Decision Maker

Anne Hidalgo

  • Maire de Paris

Sur Twitter : @Anne_Hidalgo


Does Anne Hidalgo have the power to decide or influence something you want to change? Start a petition to this decision maker.Start a petition
Petitioning prefecture de police

FORMEZ la police contre le harcèlement de rue !

PAR FATIMA BENOMAR - CO-PORTE-PAROLE DE L'ASSOCIATION "LES EFFRONTÉ-E-S" Je suis INDIGNÉE ! Ce mardi 13 juin vers 14h50, je sortais de la Mairie de Paris quand, en traversant le parvis de l'Hôtel de ville, un jeune homme s'est approché de moi. - Bonjour. Tu fais quoi dans la vie ? - Pardon, on se connaît ? - Non, justement, c'est pour mieux te connaître. - Désolée, je ne suis pas intéressée. Il s'est arrêté, puis, quand je l'ai devancé d'une dizaine de pas, s'est écrié : "Et cette fois-ci, tu baisses ton t-shirt et tu t'habilles autrement !" J'ai répondu encore plus fort : "Je m'habille comme je veux !" Il m'a alors hurlé plusieurs insultes dessus, dont "Je baise ta mère !" sous le nez de trois policiers, postés à l'entrée de la Mairie. Je les ai interpellé afin qu'ils fassent quelque chose. Ils ont éclaté de rire. Quand le jeune homme a hurlé l'insulte à propos de ma mère, j'ai marché à grands pas vers lui en lui demandant de répéter ce qu'il venait de dire. C'est alors que l'un des policiers m'a intercepté en me disant d'un air sévère : "C'est bon, vous rentrez chez vous maintenant !" Abasourdie, je lui ai dit qu'ils venaient de prendre en flagrant délit un cas de harcèlement de rue, doublé d'une avalanche d'insultes. Deux d'entre eux ont éclaté de rire en disant quelque chose comme "Ouais, c'est ça, du harcèlement de rue" tandis que face à mon indignation, l'autre m'a hurlé dessus "Eh oh, tu te calmes !" Je les ai informé que j'étais co-porte-parole d'une association féministe et que je sortais justement d'une réunion avec le Cabinet de Mme Hélène Bidard, Adjointe à la Maire de Paris chargée des questions relatives à l'égalité femmes-hommes. Un peu décontenancés, deux d'entre eux se sont lentement dirigé vers leur camionnette, dont j'ai photographié le numéro d'immatriculation. À aucun moment ils ne se sont adressé ni n'ont interpellé le harceleur, qui n'a pourtant jamais quitté la place, sinon à la toute fin. DE QUELLE FORMATION DES PROFESSIONNEL-LES NOUS PARLE-T-ON CONTRE LE HARCÈLEMENT DE RUE? Si j'avais été une passante lambda, j'aurai subi à la fois le harcèlement de rue, les injures du harceleur et une seconde humiliation de la part de la police qui est censée me protéger, et serais rentrée chez moi, tête baissée. Par ailleurs, le conseil de la Mairie de Paris, Mairie face à laquelle s'est déroulée toute la scène, sans doute filmée vu le prestige du lieu, s'est récemment repositionnée contre le harcèlement de rue, ainsi que la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, Mme Marlène Schiappa. Je leur demande qu'on puisse retrouver ces policiers grâce aux photos et aux informations dont je dispose (lieu, horaire, numéro d'immatriculation de leur véhicule), les sanctionner ou au moins les sensibiliser afin qu'ils se comportent différemment et surtout qu'ils soient informés, car ils avaient vraiment l'air de ne trouver rien de répréhensible dans toute cette scène... si ce n'est ma réaction !  

Fatima EZZAHRA BENOMAR
104,949 supporters
Petitioning Anne Hidalgo, Jérôme Fenoglio, Edwy Plenel, Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron, Jean Lassalle, Marine Le Pen, François Hollande, François FILLON, Jacques Cheminade, Nicolas Dupont-Aignan, Nathalie...

ANNULATION DU PREMIER TOUR CAR NOUS SOMMES TROP NOMBREUX À AVOIR ÉTÉ RADIÉS

RASSEMBLEMENT https://www.facebook.com/events/224769231340835/ Nous sommes plusieurs à avoir été radiés. Que s'est-il passé? Entre 2008 et 2012 il ne s'est pas passé une telle hécatombe, pourtant nous fûmes nombreux à changer d'adresse ou autre mais aucune radiation n'avait été faite. Pourquoi pour cette élection présidentielle, sommes-nous des milliers à avoir été radiés?Ce sont des milliers de voix, des milliers de gens qui n'ont pas pu voter pour une élection aussi importante que celle ci! Le droit de vote est donné à chaque citoyen et on lui enlève pour une raison administrative!!!! Les impôts nous retrouvent, pourquoi pas les mairies? Il est impossible de vivre dans une telle "démocratie" qui ne travaille pas pour le peuple et pour entendre sa voix, mais contre. Nous demandons à être réintégrés sur les listes électorales dans les plus bref délais. Nous demandons l'annulation du vote du premier tour ou un autre vote ouvert à tous les radiés qui sera comptabilisé pour le premier tour. Nous demandons que nous ne souffrions plus de cette gêne administrative, en enregistrant systématiquement les changements d'adresses via les impôts. Pour une démocratie réelle. Nous appelons tous les radiés à se mobiliser pour un recours au tribunal de grande instance de Paris. Contactez nous pour que l'on puisse se réunir et rétablir notre droit de vote.  Retrouvons-nous ce samedi 14h un peu partout en France et dans le monde https://www.facebook.com/events/210474479447039/   Il existe un sondage je vous invite à y participer et  à le diffuser largement : https://www.sondageonline.fr/s/14829d6   

Cie MNEMOZINA
99,255 supporters
Victory
Petitioning Anne Hidalgo

Création d'un mémorial en l'honneur des victimes des attentats du 7 au 9 janvier et du 13 novembre 2015

