Petition Closed

Support the African Union Decision to leave ICC

This petition had 548 supporters


The African Union is holding an extraordinary meeting on October 11th and 12th to have its members decide on wether to leave the International Criminal Court or not.

Since its estbalishment, the International Criminal Court has been acting as a political tool to pressurize African leaders who refuse to abide by western powers rules.

Some of the worse human rights violators and torturers in the world both in Africa and outside of Africa got away with war crimes, genocides and Human Rights abuses just because they were not seen as "anti-west" leaders.

The United States of America istelf has refused to join the ICC and had made it clear to the world that none of its citizens must be tried by that court.

It is true that Africa has known and still know violent and oppressive regimes who violate their people's rights on a daily basis. And for that, the African Union must reinforce the African Court of Justice and provide it with necessary tools to stop the wrongdoings of these oppressors and have them face the law. But this must be done in Africa, by Africans and for Africans. Not in Europe by Europeans for Europeans.

 

The world needs to stop treating Africa like a baby continent that needs to be tought everything and that cannot take care of its own business.

The West needs to stop viewing itself as a model that everybody must look up to. For the past 50 years, Africa has learned enough to fly with its own wings.

 

Desmond Tutu and Kofi Anan have both been advocating against the departure of African nations from the International Criminal Court. And I believe that is a shame as these men do not trust the African's capacity to try their own "criminals".

There are hundreds of thousands of honest and dedicated African intellectuals, lawyers, judges and scholars who can lead the African Court of Justice if given the means.

Let's give them the chance to work for a free and soverign Africa.

 

Let us massively, support the African Union's decision to leave the International Criminal Court and let's prove to the world that we Africans, all together say NO to a partisan International Court and want OUT of ICC.

 

“The manner in which the court has been operating, particularly its unfair treatment of Africa and Africans, leaves much to be desired...Far from promoting justice and reconciliation… the court has transformed itself into a political instrument. This unfair and unjust treatment is totally unacceptable,”” Ethiopian Foreign Minister Tedros Adhanom Ghebreyesus

 

 

 

Western powers are the key drivers of the ICC process. They have used prosecutions as ruses and bait to pressure Kenyan leadership into adopting, or renouncing various positions.Close to 70% of the Court's annual budget is funded by the European Union.The threat of prosecution usually suffices to have pliant countries execute policies favourable to these countries. Through it, regime-change sleights of hand have beenattempted in Africa. A number of them have succeeded. The Office of the Prosecutor made certain categorical pronouncements regarding eligibility for leadership of candidates in Kenya's last general election. Only a fortnight ago, the Prosecutor proposed undemocratic and unconstitutional adjustments to the Kenyan Presidency.These interventions go beyond interference in the internal affairs of a sovereign State.They constitute a fetid insult to Kenya and Africa. African sovereignty means nothing to the ICC and its patrons.

 

Thanks for your support

 

 

 

Version Française

 

 

L'Union africaine tient une assemblée  générale extraordinaire le 11 et 12 Octobre afin de décider de si oui ou non, les pays membres de l’UA devraient se retirer de la Cour Pénale Internationale.

 

 

Depuis sa création, la Cour pénale internationale a agi comme un outil politique pour mettre sous pression les dirigeants africains qui refusent de se conformer aux règles des puissances occidentales.

Certains des pires violateurs des droits humains et des tortionnaires a travers le monde aussi bien en Afrique qu’en dehors de l'Afrique n’ont pas été punis pour les crimes de guerre , les génocides et les violations des droits de l'homme qu’ils ont commis tout simplement  parce qu'ils n'étaient pas considérés comme des "anti-occidentaux "
 
Les Etats-Unis d'Amérique eux même ont a refusé d’adhérer à la CPI et ont clairement fait savoir au monde qu'aucun de leur citoyen  ne sera jugé par ce tribunal.  

Il est vrai que l'Afrique a connu et connait toujours des régimes violents et oppressifs qui violent quotidiennement les droits de leur peuple. Et pour cela, l'Union africaine doit renforcer la Cour Africaine de Justice et  la doter d’outils nécessaires pour arrêter les méfaits de ces oppresseurs et leur faire répondre de leurs actes. Mais cela doit être fait en Afrique, par les Africains et pour les Africains. Pas en Europe par les Européens pour les Européens.

 

Le monde a besoin d'arrêter de traiter l'Afrique comme un bébé continent à qui il faut tout apprendre et qui ne peut pas gérer ses propres affaires.
L'Occident doit cesser de se voir comme un modèle vers qui tout le monde doit se tourner. Ces 50 dernières années, l'Afrique a suffisamment appris pour voler de ses propres ailes.

 

Desmond Tutu et Kofi Anan se sont tous deux mis à mener des actions pour empêcher le départ des nations africaines de la Cour Pénale Internationale. Et je pense que c'est une honte que ces hommes n'aient pas confiance en  la capacité de l' Afrique à juger ses propres «criminels» .

Il y a des centaines de milliers d’intellectuels africains honnêtes et dévoués ; des avocats, des juges et des universitaires qui peuvent piloter la Cour Africaine de Justice si on leur donne les moyens.

Donnons-leur la chance d’œuvrer pour une Afrique libre et souveraine.

 

Soutenons massivement la décision de l’Union africaine de quitter la Cour pénale internationale et prouvons au monde que nous, Africains, disons tous ensemble NON à une Cour Pénale Internationale partisane et voulons QUITTER la CPI.

 

" La manière dont la Cour est exploitée, en particulier son traitement injuste de l'Afrique et des Africains, laisse beaucoup à désirer ... Loin de promouvoir la justice et la réconciliation ... la cour s'est transformée en un instrument politique. Ce traitement inéquitable et injuste est totalement inacceptable ", Ministre éthiopien des Affaires étrangères, Tedros Adhanom Ghebreyesus

 

 

 

 

 

« Les puissances occidentales sont les principaux moteurs du processus de la CPI. Ils ont utilisé des poursuites comme des ruses et des appâts pour faire pression sur les leaders du Kenya pour adopter ou, ou renoncer à divers positions. Près de 70 % du budget annuel de la Cour est financé par  L’Union Européenne. La menace des poursuites suffit généralement à ce que les pays dociles exécutent les politiques favorables à ces pays.

 

A travers elle, les changements de régime et  tours de passe-main ont été essayés en Afrique. Un certain nombre d'entre eux ont réussi. Le Bureau du Procureur a fait certaines déclarations catégoriques quant à l'admissibilité pour le leadership des candidats à la dernière élection générale du Kenya. Il y a seulement une quinzaine de jours, le Procureur a proposé des ajustements antidémocratiques et anticonstitutionnels à la présidence kenyane. Ces interventions vont au-delà de l’ingérence dans les affaires intérieures d'un état. Ils constituent une insulte fétide au Kenya et à l’Afrique. La souveraineté africaine ne signifie rien pour la CPI et ses clients. » Uhuru Kenyatta au sommet extraordinaire de l'U.A

 

 

 

Merci pour votre soutien

 



Today: Farida is counting on you

Farida NABOUREMA needs your help with “The African Union: Support the African Union Decision to leave ICC”. Join Farida and 547 supporters today.