Pétition fermée

Sauvez l'école rurale en Creuse !

Cette pétition avait 1 442 signataires


Le 25 juin 2015, un protocole d’accord pour l’évolution de l’offre scolaire en Creuse a été signé entre le Préfet, les services de l’Education Nationale et l’Association des Maires et Adjoints de la Creuse (AMAC23). Ce protocole est une imposture pour de nombreuses raisons.

Tout d’abord, il est présenté comme un plan de sauvegarde de 5 postes d’enseignants à signer de toute urgence aux quelques maires présents. Mais une fois analysé, il s’avère que ce protocole vise à fermer jusqu’à 27 postes sur les 3 ans à venir. Or, cette décision se base sur la baisse des effectifs d’élèves prévue dès la rentrée 2015. Cependant, ces chiffres  ne tiennent ni compte des rentrées tardives des Toutes Petites Sections, ni de la disparition des élèves redoublants (le redoublement étant désormais proscrit par l’Education Nationale).

En outre, bien que l’introduction de ce document rappelle la particularité du territoire creusois (22 habitants/km²) et réaffirme « les engagements du gouvernement pour la construction de l’école de demain, une école juste pour tous et exigeante pour chacun [avec le] maintien d’une offre de qualité sur les territoires ruraux et de montagne», il est clairement écrit que le but de ce protocole est « d’œuvrer à faire évoluer le réseau des écoles [permettant] une amélioration de la couverture du territoire par des Regroupement Pédagogique Intercommunaux (RPI) concentrés ». C’est-à-dire de regrouper les classes au maximum dans une même école. C’est-à-dire de fermer les petites écoles, ce qui, outre les emplois perdus et la mort dans les villages, allongera le coût et le temps de transport des élèves, qui se retrouveront dans des classes surpeuplées (le comble dans ce département !) comme à La Courtine avec la classe maternelle à 36 élèves ou la classe unique de Gentioux (de la PS au CM2) avec 32 élèves, ou encore l’école de Champagnat  avec 83 élèves répartis sur trois classes…

De plus, le protocole précise que « cette démarche doit s’accompagner d’une réflexion sur la place des équipements numériques ». Il s’agit donc bien de créer, à terme, une école totalement inhumaine pour nos enfants.

Enfin, il faut savoir que ce texte a été adopté par seulement 49 maires creusois sur 260 (soit 18%), entre autres à cause de la convocation à la réunion une semaine à l’avance seulement.

C’est donc pour la sauvegarde des écoles rurales et contre de tels procédés antidémocratiques que nous, parents d’élèves, élus, enseignants, habitants de communes rurales élevons la voix.

De nombreux élus s’opposent à ce protocole. Donnons de la force pour se battre pour nos écoles.

Soutenez notre démarche en signant notre pétition !!!

OUI AU MAINTIEN DES PETITES ECOLES ET DE LA VIE DANS LES VILLAGES / NON AUX R.P.I. CONCENTRES



Marie compte sur vous aujourd'hui

Marie PADOVANI a besoin de votre aide pour sa pétition “Sauvez l'école rurale en Creuse !”. Rejoignez Marie et 1 441 signataires.