Paris est blessée, Paris pleure. Les derniers attentats sont les plus meurtriers que la France n'ait jamais connus depuis la Seconde Guerre mondiale.En janvier, nous étions Charlie, mais nous étions surtout tous Français. Les terroristes ont voulu faire taire notre liberté d'expression, l'un des piliers de notre culture, et ont également touché très durement la communauté juive. Mais la seule chose qu'ils ont réussie, c'est de tous nous unir face à l'adversité et la violence de leurs actes barbares. Malheureusement, ils ont frappé à nouveau et cette fois-ci, non pas seulement pour notre liberté d'expression ou bien notre liberté de culte, mais pour notre liberté de vivre, de dîner avec des amis au bord d'une terrasse, d'écouter de la musique cette triste soirée, beaucoup de personnes innocentes sont parties, beaucoup trop même. Maintenant, que va-t-il se passer ? Allons-nous, après notre deuil national, oublier "à nouveau" ce qu'il vient de se passer ? Pour l'instant, nous arborons de jolies images de solidarité et d’union sur les réseaux sociaux, partageant notre peine avec les familles des victimes... Mais, qu'en sera-t-il dans 3 mois, dans 6 mois ou bien dans 1 an ? La France est blessée, la France guérira, mais la France ne doit pas oublier ces actes de barbarie. C'est pourquoi je demande à la Mairie de Paris de créer un monument commémoratif en l'honneur des victimes de ces tragédies pour que les familles ainsi que la France entière n’oublient jamais ce qui s’est passé du 7 au 9 janvier ainsi que la violence du 13 novembre 2015. Ne les oublions pas : Attentat du 7 Janvier (12 victimes) : Jean Cabut, dit Cabu, 76 ans  Stéphane Charbonnier, dit Charb, 47 ans  Philippe Honoré, dit Honoré  Bernard Verlhac, dit Tignous, 57 ans  Georges Wolinski, 80 ans  Elsa Cayat, 54 ans  Bernard Maris, 68 ans  Franck Brinsolaro, 48 ans  Mustapha Ourrad, 60 ans  Michel Renaud, 69 ans  Frédéric Boisseau, 42 ans  Ahmed Merabet, 51 ans Attentat du 8 Janvier (1 victime) : Clarissa Jean-Philippe, 25 ans  Attentat du 9 Janvier (4 victimes) : Yohan Cohen, 20 ans  Philippe Braham, 45 ans  Francois-Michel Saada, 64 ans  Yoav Hattab, 21 ans Attentats du 13 Novembre (132 victimes): - Au Bataclan (91 victimes) Stephane Albertini Nick Alexander, 36 ans Jean-Jacques Amiot, 68 ans Thomas Ayad, 32 ans Guillaume Barreau-Decherf, 43 ans Emmanuel Bonnet, 47 ans Maxime Bouffard, 26 ans Quentin Boulanger, 29 ans Elodie Breuil, 23 ans  Claire Camax, 35 ans  Nicolas Catinat, 37 ans Baptiste Chevreau, 24 ans Nicolas Classeau, 43 ans Anne Cornet, 29 ans Précilia Correia, 35 ans Marie-Aimée Dalloz, 34 ans Aurélie De Peretti, 33 ans Mathieu De Rorthais, 32 ans Alban Denuit, 32 ans  Elsa Veronique Deplace San Martin, 34 ans  Vincent Detoc, 38 ans Elif Dogan, 26 ans Fabrice Dubois, 46 ans  Romain Dunet, 25 ans Thomas Duperron,  30 ans Mathias Dymarski, 22 ans Salah Emad El-Gebaly, 28 ans Germain Ferey, 36 ans Grégory Fosse, 28 ans  Christophe Foultier, 39 ans Julien Galisson,  32 ans Suzon Garrigues, 21 ans Mayeul Gaubert, 30 ans Matthieu Giroud, 39 ans Cedric Gomet, 30 ans Juan Alberto Gonzalez Garrido, 29 ans Stéphane Grégoire, 46 ans Pierre-Yves Guyomard, 43 ans Olivier Hauducoeur, 44 ans Fréderic Henninot, 45 ans Pierre-Antoine Henry Mathieu Hoche, 38 ans  Pierre Innocenti, 40 ans  Nathalie Jardin, 31 ans  Marion Jouanneau, 24 ans Milko Jozic, 47 ans Jean-Jacques Kirchheim, 44 ans Nathalie Lauraine, 39 ans Marie Lausch, 23 ans  Renaud Le Guen, 29 ans Gilles Leclerc, 32 ans Christophe Lellouche, 33 ans Claire Maitrot-Tapprest, 23 ans Cécile Martin, 33 ans Antoine Mary, 34 ans Cédric Mauduit, 41 ans Isabelle Merlin, 44 ans Fanny Minot, 23 ans Yannick Minvielle, 39 ans  Cécile Misse, 32 ans Marie Mosser, 24 ans  Quentin Mourier, 29 ans Christophe Mutez, 40 ans Hélène Muyal, 35 ans  Romain Naufle, 31 ans Bertrant Navarret, 37 ans Christopher Neuet-Shalter, 39 ans Lola Ouzounian, 17 ans David Perchirin, 45 ans  Manu Perez, 40 ans  Franck Pitiot, 32 ans Caroline Prenat, 24 ans François-Xavier Prévost, 29 ans  Armelle Pumir Anticevic, 46 ans Richard Rammant, 53 ans Valentin Ribet, 26 ans Estelle Rouat, 25 ans  Thibault Rousse Lacordaire, 37 ans Raphäel Ruiz, 37 ans Madeleine Sadin, 30 ans Lola Salines, 28 ans  Patricia San Martin, 61 ans  Hugo Sarrade, 23 ans Maud Serrault, 37 ans Sven Alejandro Silva Perugini, Valeria Solesin, 28 ans  Fabien Stech, 51 ans  Ariane Theiller, 24 ans Eric Thomé, 39 ans Olivier Vernadal, 44 ans Luis Felipe Zschoche Valle, 33 ans - Bar le Carillon et Café le Petit Cambodge (15 victimes) Chloé Boissinot, 25 ans Asta Diakité Nohemi Gonzalez, 23 ans Raphaël Hilz, 28 ans  Mohamed Amine Ibnolmobarak, 29 ans  Charlotte Meaud, 27 ans  Emilie Meaud, 27 ans  Justine Moulin, 23 ans  Anna Pétard-Lieffrig, 24 ans  Marion Pétard-Lieffrig, 30 ans  Sébastien Proisy, 38 ans  Kheireddine Sahbi, 29 ans  Djalal Sebaa, 27 ans Stella Verry, 36 ans  Et les 1 autre victime non connue - Casa Nostra et le Café la Bonne Bière (5 victimes) Nicloas Degenhardt, 37 ans Lucie Dietrich, 37 ans Stéphane Hache, 52 ans (balle perdue, à son domicile) Et les 3 autres victimes non connues - Rue de Charonne, La Belle équipe (19 victimes) Anne-Laure Arruebo, 36 ans Haalima Ben Khalifa Saâdi, 37 ans  Hodda Ben Khalifa Saâdi, 35 ans René Bichon, 62 ans Ludovic Boumbas, 40 ans Ciprian Calciu, 32 ans Cécile Coudon Peccadeau De L'isle, 37 ans Romain Didier, 32 ans  Romain Feuillade, 31 ans Véronique Geoffroy de Bourgies, 54 ans  Michelli Gil Jaimez, 27 ans Cédric Ginestou, 27 ans Thierry Hardouin, 36 ans  Djamila Houd, 41 ans Hyacinthe Koma, 37 ans  Guillaume Le Dramp, 33 ans  Lamia Mondeguer, 30 ans  Victor Muñoz, 25 ans  Lăcrămioara Pop, 29 ans - Porte D du Stade de France, Avenue Jules Rimet (1 Victime) Manuel Colaco Dias, 63 ans Le terrorisme n'a pas de religion, alors qu'importe notre religion, notre couleur ou notre origine, rendons leur tous hommage en tant que Français solidaires. Vive la France ! Pétition également disponible en anglais et en italien.

Jimmy FURET
100,148 supporters
Victory
Petitioning Anne Hidalgo

Oui au centre d'hébergement pour SDF dans le Bois de Boulogne !

