Le Conseil fédéral doit considérer semences et plantons comme produits de 1ère nécessité

0 a signé. Prochain objectif : 25 000 !


Madame la Présidente de la Confédération,

En ces temps de crise majeure, les magasins qui vendent des semences, des plantes ou des plantons doivent pouvoir le faire au même titre que les magasins d’alimentation ou les pharmacies pour d’autres produits de première nécessité, tout en respectant la protection contre le Covid-19 de leurs employés et de leurs clients.

Votre autorité, en autorisant la vente au public des produits de première nécessité, a oublié d’y inclure les semences. Pourtant celles-ci sont essentielles au jardinage amateur qui contribuera à l’approvisionnement non négligeable du pays ces prochains mois. Faut-il rappeler que la Suisse est largement tributaire des importations pour couvrir ses besoins alimentaires ?

Depuis des mois, les maraîchers du pays ont préparé, sur des centaines d’hectares, les plantons qui devraient être mis en terre ces jours, l’interdiction de leur vente en magasin produira un gaspillage démesuré.

L'accès aux semences est un droit en Suisse comme dans le reste du monde!

D’autre part, en cette période de crise, nous vous invitons à encourager la population qui le peut, à continuer ou à se remettre au jardinage. Le confinement des enfants est justement l’occasion pour eux et leurs parents de réactiver des gestes ancestraux et essentiels. Sans en appeler à la mise en place d’un nouveau plan Wahlen, invitez la population et les communes qui ont des terrains propices au jardinage à les mettre à la disposition des familles qui en auraient l’utilité.