Comite de soutien des canard d'Hardy de Soustons (40)

0 a signé. Allez jusqu'à 10 000 !


Une propriétaire de canards, installée depuis trente-six ans quartier d’Hardy, à Soustons, est appelée à comparaître au tribunal de Dax le 3 septembre pour nuisances sonores.
Lassé des caquètements « incessants », un homme a déposé plainte contre sa voisine, propriétaire de canards à Soustons. Il a engagé une procédure judiciaire à son encontre, devant l’inaction de cette dernière et celle de la mairie.

La voisine en question assure quant à elle que c’est la première fois depuis trente-six ans, quand elle s’est installée dans le quartier d’Hardy, qu’elle reçoit des remarques de la part du voisinage.

 
Nuisances multiples
Pourtant, le résident de la maison la plus proche, séparée de la propriété par une route, dit entendre les caquètements malgré un double vitrage et des travaux supplémentaires pour en limiter le bruit. Installé depuis un an, il est le premier à mener une action en justice.

La rédaction vous conseille
Bruits ruraux : avant le procès du coq Maurice, d’autres cas dans la région
Bruits ruraux : la campagne bientôt réduite au silence ?
« Quand vous êtes propriétaire d’un endroit, vous vous attendez à bénéficier d’une certaine qualité de vie »
« Quand vous êtes propriétaire d’un endroit, vous vous attendez à bénéficier d’une certaine qualité de vie », avance-t-il. Mais il affirme que ces nuisances ne le concernent pas uniquement. La basse-cour polluerait un ruisseau public et des nuisances hygiéniques seraient aussi en cause. Rats et mouches provenant des canards se baladeraient sur son terrain.

Des animaux utiles
Le plaignant aurait effectué des visites régulières auprès de sa voisine, deux fois par semaine, de juin à octobre 2018.

Ces déplacements auraient « fortement perturbé » cette dame, priée de faire taire ses ouailles palmées. Selon elle, ces canards sont pourtant des animaux utiles et se délectent des épluchures et des nuisibles du jardin.

« Un acousticien mandaté par ce monsieur a mesuré l’intensité des décibels en bordure de la clôture et à l’intérieur de l’enclos, mais n’a rien trouvé d’anormal, explique-t-elle. Il m’a été préconisé de construire un mur antibruit. »
La propriétaire des canards a souhaité l’aide d’un conseil pour mener un accord à l’amiable. Il semblerait que le processus n’ait pas fonctionné, puisqu’elle a été assignée à comparaître au tribunal de Dax le 3 septembre. Une affaire qui « fait grand bruit » dans ce quartier calme en bordure de l’étang.