Victoire

Sauver l'italien dans nos écoles au nom de la diversité, du plurilinguisme, de l'histoire

Cette pétition a abouti avec 1 800 signatures !


Cela paraît anodin, on supprime la langue italienne dans des classes entières, parce qu'il faut des coupes budgétaires, et qu'il y a moins d'élèves inscrits dans nos écoles qu'en allemand ou qu'en espagno. Ce qui va surcharger d ' autres classes de langue, avec des élèves qui vont y aller par dépit, sans envie, dont on connaît déjà l'issue des résultats...

Cela paraît anodin, quand l'italien est la 4eme langue la plus apprise dans nos écoles, avec près de 300.000 élèves en langue vivante 1 ou 2, sans même parler des lv3, alors que rien n'est fait pour la soutenir.

Cela paraît anodin, qu'il soit annoncé sur le site de l'éducation nationale des efforts pour  la langue allemande et des créations de poste (alors que les élèves ne sont pas plus en demande) et pas pour l'italien...Cela paraît anodin, que l'on supprime une langue qui amène des résultats exceptionnels au bac pour favoriser l'enseignement d'autres langues et économiser au delà de la considération du facteur réussite de nos élèves ...Cela paraît anodin, mais certains  élèves se retrouveront à la rentrée sans accéder au  choix de langue qu'ils voulaient, ce qui veut dire que le droit au plurilinguisme et à la diversité de l'offre offerte dans la carte des langues alors qu'il y a de la demande est bafoué, dans l'indifférence générale et sans aucune concertatation. Cela paraît anodin, mais des classes entières ont fermé alors qu'il y avait des demandes, et des d'élèves se sont vus refuser l'accès à cette langue quand elle était proposée, sans raison... Cela paraît anodin, mais on cherche à supprimer la langue des origines de 4 millions de français, 80 000 dans notre région, sans considération de l'Histoire Commune et de nos parents, grands-parents, arrières grands-parents qui sont venus travailler dur dans les mines et dont nous sommes beaucoup à en être le fruit. Cela paraît anodin, mais on prive toute une communauté allophone dont l'italien est leur langue maternelle en Moselle d'une source d'intégration. Cela paraît anodin, quand l'Italie est un pays frontalier, que la France est le 2eme client économique de l'Italie et l'Italie son 3eme client économique, et que l'on cherche quand même à la faire disparaître de nos écoles. Cela paraît anodin, quand l'Italie et la France échangent autour de 64 milliards d'euros chaque année  dans de nombreux secteurs stratégiques économiques tels que la défense, l’énergie, l’agroalimentaire, la finance, la mode , le textile et la culture, que l'Italie est la 3ème puissance économique en Europe et la 8eme dans le monde, que la connaissance de sa langue est donc une plus-value professionnelle non négligeable pour nos enfants, que l'on favorise d'autres langues, soit pour plaire à des plus puissants soit en faveur d'une influence latino-américaine avec laquelle la France a pourtant moins d'intérêts professionnels et économiques... Ça paraît anodin, mais cette année, au concours pour devenir enseignant, il y avait 415 postes en espagnol, ce qui fait une chance sur 2 à peu près pour les inscrits à ce concours de l'obtenir, 275 postes en allemand, là encore une chance sur 2 pour l'obtenir... et 19 en italien, soit une chance sur 10...Difficile de maintenir des vocations.

Ça paraît anodin, mais interrogez-donc les élèves qui ont choisi italien, et demandez- leur ce qu'ils en retiennent. Quand ces derniers ne finissent pas par changer leur première langue au bac en faveur de l'italien parce qu'ils y arrivent mieux, ils vous parleront pour la plupart de leurs profs, de leur passion pour la langue, des activités, des sorties, des chansons découvertes, des voyages, de Rome, de Venise ou de Florence, ils vous parleront de la chaleur humaine, de la culture, de la musicalité, de théâtre, de leurs bonnes notes, bien souvent de l'une de leurs meilleures moyennes dans le bulletin, de l'un de leurs meilleurs résultats au bac, de l'un de leurs meilleurs souvenirs à l'école.

Ça paraît anodin, mais si on ne fait rien, bientôt tout ça sera terminé.

Alors au nom de notre Histoire, au nom de la réussite de nos élèves, au nom du droit à choisir son parcours, au nom du droit à prendre plaisir à l'école, au nom de nos parents, de nos grands-parents, au nom des nouveaux arrivants, au nom de la réussite scolaire, au nom de la diversité, de l'équité entre les langues et les cultures, au nom des profs passionnés ( et ayez foi, dans ce combat qu' est celui d'enseigner l'italien, qu'on malmène, sans passion on n'exerce pas ce métier ), au nom des perspectives d'avenir de vos enfants, et contre le diktat au mépris de la liberté et du droit : signez cette pétition, partagez-là, aidez-nous, aidez nos élèves à dire non à la fermeture de l'italien, en France en général, dans certains lycées  en particulier.

Grazie !

 

Sources chiffres http://cache.media.education.gouv.fr/file/2017/85/0/depp-rers-2017-donnees-fiche-04-15_810850.xls&ved=2ahUKEwiq2J73kMPbAhWEHpoKHfHWD_YQFjAAegQICBAB&usg=AOvVaw2xYRXpYZ2YTn9_fyxxLP95

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/03/03/20002-20180303ARTFIG00007-les-sept-chiffres-a-connaitre-sur-l-economie-italienne.php

 



Sauvons compte sur vous aujourd'hui

Sauvons L'ITALIEN a besoin de votre aide pour sa pétition “Pour sauver l'italien dans nos écoles au nom de la diversité, du plurilinguisme, de l'histoire”. Rejoignez Sauvons et 1 799 signataires.