Petition Closed
32,885
Supporters

Bisphénol A et autres perturbateurs endocriniens dans les jouets : ça suffit!

Les perturbateurs endocriniens, des substances qui interfèrent avec notre système hormonal, sont présents en particulier dans les plastiques, et sont soupçonnés de jouer un rôle dans différentes maladies : diabète, infertilité, obésité ... Ils commencent à être interdits dans certains produits, mais restent autorisés dans les jouets et articles de puériculture, alors même que les enfants sont plus sensibles à leurs effets !

Le Sénat a confirmé ce 13 décembre 2012 l'interdiction du bisphénol A (BPA) début 2013 dans les contenants alimentaires destinés aux 0-3 ans et en janvier 2015 pour les autres contenants alimentaires. Mais le bisphénol A et les autres perturbateurs endocriniens ne sont toujours pas réglementés dans les jouets. Or, les enfants sont en contact rapproché et permanent avec eux : ils sont susceptibles de les mettre à la bouche et leur peau est plus réceptive aux substances toxiques. 

Et pourtant, à ce jour, aucune information n'indique sur les emballages des jouets si ces substances entrent dans leur composition. A la veille de Noël, il est donc extrêmement difficile pour les parents de savoir si oui ou non le jouet qu’ils veulent offrir à leur bambin en contient. 

WECF, Women in Europe for a Common Future, qui demande depuis plusieures années que les perturbateurs endocriniens soient couverts par la directive Sécurité des Jouets, a donc mené une enquête auprès de grands fabricants et distributeurs de jouets : seuls 4 distributeurs et fabricants ont répondu au questionnaire. Et un seul d'entre eux a indiqué clairement avoir remplacé le bisphénol A dans les jouets ! Un véritable manque de transparence qui inquiète sur ces articles avec lesquels nos enfants sont en contact quotidiennement.

Le WECF appelle la Ministre de la Santé, la Ministre de l'Ecologie et le Ministre délégué à la Consommation à :

- Imposer une information claire de la part des fabricants et distributeurs sur la présence ou l’absence de Bisphénol (BPA) et autres perturbateurs endocriniens dans les jouets,
- Se positionner au nom de la France pour une réglementation européenne sur l’usage des perturbateurs endocriniens dans les jouets et articles de puériculture.

Parents, grands-parents, consommateurs, signez cette pétition afin d'envoyer un message clair à la Ministre de la Santé, la Ministre de l'Ecologie et au Ministre de la Consommation pour des jouets sains !

Pétition soutenue par SERA (Santé Environnement Rhône-Alpes) et le RES (Réseau Environnement Santé)

Letter to
Benoît Hamon Ministre délégué à la consommation
Marisol Touraine Ministre de la Santé
Delphine Batho Ministre de l'Ecologie
Madame la Ministre,

Lors de votre allocution au cours d'une conférence internationale sur les Perturbateurs endocriniens qui s’est tenue les 10 et 11 décembre à Paris, vous avez annoncé vouloir faire de la protection des populations vulnérables, femmes enceintes et jeunes enfants notamment, une priorité de l’action de la France dans les mois à venir. Vous avez précisé que la France allait défendre au niveau européen l’interdiction des perturbateurs endocriniens dans les jouets et articles de puériculture.

Alors que vient d'être adoptée la loi d’interdiction du bisphénol A dans les usages de contact alimentaire, cette initiative améliore significativement la cohérence globale de la politique française en matière de perturbateurs endocriniens, et pourrait pousser d’autres États membres à s’engager dans cette voie. Des pays tels que l’Allemagne – qui avait déjà demandé la révision de plusieurs dispositions de la nouvelle directive, comme les teneurs de plomb, cadmium, HAP, nitrosamines – ou le Danemark – qui a proposé de lister 4 phtalates, perturbateurs endocriniens comme substances extrêmement préoccupantes dans le cadre du règlement REACH – y seront très certainement attentifs.

WECF publie ce jour une étude menée auprès des 16 producteurs et distributeurs de jouets qui représentent la majorité du marché du jouet en France. Seuls 4 d'entre eux ont répondu à cette étude, et nous nous inquiétons du manque de transparence de ces acteurs.

Parents, grands-parents, consommateurs, nous sommes actuellement dans l’impossibilité de disposer d’une information claire sur la présence ou non de BPA ou autres substances perturbateurs endocriniens dans les jouets que nous destinons à nos enfants, petits-enfants, etc.

Nous souhaitons donc exprimer notre soutien à l’engagement que vous venez de prendre et vous demandons de promouvoir, en lien avec le Ministre délégué à la Consommation :
- Une information claire de la part des fabricants et distributeurs sur la présence ou l’absence de BPA et autres perturbateurs endocriniens dans les jouets,
- Un positionnement de la France pour une réglementation européenne de l’usage des perturbateurs endocriniens dans les jouets et articles de puériculture.