notamment dans le cadre de ses permanences d’accès aux soins de santé (PASS) : http://www.aphp.fr/permanences-dacces-aux-soins-de-sante-lap-hp Ensuite, l’AP-HP a mis très rapidement à disposition des réfugiés deux bâtiments, depuis l’année dernière, dont l’un au cœur de Paris. Elle a été l’une des premières institutions à se mobiliser. L’AP-HP travaille, de manière étroite et régulière, avec les associations qui œuvrent en soutien des populations les plus vulnérables. S’agissant de la question des denrées alimentaires non consommées dans des grandes collectivités, elle ne peut être traitée indépendamment des exigences de sécurité sanitaire et de logistique, comme le savent les associations qui s'occupent de subvenir aux besoins de populations vulnérables. Par exemple, l’idée d’utiliser des « doggy bag » à la sortie des selfs hospitaliers pour nourrir les réfugiés, évoquée par l’auteur de la pétition, est sûrement guidée par une intention généreuse. Elle ne peut être une solution car les produits entamés ou dont la chaîne du froid a été rompue ne peuvent être redistribués. Au cours de ces dernières années, plusieurs expérimentations ont été engagées avec des associations, mais celles-ci préfèrent souvent d'autres modes d'approvisionnement compte tenu des contraintes, pour elles, liées à l'organisation logistique et à la nécessité de garantir la sécurité des produits. L’AP-HP a récemment déposé un dossier avec l’entreprise solidaire Eqosphère au ministère de l’agriculture dans le cadre d’un appel à projets qui implique trois hôpitaux parisiens. L’idée, si le projet est retenu, est de mettre en œuvre une organisation efficace et pérenne entre ces hôpitaux et le secteur caritatif pour l’exploitation des surplus alimentaires. Concernant le soutien alimentaire aux populations réfugiées, l’AP-HP a indiqué à la Préfecture d’une part, ainsi qu’à la Ville de Paris d’autre part, qu’elle se tenait à disposition des associations en charge de la distribution alimentaire si elles en exprimaient le besoin. A ce jour, elle n’a été saisie par aucune des associations qui travaillent de manière régulière et structurée auprès des réfugiés. Martin Hirsch Directeur général de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris

5 years ago
Pour Charles Richet les noirs étaient inférieurs aux singes. Par Respect pour notre Humanité, Changez le nom de l'hôpital de Villiers Le Bel

Martin Hirsch propose un nouveau nom pour l’hôpital de Villiers-le-Bel Bonjour, Tout d’abord, je tiens à vous remercier pour vos nombreux commentaires et votre soutien sur le sujet de l’hôpital de Villiers-le-Bel. Le 11 mars dernier, j’avais annoncé la décision officielle de débaptiser l’hôpital. Comme je m’y étais engagé, je reviens vers vous pour vous faire part de la proposition d’un nouveau nom pour l’hôpital, le nom du Dr Adelaide Hautval. Après des études de médecine, Adélaïde Hautval, s’oriente vers la psychiatrie. Arrêtée pour avoir franchi la ligne de démarcation, en avril 1942, elle est sanctionnée pour avoir manifestée verbalement sa réprobation contre les mauvais traitements infligés aux Juifs dont elle est témoin. Après avoir été appréhendée par les allemands, elle est déportée à Auschwitz dans le convoi du 24 janvier 1943, avec d’autres femmes résistantes dont Marie-Claude Vaillant-Couturier, Charlotte Delbo et Danielle Casanova. Invoquant le serment d'Hippocrate, elle refuse de participer aux expériences médicales menées par les médecins nazis. Elle est déplacée vers le camp de Ravensbrück où elle rencontre Anise Postel-Vinay, Geneviève de Gaulle et Germaine Tillion. Après la libération de Ravensbrück, Haïdi reste dans le camp avec notamment Marie-Claude Vaillant-Couturier pour soigner les malades intransportables. En décembre 1945, elle est décorée de la Légion d'honneur et en mars 1946, de la médaille de la Reconnaissance Française. La même année, elle jette sur le papier plusieurs épisodes de ce qu'elle a vécu, mêlée de courtes réflexions sur les drames profonds. Ces écrits furent publiés en 1991 puis 2006. Après sa libération, elle exerce en tant que médecin scolaire dans le Val d’Oise et établit son domicile à Groslay, ville proche de Villiers-le Bel. En mai 1965, elle fut la première femme médecin française nommée « Juste parmi les Nations ». En 1988 âgée de 82 ans Adélaïde Hautval met fin à sa vie. Martin Hirsch

