Recrutement en BTS Audiovisuel

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Lettre ouverte sur le recrutement en BTS audiovisuel

 


L’évolution de la procédure de recrutement dans le supérieur avec le remplacement  d’APB par Parcoursup nous semble être l’occasion d’attirer l’attention sur la situation particulière en BTS audiovisuel. En effet nous nous inquiétons depuis quelques années déjà de certains choix qui nous sont imposés en matière de recrutement et qui nous semblent avoir des effets pervers déjà visibles, effets qui ne pourront qu’être dramatiques pour nos filières à moyen terme si nous n’acceptons pas de remettre les choses à plat de façon rationnelle. Les ministres de l’éducation nationale qui se sont succédés depuis quelques années semblent avoir pris acte que le BTS était le débouché naturel pour les élèves issus de bacs technologiques et professionnels. Nous comprenons les intentions qui motivent un tel infléchissement, les élèves détenteurs d’un bac pro étant trop souvent confrontés à des situations d’échec dans le supérieur et ayant un choix réduit de formations prêtes à les accueillir dans de bonnes conditions par rapport aux bacheliers issus des filières technologiques ou générales. Il ne nous appartient pas de juger du succès ou de l’échec de cette redéfinition de la politique de recrutement dans les BTS en général, en revanche nous nous insurgeons contre une politique de quotas qui vise à nous imposer des élèves qui se retrouvent bien souvent en situation d’échec, politique qui bouleverse en profondeur le sens et l’équilibre de nos formations. Le secteur de l’audiovisuel et les filières qui y préparent ont des spécificités qui permettent de comprendre les problèmes que nous rencontrons aujourd’hui.

Parmi ces spécificités il y a d’abord que pour les métiers de l’audiovisuel il n’existe pas d’autre formation que le BTS: pas d’IUT, pas d’université, pas de prépas et grandes écoles vers lesquelles les élèves pourraient se diriger pour être formés aux métiers de l’audiovisuel. Cela signifie que les BTS audiovisuels sont par nature des formations qui doivent recruter des élèves issus d’horizons divers aussi bien de bac pro que des bacs technologiques et généraux. Le BTS est donc par nature très sélectif puisque c’est l’entonnoir par lequel il faut passer pour faire carrière dans l’audiovisuel. Cette sélection doit se faire sur un niveau d’exigence scolaire solide. Former des techniciens supérieurs, capables de s’adapter, de poser des problèmes abstraits, de prendre des responsabilités, nous semble en effet plus nécessaire que jamais à l’heure où les outils sont en perpétuelle mutation, à l’heure aussi où les environnements techniques et économiques sont de plus en plus abstraits. La nécessité de transmettre à des étudiants des savoirs souvent compliqués à appréhender n’est pas juste une lubie de "quelques profs jaloux de leur pré carré", c’est une responsabilité à l’égard de toute une filière industrielle et un devoir à l’égard de tous ces jeunes qui entrent pour beaucoup sur le marché du travail directement après ces études courtes. Il faut donc encourager les bons élèves des séries générales passionnés par l’audiovisuel à postuler chez nous et non à les en dissuader sous prétexte que cette formation serait réservée aux seuls titulaires d’un bac professionnel ou technologique. Il faut également ajouter que depuis la disparition de l’option audiovisuel professionnel en bac pro SEN AVP (Systèmes électroniques et numériques option AudioVisuel professionnel) et son remplacement par le bac pro SN (Systèmes numériques), plus aucune série de bac pro ne prépare à l’entrée en BTS audiovisuel, ce qui explique aussi des problèmes de décalages de niveau souvent impossibles à combler même avec la meilleure volonté. L’alternative semble donc aujourd’hui la suivante: se résoudre à voir des taux d’échec de plus en plus importants en BTS ou réviser à la baisse le niveau d’exigence et donc accepter la dévalorisation du diplôme, aucune de ces deux possibilités ne nous semble acceptable.


Les situations dans les différents BTS de France sont toutes singulières, mais les échanges avec nos collègues d’autres lycées permettent au moins un constat, il existe aujourd’hui un malaise unanimement partagé sur la politique de recrutement en BTS audiovisuel. La situation à Montaigu est loin d’être la plus alarmante, elle nous paraît néanmoins inquiétante et représentative d’une tendance générale. Ainsi par exemple, nous observons depuis quelques années une multiplication des cas d’abandons au milieu du cursus, et dans l’écrasante majorité des cas ce sont des élèves qui nous ont été imposés au titre des quotas d’élèves titulaires d’un bac pro ou d’élèves méritants. Il en va de même pour les échecs à l’examen. Nous ne sommes pas contre le recrutement d’élèves issus de lycées professionnels, nous constatons seulement que quand ces élèves ne sont pas choisis par l’équipe enseignante selon des critères scolaires spécifiques, ils se retrouvent en situation d’échec, ce qui ne rend service à personne. L’injustice est également que ces élèves imposés par des quotas sont là au détriment d’autres candidats qui auraient été chez nous tout à fait à leur place. Nous observons enfin un autre phénomène inquiétant: les entreprises sont de plus en plus frileuses pour prendre nos élèves en stage, surtout quand elles ont déjà connu des difficultés avec des stagiaires qui manifestement n’avaient pas les compétences pour s’intégrer dans le milieu professionnel, et là encore bien souvent on retrouve le même profil d’élève.


Pour toutes ces raisons nous demandons à ce que le recrutement en BTS audiovisuel se fasse indépendamment de toute politique de quotas et selon les seuls critères qui visent à juger l’aptitude des candidats à suivre ce type d’études.

 

L’équipe enseignante du BTS audiovisuel, lycée Léonard de Vinci, Montaigu.

 



BTS Audiovisuel Montaigu compte sur vous aujourd'hui

BTS Audiovisuel Montaigu a besoin de votre aide pour sa pétition “Recrutement en BTS Audiovisuel”. Rejoignez BTS Audiovisuel Montaigu et 340 signataires.