Protection des espaces verts de Robinson

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !


Pétition adressée à :

·       Mr Carl Ségaud, Maire de Châtenay-Malabry

·       Mme Laurence Beardsley, Présidente de Cogedim Paris-Métropole

Madame, Monsieur,

Un projet immobilier au Carrefour des 4 chemins, à la jonction entre les villes de Sceaux et de Châtenay-Malabry va avoir pour grave conséquence la disparition de 2000 m2 de verdure, de grands arbres, et d’une maison remarquable.

L’ampleur et la densité de ce projet ont été directement facilitées par la Mairie qui a cédé à Cogedim près de 600 m2 d’espace vert communal, qui offrent aujourd’hui ombrage et bancs publics aux citoyens, en particulier nos ainés.

Cette très importante densification du bâti (49 logements et 2 commerces occupant 4404 m2 de surfaces de planchers, à la place d’une maison !) va avoir pour première conséquence l’apparition de futurs ilots de chaleur là où existait un ilot de fraicheur et de repos, et une importante dégradation de la qualité de vie pour les nombreux Châtenaisiens riverains ou utilisateurs du RER B. Il n’y aura plus aucun espace vert dans tout le quartier Robinson à la fin des travaux !

Ce projet passe également par un massacre écologique : l’abattage de 23 arbres à haute tige, 16 sur la propriété d’origine, et 7 sur l’espace vert communal vendu à Cogedim par la Mairie.

Il va entrainer une nouvelle progression de l’artificialisation des sols, avec ses impacts négatifs bien connus sur la biodiversité (disparition des habitats de tout un ensemble d’espèces, en particulier insectes pollinisateurs ou autres, bactéries et champignons utiles), le cycle de l’eau (en diminuant le pouvoir filtrant des sols, on augmente les pollutions des nappes phréatiques et des cours d’eau), le climat (l’imperméabilisation des surfaces participe à une augmentation des températures en période estivale et des risques sanitaires liés aux canicules).

Par ailleurs, une maison magnifique, de style Art Nouveau, faisant partie du patrimoine de notre ville, et méritant amplement d’être valorisée, sera détruite.

Nous déplorons l’absence d’information et de concertation avec les riverains. L’ampleur de ce projet ne s’explique nullement, compte-tenu de l’envergure du nouveau quartier LaVallée. Ce nouveau quartier sera très dense et équipé, et suffit largement à répondre aux exigences de nouveaux logements pour les dix prochaines années. Sur la commune de Sceaux, les travaux de réhabilitation de la gare RER ont également été associés à de nombreux programmes immobiliers.

Rien n’explique le besoin de détruire ainsi un tel patrimoine architectural et environnemental sur ce carrefour d’entrée de ville. La vente de cette propriété était pourtant une occasion rêvée de préemption pour la Mairie afin d’y réaliser un projet communal ouvert et utile aux habitants.

Nous vous demandons, Madame la Présidente, une annulation de ce projet désastreux.

Nous vous demandons, Monsieur le Maire, d’œuvrer à la préservation d’une Ville-Parc, dont vous avez fait avec ambition le slogan de notre commune, qui ne se réduise pas aux seuls parcs départementaux, mais conserve le caractère verdoyant et arboré au plus proche des habitations qui fait – de moins en moins - le charme de Châtenay-Malabry.