Decision Maker

Daniel Adam

  • Candidat à l'élection présidentielle

Militant libertaire des droits de l'Homme - économiste, philosophe et juriste


Does Daniel Adam have the power to decide or influence something you want to change? Start a petition to this decision maker.Start a petition
Petitioning Mesdames et Messieurs les Parlementaires de France Métropolitaine et d'Outre-Mer

NE TOUCHEZ PAS A LA LOI LITTORAL !

A l’occasion du vote de la proposition de loi sur l’adaptation des territoires littoraux au changement climatique, le Sénat vient d’adopter des amendements ouvrant des brèches dans la Loi Littoral : possibilité d’installer des activités nouvelles dans les zones proches du rivage, autorisation d’extension de l’urbanisation en dehors des bourgs et villages existants, constructibilité des dents creuses… autant de dispositions qui permettront de développer et de densifier l’urbanisation de nos côtes ! La Loi Littoral, adoptée à l’unanimité du Parlementle 3 janvier 1986 et approuvée par 90% des français(es),ne doit pas être touchée ! L’Assemblée Nationale doit examiner le texte en deuxième lecture le 31 Janvier prochain ! Mobilisons-nous pour empêcher toute modificationqui porterait atteinte à la Loi Littoral ! Jean-Laurent Félizia, Conseiller Municipal du Lavandou (Var) Premiers signataires : Yann Arthus-Bertrand, Photographe-ReporterIsabelle Autissier,Ecrivain, Navigatrice, Présidente du WWF FranceAllain Bougrain-Dubourg,Président de la LPOGilles Clément,PaysagisteChristian Desplats,Ancien Délégué du Conservatoire du LittoralOlivier Dubuquoy, Géographe, Lanceur d’Alerte « Boues Rouges »Jean-Philippe Grillet,Ancien Directeur des Réserves Naturelles de FranceNicolas Hulot,Président de la Fondation pour la Nature et l'HommeAnnabelle Jaeger, Membre du Conseil Economique Social et EnvironnementalCorinne Lepage,AvocateFrançois Letourneux,Ancien Directeur du Conservatoire du LittoralDenez L’Hostis,Président de France Nature EnvironnementMichèle Rivasi,Députée EuropéenneChristine Sandel,Ancienne Présidente de Rivages de FranceColine Serreau,Cinéaste

Jean-Laurent FELIZIA
365,243 supporters
Closed
Petitioning françois hollande, jean luc melenchon, ARNAUD MONTEBOURG, JEAN LASSALLE, François FILLON, Nicolas Sarkozy, Alain Juppe, Philippe Poutou, Cécile Duflot, jean françois copé, gerard filoche, Bruno LEM...

Suppression du 49.3 dans la constitution française

La démocratie c'est le vote, la démocratie c'est le débat parlementaire, la démocratie c'est le droit et le devoir du peuple de contester une loi. La démocratie ce n'est pas le passage en force. La démocratie ce n'est pas le 49.3 ! Supprimons cet article inique et surtout d'un autre temps. Redonnons du pouvoir à notre vote. Citation  : "L'utilisation du 49.3 est une brutalité, un déni de démocratie" F.HOLLANDE  

stephan RODRIGUEZ
103,313 supporters
Victory
Petitioning ministère de la santé

Je soutiens les soignants car leur quotidien n'est pas une fiction #SoigneEtTaisToi

