PETITION AGAINST THE BAN ON THE PRODUCTION AND USE OF ARTEMISIA AND OTHER MEDICINAL PLANTS

PETITION AGAINST THE BAN ON THE PRODUCTION AND USE OF ARTEMISIA AND OTHER MEDICINAL PLANTS

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !
Quand elle atteindra 5 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !
ONG JEUNESSE SANS FRONTIERES BENIN a lancé cette pétition adressée à World Health Organisation

NoteThis petition is available in three languages including French, English and German

--English version: Click here

--German version: Hier drücken

VERSION FRANÇAISE -- French Version

PÉTITION CONTRE L’INTERDICTION DE LA PRODUCTION ET DE L’UTILISATION DES PLANTES D’ARTEMISIA ET D’AUTRES PLANTES MÉDICINALES EN TISANE EN AFRIQUE ET DANS LE MONDE PAR LES POPULATIONS


Nous acteurs de développement du monde rural, structures à but humanitaire, volontaires des églises, chercheurs et personnes ressources d’entreprises sociales et solidaires d’accompagnement des communautés démunies et défavorisées sur les techniques et les bonnes pratiques agricoles de récoltes et de fabrication des produits à base des plantes et de promotion des recettes de grand-mères. Nous nous mobilisons pour manifester notre mécontentement au sujet de l’interdiction de la culture et de l’utilisation des plantes d’Artémisia en tisane de soins préventif et curatifs du paludisme, et d’autres plantes médicinales pour le bien être des communautés rurales, péri urbaines et urbaines à faible revenu ou pauvres des pays en voie de développement.

-  Considérant l’importance de la déclaration d’ALMA ATA en 1978 ;

-  Considérant que les inégalités flagrantes dans la situation sanitaire des peuples aussi bien entre pays développés et pays en voie de développement qu’à l’intérieur même des pays sont politiquement, socialement et économiquement inacceptables et constituent de ce fait un sujet de préoccupation commun à tous les pays ;

-  Considérant que les peuples autochtones des pays d’Afrique et du monde dans leurs traditions culturelles depuis la nuit des temps utilisent la médecine traditionnelle et complémentaire (MT/MC) pour leurs besoins en soins de santé primaire et leur bien-être :

-  Considérant le document de stratégie de l’OMS pour la médecine traditionnelle pour 2014 – 2023 ;

-  Considérant le point 7 du document de stratégie de l’OMS 2014 – 2023 pour l’intégration de la médecine traditionnelle et de la médecine complémentaire aux systèmes de santé ;

-  Considérant le rapport 2002 de l’OMS qui stipule que 80% des populations en  Afrique au sud du Sahara ont recours à la médecine traditionnelle pour leurs besoins en soins de santé primaire ;

-  Considérant que la quasi-totalité des ménages ruraux, lacustres et péri-urbains des pays en voie de développement vivent avec moins d’un dollar par jour et ne disposent pas des ressources financières subséquentes pour s’acheter des médicaments à la pharmacie ;

-  Considérant que l’interdiction des pratiques ancestrales de soins de santé primaire conduira à la disparition de l’identité culturelle, gastronomique et sanitaire des peuples autochtones d’Afrique et du monde et hypothèque les droits humains en Afrique et dans le monde ;

-  Considérant que la commission de l’OMS sur les déterminants sociaux de la santé dans son rapport paru en août 2008 à Genève mentionne que pour l’action dans le secteur de la santé il faut améliorer la vie quotidienne, c’est-à-dire les conditions dans lesquelles naissent, grandissent, vivent, travaillent et vieillissent les individus ;

- Considérant les ODD 3 et 4 et la couverture sanitaire universelle en Afrique et dans le monde ;

- Considérant le travail remarquable que réalise Anamed International en renforcement de capacités des praticiennes et praticiens de la médecine naturelle en Afrique et dans le monde ; 

-  Considérant les activités de renforcements de capacités des praticiens de la médecine traditionnelle et la promotion des médicaments traditionnels à base des plantes que soutient l’Organisation Ouest Africaine de la santé ( OOAS ) dans les pays d’Afrique au sud du Sahara ;

Nous fondant sur les éléments présentés ci-dessus, nous, acteurs, actrices, structures de recherche, de développement, églises et fondations à but humanitaire impliqués dans les activités de protection de l’environnement et de promotion de la médecine traditionnelle, et de la médecine complémentaire dans les pays d’Afrique et du monde, protestons avec véhémence contre les actions de l’OMS pour l’interdiction de la culture de la plante Artémisia, de la prise de tisane d’Artémisia, ainsi que l’utilisation d’autres plantes médicinales et produits à base de plantes en thérapies complémentaires de soins, et pour le bien-être des peuples du monde.

C’est pour cette raison que nous nous mobilisons massivement pour la signature de la présente pétition à travers les pays du monde entier.

Chères sœurs, chers frères, bien aimés dans le seigneur, responsables d’ONG et d’associations de praticiens de la médecine traditionnelle, chercheurs, responsables d’instituts de recherche et fondations, volontaires et sympathisants, utilisatrices et utilisateurs des produits à base de plantes, mobilisons-nous massivement pour défendre notre cause commune qui marque la détermination de la survie des peuples à la base.

J’adhère à cette initiative, je pose ma signature et je contribue à sa diffusion massive pour collecter 200.000 signatures dans les pays d’Afrique et du monde.

Car, comme le dit si bien le dicton africain: « Une mâchoire seule ne peut pas casser un os ».

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !
Quand elle atteindra 5 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !