Decision Maker

François de Rugy

  • Ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire

Does François de Rugy have the power to decide or influence something you want to change? Start a petition to this decision maker.Start a petition
Petitioning Ministre de la transition écologique et solidaire, François de Rugy, Emmanuel Macron

Pour une Baisse des Prix du Carburant à la Pompe !

Depuis janvier 2018, particulièrement, nous constatons une forte hausse du prix du carburant. Soit une hausse de 7,6 centimes/litre pour le gasoil,  et de 3,8 centimes/litre pour l'essence. En 2021, essence et diesel seront au même prix.  Selon l'Union française des industries pétrolières (UFIP), le gazole devrait encore augmenter de 34 centimes pendant le mandat d'Emmanuel Macron. En 2021, il devrait être plus cher que le sans-plomb. Nombreux sont les motifs apportés pour justifier cette hausse: - Changer les habitudes des automobilistes et les inciter à acheter des voitures à essence ou électriques - Contexte géopolitique : conflits entre les pays exportateurs de pétrole = variations du cours du pétrole : +174% en deux ans, 27 dollars en janvier 2016, 74 dollars actuellement ! https://prixdubaril.com/  - Hausse des marges pratiquées par les stations services : selon les conclusions du rapport de la CLCV ( l'Association nationale de défense des consommateurs et usagers) qui annonce une hausse de 11 à 13,9 cts pour l'essence et de 11,2 à 12,6 pour le gasoil. ------> Information contestée par président national des propriétaires-exploitants de stations-service au Conseil national des professions de l'automobile (CNPA) qui explique que les stations service "ont des contrats bien ficelés avec les pétroliers et gagnent de toute façon entre 1,5 et 4 centimes de commission au litre vendu". - Hausse des taxes du gouvernement (TICPE, taxe sur les produits pétroliers, et la taxe carbone ). La fiscalité dans son ensemble représente environ deux tiers du prix des carburants (soit environ 60 % du prix à la pompe). ------> ce motif est aussi en cause, pour la CLCV. L'association appelle donc "les pouvoirs publics à interrompre leur politique d'augmentation des taxes sur le carburant". "La hausse de la fiscalité écologique est avant tout une mesure de rendement fiscal" qui "heurte le portefeuille des particuliers", juge l'association. Répartition taxes/marges dans le prix du carburant - Demande croissante en pétrole de la part des pays émergents (Chine, Inde, Moyen Orient). ----> Les prévisions de l'Opep (L'Organisation des pays exportateurs de pétrole) confirment cette tendance avec une demande qui pourrait dépasser les 100 millions de barils par jour, contre environ 95 millions aujourd'hui - Montée en charge des certificats d'économies d'énergie (CEE) : Le dispositif des CEE, créé en 2006 repose sur une obligation de réalisation d’économies d’énergie imposée par les pouvoirs publics aux vendeurs d’énergie. Ceux-ci doivent ainsi promouvoir activement l’efficacité énergétique auprès des consommateurs d’énergie : ménages, collectivités territoriales ou professionnels.  ----> tarifs CEE répercutés sur le prix du carburant. https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/dispositif-des-certificats-deconomies-denergie https://www.lesechos.fr/27/04/2017/LesEchos/22434-076-ECH_un-dispositif-dont-le-cout-enfle-rapidement.htm# AUTANT DE MOTIFS DONT NOUS CITOYENS NE SOMMES PAS RESPONSABLES ! Concrètement, qui profite de cette baisse de consommation de véhicule diesel ? "Ni l’électrique, ni l’hybride ne profitent de la baisse du diesel. Ce type de véhicule est encore trop cher et ne représente qu’entre 1,5% et 4% du marché. Faute d’alternative, c’est la motorisation essence traditionnelle qui reprend des couleurs avec 53% des ventes de véhicules neufs au premier trimestre. Aujourd'hui, le diesel est délaissé, en effet, en 2017, pour la première fois depuis seize ans, les particuliers ont acheté davantage de véhicules neufs essence que gazole. Ce qui pose un vrai problème en termes de pollution puisque si le diesel rejette plus d’oxydes d’azote, il émet moins de CO2 que l'essence. " CONCLUSION Il est tout à fait honorable que nous cherchions des solutions pour circuler en polluant le moins possible notre environnement. Mais la hausse des taxes imposée par le gouvernement n'est pas la solution ! Nous sommes déjà dépendants des cours du pétrole, il n'est pas question qu'en plus nous subissions une augmentation des taxes ! Quelques pistes ? Commencer par supprimer progressivement la vente de véhicules diesel (comme c'est déjà le cas pour certains constructeurs automobiles) et à terme les véhicules à essence pour laisser place aux véhicules hybrides/électriques. Proposer des offres de reprises et réguler les prix trop élevés de ces véhicules électriques pour faciliter leur acquisition par nous citoyens.  Donner pour objectif aux entreprises de mettre en place un système permettant aux employés de travailler depuis leur domicile afin de limiter la circulation des travailleurs. Donner pour objectif aux entreprises de proposer une alternative aux employés ayant demandé une mutation pour raison de déménagement ou obligation familiale : travailler depuis leur domicile, ce qui équivaut à une acceptation partielle de leur demande de mutation.(afin de limiter la circulation de ces personnes vers la capitale) Allouer des subventions et autres aides aux entreprises afin qu'elle s'installe en banlieue et en province ceci afin de désengorger les grandes villes et limiter les longs déplacements en voitures. Financer / Co-financer ou continuer de financer des projets visant à créer des éco/bio-carburant. -----------> http://www.parismatch.com/Vivre/Automobile/Audi-invente-un-carburant-a-base-d-eau-et-d-air-754574 -------------> http://www.letelegramme.fr/morbihan/lorient/economies-sa-voiture-carbure-a-l-eau-de-pluie-12-02-2015-10524681.php -------------> https://www.challenges.fr/automobile/actu-auto/comment-l-us-navy-transforme-de-l-eau-de-mer-en-carburant_17955 -------------> http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/moteurs-quand-l-eau-permet-de-115784 -------------> Passé sur TF1 - Moteur à eau pantone  Etc etc.… Toute proposition est à explorer sans avoir à en faire payer le prix aux citoyens! Je pense pouvoir parler au nom de toutes les personnes qui n'en peuvent plus de payer pour les erreurs des dirigeants et qui ne souhaitent pas toujours tout payer et à n'importe quel prix !  Je vous invite à signer cette pétition pour permettre le franchissement d'une étape allant vers le dialogue. Sources: YouTube, Les Echos, France-Infos, Le Télégramme, Challenges, Agoravox, Echologique-solidaire, Prix du Baril, CeeEnergie, Le Figaro, Connaissance-des-Energies.