  Bonjour à tous, vous en entendez parler en ce moment, les professionnels de santé sont en souffrance et manquent cruellement de reconnaissance alors même qu’une série médicale française, NINA, diffusée sur France Télévision, rassemble chaque semaine plus de 3 millions de téléspectateurs.  Vous voyez le paradoxe ? un vrai engouement public pour un personnage de fiction qui est infirmière d'une part, et un désintérêt des pouvoirs publics pour notre métier de l'autre.  Alors je me suis dit que ce serait vraiment dingue si ces 3 millions de téléspectateurs soutenaient le mouvement infirmier. Bon, pour être totalement honnête avec vous, parce qu'on est comme ça on se base sur une relation de confiance, pour les infirmiers, cette série ne nous représente absolument pas et je vais vous expliquer pourquoi dans un instant. Mais quand même, si vous avez passé vos soirées devant NINA, vous pouvez m’accorder quelques minutes pour vous intéresser à notre cause. Les infirmières sont dans la rue rassemblées autour du mouvement #SoigneEtTaisToi. Nous avons besoin de vous pour faire bouger le Ministère de la Santé, pour marquer notre unité, pour soutenir un métier en souffrance qui vous concerne absolument tous.  Alors, avant que vous nous souteniez il faut que je vous explique le rapport entre notre agacement face à NINA qui est une fiction et la non reconnaissance de notre métier qui est notre quotidien. Pour résumer, la production a pris le prétexte de mettre en avant un personnage d’infirmière pour développer un fiction médicale. Et nous en avons un peu marre de faire office de faire valoir.  On respecte absolument les médecins, on travaille avec eux tous les jours, on a notre expertise et on bosse ensemble pour le bien-être du patient. Sauf qu’on n’a pas vocation à prendre leur place ou à fantasmer sur le fait de devenir médecin, un sujet sur lequel revient systématiquement la série. On n’est pas des médecins frustrés, on est infirmiers.  Les scénarii tournent invariablement autour de la recherche diagnostic à laquelle nous participons à notre niveau, mais qui n’est pas notre coeur de métier. D’accord c’est la limite du genre de la série médicale. Sinon on appellerait ça une série paramédicale. Notre métier, c’est le Soin et cela ne se résume pas à une prise de tension ou de température.  Je passe sur la manière caricaturale dont le personnage de l’étudiante infirmière est représentée. Il y aurait une thèse à développer sur les ressorts contreproductifs de cette série qui présente un personnage féminin fort pour mieux assoir le patriarcat. Et pourtant, chaque semaine vous êtes en moyenne 3 millions 2 à regarder NINA ! 3 Millions 2 ! Vous ne pouvez pas avoir complètement tort ! Et c’est en écoutant Laurence Bachman, la productrice de Nina qui s’exprimait sur Europe 1 jeudi 27 octobre que j’ai fini par comprendre le paradoxe : Extrait « on le revendique c’est de la fiction, on a besoin de divertir, on a besoin aussi de faire rêver » et ce malgré ce que pouvaient avoir à en dire les professionnels de santé lors de la diffusion de la 1ère saison. Ce que j’en comprends c’est que les auteurs de la série ont une représentation de notre métier qui répond à vos attentes, en tant que public, peut-être même en tant que patient ou famille de patient.  Or c’est justement la distance qui sépare cette représentation de notre réalité douloureuse qui provoque la colère des soignants, parce qu’elle est réductrice, édulcorée, éloignée de nos compétences et des responsabilités qui pèsent sur nos épaules dans un contexte dégradé.  Elle entretient une image décalée et caricaturale de notre univers qui voudrait vous faire croire que tout va bien. Moi j’appelle ça de la propagande. Alors c’est vrai que ce n’est « qu’une série », que ce « n’est pas un documentaire », qu’elle « n’est pas là pour décrire la réalité ». Est-ce que c’est si grave si NINA ne nous représente pas tel que nous sommes.  Fondamentalement non, vous avez le droit en tant que public d’avoir vos représentations sur notre métier, la production et les auteurs eux mêmes ont le droit de coller à cette représentation en vous apportant ce que vous attendez. On peut même pas en vouloir aux comédiens qui pensent vraiment bien faire et nous représenter correctement...  ... non ce qui fait que les soignants réagissent aussi mal à la représentation de l’infirmière dans NINA c’est que ce monde de bisounours qui est acceptable dans une fiction télévisée est partagée par notre Ministre de tutelle.  Quand nous avons besoin de reconnaissance nous avons l’impression qu’elle regarde NINA en se disant : (Extrait) ça va passer (le roi de la route VRP)  Quand des infirmiers se suicident ou se font agresser, nous avons droit à : (Extrait) The sound of Silence (Simon & Garfunkel), avant d’annoncer un plan autour de « la culture du bien-être » qui « doit exister à l’hôpital aussi » alors que la culture du rendement mène les personnels au Burn-Out ou au suicide.  On ressent aujourd’hui le besoin de vous dire qui nous sommes et quelles sont nos difficultés à vous prendre en soin. Même l’ordre qui nous représente nous a enjoint à nous exprimer ! Pourquoi c'est important que vous nous souteniez aujourd'hui ? Parce que si les infirmières descendent le 8 novembre dans la rue c'est pas pour se plaindre, nous le faisons parce que nous voulons bien faire notre travail, parce que nous sommes pas là pour aller plus vite, pour faire du rendement, nous voulons assurer votre sécurité, votre accompagnement, dans les moments où vous êtes les plus fragiles.  Alors, vraiment si vous aimez la série NINA, continuez, divertissez-vous, car ce sera à nous soignants, de faire évoluer petit à petit votre représentation de notre métier en nous exprimant, en vous disant qui nous sommes et comment nous souhaiterions vous prendre en soin.  A l’image de ces infirmières qui se sont confiées à Olivier Delacroix dans sa série documentaire Dans les yeux d’Olivier ou bien comme Caroline Estremo, cette infirmière toulousaine qui a utilisé l’humour pour décrire son quotidien aux urgences. L’heure est venue pour les soignants de s’exprimer, de dire ce qu’ils sont et ne sont pas.  Nous avons besoin de vous, les 3.200.000 téléspectateurs de NINA pour faire bouger la représentation qu’a notre Ministre des infirmier.e.s en lui rappelant que vous êtes les premiers à subir le manque de personnel et les mesures qui finissent par mettre votre vie et celle des soignants en danger en signant et relayant la pétition ci-dessous. Si vous n’aimez pas NINA ou que vous ne l'avez jamais vu et que vous voulez aussi soutenir les infirmier.e.s n’hésitez pas ! Aidez-nous à vous prendre en soin. Depuis le mouvement du 8 Novembre 2016 et du 24 janvier 2017, la pétition a continué d'être diffusée avec, actualité oblige, une résonance particulière face au mutisme des pouvoirs publics. C'est la raison pour laquelle la pétition a rejoint la mouvement "Changez 2017" initiée par Change.org pour interpeller les candidats à la Présidentielle. C'est l'occasion pour nous de les voir répondre directement à nos questions. reportez-vous aux dernières mises à jour de la pétition pour en savoir plus.

Infirmier REPORTER
84,038 supporters
Closed
Petitioning candidats présidentielle 2017, Charlotte Marchandise, Emmanuel Macron, Benoît Hamon, Yves Gernigon, Stéphane Guyot, Jean Lassalle, François Asselineau, Nathalie Arthaud, Pierre Larrouturou, Françoi...

Pour un référendum sur la sortie du nucléaire en France

EDF est à la veille de choix cruciaux pour l'avenir de la filière énergétique de la France. Des investissements énormes vont devoir être faits pour prolonger la durée de vie du parc nucléaire et construire de nouveaux réacteurs. Ces choix vont nous engager pour les 50 prochaines années. Cette décision ne peut être celle d'un homme ou d'un parti politique, il ne peut être fait que par les citoyens conscients des enjeux et des risques pour les générations futures. La poubelle nucléaire française est pleine, le projet d'enfouissement de Bure est un aveu d'impuissance, l'accident de Fukushima a montré que tous les risques ne peuvent pas être pris en compte, EDF est endetté et ne pourra faire face au coût du démantèlement sans cesse renvoyé sur les générations futures. Il est temps d'être réalistes et de regarder les choses en face, une page est en train de se tourner. Il faut préparer l'avenir et investir dans les filières de demain comme l'Allemagne l'a décidé avant nous. Un débat national suivi d'un référendum doit avoir lieu en France après la présidentielle, lui seul pourra ancrer et asseoir le choix d'une sortie du nucléaire, hors des cotes de popularité, des réflexes syndicaux, des visions à court terme et des lobbies.   Demandons aux candidats à la présidentielle 2017 de s'engager sur l'organisation d'un référendum "êtes vous pour ou contre une sortie programmée du nucléaire ?"

pierre JOUVE
49,421 supporters
Petitioning Yves Gernigon

Evolution de l'accouchement sous X, pour un droit aux origines aux enfants nés sous x

Madame Agnès Buzyn, Ministre des solidarités et de la santé, Madame Marlène Schiappa, Secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, Conseil économique, social et environnemental, Comité consultatif national d'éthique, Députés Français, Mesdames,Messieurs, J'en appelle à votre courage et à votre détermination afin de changer les choses intelligemment, cette fois-ci, en ce qui concerne le droit à l’accouchement sous X. J’aime mes parents adoptifs et ma quête personnelle ne repose guère sur la volonté de causer des problèmes à d’éventuelles personnes et ce, finalement, comme pour la grande majorité des gens dans ma situation qui essayent de faire route, à rebours, de leur histoire. Je veux juste être reconnu, je veux exister, avoir une généalogie biologique, un passé ! Il est très dur pour nous tous de vivre avec ce sentiment de culpabilité, cette idée que nous ne méritons pas d’être ce que nous sommes et avec les difficultés que cela engendre pour se construire sereinement. La loi autorise une béance à l'origine et cette dernière crée des empêchements dans la construction de soi, parfois... souvent Nous les « X » sommes en quête de justice, de vérité et aujourd'hui l'administration française méprisante qui est censée nous aider - dans nos démarches, les recherches quant à nos origines - fait tout pour nous mettre des bâtons dans les roues. Elle est allée parfois même jusqu'à mentir et jouer de son pouvoir. Nous voulons être respectés, écoutés. Comment pouvons-nous construire notre vie d'adulte quand nous ne savons pas qui nous sommes, d'où nous venons ? Comment pouvons-nous donner la vie sereinement sans savoir si nous sommes porteurs de maladies génétiques? Ainsi j’attends, nous attendons, que vous mettiez fin à l’accouchement sous X une fois pour toutes et que vous mettiez en place ce qu'on appelle un accouchement sous discrétion. La France est quasiment le dernier pays du monde à autoriser cette loi absurde, injuste, violente et cruelle et remise en question régulièrement. Les tentatives précédentes (dans les années 70 et 80) ont avorté mais le gouvernement actuel n'est-il pas celui des "grandes réformes" ? Nous sommes les grands oubliés du débat crucial sur la famille, les droits de l'enfant.. et quelqu’un de profondément humaniste, juste et bienveillant doit y mettre un terme. Nous en avons marre du mépris et de l'hypocrisie des institutions qui sont censées nous aider dans nos démarches. Les animaux ont droit à une "traçabilité" alors je demande la même chose à l'endroit des êtres humains que nous sommes. Nous levons de plus en plus le voile sur le secret de nos vies de X via des manifestations, sur les réseaux, dans la presse, en littérature... et nous continuerons à nous rendre visibles, de plus en plus, jusqu'à ce que cette loi soit modifiée et que les pouvoirs publics adoptent une posture aidante envers ceux qui sont nés d'une croix sur le papier et qui, après avoir été pupilles de l'Etat, sont aujourd'hui des citoyens que vous semblez oublier. Cordialement, Laurent ALEXIS  

Laurent ALEXIS
42,643 supporters
Closed
Petitioning Nicolas Dupont-Aignan, Audrey Azoulay, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, François Fillon, Nicolas Dupont-Aignan, Nathalie Arthaud, Yannick Jadot, Charlotte Marchandise, Bastien Fau...

Rétablissons le pluralisme des opinions dans l'audiovisuel public !

Nous, soussignés, contributeurs de la redevance obligatoire et copropriétaires du secteur public de l’audiovisuel, France Télévisions et Radio France. Nous, qui faisons partie des 27 millions de foyers qui s’acquittent, à raison de  137 euros par an,  de la redevance de l’audiovisuel public et qui participent ainsi à 85% du budget de France Télévisions et à 89% du budget de Radio France. Nous posons la question: les informations du service public de l’audiovisuel reflètent-elles la diversité des opinions et des expressions du peuple français ? Donnent-elles la parole à toutes les couches de la population dans leurs dimensions sociales, professionnelles, existentielles, à leurs cultures et à leur Histoire ? Débats et commentaires, font nettement plus de place à l’idéologie  gauchisante qu’aux idées libérales ou conservatrices. Bien plus, ces idées n’ont que très rarement, sinon jamais, voix au chapitre. Est-il normal qu’aucune émission ne soit confiée à des animateurs ou à des spécialistes de sensibilité différente ? Nous n’acceptons plus que l'obligation de neutralité et d'objectivité contenue dans chaque cahier des charges de chaque entreprise nationale soit considérée comme une pure clause de style. Nous n'acceptons plus que l'obligation de pluralisme de la pensée politique soit foulée aux pieds. Nous n'acceptons plus que, sur France Inter notamment, journalistes, éditorialistes et humoristes soient à l’unisson. Nous refusons que les auditeurs intervenant dans les émissions interactives et la majorité des invités expriment une pensée convenue et monocolore. Nous n’acceptons plus que les informations d’Arte prennent la forme d’un militantisme qui promeut l’immigration sans frontières, le féminisme extrémiste et une écologie jusqu’au-boutiste. Nous n’acceptons plus que l’écrasante majorité des débats véhiculent la même pensée convenue et ignorent quasi complètement les classes populaires, les petites gens, les pauvres, et en général la France périphérique,  oubliée par la bien-pensance régnante. Nous n'acceptons plus la scandaleuse absence de gestion de la dette et des gaspillages du service public, exposés régulièrement par la Cour des Comptes et que les dirigeants successifs de Radio France et France Télévisions se repassent comme une patate chaude.  Nous n'acceptons plus que la présidente de France Télévisions puisse  se permettre de déclarer impunément de manière raciste et sexiste : « qu'on voit trop d’hommes blancs à la télévision » et que le président de Radio France considère que les médias d'État doivent  lutter contre ce qu'il nomme le « populisme ». Nous n’acceptons plus un CSA inopérant ou complaisant. Nous demandons sa  suppression et son remplacement par un organisme indépendant de citoyens-téléspectateurs-auditeurs. Nous réclamons le pluralisme de la pensée  tout en refusant toute exclusion de l'expression politique et philosophique sur les médias d'État, y compris des idées que nous ne partageons pas. Nous demandons à  chaque candidat en lice à l’élection présidentielle de s'engager à réformer en profondeur les méthodes et les habitudes du système.  Nous lui demandons que soit garantie désormais, avec un système de contrôle digne de ce nom, la libre expression politique et artistique par une hiérarchie  qui comprenne enfin le sens de ces deux mots simples : service public.  Avec le Collectif des Usagers du Service Public de l’Audiovisuel, faute de considérer un véritable changement nous, copropriétaires de la maison audiovisuelle de la France, sommes prêts à lancer une grève de la redevance pour voir prises en compte nos revendications.  Payeurs de la redevance mobilisons nous. Signez et partagez cette pétition qui sera communiquée aux différents candidats à l’élection présidentielle et aux autorités de tutelle de Radio France et France Télévisions. Soutenez le mouvement et adhérez au Collectif des Usagers des Medias de l'Audiovisuel Public >>> https://collectif-uspa.fr/aidez-nous/

