Le CAC Parc Saint Léger menacé de fermeture – Lettre à la Ministre de la Culture

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !


Madame la Ministre de la Culture, 

Nous sommes artistes, critiques d’art, commissaires d’expositions, acteurs et visiteurs, nous avons travaillé au centre d’art du Parc Saint Léger ou bénéficié de sa programmation culturelle, et nous refusons d’assister à sa disparition silencieuse.

Alors que depuis vingt-deux ans d’activité, de programmation culturelle exigeante à visée locale, nationale et internationale, de résidences de recherche et de création avec des structures éducatives, de diffusion éditoriale à grande échelle, de colloques, de formations, de transmission, de médiation, d’éducation artistique et culturelle, alors même qu’il aurait pu accéder au label “centre d’art d'intérêt national”, le centre d’art de Pougues-les-Eaux est menacé de fermeture.  

Depuis 1998, la gratuité des expositions et les nombreux programmes pédagogiques avec les scolaires, les riverains et les publics n’ayant pas un accès favorisé à la culture ont permis une présence ouverte, libre et démocratique des arts en milieu rural. Il est également un important outil de création pour les artistes, leur donnant de l'espace, du temps et des finances pour penser un déploiement d’ampleur de leur travail, pour lequel les structures sont déjà trop rares.  

Or la volonté de désengagement de certains partenaires met en péril ce lieu, dont les locaux devraient être prochainement vendus sans qu’un projet futur n’ait préalablement été décidé. L’association a été mise au courant de ces projets de manière informelle et extrêmement tardive, et se retrouve donc dans une situation inextricable. Elle n’a ni les moyens, ni le temps nécessaire, pour construire un projet de continuité adapté à ces nouvelles contraintes. 

Nous avons besoin de votre mobilisation pour que le centre d’art puisse continuer ses actions, qui sont, dans le contexte actuel, plus que jamais primordiales à la création contemporaine et émergente, aux artistes, au paysage de l’art contemporain français et à la culture en pays nivernais. 

Des négociations et recherches de nouveaux partenaires publics pour conserver l’implantation du centre d’art dans la Nièvre sont en cours. Aujourd’hui, la déconcentration des activités culturelles des grandes villes est nécessaire et il faut absolument soutenir la culture dans des territoires où l’audience n’est pas acquise d’avance. En 2019, vous confiiez au Journal du Centre : “ La Nièvre c’est mon pays”. Le centre d’art du Parc Saint Léger est l’héritage de plus de 40 ans d’actions culturelles locales, et c’est le seul centre d’art de portée internationale du département de la Nièvre. S’il venait à disparaître, c’est un territoire de plusieurs centaines de kilomètres qui se retrouverait dépourvu de centre d’art. Ne faudrait-il pas plutôt mieux l'accompagner pour le développement du territoire ?

Dans un contexte difficile pour les initiatives de cette génération, et notamment en milieux ruraux, allez-vous laisser fermer un des centres d’art les plus importants de France, une des structures pionnières d’un système de diffusion décentralisé de l’art contemporain ?

Monsieur le Président déclarait le 24 novembre dans son discours, son soutien aux acteurs de la culture, en disant avoir “besoin d’eux” et que la culture était “essentielle à notre vie de citoyennes et citoyens libres”. Il n'y a pas de culture sans création et sans diffusion de celle-ci. Aussi, nous vous demandons aujourd’hui d’appuyer ces paroles par des actions pour le maintien d'un centre d’art contemporain à la programmation exigeante tant en termes d'expositions que d'actions de sensibilisation, qu’il puisse continuer à permettre ces expériences critiques, individuelles et communes de réflexion, de partage et de questionnement propres à cette vie de citoyens libres, dans une société mise en tension par un contexte sanitaire et politique difficile.

Madame la Ministre, nous avons donc besoin de votre engagement pour soutenir la mobilisation de l’association et la poursuite de ses missions.

Nous vous prions de bien vouloir agréer, Madame la Ministre, l’expression de notre très haute considération.

Les allié·e·s, soutiens, et ami·e·s du centre d’art contemporain du Parc Saint-Léger