En Octobre 2015, la Mairie de Paris annonçait la création d'un centre d'hébergement éphémère au sein du Bois de Boulogne. Celui-ci devrait permettre de loger 200 SDF et familles en difficulté pour une durée de 3 ans. Gérés par Aurore, une association fondée en 1871 visant à accompagner les personnes en situation d’exclusion, et soutenus financièrement par l'Etat, ces logements provisoires organiseraient surtout la réinsertion sociale des hébergés. Le lundi 14 mars, à l'occasion de la réunion de présentation du projet à l'Université Paris-Dauphine, j'assistais à une agitation plutôt inhabituelle : portes d’entrée enchaînées, tracts distribués par des sympathisants du FN, insultes envers les CRS ou même les employés de la Mairie de Paris, ou encore manifestants arborant des panneaux clamant “Non à une nouvelle jungle de Calais”. Des centaines d'habitants du XVIème arrondissement se sont permis d’insulter et de huer les représentants de la Préfecture, l'architecte en charge du projet ainsi que le Président de l'Université. Devant la vigueur du vacarme, les organisateurs ont été contraints de suspendre la réunion au bout de vingt minutes. Cette attitude est inacceptable. Il est par conséquent essentiel de faire entendre une autre voix : celle de la solidarité, du respect d'autrui, de l'accueil et du partage. C'est au nom de tous ces principes qui font la beauté de notre pays que je vous engage à signer cette pétition ! Car s'il est vrai que le Bois de Boulogne est un site protégé, il est encore plus véridique qu’en terme d’accueil de personnes en difficulté, le XVIème arrondissement est de très loin le mauvais élève de la capitale, avec seulement huit places en hébergement d’urgence ... sur un total de 9.700. Il est indispensable que tous les arrondissements ainsi que les villes de la Métropole du Grand Paris se mobilisent dans un élan de solidarité pour accueillir des sans-abris au sein de leur communes, notamment les plus riches ! Pour soutenir les responsables communaux et associatifs à l'initiative de ce beau projet et parce qu'il est bon de s'engager pour soutenir quelque chose, pour une fois, et non de critiquer et déconstruire comme trop souvent : aimez, signez et partagez ! Morane Shemtov, trésorière d'Allons Enfants, et étudiante en Master à Dauphine   Allons Enfants est un parti politique jeune, transpartisan et axé sur la démocratie participative. En Mars 2014, il avait ainsi mené une liste de 35 jeunes de moins de 25 ans aux élections municipales à Saint-Cloud qui avait remporté 15,4% des voix. Aujourd'hui, le parti s'exporte dans toute la France et compte être présent aux prochaines échéances électorales.

Morane SHEMTOV
51,305 supporters
Victory
Petitioning Anne Hidalgo

Oui à la piétonnisation des berges à Paris

Aimer, c’est regarder ensemble dans la même direction, écrivait Antoine de Saint-Exupéry. Aimer Paris, c’est rêver ensemble de projets communs pour cette ville magnifique. Il y a tant de choses à faire ou à imaginer pour rendre la ville plus belle, plus chaleureuse, plus moderne, plus verte, plus humaine ! La réappropriation des berges de la Seine fait partie de ces projets, car leur utilisation actuelle est anachronique. Si l’idée de construire une autoroute en plein cœur de la ville pouvait sembler judicieuse dans les années 60, c’était à une époque où Le Corbusier proposait de raser le centre-ville pour construire des tours quand d’autres proposaient de recouvrir de béton le canal Saint-Martin… Comme souvent, les solutions d’hier sont les problèmes d’aujourd’hui. La plupart des citoyens s’accordent sur la nécessité de diminuer la pollution de l’air et l’envie d’inventer de nouveaux espaces de sociabilité autour des berges pour encourager le dynamisme culturel ou économique de la ville. Alors comment réinventer Paris et ses quais ? Comment concilier les ballades romantiques, les fêtes nocturnes, les activités économiques, les déplacements nécessaires, les envies et les intérêts du plus grand nombre ? Le ton des débats est agressif, comme trop souvent dès qu’il s’agit de voitures. Il fait écho aux contestations violentes qu’a connue la mise en place des couloirs de bus et des rues piétonnes - aujourd’hui largement appréciées. Il est regrettable de s’arc-bouter sur une vision passéiste des transports à l’heure où les mobilités évoluent rapidement grâce au numérique, entre voiture partagée et mobilités douces. Et ce n’est pas une question de bobos contre banlieusards : la pollution tue 6500 personnes par an sur la Métropole du Grand Paris, c’est-à-dire d’un côté et de l’autre du périphérique.  Certes, il faut savoir prendre le temps de partager nos rêves et d’en discuter, pour imaginer ensemble comment redonner vie aux quais, après tant d’années où ils n’étaient qu’une autoroute ou un parking. Et il faut aussi pouvoir évaluer sereinement les résultats des mesures mises en place. Mais au-delà des débats techniques, il faut une envie. Car tous les changements ont des inconvénients ; ils doivent être contrebalancés par des avantages perceptibles par tous. Il faut que nos désirs nous emportent plus loin que nos doutes pourraient nous retenir. Il faut aimer Paris. Les 16 premiers signataires (dans l'ordre alphabétique) : Yann Arthus-Bertrand, Olivier Blond, Allain Bougrain-Dubourg, Etienne Bourgois, José Bové, Louis-Albert de Broglie, Pascal Canfin, Cyril Dion, Aléxis Frémeaux, Franck Laval, Tristan Lecomte, Corinne Lepage, Charles Maguin, Yves Paccalet, Olivier Schneider, François Veillerette

Respire
20,444 supporters
Petitioning Guillaume Cornut, Anne Hidalgo, Philippe Goujon, Audrey Azoulay