C.U.S.P.A.
16,646 supporters
Closed
Petitioning Tous les candidats à l’élection présidentielle de 2017, Nathalie Arthaud, Benoît Hamon, Jacques Cheminade, Yannick Jadot, Stéphane Guyot, Yves Gernigon, Charlotte Marchandise, Sébastien Nadot, Bast...

OUI AU LOGEMENT SOCIAL

Pour 75% des Français, il est difficile de trouver un logement en France. Près de 30% jugent que le logement prend une part trop importante de leurs revenus, tandis qu'ils sont 74% à la juger importante. Le logement social doit être un enjeu majeur pour l'élection présidentielle. Cette pétition sera remise aux candidat(e)s à l’élection présidentielle afin qu’ils s’engagent à soutenir le logement social pendant le quinquennat. Signer cette pétition, c’est permettre de : - Garantir au plus grand nombre un logement digne, de qualité et abordable - Faciliter l’accès de tous ceux qui en ont besoin au logement social - Lutter contre le mal-logement - Soutenir l’emploi et l’insertion dans les quartiers - Faire des quartiers Hlm des quartiers comme les autres - Préserver le pouvoir d’achat des habitants - Défendre un droit fondamental : SE LOGER Vous adhérez à ces principes ? Ce sont nos engagements, et c’est notre projet. C’est pourquoi le Mouvement Hlm souhaite faire du logement social un sujet majeur de la campagne présidentielle, pour rappeler l’utilité des Hlm dans la France d’aujourd’hui et réaffirmer la valeur du modèle du logement social. Pour en savoir plus et dire Oui au logement social : => Découvrez notre campagne #OuiAuLogementSocial sur /http://www.ouiaulogementsocial.org/ L’Union sociale pour l’habitat représente, en France métropolitaine et dans les territoires d’Outre-mer, quelque 730 organismes Hlm à travers ses cinq fédérations (la Fédération nationale des Offices Publics de l’Habitat, les Entreprises sociales pour l’habitat, la Fédération nationale des Sociétés coopératives d’Hlm, l’Union d’économie sociale pour l’accession à la propriété et la Fédération nationale des Associations régionales d’organismes d’habitat social). 

Union sociale pour l'habitat (USH)
16,565 supporters
Petitioning marisol touraine, Pascale Boistard, Emmanuel Macron, Benoît Hamon, Bastien Faudot, Nathalie Arthaud, Charlotte Marchandise, Daniel Adam, Stéphane Guyot, Yves Gernigon, Jacques Cheminade, Nicolas Du...

Pour une meilleure prise en charge des personnes handicapées psychiques/mentales

Madame la Ministre aux affaires sociales et de la santé, Mesdames et Messieurs les candidats à la présidence, Nous lançons aujourd'hui cette pétition pour améliorer la prise en charge des personnes en situation de handicap psychique et mental.  En effet, vous semble t-il normal que de nombreuses personnes handicapées psychiques/mentales vivent des années en hôpital psychiatrique et y finissent leur vie ? Et cela pas forcément dans les meilleures conditions ! Parce qu'il manque des structures pour les accueillir dans le respect de leurs besoins. Pour rendre plus concret les choses je vais prendre l'exemple de Jean-Pierre, le frère de ma grand-mère qui est diagnostiqué schizophrène depuis qu'il est jeune majeur. Ces dernier temps, on nous a dit qu'il est en réalité autiste. Une erreur de diagnostic a été faite. Néanmoins cela ne change pas le problème, il a 60 ans et « vit » dans un hôpital psychiatrique. Après avoir vécu enfant dans la ferme familiale de la Drôme, il a ensuite été accueilli par ses sœurs. Il a été hébergé et pris en charge par sa famille. Depuis quelques années, cet accueil n'est plus possible. Il lui faut une structure adaptée mais aucune place n'est disponible parce que des structures existes mais en nombre insuffisant. Et puisqu'il a maintenant 60 ans et relève du domaine pour personnes âgées. Les structures accueillant des personnes handicapées vieillissantes sont plus rares. Jean-Pierre est loin d'être le seul dans cette situation. L'UNAPEI estime que 30 000 personnes en situation de handicap vieillissantes sont sans véritable solution d'hébergement. Finalement, une place lui a été trouvé en maison de retraite. Mais cela n'a duré que quelques mois. Se sentant menacé, il a agressé une femme de ménage. Il ne communique pas comme nous et ne met pas le même sens que nous derrière certains gestes ou certains mots: sa vision du monde est différente de celle des autres personnes âgées accueillies en maison de retraite, c'est pourquoi il faut qu'il soit encadré par des professionnels prenant en compte cela. Vous allez donc me dire « oui bah l'hôpital psychiatrique est fait pour ça » mais non justement. La loi de 2011 insiste sur le fait que les hospitalisations de longues durées ne doivent pas être la règle. Il s'agit d'un établissement de soin, adapté pour gérer les périodes de crises. Mais quand tout va bien, ne serait il pas mieux qu'il puisse quitter l'hôpital pour aller dans un établissement plus adapté ? Dans lequel il aurait sa propre chambre et non une chambre d'hôpital ? Dans lequel il pourrait se sentir chez lui ? Dans lequel il pourrait nouer des liens avec d'autres résident ? Mais non les personnes handicapées psychiques/mentales font peur et on préfère les maintenir enfermées dans ces hôpitaux. Et on préfère ne surtout pas en parler.Mais ce qui est d'autant plus énervant c'est que les budgets alloués aux hôpitaux psychiatriques sont en baisse, ce qui veut dire moins de moyen dans ces structures. Dans l'hôpital où est Jean-Pierre, pas de jus de fruit au goûté car il n'y a pas d'argent pour cela, les patients ont un verre d'eau et une madeleine seulement. L'effectif de personnel est également réduit. Je reconnais que créer des structures adaptées prend du temps et que la loi du 11 février 2005 est encore « récente » et que beaucoup de choses prévues n'ont pas encore pu être réalisée. Néanmoins, ne pas créer de structures plus adaptées est une chose, mais baisser les moyens des structures existantes pouvant prendre en charge ces personnes en est une autre.Cela fait trop d'années que ma grand-mère et ses frères et sœurs se battent pour ce frère qui est né sous une mauvaise étoile. Cela fait trop de temps que Jean- Pierre a besoin d'une structure adaptée mais que cela n'est pas possible pour lui ! Et cela fait trop de personnes en situation de handicap psychique/mental ignorées, cachées, oubliées, par la société et l’État. Battons nous ensemble pour toutes ces personnes, pour leurs droits et pour qu'ils aient une place digne dans notre société ! Merci.  