Priscillia LUDOSKY
1,202,719 supporters
Petitioning François de Rugy, Emmanuel Macron

Un véritable engagement du gouvernement contre le glyphosate de Monsanto.

Le 10 aout dernier, la justice californienne a condamné la firme d’agrochimie Monsanto à verser 289 millions de dollars d’indemnités au jardinier Dewayne Johnson, atteint d’un cancer qu’il attribue à l’utilisation du produit-vedette de Monsanto : l’herbicide RoundUp. Ce jugement est historique. Depuis des dizaines d’années, des activistes, des scientifiques ou encore des citoyens se mobilisent pour dénoncer les conséquences désastreux des pesticides et herbicides vendus par l’entreprise sur la santé des consommateurs et des agriculteurs mais aussi sur l’environnement et la biodiversité. Depuis le 10 aout, nous rentrons dans une nouvelle ère, où la justice reconnait l’aspect criminel de Monsanto.   Toutefois, si nous ne continuons pas dans cette lancée, Monsanto risque d’avoir encore de beaux jours devant lui. Récemment acheté par la firme pharmaceutique Bayer, la fusion des deux multinationales va faire disparaitre le nom Monsanto, sans pour autant arrêté la vente de produits dangereux comme le glyphosate (RoundUp). Pour Bayer,  « Le glyphosate est sûr et non cancérogène »  Pourtant, la révélation des « Monsanto Papers » apparue dans les derniers mois, révèle que la société se préoccupait des conséquences mutagènes du glyphosate dès 1999. Monsanto connaissait les effets dévastateurs de son produit sur la santé il y a 19 ans mais business oblige, l’entreprise a établi une stratégie de fort lobby dans les différents gouvernements et à même conduit des études scientifiques biaisées pour se protéger.   Sur le vieux continent, l’Union Européenne n’a pas réussi à se détacher des lobbies et donc n’a pas voté l’interdiction du glyphosate après des heures de débats et un retour de veste assez surprenant de l’Allemagne.  En France, le gouvernement a voté pour l’interdiction du glyphosate au niveau européen, et Emmanuel Macron s’est engagé suite à l’échec européen de l’interdire sous 3 ans. Toutefois l’engagement n’a pas été inscrit dans la loi. Il faut donc se fier à la parole du gouvernement. Rappelez-vous du Grenelle de l’environnement il y a 10 ans, un engagement d’une réduction de 50% des pesticides avait été signé, aujourd’hui on constate qu’il s'agit plutôt d’une hausse de 20%.   Je suis un étudiant de 19 ans, très sensible à la cause environnementale. Le combat contre les pesticides doit se faire au niveau national. Il ne s’agit pas de produits que l’on peut refuser d’acheter pour se faire entendre. Le glyphosate se retrouve partout. Un véritable engagement du gouvernement doit être pris. On peut me considérer comme trop jeune pour faire des demandes de cette ampleur, mais cela est faux. Je suis un citoyen comme les autres qui n’a pas envie de développer un cancer en mangeant ses légumes. Je souhaite pouvoir avoir des enfants, qui eux pourront aussi grandir sans s’intoxiquer lorsqu’il passe à table ou lorsqu’ils se promèneront dans un parc. Je souhaite pouvoir préserver l’environnement et développer une agriculture durable qui respecte les agriculteurs comme les consommateurs. Ce jardinier américain est le symbole des conséquences sur chacun d’entre nous. Du jardinier à l’agriculteur en passant pas le consommateur.   Cette pétition demande au gouvernement et à l’Assemblée Nationale, d’inclure cet engagement dans la loi pour que celui-ci soit respecté. Nous demandons que l’interdiction du glyphosate en France soit réalisée au plus vite au nom de la santé des citoyens et de la protection environnementale grâce à un vote de l’Assemblée regroupant une majorité d’élus.  Toi aussi, tu trouves important que nous nous débarrassions de ce poison? Rejoins ce combat citoyen en demandant au gouvernement l’arrêt du glyphosate. #StopGlyphosate