#NonAuBalDesColons ! Pas de "bal nègre à Paris" en 2017

Nous sommes en 2017. M. Guillaume Cornut a décidé d’ouvrir prochainement un cabaret au 33, rue Blomet dans le 15ème arrondissement de Paris et de le baptiser tout simplement "Le Bal Nègre". Le concepteur du lieu puise de manière totalement assumée dans le registre de la nostalgie coloniale.Son site interne décrit l’époque des années 1920 ainsi: "La génération des Années folles est alors avide de distractions sur fond de musique et rêve d’un monde nouveau en réaction aux souffrances de la Grande Guerre. On se passionne frénétiquement pour les cultures inédites et les nouvelles esthétiques comme le Surréalisme, Dada, le Jazz ou l’art nègre qui culmine avec l’Exposition coloniale de 1931." Les zoos humains, où étaient exposés les colonisés, sont donc pour lui le point "culminant" d'une joyeuse époque. Peut-on raisonnablement célébrer ainsi une époque qui fait écho aux douleurs des descendant.e.s de colonisé.e.s? Le mot nègre est offensant pourtant le créateur du lieu en fait une utilisation emphatique et délibérée dont il semble même se vanter. Dans une interview donnée à France Info, il évacue l'aspect polémique du nom offensant du lieu d’une manière désinvolte : Restait le nom de la salle, qui risquait de choquer. Guillaume Cornut a donc consulté les Antillais de Paris, comme l'écrivain guadeloupéen Claude Ribbe. Verdict : "C'est un nom qui appartient à la salle, à son histoire. Il fait honneur à la communauté antillaise, qui est très fière de ce lieu ". Le Bal restera donc Nègre et la fête sous les auspices du piano du candidat député Rézard des Wouves. Qui sont ces « Antillais de Paris »? Mystère. Qui peut raisonnablement croire qu’une instance représentative des Antillais de Paris s’est réunie pour adouber ce lieu ? Nous avons pris contact avec Claude Ribbe qui nous a fermement indiqué qu’il n’avait jamais tenu ces propos et tient à faire savoir qu’il se désolidarise totalement de cette initiative, dont il ne cautionne ni le nom ni le projet. Nous sommes en 2017 et regrettons de devoir recourir à une pétition, aux réseaux sociaux pour rappeler une évidence : « Nègre » est un terme raciste. Interrogé sur le sens du mot M. Guillaume Cornut répond avec désinvolture "Je ne me suis pas documenté sur ce mot (...) J’en suis resté à ce qu’étaient les années 20. " Il propose ainsi sans aucun recul historique une rhétorique coloniale datant de près d'un siècle! Ce terme est pour nous une insulte raciale. Pourquoi en 2017, en France au pays des droits humains, une enseigne aussi insultante peut-elle avoir pignon sur rue et ce sans que la Ville de Paris ne trouve absolument rien à y redire ? Bien au contraire.Ce projet est soutenu par la Ville de Paris, alors que les artistes racisé.e.s peinent à disposer d'espaces pour se produire! M. Cornut n’a même pas pris la peine d’impliquer des personnes noires dans la conception de son projet. Ce faisant il ne rend hommage pas à la culture afro-américaine comme il le prétend mais injurie des millions de Noires et Noirs de France. Comble de l'ironie, l'ouverture de la salle est prévue le 21 mars : journée mondiale d'action contre le racisme ! Nous refusons que la nostalgie coloniale ait pignon sur rue à travers ce cabaret. Nous demandons donc à M. Cornut de renommer cet endroit, et d’ôter toute référence tendant à faire croire que l’exploitation des victimes de l'esclavage et de la colonisation était une période heureuse qui devrait faire l’objet d’une célébration, fut-elle nostalgique. Prenons-le au mot : « si les gens préfèrent voir disparaître cela tant pis je arrêterai tout et passerai à autre chose ! ». Mettons fin à cette mascarade et cet outrage ! Des citoyennes et citoyens outré.e.s. Signataires: Rokhaya Diallo, Abdourahman Waberi, Célia Sadai,  Bintou Dembele, Amandine Gay, Lou Constant Desportes@emeutesameres, @kaija @BadAssMama, @Serenblackity, @chaouinette, @biscouti, @nadialna, @maggart, @gotttheblues, Fania Noël, Ferguson In Paris, Maboula Soumahoro, Mwasi-Collectif, Amzat Boukari, Eva Doumbia, Marc Chebsun, Youssoupha, Françoise Vergès. Mise au point de Claude Ribbe: "Je me suis aperçu voici trois jours que mon nom avait été cité par Guillaume Cornut comme "caution" de l'intitulé de son établissement. Si je me suis réjoui voici 4 ans que l'établissement de la rue Blomet soit sauvé (ce que Guillaume Cornut m'a dit vouloir faire), je n'ai bien évidemment jamais approuvé qu'il l'ouvre sous l'appellation "Bal Nègre" et je m'étonne qu'il me cite sans m'avoir prévenu ni même m'avoir dit que son établissement allait ouvrir, ce que je découvre. Je suis très déçu de constater, renseignements pris, que l'établissement dont le nom fait aujourd'hui polémique soit totalement indifférent à la communauté noire de France et à son histoire, dont Cornut ne semble pas connaître grand chose. Ce nom de "Bal Nègre" assorti d'un logo représentant un caricature de Joséphine Baker dansant avec une ceinture de bananes ne peut manquer de faire polémique. Je me désolidarise totalement de ce projet et déplore d'y avoir été mêlé à mon corps défendant. Le fait de parler à ma place sans me prévenir pour me prêter des propos que je n'ai jamais tenus en dit long sur le respect de ma personne, de mes combats et plus généralement des Afro-descendants de France."  

Ndeye DIOP
7,540 supporters
Petitioning Mesdames, Messieurs les Sénateurs, Mesdames, Messieurs les Députés, Valérie Pécresse, Anne Hidalgo, Emmanuel Macron, Nicolas Hulot

Non aux vignettes Crit'Air et aux ZCR - Oui à de réelles solutions contre la pollution

Nous, citoyens, disons non aux vignettes Crit’Air et aux ZCR.Nous, citoyens, exigeons de réelles solutions pour lutter contre la pollution. Nous, citoyens, vous demandons de mettre fin au système des vignettes Crit’Air associé aux Zones à circulation restreinte (ZCR) et appelons nos concitoyens, si vous maintenez ce système, à une désobéissance civile face à ces mesures injustes, inéquitables et inappropriées au regard de la lutte antipollution attendue. En 2020, près de 90% de nos véhicules actuels seront interdits dans la Capitale. Se déplacer dans un véhicule particulier deviendra le privilège d’une minorité aisée de citoyens sélectionnée selon leurs moyens ou selon des critères sans aucun lien avec la lutte anti-pollution (par dérogations). Les deux-roues motorisés qui fluidifient la circulation et n’émettent aucune particule fine, liée au diesel, y seront massivement interdits. Près de 400 villes en France étudient l’adoption possible du système Crit’Air pour une conséquence identique. Nous, citoyens, affirmons que le système Crit’Air ne reflète pas la réalité des niveaux d'émissions polluantes des véhicules actuels ou anciens et qu’il fait peser, sans compensation ni solution alternative réelle, ces interdictions sur les citoyens les plus modestes, aux vies les plus difficiles, qui ne peuvent se passer d’un véhicule et ne peuvent en acheter un récent. Nous, citoyens, exigeons la fin des Zones à circulation restreinte (ZCR), injustes parce qu’elles bafouent le principe d’égalité devant l’usage plein et entier d’un véhicule acheté souvent à crédit, incité ou appuyé en cela par les Pouvoirs publics, et qui a pris une partie de nos vies pour pouvoir le payer, et cela sans nous permettre de faire baisser les niveaux d’émissions polluantes atmosphériques, sans résoudre  les problèmes liés aux motifs de nos déplacements. Nous, citoyens, préoccupés d’écologie, vous demandons de construire des solutions et non des punitions pour lutter efficacement contre la pollution liée à la circulation des véhicules motorisés et à la pollution globale dont nous sommes victimes, notamment en milieu urbain. Nous, citoyens, déclarons que nos véhicules sont l’un des instruments de notre liberté pour répondre au quotidien à l’absence d’alternatives viables en milieu urbain en matière de transports collectifs ou d’autres modes de transports adaptés. Nous, citoyens, déclarons que les ZCR et le système Crit’Air associés mènent à décréter l’obsolescence de nos véhicules, programmée politiquement et contraire à l’écologie attendue, car menant à la surconsommation de véhicules neufs, épuisant ainsi davantage nos ressources naturelles. Nous, citoyens, demandons, face à l’urgence de santé publique déclarée par les Pouvoirs publics, face aux pollutions liées à la diffusion massive de particules fines, face aux pollutions diverses liées aux déplacements en automobile, moto, utilitaire mais aussi en transports collectifs, que les Pouvoirs publics, à chaque niveau de responsabilité, s’attaquent de manière concertée, loin des conflits politiciens, aux causes profondes et réelles de ces déplacements qui sont avant tout liées à l’urbanisme construit par ces mêmes Pouvoirs publics depuis 50 ans. Nous, citoyens, proposons 15 pistes de travail pour une écologie à la portée de tous qui repense véritablement notre urbanisme et accompagne la réduction de la pollution déjà engagée : 15 solutions, à court terme et à moyen et long terme, pour agir ensemble avec efficacité, durablement mais sans briser la cohésion nationale ni remettre en cause les principes fondateurs de notre République, sans interdire, sans rendre la vie du citoyen plus complexe et plus coûteuse, sans faire peser sur les plus modestes l’effort national qui doit être urgemment entrepris.  - Lutter efficacement contre la pollution sans ZCR ni vignette Crit’Air en 15 points -   Agir aujourd’hui sur la fluidité et la multimodalité 1.  Un plan d’urgence pour des transports collectifs attractifs  et performants en banlieue et un entretien réel du réseau : ponctualité, accessibilité, propreté, confort. 2.     Un Pass Navigo-Park à 80 €/mois pour une offre multimodale réelle, facile d’usage et avantageuse,  combinant RER-Métro-Bus-Parcs relais en journée et semaine. 3. Créer des parcs relais aux Portes de Paris où ils sont inexistants, utiliser les parcs privés et accroître la capacité et le nombre de parcs relais en Ile-de-France. 4. Abandonner le système Autolib déficitaire pour le covoiturage y compris en entreprise, l’autopartage entre particuliers, et la copropriété automobile. 5. Fluidifier le trafic par des feux de circulation intelligents, par une voirie aménagée au bénéfice de tous, et en favorisant l'usage du deux-roues motorisé, solution reconnue dans la plupart des métropoles européennes comme une solution partielle mais réelle. 6. Encourager pour les distances courtes intra muros le développement du vélo, des pistes cyclables sécurisées, à l’écart des voies de circulation.  Agir maintenant sur le parc auto existant et contre l’obsolescence décrétée 7. Allonger la vie des véhicules d’occasion essence en aidant financièrement à la conversion vers une carburation moins polluante (GPL, GNV) 8. Instaurer des aides publiques au remplacement des véhicules anciens par des véhicules d’occasions plus récents et accessibles. 9. Favoriser les carburants alternatifs (biodiesel, bioéthanol), les filières de production de seconde génération (non alimentaire) et la méthanisation des déchets (énergies renouvelables).  Aider les professionnels à moderniser leur parc auto diesel 10. Cesser de déduire la TVA sur le diesel et rendre l’essence fiscalement plus attractive que le diesel afin d’aider les artisans, commerçants, TPE, PME, routiers, autocaristes à moderniser leur parc. 11. Afficher une modernisation exemplaire au sein du parc de la RATP, du STIF et remplacer d'ici 2020, au lieu de 2025, les 97% de bus RATP fonctionnant au diesel. 12. Mettre en place une filière de recyclage à grande échelle des parcs de véhicules diesels et des véhicules électriques anciens pour accélérer et absorber la modernisation du parc des grandes entreprises et administrations. Agir sur l’urbanisme et les causes profondes 13. Abandonner l’aménagement concentrique du territoire francilien. Relocaliser l’emploi proche des bassins d’habitation actuels, redynamiser les villes périphériques devenues villes dortoirs. 14. Réduire le besoin et la concentration des déplacements professionnels par le développement du télétravail et l’aménagement des horaires de travail. 15. Agir sur les autres sources de pollution : agriculture respectueuse de la qualité de l'air, amélioration de l'isolation des bâtiments publics, incitation à une meilleure isolation thermique des bâtiments privés, aide aux particuliers pour l'installation de foyers en insert fermé.  