ROMY LAMY
651 supporters
Closed
Petitioning Emmanuel Macron, Yves Gernigon, Charlotte Marchandise, Yannick Jadot, Benoît Hamon, Bastien Faudot, Sébastien Nadot, François Hollande, François Asselineau, Jacques Cheminade, Nathalie Arthaud, Nic...

NON à l'accouchement sous X, pour un droit aux origines à mon neveu qui va naître sous X

SAUVONS MON NEVEU! MON FILS AIME PLUS QUE TOUT SON COUSIN! Soyons solidaires et disons NON à l'accouchement sous X, pour un droit aux origines à mon neveu qui naitra sous X L'accouchement sous X est très néfaste pour les enfants, militons pour le droit à la connaissance des origines de tous les enfants nés sous X!    __________________________________________________________ Bonjour, je m'appelle Laupi et j'ai 36 ans. Je vis en Finlande et je suis franco-finlandais. C'est avec une profonde tristesse d'avoir su par ma soeur le 19 mai 2017 qu'elle attend un enfant, lors de son appel téléphonique elle a parlé avec mon fils de 6ans et lui a dit qu'il aura très bientôt un cousin, il était super heureux de l'apprendre.Néanmoins quelques jours après sans la moindre explication elle nous a fait savoir qu'elle ne comptait garder cet enfant et va accoucher sous x. Ma soeur qui vit en France, à seulement 19 ans est sur le point d'abandonner son enfant à la naissance en voulant accoucher sous x, un abandon sous x n'est pas anodin, l'enfant vivra sans maman, sans papa, sans origine, sans savoir d'où il vient et ma soeur risque de le regretter et alors qu'en me le confiant elle pourra toujours avoir un oeil sur lui voire plus tard le récupérer une fois qu'elle se sentira prête. Pourquoi nous mettre au courant si c'est ensuite pour l'abandonner. Ce qui est délétère dans une famille à mon sens, ce sont les non-dits, le fait que nous soyons déjà au courant de l'existance de cet enfant est une sacrée entorse au secret. J'ai toujours eu de très bon rapports avec ma soeur, malgré les 10 ans d'écart qui nous séparent. Je ne comprends toujours pas pourquoi ma soeur ne souhaite pas me le confier, était-elle sous influence d'une tièrce personne? Son but était il de rendre triste mon fils? Mon fils tient énormément à son cousin, il en parle tout le temps et il l'aime déjà! Je précise encore que ma soeur nous avons contactée le 19 mai 2017, en me demandant de l'aide car elle souhaitait venir en Finlande et accoucher de son enfant en Finlande, j'ai accepté et ma soeur l'a même dit à mon fils au téléphone qu'il aura bientôt un petit cousin, il était hyper heureux! Je suis l'oncle de cet enfant et mon fils Arttu, son cousin, nous sommes des membres très importants de sa famille. NOUS L'AIMONS!!! J'ai toujours manifesté mon intérêt pour cet enfant et je ne baisserai jamais les bras. NOUS L'AIMONS!!! Mon fils a 6 ans et sa garde m'a été confiée, j'ai la garde exclusive de mon fils depuis qu'il est tout bébé. Je suis un merveilleux papa!!! Je suis père de famille et je sais l'importance pour un enfant de connaitre ses origines. Pourquoi ne pas mettre en avant l'intérêt de cet en enfant en me le confiant? Mon fils veut son cousin!!! Après l'accouchement, l'enfant est remis au service de l’aide sociale à l’enfance. L'abandon de l'enfant demeure provisoire pendant 2 mois après l'accouchement, délai accordé pour reconnaître l'enfant. Durant cette période, l'enfant n'est pas adoptable. Après ce délai de 2 mois, et si la mère n'est pas revenue sur sa décision de reprendre son enfant, celui-ci est admis comme pupille de l’État et peut alors être proposé à l'adoption.NOUS DEVONS TOUT FAIRE POUR ÉVITER CELA!!! ÉVITONS-CELA! Ne serait-il pas de l'intérêt de cet enfant de vivre avec son oncle et son cousin de 6 ans qui l'aiment? Le voir heureux dans un foyer harmonieux, avec sa famille, des gens qui l'aiment ne serait-il pas le plsu important? Je souhaiterais plus que tout acceuillir mon neveu au sein de mon foyer avec son cousin en Finlande et de l'adopter aussi par la suite. En application de l'article L-224-8, je demande à assumer la charge de mon neveu. L'arrêté peut être contesté par un membre de la famille de l'enfant. Je souhaiterais montrer mon intérêt pour mon neveu auprès du service de l'aide sociale à l'enfance (ASE) en saisissant le Président du conseil départemental du lieu d'habitation actuelle de ma soeur. Ma soeur habitait à Montpellier (34), puis elle est partie à Bourg-en-Bresse (01). Ma soeur a bien accouchée sous x de son fils le 13 juillet 2017 à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière de Paris 13 ème. Sous le nom de : " Dominique", qui n'est pas le vrai nom de ma soeur!!! Mon neveu est actuellement en pouponnière, et sera très prochainement pris en charge par l'ASE. IL NOUS FAUT RÉAGIR AU PLUS VITE!!! NOUS L'AIMONS, AIDEZ-NOUS <3   **Que la France applique la Convention Internationale des Droits de l’Enfant promulguée par l’ONU le 20 novembre 1989 et ratifiée par la France en 1990, aux côtés de 194 pays, stipulant notamment que : - « Dans toutes les décisions qui concernent les enfants, qu’elles soient le fait des institutions publiques ou privées de protection sociale, des tribunaux, des autorités administratives ou des organes législatifs, l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale. » (Art. 3-1)- « L’enfant est enregistré aussitôt à sa naissance et a dès celle-ci le droit à un nom, le droit d’acquérir une nationalité et, dans la mesure du possible, le droit de connaître ses parents et d’être élevé par eux. » (Art.7-1)- « Si un enfant est illégalement privé des éléments constitutifs de son identité ou de certains d’entre eux, les Etats parties doivent lui accorder une assistance et une protection appropriées, pour que son identité soit rétablie aussi rapidement que possible. » (Art.8-2) Il me faut agir au plus vite pour lui éviter cela, je n'en dors pas la nuit!! MON FILS A BESOIN DE SON COUSIN!! Je pense uniquement à l'intérêt de cet enfant, je suis son oncle et il est de mon devoir de le protéger. Je ne veux pas que mon fils soit privé de son cousin pendant 18 ans! Le chemin sera rude mais possible!! AGISSONS ENSEMBLE! Merci pour l'attention que vous voudrez bien porter à notre demande. AIDEZ NOUS !!! Mon fils Arttu ne comprend pas la situation et comme il le dit si bien il veut SON COUSIN ! AIDONS MON NEVEU! SOYONS SOLIDAIRES! J'AI BESOIN À MA PÉTITION DE VOS SIGNATURES!! SOUTENEZ MA CAUSE! SAUVONS MON NEVEU!   Laupi, l'oncle de cet enfant Arttu, le cousin de cet enfant --Merci à tous du fond du coeur--   - Cette pétition sera remise à: Candidat à l'élection présidentielleYves GernigonEmmanuel MacronAssemblée nationaleDéputés FrançaisCandidats aux élections présidentielles et législatives 2017Ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes.Charlotte MarchandiseDéputé européenYannick JadotBenoît HamonCandidat du Mouvement Républicain et Citoyen à l'élection présidentielle de 2017Bastien FaudotMembre du Mouvement des ProgressistesSébastien NadotDéputé européenJean-Luc MélenchonPrésident de la République de FranceFrançois HollandeÉnarque dissident, Gaulliste de gauche, défenseur du Travail contre la mondialisation financière.Jacques CheminadeNathalie ArthaudNicolas Dupont-Aignansegolene royalPrésident de l'Union populaire républicaine (UPR), candidat à l'élection présidentielle.François AsselineauEntrepreneur, président de La France en marche et candidat à l'élection présidentielle.François VigneCandidat de Nouvelle Donne à l'élection présidentiellePierre LarrouturouCandidat à l'élection présidentielleDaniel AdamJean LassallePhilippe PoutouCandidate à l'élection présidentielleMarine Le PenProcureur de la RépubliqueMarie-Christine TarrareEric MathaisChristophe BarretChristophe Rode Président de la République de FinlandeSauli Niinistö Premier ministre de FinlandeJuha Sipilä L'aide sociale à l'enfance (ASE) Président de conseil départemental, direction de la solidarité départementale de l'Hérault (01), de l'Ain (01) et de Paris (75)  