Johan REBOUL
243,134 supporters
Petitioning François de Rugy

Classement du blaireau comme espèce protégée

Le blaireau est un animal social paisible et discret mais qui disparaît peu à peu du paysage français. En France, il est classé parmi les chassables. Chaque année à partir de la mi-mai et cela jusqu'à huit mois par an une chasse impitoyable lui est faite. C'est une espèce fragile qui se reproduit lentement. Par conséquent, ses effectifs diminuent de façon préoccupante. Partout en France, des week-ends de "déterrage de blaireaux" sont organisés. Les animaux stressent pendant des heures, acculés au fond de leurs galeries, entre les aboiements des chiens et les cris des chasseurs. Les jeunes blaireaux sont dépecés par les chiens et les survivants sont achevés à coup de talon ou de pelle. Les adultes, y compris les femelles en gestation, sont sortis de leur terrier avec des pinces métalliques et sont ensuite tués avec une dague ou à coups de barre à mine. Le coup fatal étant rarement le premier... Pour avoir eu personnellement l'occasion d'assister à cet ignoble spectacle lors d'une balade à la campagne je peux témoigner de l'horreur que représente une telle scène. Les chasseurs prétendent qu'il s'agit de régulation. C'est un argument fallacieux, les blaireaux ne peuvent pas être en surnombre puisque cette espèce autorégule ses populations en fonction des ressources de nourriture. La vérité est plus simple: le déterrage des blaireaux est un loisir.  Cette PRATIQUE CRUELLE doit cesser. Contrairement à la France, le blaireau est protégé dans la plupart des autres pays : Espagne, Grande-Bretagne, Luxembourg, Italie, Belgique, Pays-Bas, Danemark, Grèce, Irlande, Portugal... Cet animal ne doit pas disparaître, signez et diffusez ma pétition pour que le blaireau obtienne le statut d'espèce protégée.     The badger is a peaceful and discreet social animal that gradually disappears from the French landscape. In France, it is classified among the huntable. Every year from mid-May and up to eight months a year a ruthless hunt is made to him. It is a fragile species that reproduces slowly. As a result, its workforce is declining worryingly. Everywhere in France, weekends of "badger digging" are organized. The animals are stressed for hours, driven to the bottom of their galleries, between the barking of the dogs and the cries of the hunters. Young badgers are skinned by the dogs and the survivors are finished with heel or shovel. Adults, including pregnant females, have come out of their burrows with metal clamps and are then killed with a dagger or with a barrier. The fatal blow is rarely the first ... For having personally had the opportunity to witness this ignoble spectacle during a stroll in the countryside I can testify to the horror that represents such a scene... The hunters claim that it is about regulation. It is a fallacious argument, the badgers can't be in excess since this species controls itself it number according to the resources of food. Here is the truth : badger digging is leisure. This CRUEL PRACTICE must stop Contrary to France, badger is protected in these countries: Spain, Great Britain, Luxembourg, Italy, Belgium,Netherlands, Denmark, Greece, Ireland, Portugal... This animal should not disappear, sign and diffuse my petition so badger obtains the statute of protected species. 

Frédéric DANIEL
242,012 supporters
Petitioning Edouard Philippe, Antonio Tajani, François de Rugy, Stanislas Guerini, Emmanuel Macron, Brigitte Macron, Donald Tusk, nicolas hulot, Council of the European Union, European Parliament, European Com...

Coller des animaux vivants : NON MERCI

