Pétition de soutien aux Services d'Accueil des Urgences.

0 a signé. Allez jusqu'à 75 000 !


Les paramédicaux des Services d’Accueil des Urgences entrent en grève pour dénoncer la situation des Urgences en France et la reconnaissance des conditions d’exercice.

Paris, le Lundi 22 Avril 2019 - Les urgences de l’hôpital Lariboisière, Pitié Salpêtrière, Saint-Louis, Cochin, Hôtel-Dieu, Ambroise Paré, HEGP, Louis Mourier, Kremlin-Bicêtre, Robert Debré, Mondor, Necker, Bichat, Trousseau, Antoine-Béclère et Tenon entrent en grève et se joignent au mouvement des Urgences de Saint-Antoine débuté le 18 Mars 2019, portant à dix-sept le nombre de SAU en grève. Un collectif de paramédicaux est créé et fédère peu à peu les services d’Urgences avec le soutien des syndicats majoritaires.

Nous souhaitons amener à débattre de la situation des Urgences en France. Ce mouvement tire la sonnette d'alarme sur nos conditions de travail et le manque de reconnaissance de cette spécificité de la part des organes décisionnaires.

Le développement des Urgences atteint ses limites, avec une activité arrivée à saturation pour les services et une difficulté toujours plus grande à trouver des places d’hospitalisations en aval. Les dysfonctionnements du système, par exemple l’offre de soins sur le territoire ou les politiques sociales, amplifient ces difficultés. La majoration des situations d’isolement et de précarité renforce le recours aux Urgences avec des patients chronophages dont le système de tarification actuel ne valorise ni le temps passé auprès d’eux ni la difficulté à les orienter vers des structures adaptées. Dans ce contexte, l’agressivité permanente et la polyvalence de l’exercice exposent usagers et professionnels à des risques toujours plus importants.

En raison des difficultés de ce travail et de l’absence de plan de fidélisation des agents, le turn-over est fort et le recrutement devient de plus en plus complexe. Nous avons donc d’un côté un travail qui nécessite une montée en compétences, de l’autre un appauvrissement des candidatures. En l’état, la revalorisation des paramédicaux exerçant aux Urgences nous apparaît essentielle pour maintenir un niveau de service public satisfaisant.

Aujourd’hui nous comptons communiquer pour décrire l’impact des politiques de santé sur les malades et les professionnels. Nous portons ensemble au niveau de l’AP-HP, du législateur et des tutelles la nécessité de valoriser l’exercice paramédical dans les services d’Urgences, à travers une réflexion sur les salaires et des effectifs ajustés aux recommandations des sociétés savantes. Plus largement, nous souhaitons alerter les citoyens et la sphère politique sur le danger que représente la diminution progressive des lits d’aval.

Soutenez nous pour lutter contre le désengagement des institutions publiques et faire en sorte que tous bénéficient d’une prise en charge de qualité !


Voulez-vous partager la pétition ?