Laupi Bertrand
159 supporters
Demandez à votre représentant élu la juste prise en compte de votre poids démocratique !

Depuis le 16 juillet 1971, l'article 6 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, fait partie du " bloc de constitutionnalité " auquel le Conseil constitutionnel confronte les lois qu'il a à examiner. Il est donc important de rappeler l’article 6, entier. «  La Loi est l'expression de la volonté générale. Tous les Citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs Représentants, à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse. Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents. «  Cet article est donc bafoué par la dernière modification de la loi électorale, en ce qui concerne l’élection présidentielle de 2017. Ainsi, la procédure de "parrainage", par publication de la liste intégrale par le Conseil constitutionnel, n’avait qu’un seul but avoué par le gouvernement : « écarter les candidatures peu sérieuses, et à favoriser les candidats ayant une véritable envergure nationale ! » Or, une des conditions de fond pour être candidat à l’élection présidentielle est de faire preuve de « dignité morale », sans que cette notion soit précisément définie. L’article 6 de la de la Déclaration de 1789 est indissociable de l’article 1 : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune ». L’intérêt général peut donc conduire à différencier les décisions du droit positif. Il en est de même dans le cas de différences de situations auxquelles s’appliquent ces décisions. Pour revenir à votre pétition, il convient de rappeler qu’aux termes de l'article 3 de la Constitution, la souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum. Le Conseil constitutionnel limite donc les possibilités de révision, soit par l'article 89 (accord des chambres après celui du Gouvernement), soit par l'article 11 (voie référendaire). En conséquence, une révision constitutionnelle afin de marier démocratie représentative et participative, ne peut être décidée qu'en recourant au référendum. En effet, rien n'obligera juridiquement les représentants de ce même peuple à respecter sa volonté. La Ve République a institutionnalisé la subordination du législateur à l'exécutif et à une abstraction utile : une fois élu, un député tient son mandat de la Nation et il n'a pas à recevoir d'ordre ni d'instruction de ses électeurs (1) : c'est un mandataire sans mandat !  Dans le Contrat social, Rousseau assimilait la représentation à une usurpation de la volonté générale. Sans une nécessaire révocabilité des élus par le peuple, cette élection est le piège à cons par excellence : VOTE et tais-toi !  J’agrée donc à votre proposition, qui signe indirectement l'urgence d'une réforme du Code électoral. Alors que la sincérité du scrutin est un principe constitutionnel, les élection à deux tours encourage le vote utile et l'abstention, au détriment du vote blanc. Comme ce dernier n'est pas reconnu, l’élection n'est pas l’exact reflet de la volonté exprimée par la majorité du corps électoral. Depuis 15 ans, je milite pour une sixième constitution avec des élections à la proportionnelle et un mandat impératif. Seule la souveraineté du peuple détermine celle de la France. 1 - C’est ainsi que le député « socialiste » Christophe Castaner a défendu en juillet 2014 à l’Assemblée nationale une loi d’amnistie empêchant les communes de se retourner en justice contre la banque Dexia et ses emprunts toxiques dont les intérêts dépassent parfois 20%. Cette loi de validation des emprunts toxiques, en collusion avec le monde bancaire, coûte des milliards d'euros aux acteurs publics locaux (collectivités, hôpitaux, etc.)

