STOP LES CYBERVIOLENCES

STOP LES CYBERVIOLENCES

0 a signé. Prochain objectif : 25 000 !
Quand elle atteindra 25 000 signatures, cette pétition deviendra l'une des plus signées sur Change.org !
Stop LES CYBERVIOLENCES a lancé cette pétition

Quand les droits des femmes sont menacés, il faut se lever

 

Une misogynie plus virulente que jamais éclabousse nos écrans. Harcèlement, dénigrement, lynchage, sextorsion, diffusion de photographies intimes, menaces de viol ou de mort… Ces actes restent pour la plupart impunis.

L’effet le plus pernicieux ? De plus en plus de femmes s’autocensurent, se taisent et abandonnent leur droit de parole sur les tribunes numériques. L’enjeu de cette cyberviolence est démocratique. Il faut agir.

Voici ce que les récentes études nous révèlent :

  • En 2020, 85% des utilisatrices des réseaux sociaux auraient subi une forme de violence en ligne, selon The Economist Intelligence Unit.
  • 50% des femmes ont déclaré que les plateformes web n'étaient pas des endroits sécuritaires pour partager leurs idées, selon la même source. L'autocensure forcée signifie que les voix des femmes sont sous-représentées dans l’espace public.
  • Les femmes sont 27 fois plus susceptibles que les hommes d’être harcelées en ligne, selon la Commission Broadband (ONU) pour le développement numérique.
  • Au Canada, en 2020, il y a eu plus de 14 900 infractions liées aux comportements harcelants et menaçants relatifs à la cybercriminalité, soit une hausse de 17 % par rapport à 2019 selon Statistique Canada

 

Un enjeu politique

Nous implorons l’Assemblée nationale, le Premier Ministre François Legault ainsi que les chef.fes des différents partis de prendre position et de s’engager à contrer ce problème endémique en luttant activement contre l’impunité des agresseurs et en exigeant du Gouvernement canadien qu’il se tienne debout face aux GAFAM.

 

REVENDICATIONS

1 - Considérant que la formation initiale des recrues du Service de police ne traite pas des cyberviolences et du cyberharcèlement, que les dossiers de ce genre sont traités par des enquêteur.trices, qu'il faut un minimum de cinq ans d'ancienneté pour participer au processus menant à ce grade et qu'il n'existe pas de formation continue produite à l'interne sur ces sujets, nous demandons au gouvernement du Québec qu'il s'engage à intégrer une formation obligatoire aux policier.ères sur les cyberviolences faites aux femmes.

 

2 - Considérant que la complaisance et le manque d’encadrement de nos gouvernements face à Facebook, Twitter, YouTube, Twitch et Instagram laisse libre cours à la montée de la misogynie et à la cyberviolence faite aux femmes, nous devons obliger les géants du Web, qui carburent à la controverse et la haine, à faire de leurs plateformes des endroits sécuritaires où les femmes peuvent s’exprimer librement. Inspirés par le Conseil des ministres allemand, nous exigeons du gouvernement du Québec qu’il fasse pression sur le Gouvernement fédéral afin que celui-ci adopte une loi visant à forcer les réseaux sociaux à supprimer les contenus «haineux» et «délictueux» sous peine d'une amende sévère allant jusqu'à 50 millions de dollars. (Cette sanction est la même que la Loi allemande sur les contenus haineux.)

 

Nous avons besoin de vous. Nous avons besoin de votre voix. Nous avons besoin de votre appui. Veuillez signer et partager cette pétition pour protéger les droits des femmes!

0 a signé. Prochain objectif : 25 000 !
Quand elle atteindra 25 000 signatures, cette pétition deviendra l'une des plus signées sur Change.org !