Le Conseil d'Etat valide la chasse à la glu.   Je m'appelle Laurent KLEIN-PIERRON, je suis directeur de jardinerie et engagé politiquement comme animateur local au sein de la République En Marche à Montigny les Metz en Moselle. Je ne me prétends pas être particulièrement écologiste ou défenseur de la cause animale mais simplement un citoyen responsable qui pense que la barbarie n'a pas sa place dans les grandes démocraties. Comment prétendre vouloir sauver la planète et d'un autre côté ne pas se préoccuper d'un acteur majeur de la biodiversité qui disparait années après années. Malgré nos différences je pense que l'on peut se rassembler sur un sujet « transpartisan » qui nous concerne tous. Cette chasse dite «traditionnelle», jugée «cruelle» par les défenseurs des oiseaux, consiste à capturer des oiseaux à l’aide de baguettes en bois enduites de glu et dissimulées dans la végétation, sur des arbres ou buissons. Les chasseurs viennent ensuite décoller ceux qui ont été pris au piège et les nettoyer, souvent à l’aide d’un solvant. Gardés vivants, les oiseaux sont placés dans des petites cages, pour attirer grâce à leur présence leurs congénères, qui seront tirés au fusil. "Ils oublient que restant collés, (les oiseaux) peuvent se blesser et mourir d'épuisement ou de stress dans leur tentative de libération. En outre, le 'prélèvement' de l'animal par les chasseurs se réalise avec des solvants toxiques. S'il parvient toutefois à être défait de cette glu, l'oiseau peut également présenter des lésions traumatiques qui lui seront fatales les heures suivantes" Tous ensemble mobilisons nous pour faire pression sur les pouvoirs publics et la commission Européenne pour que cette chasse barbare soit bannie. Il est inadmissible dans les démocraties qui se disent mobilisées pour sauver la planète nous ne nous préoccupions pas des habitants de celle-ci. Protéger la biodiversité n'est pas une passion ou un hobby pour bobos parisiens mais une nécessité pour la planète et l'équilibre de la vie sur terre.  En seulement 30 ans, plus de 420 millions d'oiseaux en Europe ont disparu La sixième extinction massive de la biodiversité est bien en marche : en seulement 30 ans, 421 millions d'oiseaux ont disparu, non pas sur Terre mais seulement en Europe ! C'est l'estimation édifiante réalisée par une étude publiée dans le journal scientifique Ecology Letters. Pour les auteurs, « le déclin global de la biodiversité est sans précédent » (dans l'histoire de l'humanité). Les alertes scientifiques, les mobilisations internationales et locales semblent inefficaces devant le rouleau-compresseur d'une société marchande aveugle à son propre support de vie. Résultat : les écosystèmes s'appauvrissent ou sont méthodiquement stérilisés comme en témoigne le projet de barrage de Sivens en France qui a détruit une zone humide remarquable qui abritait de nombreuses espèces pourtant « protégées ». Si quelques espèces en voie d'extinction connaissent parfois un peu de répit, elles sont trop souvent les représentantes de la biodiversité symbolique, celle qui marque les esprits : pandas, baleines… Laissant de côté les espèces plus communes, dont les oiseaux, qui paient pourtant un lourd tribut. Cette étude menée par Richard Inger et Richard Gregory s'est basée sur 144 espèces d'oiseaux européens sur une échelle de 30 ans. Les données exploitées proviennent du Pan-European Common Bird Monitoring Scheme En effet, ces oiseaux offrent de multiples avantages pour les écosystèmes : ils aident à lutter contre les ravageurs en contrôlant leur prolifération, ils disséminent les graines des fruits qu'ils mangent et participent ainsi à la reproduction des végétaux. De plus, les oiseaux détritivores jouent un rôle clé dans l'élimination des charognes dans l'environnement. En outre, pour beaucoup de gens, les oiseaux demeurent le principal moyen dont ils interagissent avec les animaux sauvages, en écoutant leurs chants, en profitant de leur présence, en les alimentant et les observant. https://www.birdlife.org/europe-and-central-asia/news/les-oiseaux-des-champs-une-population-en-voie-de-disparition-en-europe MOBILISONS NOUS !!! MERCI POUR VOTRE CONTRIBUTION

