Démocratie digitale à l’ONU

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Je plaide pour un change.org institutionnalisé au niveau onusien.

Le populisme, le Brexit, le trumpisme, les attentats islamistes, trouvent leur fondement dans une crise sociale et politique devant un monde qui semble s’ouvrir sous nos pieds et provoque le repli instinctif sur soi et sur le passé. Il s’agit d’un échec de gouvernance mondialisée. La cause en est que ce sont les instances supranationales qui dirigent vraiment, mais elles sont deconnectées de toute réelle sanction électorale. Les représentants élus envoyés là ne rendent pas vraiment compte à leurs électeurs sur leurs actions supranationales. Ils sont élus et sanctionnés sur leurs actions nationales.

Pour changer la donne, je propose que l’ONU donnent une voie institutionnelle directement aux citoyens indépendamment de leur appartenance nationale, via Internet: droit de consultation et droit d’initiative (le citoyen fait une proposition).

Que voterait-on sur le conflit syrien ou israélo palestinien, sur les migrants?

Laissons les citoyens s’exprimer sans filtre politico-economique et sans lobby. Cette épée de Damocles forcerait les politiciens et les médias à assumer leur devoir d’animer un débat démocratique ouvert et transparent.

Plus de détails et justification dans mon récent billet paru en Suisse, modèle s’il en est de Démocratie participative. Une telle gouvernance est possible et souhaitable, autour d’une vraie politique au sens de la Politeia qui cherche à unifier le développement des individus et de la société, à une echelle mondiale où tout se décide aujourd’hui, en tirant parti de la technologie.

http://www.bilan.ch/alex-frank/restaurer-democratie-laide-digital