Les BANNIES
6,753 supporters
Petitioning Anne Hidalgo

Jeux Olympiques 2024 : Paris ne doit pas candidater !

Madame la Maire, les jeux olympiques, dans leur forme actuelle, sont une aberration économique et écologique. Nous refusons que vous souteniez la candidature de Paris. L'organisation des JO suppose des investissements pharaoniques qui ruinent les États et les peuples et saccagent l'environnement. Les retombées économiques sont toujours un fantasme des autorités et il n'a été jamais démontré qu'elles étaient à la hauteur de l'investissement. En Grèce, les JO de 2004 ont coûté 20 milliards d'euros et ont aggravé la crise économique que traverse le pays. En Russie, les JO de 2014 auront coûté 37 milliards d'euros et ont eu un coût écologique inestimable. Au Brésil, des millions de manifestants se sont opposés à l'organisation de la coupe du monde 2014, financée en partie par des coupes budgétaires. Les seuls bénéficiaires sont les multinationales qui en profitent pour signer des contrats juteux avec l’État et saturer l'espace public de publicité ! Pire, comme partenaires officiels des jeux, elles peuvent imposer leurs règles aux États : la France a d'ores et déjà prévu d'exonérer d'impôts les organisateurs des JO... Les installations sportives dédiées aux JO sont à l'opposé des besoins de la population. Pour encourager la pratique du sport, au lieu du gigantisme des installations olympiques qui ne resserviront pas, construisons des équipements sportifs de proximité, notamment dans les quartiers les plus mal dotés. Aujourd'hui, l’État multiplie les coupes budgétaires mais serait favorable à l'organisation des jeux olympiques ? Au lieu des villages olympiques calibrés pour un usage unique et dont la reconversion coûte ensuite très chère, exigeons plutôt que l'investissement public se fasse au services des besoins sociaux et environnementaux : du logement social, des services publics et l'amélioration des transports en communs. Madame la Maire, nous vous demandons de ne pas déposer la candidature de Paris pour les JO de 2024.

Danielle SIMONNET
6,272 supporters
Petitioning Anne Hidalgo

Madame Hidalgo, montrez l'exemple, abandonnez votre voiture de fonction!

Les franciliens sont priés d'abandonner leur voiture et d'utiliser un vélo. Montrez l'exemple, faites-le! D'autres maires de grandes villes européennes le pratique au quotidien. Votre sécurité? Les gardes du corps sont des sportifs, ils peuvent vous suivre. L'ancienne Garde des Sceaux Madame Taubira pratiquait la bicyclette dans Paris, accompagnée de ses officiers de sécurité. Votre emploi du temps? Les franciliens aussi ont un emploi du temps serrés et ne peuvent se permettre des retard: c'est bien connu a vélo dans Paris ont dépasse les autos, vous y gagnerez en ponctualité. Vous ne savez pas en faire? Cela s'apprend. Et cela ne s'oublie pas.   Appliquez vos préceptes, faites-les appliquer aux Maires d'arrondissements, c'est une question de cohérences entre vos actes et vos propos, "faites-ce que je dis, pas ce que je fais" n'est plus supportable dans une démocratie moderne.

Franck EIRAM
6,223 supporters
Petitioning Anne Hidalgo, Conseil de Paris

Anne Hidalgo : protégez ces ados exilé.e.s à la rue

Première étape gagnée : Anne Hidalgo est en train d’écrire la réponse à notre mobilisation pour les ados exilé.e.s sans leur famille à Paris. Plus que quelques jours pour obtenir une politique juste et efficace ! Deadline 4 juillet. Des centaines d’adolescent.e.s fuyant violences, guerre et précarité sont à la rue à Paris. C'est le cas d'Hawa, 16 ans, qui devait être excisée et mariée de force à un vieil homme au Mali * ou de Mohammad, 17 ans, menacé de mort par son père en Afghanistan *.Ils et elles ont parcouru des milliers de kilomètres pour trouver un refuge en France. Mais les services responsables censés leur assurer logement et protection utilisent des critères aléatoires pour les laisser à la rue.Première étape gagnée ! Suite à notre première mobilisation, Anne Hidalgo et ses équipes réfléchissent à la mise à l’abri de tou.te.s ces adolescent.e.s et à l’adaptation des critères d’évaluation.Plus que quelques jours : leur décision sera rendue publique le 4 juillet prochain devant le Conseil de Paris. Seule une mobilisation citoyenne massive forcera la Maire de Paris à faire une réponse forte et concrète.Ces jeunes ne doivent pas passer un jour de plus à la rue. Signez et partagez maintenant, chaque signature sera remise directement à Anne Hidalgo et aux élu.e.s de Paris !C’est la DASES (Direction de l'Action Sociale de l’Enfance et de la Santé) qui refuse de mettre à l’abri ces “Mineurs Non Accompagnés” en fonction de leur apparence physique ou de la cohérence apparente de leur discours. Le droit de l’enfance n’est pas appliqué. Pourtant, le Conseil de Paris, présidé par Anne Hidalgo, a le budget et le pouvoir sur la DASES. Demandons leur de mener une politique juste pour ces ados, dans le respect de leurs droits. En mai dernier, 5 000 parisien.ne.s se sont mobilisé.e.s via un mécanisme citoyen pour la protection de ces ados exilé.e.s. Leur mobilisation a été entendue. Désormais, c’est toutes les personnes solidaires qui doivent appeler Anne Hidalgo et les élu.e.s parisien.ne.s à mener une politique exemplaire.Signez et relayez massivement la pétition ! * Les noms et les pays ont été modifiés. Cette campagne a été lancée avec l'Accélérateur de la mobilisation.