Laurent KLEIN-PIERRON
236,374 supporters
Petitioning François de Rugy, Emmanuel Macron, Edouard Philippe

Interdisons les pailles en plastique en France #BasLesPailles

En France chaque jour 8,8 millions de pailles sont utilisées et jetées et ce uniquement dans la restauration rapide. Les pailles en plastique font partie des 10 déchets les plus ramassés sur les côtes françaises.  Pour siroter son jus de fruit ou son cocktail, la paille est devenue une vieille habitude bien plus qu’une nécessité. Mais les pailles en plastique jetables ne disparaissent pas dans la nature. Leur petite taille les rend difficilement recyclables et elles sont au mieux incinérées (polluant notre air) et au pire elles s'envolent et finissent dans le caniveau, polluant nos rivières et les océans. Les pailles en plastique font ainsi partie des 8 millions de tonnes de plastique déversées dans les océans chaque année - soit l’équivalent d’une benne à ordures de plastique déchargées chaque minute. Elles rejoignent le tristement célèbre 7ème continent de notre planète : le “Vortex” de déchets du Pacifique Nord. Ce continent, on n’en veut plus ! Les pailles finissent sur les plages et dans les océans, le plastique se morcelle et les animaux marins/oiseaux les confondent avec de la nourriture. Et tout cela nous revient évidemment: ingéré par les animaux, ce plastique se retrouve la plupart du temps… dans nos assiettes. J'ai décidé de m'engager pour l'avenir de notre planète en co-fondant l'association Bas Les Pailles, suite à la vidéo d'une paille en plastique retirée du nez d’une tortue marine. Cette triste image porte un message important:  Il est encore temps d’agir. Il ne tient qu’à nous de changer nos habitudes !  Au Canada, la ville de Tofino en Colombie-Britannique a éradiqué les pailles en plastique depuis 2016. Aux Etats-Unis, Seattle est devenue la première ville à interdire les pailles en plastique dès l’été 2018. En Angleterre, les citoyen.ne.s ont obtenu à la suite d’une pétition l’engagement de McDonald’s UK qui va désormais passer aux pailles en papier et l'interdiction des pailles en plastique sera débattue cette année. L’Ecosse, le Costa Rica, le Belize, le Kenya et Taiwan prévoient également une interdiction totale ou partielle des pailles en plastique. Qu'attend la France pour emboîter le pas ? Nous sommes convaincues que seule une mobilisation de masse pourra avoir un impact sur l’avenir des océans, c'est pourquoi Bas Les Pailles compte sur votre mobilisation. Pour les personnes qui ont besoin de pailles pour boire, l’interdiction des pailles en plastique pourra être solutionnée. En effet, des alternatives au plastique existent : en bambou, en inox, en verre, en amidon ou en carton.  Nous pouvons réussir ensemble. La France, membre de la campagne des Nations Unies #OcéansPropres, s’est engagée à devenir “une nation de l’excellence environnementale” et interdira les gobelets, verres et assiettes jetables en plastique, ainsi que les cotons tiges en plastique, d’ici 2020. L'interdiction des pailles en plastique va dans le sens de cet engagement. Mobilisons-nous ensemble contre la surconsommation et l’utilisation des pailles en plastique. Nous vous proposons un plan d’action en trois phases: Signez la pétition et partagez-la autour de vous. Lorsque vous commandez une boisson, précisez “sans paille” Faites circuler l’information auprès de vos proches et restaurants/bars de quartier et sur les réseaux sociaux #BasLesPailles Interpellez le Ministère de la Transition Ecologique, qui n'a toujours pas répondu à notre appel, sur son site internet et sur les réseaux sociaux. AIDEZ-NOUS à faire interdire les pailles en plastique en signant notre pétition. Avec votre soutien nous remettrons la pétition au Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, François de Rugy, et au Président de la République, Emmanuel Macron. Notre objectif : atteindre 200 000 signatures Ce n'est pas la mer à boire, juste une paille en moins ! Pour en savoir plus: www.baslespailles.org  Pour adhérer à l'association : bit.ly/baslespailles 

Mounia EL KOTNI
179,656 supporters
Petitioning Emmanuel Macron, Edouard Philippe, Agnès Buzin, stephane travert, Bruno Le Maire, François de Rugy, GERARD LARCHER

Affichez obligatoirement le NutriScore des aliments sur tous les supports publicitaires