2 years ago
Soutenez une loi créant 1 fonds dédié à la recherche sur les cancers pédiatriques

A votre injonction, « car personne n'est à l'abri du cancer. Et si demain, c'était le vôtre ? », je réponds en philosophe, en adoptant une pensée du complexe, c’est-à-dire en dépassant le réductionnisme et l’holisme. Cette pensée devrait être le propre de tout discours social en politique. Nous avons au moins trois sources pour expliquer un cancer : l'environnement, le virus et le gêne. Ces trois facteurs (ou faits générateurs) provoquent un prolifération anarchique des cellules cancéreuses, par mutation génétique. C'est dans ce cadre que nous définissons la recherche fondamentale qui axée sur la biologie du cancer. Cette recherche "photographie" à un moment donné l'évolution métastasique des tumeurs cancéreuses. La seule certitude actuelle, qu'un cancer soit provoqué par un gène, un virus ou l'environnement, et que "tout se passe" au niveau du métabolisme cellulaire et donc en différenciant "petites cellules" et "grosses cellules". Les premières métastasent très rapidement, pas les secondes. Une cellule saine brûle son carburant (le glucose) avec de l'oxygène pour produire de l'énergie électrique. Une cellule cancéreuse se comporte comme si elle était privée d'oxygène : elle FERMENTE parce qu'elle ne brûle pas (pour raison environnementale, génétique ou virale) tout le sucre qu'elle capte. La centrale au sein d'une cellule qui est chargée de brûler le glucose est la mitochondrie. Dans le cancer, cette mitochondrie dysfonctionne ou disparaît. Depuis 2015, le Plan cancer 2014-2019 comporte un financement spécifique en soutenant le programme de l'International Cancer Genome Consortium (ICGC), plus particulièrement le séquençage complet du génome de trois tumeurs pédiatriques (Rétinoblastome et sarcome d’Ewing, leiomyosarcomes ). Le séquençage de tumeurs cérébrales est pris en charge par l’ Allemagne et le Canada. En 2014, je me suis opposé à la fermeture de l'unité d'oncologie pédiatrique de l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine), uniquement sur le fait que les traitements y étaient individualisés par rapport aux protocoles standardisés du plan Cancer. J’ai une compréhension « totale » de la médecine, parce que l’être humain malade, qu’il soit enfant ou adulte, est toujours atteint dans la totalité de son vécu pathologique. Aussi, nos médecins doivent être formés prioritairement à la clinique et non plus à la simples prescription déductive. Il n’existe pas d’examen clinique, c’est-à-dire initial, différentiel et évolutif, sans l’obligatoire recherche qui doit lui être associé. Dans le cas des cancers , la recherche est autant clinique que fondamentale, translationnelle ou encore relevant des sciences humaines et sociales, de l'épidémiologie et de la santé publique (SHS-E-SP). Un fonds spécial ne doit donc pas se créer uniquement pour la recherche fondamentale. Je vais argumenter cette position par la recherche sur l’hypothèse métabolique, qui date de 1920, et qui est autant clinique que métabolique. Elle est actuellement reprise par Laurent Schwartz, cancérologue à l'Assistance Publique des Hôpitaux de Paris. Il s’agit d’affamer les cellules, par un régime alimentaire contraignant, en les privant de sucres et de féculents, donc en absorbant beaucoup de produits gras et quelques protéines. Comme la fermentation provoque une acidification et donc une augmentation du pH intracellulaire, le "régime métabolique" va normaliser ce dernier. Mais, il ne peut intervenir qu'en conjonction d'une chimiothérapie ! Mais sans oublier, son corollaire financier  que représente l’industrie pharmaceutitque. dont le problème se trouve dans la nature de notre système économique, qui n'a aucune moralité. Tant que les médicaments seront source de profit, le vieil antagonisme entre valeur d'usage et valeur d'échange demeurera. Et continuera à échapper au contrôle de la société dans son ensemble, ainsi qu'à celui des premiers concernés : les malades, c'est-à-dire le peuple. Nous utiliserons la procédure de la "licence d'office" (Code de la propriété intellectuelle) chaque fois que l'intérêt de la santé publique l'exigera, dès lors que les médicaments brevetés seront anormalement élevés, comme actuellement dans certains traitements du cancer. Alors oui, nous pourrons financer toutes les recherches, après une stricte évaluation des besoins, car la santé n’a pas de prix, combien même les néolibéraux affirment qu’elle a un coût. Retour donc à la case départ pour réécrire le plan Cancer, car il est l'affaire de tous, et non pas celle des seuls chercheurs.

2 years ago
Pour protéger nos enfants : traitez en Bio et hors présence enfants les zones agricoles situées le long des écoles !

Qu’elle soit considérée sous l’angle de l l’empoisonnement ou de la stérilisation du milieu, la réalité du désastre en cours est désormais détaillée en permanence non par les propagandes étatiques et médiatiques, mais par se simples citoyens. Cette pétition est une affirmation libertaire : l'écologie sociale est l'affirmation de l'intérêt local. L'écologie sociale n’est que l'affirmation de l'intérêt local. Il est tout de même symptomatique que ce sont les riverains et les ouvriers agricoles qui prônent une viticulture sans pesticide. Si la fertilisation azotée des sols a permis d’augmenter la productivité des vignobles, elle a également favorisé, par la richesse du sol, le développement des mauvaises herbes et l’usage accru d’herbicides. D’où le recours aux produits phytosanitaires, dont certains sont des perturbateurs endocriniens, pouvant être associés à des produits cancérigènes. La question n’est pas plus mettre en adéquation une production économiquement viable et écologiquement responsable, mais plutôt d’évaluer le coût humain dans un contexte de travail contraint. Dans l’urgence, et connaissant la toxicité résiduelle des pesticides, il est impératif de produire bio dans un certain périmètre autour des habitations, et donc des écoles. La réduction des intrants phytosanitaires repose sur les techniques de prévisions épidémiques et le développement de stratégies de lutte comme le projet Optidose : une dose de produit phytosanitaire adaptée à la pression  parasitaire, au développement de la plante et à la performance du pulvérisateur. Actuellement, la réduction de 50 % des pesticides n’est atteinte que sur les sites expérimentaux !