Paris d'Exil
3,283 supporters
Oui à la piétonnisation des berges à Paris

MERCI à vous, Parisiens et amoureux de la capitale pour votre soutien et votre participation à l'ouverture officielle du Parc Rives de Seine ! Votre soutien, votre présence et votre enthousiasme sont autant d'encouragements à poursuivre ce projet. Nous avons démontré que la piétonnisation des berges de Seine, correspondait non seulement à des impératifs de santé publique mais également à une réelle attente des Parisiens en quête d'espace public à occuper à des fins de détente, de pratiques sportives ou culturelles . Forts de ce succès, nous allons continuer à réaménager l'ensemble des quartiers de Paris pour réduire progressivement la place qu’y occupent les véhicules polluants au profit des transports en commun, des modes de locomotion non polluants et des mobilités douces comme le vélo ou la marche à pied. L’amélioration de la qualité de l’air, du cadre de vie des Parisiens et de l’attractivité de la capitale est à ce prix. Vive la vie, vive la ville qui respire ! Anne Hidalgo, Maire de Paris

7 months ago
Arrêtons l'enfer pour les automobilistes franciliens !

Madame, Monsieur, En signant cette pétition, vous avez souhaité m’interpeller sur les mesures prises par la Ville de Paris pour restreindre la circulation des véhicules les plus polluants. Attachée au débat démocratique, il me semble normal de vous répondre et de vous expliquer ma position. Premier élément important : avec mon équipe, nous ne luttons pas contre la voiture mais contre la pollution. À l’heure où j’écris ces lignes, Paris, l’Ile-de-France et une grande partie de la France vivent un énième pic de pollution aux particules. En zone rurale, la première cause de cette pollution est le chauffage au bois, on le voit dans la vallée de l’Arve. Mais en zone urbaine, toutes les études démontrent que la première responsable, c’est la voiture individuelle polluante. La pollution de l’air, c’est 48.000 morts prématurés par an à l’échelle nationale, 6.500 à l’échelle du Grand Paris, selon une étude récente de l'agence Santé publique France. C’est aussi pour les Franciliens une espérance de vie réduite de 2 ans. Et ce sont des centaines de milliers de personnes atteintes de troubles respiratoires, comme le soulignent régulièrement de nombreux pneumologues. Cette urgence de santé publique est comparable au scandale de l’amiante ou à la lutte contre le tabagisme, qui ont marqué ces dernières décennies. Je suis convaincue que, dans quelques années, les politiques et les industriels de l’automobile qui n’auront rien fait devront en répondre pénalement devant les tribunaux. Cela implique de réduire la place de la voiture en cœur de ville, comme le font toutes les autres métropoles du monde. Tokyo a déjà banni totalement les véhicules diesel, Oslo est sur le point de le faire. Londres a mis en place depuis plusieurs années un péage urbain. Le centre-ville de Madrid est piéton, ceux de Bruxelles et de Barcelone sont en train de le devenir. Berlin a mis en place depuis 10 ans déjà les vignettes anti-pollution, comparables aux vignettes Crit’air qui viennent d’être instaurées en France. Et il existe des centaines d’autres exemples. A Paris, le sujet est connu depuis 2001. Avec Bertrand Delanoë, nous avons alors fait un choix de bons sens : développer les alternatives avant de restreindre la circulation des véhicules les plus polluants. En quinze ans, nous avons créé les voies réservées aux bus, aménagé le tramway sur les Maréchaux, créé Vélib’, Autolib’, Utilib’, soutenu le lancement de Cityscoot… Nous avons automatisé la ligne 1 et sommes en train d’automatiser la ligne 4 du métro, en complément de la ligne 14. Nous avons également soutenu la mise en place du Pass Navigo à tarif unique, qui permet aux habitants des petite et grande couronnes de voyager au même prix que les Parisiens, ce qui représente pour eux une économie mensuelle de plusieurs centaines d’euros. Ces investissements sont conséquents, au point que l’Institute for Transportation and Development Policy (ITDP), basé à New-York, vient de classer le réseau de transports en commun de Paris comme le plus performant au monde. Nous ne nous satisfaisons pas de ces lauriers, puisque nous continuons à investir 381M€ par an dans les transports en commun, pour les améliorer encore davantage. C’est aussi ce qui nous amène à projeter un tram-bus à haut niveau de service sur les quais hauts, dont le premier tronçon sera livré en 2018 et qui à terme reliera les Hauts-de-Seine au Val-de-Marne en longeant la Seine. C’est également ce qui nous a décidé à mettre en œuvre un « plan vélo », doté de 150M€, qui permettra de doubler le nombre de km de pistes cyclables intramuros d’ici 2020. C’est enfin ce qui nous pousse à soutenir des innovations, comme l’expérimentation de bus sans chauffeur entre les gares de Lyon et d’Austerlitz, ou encore comme les SeaBubbles, des « bulles flottantes » sur la Seine qui permettront de développer une offre de taxis fluviaux. C’est vrai : en contrepartie de ces investissements massifs, nous demandons aux automobilistes de faire des efforts, en renonçant chaque fois que cela est possible à leur voiture individuelle polluante. Nous avons élaboré à ce titre des restrictions de circulation qui entrent progressivement en vigueur depuis 2015. Mais là encore, nous avons décidé de les soutenir : les particuliers peuvent bénéficier de 400€ pour l’achat d’un vélo électrique ou d’un triporteur, de 400€ pour financer leur première année de Pass Navigo ou encore de 100€ pour financer leur première année d’utilisation d’Autolib’. Nous soutenons aussi les professionnels, de Paris mais aussi de la petite couronne, en leur apportant une aide de 3.000 à 9000€ pour l’achat d’un véhicule électrique ou GNV (gaz naturel), et cette aide est cumulable avec celles de la Métropole du Grand Paris et de l’État. Tous ces projets font l’objet de processus démocratiques, qui peuvent aller – selon leur ampleur et leur nature – d’un débat et d’un vote du Conseil de Paris (ce fut le cas pour les restrictions de circulation automobile, pour le plan vélo, pour les aides financières incitatives, etc) jusqu’à une enquête publique (ce fut le cas pour le tramway, pour la piétonnisation des berges de la rive gauche puis de la rive droite, etc), le tout adossé à des réunions de concertations ou encore à des conférences citoyennes. Enfin, je me permets de vous rappeler que les mesures que je prends depuis mon élection figuraient noir sur blanc dans mon programme aux élections municipales. Par leurs suffrages, les Parisiens m’ont alors donné mandat pour agir. J’ai pris ces engagements devant eux et je compte bien les respecter. Respectueusement, Anne Hidalgo

9 months ago
Non aux nouveaux kiosques à journaux Parisiens : gardons l'esprit du Paris d'antan !