Le dimanche 27 mai 2018, l’Assemblée Nationale a rejeté, par 45 voix contre 18, les amendements proposés dans le cadre de la Loi Agriculture et Alimentation (EGalim) visant à rendre obligatoire l'affichage du Nutri-Score sur tous les supports publicitaires des denrées alimentaires. Sous la pression de lobbys très puissants, notamment certaines grandes multinationales de l'agro-alimentaire qui s'opposent au Nutri-Score et les grands groupes de médias, notamment les patrons de chaînes TV, qui sont intervenus auprès du Premier ministre et de nombreux députés, et malgré le fait que 80 d'entre eux (de la majorité) portaient au départ les amendements déposés, le vote en présence de seulement 63 députés dans l'hémicycle a été très largement négatif. La défense vigoureuse et documentée des députés Olivier Veran et Richard Ramos, porteurs des amendements, n'a hélas pas suffi. Les argument des opposants ont été affligeants. D'abord, un déni total des multiples travaux scientifiques et des rapports des autorités de santé publique nationales et internationales (HCSP, OMS,...) qui ont démontré l'impact délétère de la publicité sur les comportements alimentaires et l'état nutritionnel, notamment pour les groupes de populations vulnérables (enfants, adolescents, populations défavorisées...). Mais en plus, ils ont utilisé les éléments de langages démagogiques habituels des acteurs économiques, comme "il suffit de responsabiliser les parents ...",  alors qu'ils refusent de leur donner accès à l'information sur la qualité nutritionnelle des aliments qui leur permettrait justement de pouvoir prendre leurs responsabilités … Ils ont utilisé également des arguments totalement hypocrites et fallacieux,  laissant entendre, notamment par la bouche du ministre de l'agriculture, Mr Stéphane Travert, qu'un tel amendement était susceptible de menacer le Nutri-Score, qui n'aurait eu le feu vert de la Commission Européenne (CE)  que dans le cadre d'une "expérimentation". Ceci est totalement faux, l'arrêté (signé entre autres par Stéphane Travert) le 31 octobre 2017 ne prévoit nulle expérimentation, pas plus que la notification faite par la France à la CE en avril 2017, ni d'ailleurs dans l'aval donné par la CE à la France le 25 octobre 2017… De la même façon, les opposants à l'amendement ont agité le chiffon rouge de l'incompatibilité avec le règlement européen INCO. Là encore c'est totalement faux car l'amendement proposé ne rentrait absolument pas dans le cadre limitant du règlement INCO qui, notamment pas son article 35, ne permet pas de rendre obligatoire l'affichage du Nutri-Score sur les emballages des aliments. La proposition faite dans l'amendement concerne la publicité, pour laquelle aucun règlement européen n'entrave la capacité des états-membres à rendre obligatoire un logo nutritionnel sur les supports publicitaires. Quant à la référence au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) pour assurer un rôle de contrôle d'une auto-régulation des publicités alimentaires par les annonceurs eux-mêmes, le CSA n'a ni les compétences ni la capacité de juger du contenu des publicités ! Or, sur le plan nutritionnel, ce n'est pas que la forme qui compte mais aussi le fond, notamment la prise en compte de la qualité nutritionnelle des aliments qui sont promus (ce que donne l'affichage du Nutri-Score) et la capacité de fournir l'information aux consommateurs ! De plus, de nombreux travaux scientifiques montrent l'échec des auto-régulations s'appuyant sur le bon vouloir des industriels (ce que rappelle l'OMS et le HCSP) …Bref, les arguments avancés par ceux qui ont poussé à rejeter l'amendement "Nutriscore dans la publicité" ne sont absolument pas justifiés par l'intérêt des consommateurs et démontrent que les lobbys (chaînes TV, groupe médias et multinationales de l'agro-alimentaire) poussent pour faire passer la défense de leurs intérêts économiques par rapport à l'intérêt de la santé publique. Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les Ministres, vous avez rappelé à plusieurs reprises votre volonté de développer de façon active la prévention face aux grands enjeux de santé publique auxquels la France est confrontée. Vous aviez l'occasion de le démontrer en élargissant l'application du Nutri-Score (une réelle avancée de Santé Publique que vous avez soutenue) à la publicité de façon obligatoire. Il n'existe aucune limite juridique ou technique à cette mesure que nous, citoyens et consommateurs réclamons pour améliorer notre information et nous aider à protéger notre santé et celle de nos enfants. Nous signataires de cette pétition, vous demandons donc de mettre en œuvre cette mesure importante de santé publique au plus vite.

Audrey COURTOIS
130,300 supporters
Petitioning Jean-Claude JUNKER président de l'Union Européenne, François de Rugy

