Pétition fermée

Réforme du collège: Non à la disparition programmée de l'allemand!

Cette pétition avait 8 484 signataires


La ministre Najat Vallaud Belkacem doit renoncer à supprimer les classes bilangues. Parce que ce sont ces mêmes classes bilangues qui ont permis d’enrayer la chute de l’apprentissage de l’allemand en France. Parce que les supprimer est un non-sens politique, économique, culturel, diplomatique et une insulte à l’amitié franco-allemande.

En 20 ans, la part des élèves qui apprend l'allemand dans le second degré a baissé de plus d’un tiers : quand un quart des élèves l’étudiait en 1995, ils ne sont plus que 15% en 2014, soit une chute de près de 500 000 élèves.

Dans le même temps, la part d'élèves étudiant l'espagnol est passée d’un peu plus du quart en 1995 à près de la moitié des élèves en 2014.

Préoccupé par ce constat, le Conseil des ministres franco-allemand qui s’est tenu à l'occasion du 50ème anniversaire du traité de l'Elysée le 22 janvier 2013 à Berlin a rappelé la priorité stratégique donnée par chaque pays à l'apprentissage de la langue du partenaire:

« Nous réaffirmons l’importance majeure de l’apprentissage de la langue du partenaire, au

bénéfice d‘une meilleure compréhension et du rapprochement de nos sociétés. (…). Nous soutenons l’accès à la langue du partenaire dès le plus jeune âge, dans le cadre notamment des maternelles bilingues, mais également dans les établissements d’enseignement supérieur, ainsi que dans les lycées et centres de formation technique, professionnelle et d’apprentissage. Nous soulignons par ailleurs le rôle majeur des filières bilingues de l’enseignement général, et plus particulièrement des sections Abibac et examineront les possibilités de les développer dans les autres types de formations initiales, notamment sous la forme d’un cursus Abibac à vocation technologique et/ou professionnelle. »

 

Ceux qui demandent aujourd’hui à la Ministre de l’éducation nationale le maintien des classes bilangues n’exigent rien de plus que le respect des engagements solennels pris par le Président de la République, François Hollande.

Pourquoi?

1.     Parce que c’est la mise en place de ces classes bilangues, depuis 2005, qui a permis d'enrayer la chute du nombre d'apprenants d'allemand,

2.     Parce que les classes bilangues, en offrant la possibilité aux élèves d’apprendre deux langues étrangères dès la 6e, évitent aux parents de faire un choix entre l’allemand et l’anglais,

3.     Parce qu'elles permettent à des élèves qui ont appris l’allemand dans le premier degré de poursuivre leur apprentissage en 6ème sans briser la continuité entre le primaire et le secondaire : s’ils ne sont pas en classe bilangues, les élèves qui choisissent l’anglais en LV1 en 6e doivent attendre la 4e pour débuter l’apprentissage d’une LV2,

4.     Parce que les classes bilangues sont une réponse à la difficulté de l’allemand qui nécessite, pour un élève français, un temps d’apprentissage plus long que l'espagnol ou l'anglais.

Lorsque le recteur de l'académie de Strasbourg Jean-Pierre Gougeon, se bat pour conserver ses classes bilangues et souligne que l'Alsace n'est pas une exception, il a raison. Pourquoi priver des milliers de jeunes Français d’une opportunité de stage ou d’emploi dans un Pays où le taux de chômage des jeunes est quatre fois moins élevé qu’en France ?

Lorsque l'ambassadeur d'Allemagne en France, Susanne Wasum Rainer, affirme que « l’allemand est la victime collatérale de la réforme du collège », elle a raison.

En effet, l’allemand est victime d’une vision comptable et idéologique de l’éducation.

Supprimer les classes bilangues permet de récupérer des heures d’enseignement, et  donc des enseignants, pour  instaurer une deuxième langue vivante à partir de la 5ème .

 Surtout, affirmer que les classes bilangues sont élitistes parce qu’elles permettent à des élèves scolarisés dans des établissements de l’éducation prioritaire de contourner les filières traditionnelles est absurde. Au contraire, la ministre devrait se féliciter du fait que des élèves défavorisés profitent, grâce aux classes bilangues, d’une discrimination positive bénéfique pour la suite de leur scolarité.

Pourquoi sanctionner les élèves de l’éducation prioritaire qui veulent travailler plus en apprenant simultanément deux langues dès la 6e ? Pourquoi remettre systématiquement en cause les filières d’excellence, y compris et surtout dans les établissements défavorisés ?

 

L’allemand est la langue qui compte le plus de locuteurs natifs en Europe. La France et l’Allemagne sont intégrés économiquement comme jamais et ces deux pays constituent quoiqu’on en dise le seul moteur – d’espoir – de l’Union européenne.

52 ans après le traité de l’Elysée, défendre l’apprentissage de l’allemand est tout sauf un combat d’arrière garde ou le reflexe corporatiste d’une discipline menacée. Abandonner l’usage de nos langues maternelles au profit exclusif de l’anglais, c’est amorcer une dégradation certaine de la relation entre la France et l’Allemagne.

Voilà pourquoi nous demandons solennellement à Madame Najat Vallaud Belkacem, Ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche de renoncer à la suppression des classes bilangues et de respecter les engagements du Président de la République.

Philippe Gustin

Préfet, ancien ambassadeur de France en Roumanie, ancien directeur de cabinet de Luc Chatel ministre de l’éducation nationale, Philippe Gustin a débuté sa carrière comme enseignant en Allemagne où il a vécu pendant 8 ans.

 



Philippe compte sur vous aujourd'hui

Philippe GUSTIN a besoin de votre aide pour sa pétition “tous les germanistes et défenseurs de la langue Allemande, pour le maintien des classes bilangues: Réforme du collège: Non à la disparition programmée de l'allemand!”. Rejoignez Philippe et 8 483 signataires.