Appel: défendons l'enseignement et l'avenir de la Philosophie en France !

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


Si rien n'est fait avant l'annonce officielle du programme en juillet 2019, la Philosophie sera fondue dans une discipline fourre-tout baptisée HLP (Humanités, Littérature, Philosophie) mise en place dès la rentrée, ce qui met en péril son enseignement comme matière à part entière au lycée.

D'ici dix ans, cela aurait pour conséquences la disparition de la Philosophie du secondaire comme du supérieur en France, suite à la diminution drastique d'étudiants qui la choisiront en post-bac, et donc de ceux qui en feront leur métier. Les postes d'enseignant de Philosophie disparaîtront eux aussi, faute d'élèves et d'étudiants, mais aussi de crédits, alloués par d'anciens élèves qui n'en auront pas fait. 

A l'université, les UFR commencent déjà à fusionner avec la Sociologie, et à fondre comme neige au soleil.   

Par ailleurs, dans la liste présentée par le Conseil supérieur des programmes (CSP) à l'Association des professeurs de philosophie de l'enseignement public (APPEP) du nouveau programme de philosophie de terminale, le Travail et l'Inconscient disparaissent. 

Les notions de religion, de travail et d'inconscient, loin d'être incompatibles, vont pourtant de pair. Les travailleurs de demain, pourvus d'émotions, ne disposeront pas des outils critiques nécessaires à la compréhension de leur condition si vous supprimez le Travail et l'Inconscient d'une part, et diluez la Philosophie comme matière à part entière dans une discipline hybride d'autre part.

Cette régression culturelle est indigne des héritiers des Lumières que nous sommes: il met en péril la liberté de penser, fondement de notre République et de notre Constitution. 

Philosophes de l'enseignement secondaire comme du supérieur, enseignants de toutes les disciplines, parents d'élèves, lycéens, étudiants et intellectuels, unissons-nous !

Faisons entendre nos voix pour que la Philosophie continue de vivre en France, dans nos écoles et dans nos consciences comme elle l'a fait avant cette réforme !

En conséquence, nous rejetons formellement et absolument 1) la disparition des notions de Travail et d'Inconscient du programme de terminale et 2) la dissolution de la Philosophie elle-même dans le fourre-tout HLP, qui aura des conséquences dramatiques pour la discipline tant dans le secondaire que dans le supérieur.

Nous exigeons, conformément à nos droits et devoirs 1) que la Philosophie ne soit pas fondue dans la matière HLP et 2) que les notions de travail et d'inconscient ne soient pas supprimées du programme de terminale.

Aux voix qui s'élèvent pour dire qu'il faut attendre l'annonce officielle du BO juillet (qui ratifiera intrinsèquement une décision déjà prise): c'est précisément avant qu'il faut réagir. 

1 Jules Lachelier, Rapport sur l'enseignement de la philosophie, 1889, repris dans Corpus, Revue de Philosophie, numéro 24-25 Lachelier, 1994, p. 191-194.