POUR QUE LA CORRIDA NE SOIT PLUS SUBVENTIONNÉE PAR L'ARGENT PUBLIC

Ce sont des centaines de milliers d'euros qui sont dépensés chaque année pour soutenir la corrida, dans toute une série de départements. Cet argent utilisé POUR TUER, devrait être utilisé POUR DÉFENDRE LA VIE ! Toutes le villes taurines sont dans le rouge, et ce sont des sommes pharaoniques qui sont débloquées pour leur permettre la réfection des arènes et la continuité des corridas. Articles à lire:  http://nocorrida.com/2016/11/11/subventions-europeennes-a-la-tauromachie-bis-repetita/ http://www.vegemag.fr/actualite/roger-lahana-les-corridas-ne-survivent-que-grace-aux-subventions-publiques-2141 EN PLUS: https://www.francebleu.fr/infos/societe/la-corrida-ne-fait-plus-l-unanimite-1492179699 Dans ces mêmes villes, des associations en perdition, des monuments en ruines, des personnes dans le détresse. Message d'une association, une parmi des milliers, qui va devoir arrêter de sauver des vies, alors qu'au même moment des sommes énormes sont injectées dans le milieu taurin: "Bonjour à tous c'est une très très mauvaise nouvelle que je viens vous annoncer. Après 6 ans d'existence l'asso fermera ses portes fin décembre. Plusieurs raisons me poussent à cette décision qui me coûte énormément:Elles sont tout d'abord d'ordre personnel, mais également dues au peu de soutien au jour le jour; au fait que tous nos appels restent plus ou moins lettre morte (demandes de dons même pour 1 € par mois, ou diffusion d'adoption, sos ) .Chaque jour il faut gérer, nourrir, soigner 60 chats; gérer les demandes d'aides; gérer l'administratif (qui demande un temps fou et précieux) et pour cela très très peu de monde. Plusieurs chats nécessitent des soins journaliers car ils souffrent de pathologies lourdes et un entretien beaucoup plus long que les autres." Nous sommes là sur une association de protection animale, mais cela concerne toutes les structures d'aide, en commençant bien entendu par la suppression des contrats aidés. COMMENT DE NOS JOURS, PEUT-ON METTRE AUTANT D'ARGENT DANS DES "SPECTACLES" D'ANIMAUX TORTURÉS, EN LAISSANT EN GRANDE SOUFFRANCE TOUTE UNE PARTIE DE LA POPULATION??? De plus en plus de personnes n'ont plus les moyens de se loger, même en travaillant. De plus en plus de familles se retrouvent à la rue. Est-ce normal?? Nous demandons de toute urgence une révision des priorités de notre pays. Merci de signer et partager cette pétition. Céline Steinlaender    

Celine STEINLAENDER
116,714 supporters
Petitioning Edouard Philippe, Emmanuel Macron, Francois de Rugy, Edouard Philippe

Corridas : Stop à la souffrance en 2019 ! #StopCorrida

Je m’appelle Christophe Thomas et je vis en Bretagne. Tout a commencé à l’âge de 7 ou 8 ans, après avoir vu un tapis-mural représentant une scène de corrida, et que je me sois fait une promesse de gosse, "un jour, je sauverai un taureau de corrida". 30 ans plus tard c'était chose faite avec l’acquisition de Fadjen, un taureau de combat espagnol. Après de longues recherches, le 10 mars 2010, un veau espagnol, Fadjen, quittait le Sud de la France pour la Bretagne. L’éleveur espagnol m’avait prévenu : “tu verras, si tu t’en occupes bien, il sera encore plus fidèle que ton chien”. Il avait raison ! J’ai donné beaucoup d’amour à Fadjen et petit à petit, il m’a accordé sa confiance. Aujourd’hui, Fadjen est devenu un fidèle compagnon. Où est “le fauve” dangereux qui ne pense qu'à tuer ? Où est l’animal sauvage qu’on ne peut pas approcher ? Le taureau n’est pas un animal dangereux, mais un animal qui ne demande que la compagnie et la présence de l’homme. Aujourd'hui, j'ai décidé de me mobiliser pour sauver d'autres taureaux. Pour que le destin de Fadjen soit celui de tous les taureaux. Pour cela c'est très simple : il suffirait de supprimer un tout petit alinéa dans l'article 521-1 du code pénal. Par la suppression de cet alinéas, les blessures et mises à mort ne pourront plus être pratiquées sur les taureaux lors des corridas. La science nous a appris énormément de choses sur la capacité des animaux à sentir et ressentir les choses, il est donc anormal qu'en 2017 les corridas avec blessures et mises à mort des taureaux soit encore pratiquées sur le territoire français. Cette nouvelle corrida sans effusion de sang peut être pratiquée dès la prochaine saison tauromachique de 2019. Pour ce faire, il suffit de retirer le fer de la pique du picador, de retirer la partie métallique des banderilles et pour le troisième "tercio", simuler le faite de planter l'épée dans le corps de l'animal, utiliser le plat de la main comme lors de "l'indulto" (la grâce du taureau) comme c'est déjà pratiqué parfois en France. Elle ne demande : aucun aménagement des établissements déjà existants. aucune formation des professionnels déjà existants. aucune subvention. Signez la pétition et partagez la autour de vous pour mettre fin à la souffrance dans les corridas dès 2019 !

Christophe THOMAS
107,822 supporters