PACES MEDECINE PARIS-DESCARTES : Les oraux contestés devant le Tribunal administratif

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !


EXPÉRIMENTATION PACES ONE à l’UNIVERSITÉ PARIS-DESCARTES : Recruter autrement des futurs médecins oui mais PAS N’IMPORTE COMMENT !

Nous, les AJOURNÉS, sommes 21 étudiants recalés au concours médecine 2019, de l’Université PARIS-DESCARTES, suite aux épreuves orales organisées dans le cadre de la PACES ONE. Après les épreuves écrites, ces oraux permettaient de sélectionner les étudiants en deuxième année de médecine, parmi 88 candidats admissibles. Nous avons saisi le Tribunal Administratif de Paris car il est établi que notre faculté a enfreint le règlement du concours, concernant la notation de ses épreuves orales.

En effet, nous avons constaté à l’issue des résultats, que les méthodes de notation pour nous classer étaient hasardeuses et non conformes au règlement du concours. (VOIR LES MISES A JOURS POUR PLUS D'EXPLICATIONS). Il aurait donc fallu revoir l’intégralité des notes obtenues, c’est-à-dire renoter les 3 épreuves orales que nous avions passées. Nous sommes en octobre, les épreuves se sont déroulées en juin : ceci est évidemment impossible. Comment nous attribuer de nouvelles notes alors que les 12 examinateurs ne doivent probablement pas se souvenir des 88 candidats qui ont passé les oraux de médecine ?

L’Université, informée des irrégularités constatées, n’a pas souhaité revenir sur son classement. À l’heure actuelle, aucun nouveau relevé de notes ne nous a été communiqué. Par ailleurs, la faculté refuse de nous transmettre les grilles de notation des 12 examinateurs, ce qui est pourtant exigible de notre part. Ce silence de communication et cette absence de transmission font planer une forte suspicion quant à la régularité des notations.

L’un d’entre nous a saisi en urgence le Tribunal Administratif de Paris et a obtenu gain de cause. Le 13 septembre 2019, le Juge a suspendu la décision de sa non-admission au concours car il existe un doute sérieux sur la légalité de son ajournement au regard du règlement du concours.

Aujourd’hui, notre camarade n’est donc, ni ajourné, ni admis en deuxième année de médecine. Pourquoi ? L’Université n’a toujours pas à ce jour exécuté le jugement du 13 septembre. Est-elle sourde face à cette décision de justice ?

Nous ne comprenons pas ce refus de nous écouter ! Pourquoi un tel manque de transparence?

Pourtant, la méthode de notation utilisée par l’Université n’est pas conforme au règlement du Concours établi par cette même Université le 5 septembre 2018. Cette notation a un impact certain sur le classement et donc sur la liste des admis! Il est clair que maintenant, il est impossible de départager l’ensemble des candidats aux épreuves orales. La seule solution serait donc de tous nous admettre ou de tous nous ajourner mais en tout état de cause de nous appliquer à tous le même traitement sur un pied d’égalité !

Nous subissons un grave préjudice, par manque de rigueur dans l’organisation de ces oraux. Ainsi, nous dénonçons ces méthodes de notation hasardeuses utilisées à l’oral pour ce concours. Le préjudice est d’autant plus grave que l’année de la mise en place de ces nouvelles épreuves, l’Université a choisi d’interdire le redoublement. Cela fait que nous ne pouvons plus repasser le concours cette année, alors que des milliers d’étudiants ont pu le faire par le passé, ou le font actuellement dans d’autres universités françaises.

C’est la première année que PARIS-DESCARTES instaure des épreuves orales pour sélectionner les étudiants en deuxième année en médecine. La préparation à ce mode de sélection nous a semblé insuffisante.

Il est à noter qu’en 2019, quatre universités françaises, avaient choisi ce mode de sélection oral. Cette année, d’autres comptent bien le mettre en place.

L’Université PARIS-DESCARTES, en ne respectant pas le règlement du concours fixé par arrêté du Président de l’Université en 2018, remet en question les conditions de mise en place d’une réforme emblématique du gouvernement, dans le cadre de la loi Santé, visant à améliorer le système de soins en France.

Présentées comme une seconde chance, ces épreuves orales ne l’ont pas été, bien au contraire !

Après avoir tenté un dialogue, en soulevant l’ensemble des irrégularités que nous avons constatées, nous sommes aujourd’hui ignorés par l’Université Paris-Descartes.

Celle-ci doit reconnaître son erreur et la réparer !

Au regard de ces irrégularités, nous avons demandé à ce que les 37 ajournés aux épreuves orales de médecine soient admis en 2ème année au plus vite : c’est la seule façon de corriger l’injustice subie.

Alors que la France a un besoin croissant de médecins, nous en appelons à la Présidence de la République, au Ministère des solidarités et de la Santé et au Ministère de l’Enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation qui ne peuvent rester insensibles. Ces procédés nuisent gravement à l’image de la réforme engagée, et risquent aussi de mettre en péril les futurs étudiants en santé.

Aidez-nous à relayer notre appel ! Nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux et à signer cette pétition.

Merci de votre soutien!


Twitter: @ajournesp5
Instagram: @ajournesp5