Chers signataires, Vous vous êtes passionnés pour le débat sur le design des nouveaux kiosques parisiens. Amoureuse de Paris comme vous, je suis touchée par l’attachement que vous portez à cet élément du mobilier urbain. Votre intérêt a été entendu et au terme d’un processus de co-construction de plusieurs semaines, impliquant les kiosquiers et tous les groupes politiques du Conseil de Paris, le nouveau modèle des kiosques de presse parisiens a été présenté la semaine dernière. Je suis heureuse de le partager avec vous. Celui-ci comporte plusieurs évolutions par rapport au design non définitif qui avait circulé au début de l’été dans la presse et conduit à votre pétition : - Le vert utilisé est proche de celui des kiosques précédents ; - Le toit a été retravaillé, notamment rehaussé, des stries (nervures) y ont été ajoutées, rendant plus évidente l’évocation des toitures parisiennes courbes. Il sera lui aussi en vert, et non plus couleur zinc comme envisagé dans un premier temps ; - Des festons ont été ajoutés sur le haut des façades et des gondoles. Respectueux du paysage parisien, il comportera sur ses façades 20% de surface de publicité en moins par rapport aux kiosques actuels (et reprend des matériaux strictement identiques aux kiosques précédents : métal, verre et résine) Ce modèle de kiosque, respectueux du patrimoine et à l’image de Paris, améliorera considérablement les conditions de travail des kiosquiers : + de confort thermique : isolation des façades et de la toiture, dispositif de chauffage écologique, plancher isolant et vitrage amovible ; + de praticité : temps réduit d’ouverture et de fermeture du kiosque, armoire pour effets personnels, distributeur de gel hydro alcoolique, toilettes selon le modèle et la demande du kiosquier ; + accueillant : espace de vente repensé, mise en avant de la presse et des autres produits ou services proposés par le kiosquier ; Par ailleurs, les 49 kiosques actuellement en place, non originaux mais reprenant le modèle conçu en 1857 par l'architecte Gabriel Davioud (1823-1881), seront maintenus dans les rues de Paris et rénovés, afin d’accueillir de nouveaux usages, par exemple liés à la participation citoyenne. Continuez à vous engager pour Paris, Anne Hidalgo

1 year ago
Oui au centre d'hébergement pour SDF dans le Bois de Boulogne !

Chers signataires, Vous êtes plus de 50 000 à avoir signé en faveur d’un centre d’hébergement dans une partie de l’Allée des Fortifications (16e), à la lisière du bois de Boulogne. Je tiens à saluer l’initiative d’une étudiante de l’Université Paris Dauphine pour soutenir ce projet qui permettra d’accueillir 200 personnes sans-abri, orientées par le Samu Social : 100 places pour des personnes isolées, 100 pour des personnes en familles. Elles seront accompagnées par une équipe de travailleurs sociaux, présents 24h/24, qui les aidera à s’engager dans une démarche d’insertion. Je veux vous remercier de cette formidable mobilisation et de votre détermination à faire entendre une autre voix : celle de la solidarité, du respect d’autrui, de l’accueil et du partage. Je tiens, surtout, à réaffirmer mon engagement. La Mairie de Paris soutiendra ce projet jusqu’à sa mise en œuvre : hier soir, le Conseil de Paris a réaffirmé son soutien au projet à travers un vote. Continuez à faire entendre votre voix. Faites passer le message à vos proches, diffusez le sur les réseaux sociaux. Je compte sur vous, vous pouvez compter sur moi. Anne Hidalgo

2 years ago
Realizzazione di un memoriale a Parigi in onore delle vittime degli attentati dal 7 al 9 gennaio e del 13 novembre 2015

Bonjour à tous, Je suis très sensible à votre initiative et vous remercie de votre engagement pour Paris. Le Conseil de Paris a adopté en séance du 29 septembre 2015 les textes des plaques rendant hommage aux victimes des attentats de janvier 2015 et qui seront apposées dans la semaine du 5 janvier sur le boulevard Richard Lenoir (11e) en hommage au policier Ahmed Merabet, sur l’'Hyper Cacher (Vincennes) à la mémoire des victimes de l'attentat antisémite et sur l'immeuble de Charlie Hebdo rue Nicolas Appert (11e). Cette semaine d'anniversaire des attentats de janvier 2015 sera jalonnée par de nombreux hommages. Le 10 janvier prochain, un espace de mémoire en hommage aux victimes des attentats de l’année 2015 sera inauguré sur la place de la République d’où est partie la marche du 11 janvier 2015 et où se sont rassemblées spontanément toutes les personnes souhaitant rendre hommage aux victimes des attentats du 13 novembre. Il est constitué par un carré de verdure entourant un chêne qui devrait atteindre, à maturité, une hauteur de 25 mètres. Plus que la construction d’un monument, la plantation d’un chêne, symbole de l'arbre de vie, est apparue évidente pour répondre à la puissance du séisme des attentats de 2015. Il symbolise autant la force morale que physique, et portera ainsi les valeurs de la résistance, évoquée de façon récurrente tant en janvier qu’en novembre. Complétant le dispositif, une plaque gravée dans du laiton rendant hommage à l’ensemble des victimes sera apposée au sol, en bordure du quadrilatère planté. La statue de la République quant à elle sera mise en valeur par un nouvel éclairage. Enfin, un très important travail d'archivage pour l'ensemble des marques d'hommage a été engagé et, depuis le 13 novembre, les internautes ont pu multiplier les témoignages de soutien aux Parisiens sur les réseaux sociaux avec le hashtag #NousSommesUnis ou sur l'adresse dédiée noussommes@paris.fr. afin de créer un livre de condoléances numérique consultable sur paris.fr. Dans un contexte douloureux pour les Parisiens, au moment du premier anniversaire des attentats de janvier 2015, je tiens à vous assurer de la détermination de la Ville de Paris à préserver les valeurs fondatrices de notre République et les principes du vivre ensemble, et à lutter contre toute forme de fanatisme. Continuez à vous engager pour faire vivre les valeurs de Paris, Amitiés, Anne Hidalgo

2 years ago
Création d'un mémorial en l'honneur des victimes des attentats du 7 au 9 janvier et du 13 novembre 2015

Bonjour à tous, Je suis très sensible à votre initiative et vous remercie de votre engagement pour Paris. Le Conseil de Paris a adopté en séance du 29 septembre 2015 les textes des plaques rendant hommage aux victimes des attentats de janvier 2015 et qui seront apposées dans la semaine du 5 janvier sur le boulevard Richard Lenoir (11e) en hommage au policier Ahmed Merabet, sur l’'Hyper Cacher (Vincennes) à la mémoire des victimes de l'attentat antisémite et sur l'immeuble de Charlie Hebdo rue Nicolas Appert (11e). Cette semaine d'anniversaire des attentats de janvier 2015 sera jalonnée par de nombreux hommages. Le 10 janvier prochain, un espace de mémoire en hommage aux victimes des attentats de l’année 2015 sera inauguré sur la place de la République d’où est partie la marche du 11 janvier 2015 et où se sont rassemblées spontanément toutes les personnes souhaitant rendre hommage aux victimes des attentats du 13 novembre. Il est constitué par un carré de verdure entourant un chêne qui devrait atteindre, à maturité, une hauteur de 25 mètres. Plus que la construction d’un monument, la plantation d’un chêne, symbole de l'arbre de vie, est apparue évidente pour répondre à la puissance du séisme des attentats de 2015. Il symbolise autant la force morale que physique, et portera ainsi les valeurs de la résistance, évoquée de façon récurrente tant en janvier qu’en novembre. Complétant le dispositif, une plaque gravée dans du laiton rendant hommage à l’ensemble des victimes sera apposée au sol, en bordure du quadrilatère planté. La statue de la République quant à elle sera mise en valeur par un nouvel éclairage. Enfin, un très important travail d'archivage pour l'ensemble des marques d'hommage a été engagé et, depuis le 13 novembre, les internautes ont pu multiplier les témoignages de soutien aux Parisiens sur les réseaux sociaux avec le hashtag #NousSommesUnis ou sur l'adresse dédiée noussommes@paris.fr. afin de créer un livre de condoléances numérique consultable sur paris.fr. Dans un contexte douloureux pour les Parisiens, au moment du premier anniversaire des attentats de janvier 2015, je tiens à vous assurer de la détermination de la Ville de Paris à préserver les valeurs fondatrices de notre République et les principes du vivre ensemble, et à lutter contre toute forme de fanatisme. Continuez à vous engager pour faire vivre les valeurs de Paris, Amitiés, Anne Hidalgo

2 years ago
Sauvons la rue Dénoyez !

