Pour l'arrêt des poursuites à l'encontre d'un syndicaliste enseignant !

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !


Pétition à l’initiative des organisations syndicales : FSU 46 (SNES, SNUIPP), SGEN-CFDT 46, CGT Educ’action46, SUD-Education 46, FNEC-FP-Force Ouvrière46 (SNFOLC, SNUDI), Union départementale Force ouvrière du Lot, Union départementale CGT du Lot, avec le soutien du syndicat SNALC 46 et de la fédération FCPE 46

Monsieur le Recteur de l’académie de Toulouse,

Nous déplorons le maintien d'une plainte à l'encontre d'Alain Rey, responsable syndical Force Ouvrière dans le Lot, élu au Comité technique (CTSD), au Comité départemental de l’éducation nationale du Lot (CDEN) et Commissaire paritaire certifié de l'académie de Toulouse, qui conduit à l'engagement de poursuites judiciaires

Il est en effet convoqué le mardi 21 juillet 2020 à 10h auprès du Délégué du Procureur de la République.

Il lui est reproché "d’avoir pénétré ou s’être maintenu, le 21 janvier dans l’enceinte du lycée Clément Marot de Cahors sans y être habilité ou y avoir été autorisé par les autorités compétentes dans le but de troubler la tranquillité ou le bon ordre public."

Il n’avait aucune intention de troubler la tranquillité ou  l’ordre public, ne faisait qu’exercer son mandat syndical en accompagnant un certain nombre de collègues de cet établissement qui protestaient contre les épreuves d'E3C (réforme du baccalauréat), dans un établissement où il se rend par ailleurs régulièrement en qualité de délégué syndical.

Nous ne pouvons admettre le maintien d’une plainte, qui plus est quand elle est ciblée vers un représentant syndical et représentant élu des personnels, ce qui lui donne toute l’apparence d’une incompréhensible et inacceptable mesure de répression syndicale, nous soussignés demandons à Monsieur le Recteur de l’académie de Toulouse,

  • d’accorder à M Alain Rey la protection fonctionnelle juridique ;
  • de confirmer par écrit l’absence de sanction administrative ;
  • d’intervenir pour le retrait de la plainte à son encontre.