6 years ago
Pour Charles Richet les noirs étaient inférieurs aux singes. Par Respect pour notre Humanité, Changez le nom de l'hôpital de Villiers Le Bel

Je vous avais fait savoir que je réexaminais la question du nom de l’hôpital de Villiers le Bel. J’ai décidé de retirer le nom de Charles Richet, en étroite concertation avec le maire de Villiers le Bel, comme l’indique notre communiqué commun que je vous prie de trouver ci-après (http://www.aphp.fr/salledepresse/ap-hp-decision-officielle-de-retirer-le-nom-de-charles-richet-a-lhopital-situe-a-villiers-le-bel/) J’ai utilisé ces quelques semaines à consulter des historiens, compte tenu des arguments qui étaient avancés à l’appui du maintien de ce nom, non seulement au regard de la valeur des travaux scientifiques de ce Prix Nobel de Médecine mais faisant valoir qu’il était difficile de juger aujourd’hui d’écrits des années 20 et qu’il fallait tenir du « contexte » de l’époque. C’est parce que j’ai la certitude que des écrits indéfendables ne peuvent être atténués par des travaux scientifiques incontestables que j’ai pris cette décision. Martin Hirsch, Directeur Général de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris ------- Communiqué de presse du 11 mars 2015 AP-HP : Décision officielle de retirer le nom de Charles Richet à l’hôpital situé à Villiers le Bel La question de la dénomination de l’hôpital Charles Richet, qui fait partie de l’Assistance Publique -Hôpitaux de Paris et situé à Villiers le Bel, a été posée de manière récurrente au cours des dernières années. Charles Richet était un éminent médecin-chercheur, dont les travaux ont été couronnés par le Prix Nobel de médecine en 1913, pour sa découverte de l’origine des phénomènes d’anaphylaxie. Charles Richet a également été l’auteur d’ouvrages, dont certains montrent incontestablement une pensée eugéniste et raciste, au moment où ils ont été écrits. La qualité exceptionnelle des travaux scientifiques du Professeur Charles Richet et son apport à la médecine avaient jusqu’à présent conduit l’AP-HP à privilégier la valeur de ces travaux pour maintenir le nom de l’hôpital, malgré la teneur intolérable de ces écrits. En outre, alors que ces écrits publiés dans le contexte de l’entre-deux guerres ont pu alimenter, avec d’autres écrits de même nature, une idéologie nauséabonde, il a toujours été tenu compte de ce que plusieurs descendants de Charles Richet se sont illustrés dans la Résistance et que la famille, tout en reconnaissant le caractère inexcusable des écrits en cause, a pris soin de prendre la plus grande distance avec eux. Récemment, la question a été remise à l’ordre du jour, sous la forme d’une pétition qui a recueilli de nombreuses signatures, demandant le changement de nom de l’hôpital. Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP s’est engagé à réexaminer la question et a fait étudier les écrits en cause, pour vérifier les arguments de celles et ceux qui craignaient une lecture « anachronique » des textes concernés. Il résulte de cette analyse que ces textes précis, notamment contenus dans deux ouvrages intitulés « l’homme stupide » et « la sélection humaine » sont d’une telle nature qu’ils ne peuvent être considérés comme compatibles avec le nom d’un hôpital et les valeurs du service public hospitalier. En plein accord avec le maire de Villiers le Bel, Jean-Louis Marsac, qui avait lui-même saisi l’AP-HP de cette question courant 2013, Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP a décidé de retirer le nom de Charles Richet à l’hôpital de Villiers le Bel, tandis que, dans le même temps, la commune débaptisera la rue qui porte le même nom. Le maire de Villiers le Bel proposera le changement de nom de la rue au Conseil municipal lors de sa séance du 27 mars 2015. Le Directeur Général de l’AP-HP choisira un nouveau nom pour l’hôpital dans un délai bref.

6 years ago