2 years ago
Pour une politique climatique responsable

Nous dégradons la nature, dont la biodiversité est l'un de ses visages, sans lui laisser la possibilité de se régénérer. Pour un libertaire, le concept d’écologie sociale nous invite à la prise de conscience individuelle afin de passer à l'acte collectif pour nous extraire de cette démence du capital-serving. Dans cette dénonciation de l'accumulation capitaliste, je suis à l'opposé des fondamentalistes de l'écologie que sont les aménageurs de la mondialisation par le développement durable ! Je militais déjà pour « sortir du nucléaire » quand d’autres, qui ont retourné leur veste électorale depuis, vantaient seulement la seule sauvergarde des emplois du réseau. Ils découvrent aujourd’hui le scénario Negawatt 2017-2050, à savoir ce que demande cette pétition : le “100 % renouvelables” dès 2050. La question est donc de connaître le prix social (ou plutôt humain) des énergies renouvelables, car certaines sont aussi productivistes que le nucléaire et rien ne garantit que la forme industrielle de production d’énergie soit biologiquement adaptée à l’être humain. Le meilleur exemple en est donné par l’éolien industriel dans le paysage du Lévezou, dans l’Aveyron. Pour Nicolas Hulot, adepte du juste milieu, 1 euro d’économie d’énergie est l’équivalent de 25 euros investi dans l’éolien ! Parce que l’espèce humaine est soumise à la même loi de précarité et de caducité que les autres espèces, le « 100 % renouvelables dès 2050 » est l’horizon d’un possible pour lequel je vote de la main gauche. Toutefois, l’écologie industrielle, quelque soit le nom dont on l’affuble, ne permettra pas de refondre toute l’industrie de manière à ce que le recyclage massif lui permette de fonctionner en cycle quasi-fermé à l’instar des éco-systèmes naturels. Les nouveaux éco-convertis sont souvent les prophètes de l’ambiguïté politique. Il est impossible de bâtir un monde "plus propre", sans partir des atouts disponibles localement. De nos éco-systèmes respectifs, nous devons adopté les circuits courts pour l’énergie, avec des coopératives d’énergie renouvelable de proximité, et des logements économiques, avec des matériaux locaux. L'écologie sociale n’est que l'affirmation de l'intérêt local.

2 years ago
Engagez vous en faveur de l'aide active à mourir

Selon mon habitude, je m'appuie sur des exemples précis pour justifier ma proposition de constitutionnaliser le "droit de mourir dans la dignité", afin qu'il garantisse un accès réel aux soins palliatifs, et donc le développement de ces derniers. Les opposer c' est adopter des idéologies très partisanes. Dans l’affaire Vincent HUMBERT, le procureur de Boulogne-sur-Mer avait requis un non-lieu au bénéfice de Marie HUMBERT et du docteur CHAUSSOY, en faisant prévaloir « l’aspect moral de l’infraction » sur « l’élément matériel et légal ». Par contre étaient poursuivies le docteur Laurence TRAMOIS et l’infirmière Chantal CHANEL qui avaient, par compassion, aidé à mourir à sa demande Paulette DRUAIS), pour lesquels le le parquet a requis les assises. Peut-on accepter des jurisprudences aléatoires dans le pays des droits de l’homme qui prône l’égalité de tous devant la loi ? Il incombe aujourd’hui à la société de dire au législateur comment elle entend relever, dans le respect des droits de l’Homme, le défi éthique de la tension entre la nécessité de voir la vie protégée par l’Etat et la volonté de l’individu d’en disposer librement. Ce sujet est sensible et difficile, parce qu’il relève tout à la fois de la conviction privée mais aussi de l’éthique médicale pour la prise en charge de ce temps qui n’est pas encore la mort, mais également plus tout à fait la vie. La dialectique de cette situation est terrible : droit à une vie digne jusqu’à la mort, droit de mourir dans la dignité. Comme il conjugue l'ultime avec l'intime, je ne propose pas un référendum mais la reconnaissance droit-liberté.

2 years ago
NE TOUCHEZ PAS A LA LOI LITTORAL !

L’Homme a des droits inaliénables parce qu’il est humain. Mais, comme il pense, cet humain ne se contente pas d’habiter son milieu, il en est individuellement et collectivement responsable : de la nature comme des animaux (transcendance kantienne). La remise en cause, même partielle, de la loi littoral participe d'un dilemme politique et écologique. : l’extinction finale vers laquelle nous entraîne la perpétuation de la société industrielle est devenue en très peu d’années notre avenir officiel. Parce qu'elle est une loi, les injonctions qu'elle contient s’adressent en fait aux dirigeants d'un Etat "marchand", combien même l'exigence économique a des raisons que la morale déplore ! Pour un libertaire, l'écologie est l'affirmation de l'intérêt local qui reprendra ses droits du fait de la dilution du national par la globalisation. Aussi, pour celle loi littoral, je ne réagis qu'en termes d'écosystèmes locaux, pour en demander la constitutionnalisant, afin d'obtenir un point juridique de non- retour.

2 years ago
Revalorisation de l'Allocation Adulte Handicapé

Je milite pour une allocation de base universelle, associé à une couverture maladie de base (financée par le budget de l’État et non par les mutuelles ou le travail), pour tous les jeunes dès leur majorité et jusqu'à leur premier emploi, qu'ils suivent des études ou recherchent une qualification professionnelle ainsi que pour toute personne en situation de handicap. Le montant de cette allocation de base doit leur garantir un toit, tout en supprimant leur APL (Aide Personnalisée au Logement) et servira d'expérimentation pour une éventuelle application à tous, sous un seuil de conditions de ressources (afin de corriger partiellement les inégalités de situations). Je précise également que la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) sera supprimée, tout comme l'APA, pour être intégrée dans une prestation unique : la Prestation d'Autonomie. Le montant de l'allocation de base universelle sera définie par l'Observatoire National de la Pauvreté et de l'Exclusion Sociale et l'Observatoire des inégalités. Nous avons fixé le seuil de pauvreté à 60% du niveau de vie median, soit 1012 euros, contre 832 actuellement.

2 years ago