Chers signataires, Le projet d’aménagement de la rue Dénoyez n’est pas nouveau, il fait partie des priorités de la Mairie du 20e arrondissement et de la Ville de Paris depuis plusieurs années, et a fait l’objet d’une concertation en transparence avec les habitants du quartier ainsi que d’un vote en Conseil de Paris en décembre 2013. L’opération qui doit y être réalisée relève de l’intérêt public avec la construction de logements sociaux et d’une crèche de cinquante berceaux. Au regard des contraintes foncières dans le secteur du bas-Belleville, cette adresse était la seule qui permettait de créer une crèche dont le besoin dans le secteur est particulièrement sensible. En outre, cet aménagement sera complété par une résidence sociale installée au début de la rue Dénoyez. Compte tenu des attentes des Parisiens tant sur le logement que sur l’accueil des tous petits, cet aménagement répond à une véritable priorité. Néanmoins, la réalisation nécessaire d’une crèche et de logements ne signifie pas la mort de l’art urbain dans cette rue. Le mur autogéré à l’entrée de la rue Dénoyez n’est pas concerné par ce projet d’amégament et sera donc conservé. En outre, la Ville de Paris souhaite qu’un travail soit mené entre le bailleur et des artistes afin de conserver à la rue Dénoyez son caractère spécifique et sa renommée. En effet, la ville soutient et développe largement les initiatives autour de l’art urbain du Street Art (subventions à des associations qui interviennent sur les murs de plusieurs quartiers, projets soutenus dans le cadre de La Nuit Blanche, soutien à la Tour 13, aide au lancement de l’application My Paris Street Art). Un recensement de murs disponibles est en cours, qui seraient mis à disposition des artistes de différentes façons. Par exemple, dans le cadre de l’ouverture La Place, à l’automne 2015, des murs lui seront dédiés pour permettre à des artistes d’art urbain de s’exprimer, mais aussi à des amateurs. S’agissant des artistes installés dans les locaux qui doivent être libérés, cette installation a toujours été provisoire, ce qui justifiait la faiblesse du loyer. Cette installation répond à la volonté de la Ville de Paris de développer largement l’occupation temporaire par des associations ou des collectifs d’artistes entre deux affectations de locaux, dans son patrimoine ou celui des bailleurs sociaux, compte tenu du manque de locaux d’activités ou de création à Paris. La Ville s’est engagée à proposer des solutions de relogement à ces associations (elles ont été reçues sur ce sujet en juillet 2014), et un travail est en cours pour identifier les espaces pouvant les accueillir. Dans le cadre de la poursuite de la concertation sur cet aménagement, une réunion publique sera organisée par la Mairie du 20e arrondissement fin novembre. Anne Hidalgo

3 years ago
Nous voulons un quartier propre : M. GOASGUEN, mobilisez vos employés municipaux pour qu'ils soient très actifs et faites appliquer la loi pour verbaliser les contrevenants.

Chers signataires, J'ai pris connaissance de votre pétition. Mon adjoint à la propreté Mao Peninou et moi-même partageons votre engagement pour l’amélioration de la propreté à Paris. Depuis le début de mon mandat, j’en ai fait une priorité et ai engagé de profondes réformes pour un Paris plus propre : un important effort de mécanisation pour l’efficacité des prestations de nettoyage, le déploiement de 30 000 nouvelles corbeilles équipées d’éteignoirs pour lutter contre le jet de mégots et le développement de 10 déchetteries mobiles, des effectifs supplémentaires dans le courant de l’année 2015. Pour mener ce chantier à bien, nous travaillons en étroite collaboration avec les Maires d’arrondissement. Depuis 2009, la Ville a ainsi instauré des plans de propreté, co-pilotés avec les mairies d’arrondissements, qui fixent dans chaque quartier les priorités de nettoiement, les fréquences d’interventions et de verbalisation. Les concertations sont en cours avec les habitants au niveau des conseils de quartier dans plusieurs arrondissements afin d’aboutir, début 2015, à de nouveaux plans de propreté, plus efficaces. Je me réjouis que votre rencontre avec l'adjointe de M.Goasguen, Maire du 16e arrondissement, s’inscrive dans cette démarche de concertation avec les habitants.

3 years ago
Agir pour la propreté dans le 10ème Arrondissement

Chers signataires, Mon adjoint à la propreté Mao Peninou et moi-même partageons votre engagement pour l’amélioration de la propreté à Paris. Depuis le début de mon mandat, j’en ai fait une priorité et ai engagé de profondes réformes pour un Paris plus propre, en étroite collaboration avec les Maires d'arrondissement. Votre pétition concerne le 10e, je vous adresse donc la réponse de Rémi Féraud, Maire du 10e arrondissement qui souhaite, comme vous, trouver des solutions pour la propreté de votre quartier : J’ai bien reçu votre courrier concernant la propreté des quartiers du 10e arrondissement et je partage entièrement votre constat. Depuis plusieurs années, la Ville a augmenté et amélioré les moyens consacrés au nettoiement de nos rues mais force est de constater que les effets ne s’en font pas suffisamment ressentir, car les incivilités restent beaucoup trop nombreuses. Les rues sont souvent souillées aussitôt qu’elles ont été nettoyées, en particulier dans des quartiers populaires et très fréquentés comme le Faubourg Saint-Denis. Certes il faut augmenter et mieux adapter notre effort de nettoiement de l’espace public, mais il convient surtout aujourd’hui de s’attaquer en priorité aux sources du problème et de faire diminuer les incivilités. Les élus et les services de la Ville chargés de ces questions en ont pris conscience et l’accent est mis aujourd’hui sur la prévention, l’éducation et la répression, en même temps que sur le nettoiement lui-même. Je souhaite pour cela que le nombre d’agents verbalisateurs augmente et, d’ici quelques mois, une « brigade verte » sera mise en place, comme s’y est engagée Anne Hidalgo pendant la campagne des municipales. Pour que les comportements changent, il faut aussi multiplier les opérations de prévention et de sensibilisation. La Ville a mené plusieurs campagnes de communication à ce sujet ces dernières années et des opérations citoyennes telles que le « Clean up Day » se mettent en place, notamment dans le 10e, le long du canal Saint-Martin. Il faut amplifier cet effort et nous le ferons. Comme vous, je refuse d’accepter que nos quartiers de Paris ne puissent pas devenir plus propres tout en restant vivants. Restant à votre disposition, je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments dévoués. Rémi Féraud

3 years ago