Pollution de L'escaut

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !


Depuis le 9 avril dernier et la fuite constatée sur un bassin de stockage d'eau de lavage de betteraves de l'entreprise Tereos, à hauteur Thun-Saint-Martin (Nord), plusieurs tonnes de poissons ont été retrouvés morts tout le long du canal de l'Escaut jusqu'en Belgique.

Pour bien comprendre la situation voici le calendrier des événements depuis la fameuse rupture de la digue de Tereos : 

Le 9 avril, donc. Cette digue se brise. Ces tonnes de boues de décantation se déversent dans l’Escaut. Les services de sécurité français interviennent pour colmater la brèche. Ils ne mesurent ni n’envisagent les conséquences de cette fuite.

Le 15 avril, l’Office français de la Biodiversité publie un communiqué pour signaler l’observation d’une mortalité anormale de la faune aquatique dans l’Escaut et certains de ces affluents, suite à la fuite de boues depuis l’entreprise sucrière Téréos.

Le 16 avril, à 17h34, la délégation flamande de la Commission Iiternationale de l’Escaut a repéré ce communiqué et interroge ses homologues français et de la Région wallonne.

Le 16 avril, à 18h30, la délégation de la Région de Bruxelles-Capitale au sein de cette Commission interroge à son tour.

Le 19 avril, seulement, le secrétaire de la Commission internationale de l’Escaut qui ne fait pas partie du système d’alerte reçoit l’information et contacte la délégation française.

Le 20 avril, la préfecture des Hauts de France et la délégation française au sein de la Commission internationale de l’Escaut avouent n’avoir pas été informés et découvrir l’ampleur des dégâts. L’Office français de la biodiversité ne lui aurait pas transmis l’information.

(Source RTBF)

TOUS ENSEMBLE ! Pas juste pour L'escaut mais pour tous nos cours d'eau en france qui sont pollués par des usines montrons leurs que nous ne sommes pas d'accord !

Tous contre Tereos !