Pétition fermée

Paye ton affiche

Cette pétition avait 3 717 signataires


Cette pétition a été créée en réaction a l'appel au travail gratuit lancé par la Fête du Cinéma pour créer l’affiche de son édition 2017.
Nous entendons désormais dénoncer tous les "concours" et autres faux "appels d’offre" empoisonnés. C'est pourquoi cette pétition reste en ligne malgré la fin de la compétition, pour que ceux qui le souhaitent puissent exprimer leur opposition à ces pratiques néfastes, pour qu'elles cessent définitivement, et que nos métiers soient respectés et soutenus.

                                                       * * *

Chère FNCF, chère Fête du Cinéma,

depuis quelques jours nous sommes nombreux à vous interpeler sur les réseaux sociaux suite à l'appel que vous avez lancé, obtenant pour seules réponses votre mépris et votre obstination aveugle.
 
 
En effet, vous avez lancé le 6 janvier un concours auprès de tous les français, via les réseaux sociaux et à grand renfort de spots radio, leur proposant d'élaborer intégralement le visuel de l'affiche de la Fête du cinéma 2017. Malgré le tollé provoqué par l'annonce de ce concours, vous persistez, en diffusant publiquement jour après jour des propositions de participants, profitant ainsi d'une campagne de promotion gratuite.

"Graphistes, illustrateurs, directeurs artistiques, professionnels ou amateurs passionnés ? Cette année, c’est vous, votre créativité et votre affiche !"

Le concours repose sur le principe du "perverted crowdsourcing". Sous prétexte de n'obliger personne à participer, vous comptez cependant sur l'annonce d'une unique récompense alléchante pour inciter des centaines (des milliers ?) de personnes à travailler gratuitement.
Car il s'agit bien là de travail, la "mission" proposée n'étant rien d'autre qu'une commande, comme rencontrée quotidiennement dans le métier de graphiste : créer un visuel complet destiné à promouvoir un événement, respecter des critères techniques, un brief et une charte précis, être en mesure de fournir des fichiers finaux conformes aux spécifications attendues et céder des droits d'auteur. (cf règlement et charte graphique du "concours").
Et il est bien demandé de le faire gratuitement, car chaque participant, s'il accepte d'être "rémunéré" en cas de victoire, accepte également de ne pas l'être en cas de défaite, ce qui, en termes de probabilité, est pourtant le plus envisageable.


Pourtant inondés d'un flot incessant de questions, vous n'apportez que très peu de réponses et continuez inlassablement à nous ignorer, attisant notre colère et notre incompréhension.

Parmi les rares arguments que vous avancez, vous prétendez permettre "à de nouveaux talents d’émerger" et "à tous ceux qui le souhaitent d’exprimer leur créativité".
Les jeunes professionnels ou étudiants qui ont besoin de "se faire un book" n'ont pas besoin de vous pour mettre en valeur leur talent. Compter sur leur ambition et leur soif de reconnaissance pour vous fournir du contenu et des idées gratuits, c'est immoral, c'est malhonnête, c'est sale. Ils ont et auront beaucoup d'autres occasions de se faire la main, en offrant leurs talents à des œuvres caritatives par exemple (ils ne seront alors pas mis en concurrence avec des centaines d'autres personnes, mais ils pourront tout autant se confronter à des clients et une demande réels, et avoir de quoi remplir leur book une fois la mission terminée)

"Nous avons choisi d’ouvrir cet appel d’offre au plus grand nombre" : vous abusez clairement du terme "appel d'offre" pour convaincre les participants du bien fondé de leur contribution. Lors d'un appel d'offre des concurrents pré-sélectionnés sont sollicités pour proposer des maquettes de projets. Seul le projet retenu est finalisé, et par conséquent payé, les autres participants étant dédommagés pour le travail d'ébauche fourni. Or pour votre concours, vous visez tous azimuts, sans pré-sélection aucune, et vous demandez des réalisations entièrement abouties, utilisables en l'état.
Cherchez l'erreur.

On apprend aussi que "Les créations de tous les autres participants ne seront utilisées en aucune manière pour la promotion de La Fête du Cinéma ou pour quelque autre usage." Pourtant ce sont plus de 1000 créations qui ont été diffusées sur les réseaux sociaux et sur votre site, parfois sans mention de leur auteur, rendant ainsi leur utilisation possible par n'importe qui, pour en faire n'importe quoi, mais contribuant d’abord et surtout à la propre promotion de … la Fête du Cinéma.
Des participants dont les visuels sont diffusés appellent aux "likes", aux partages, croyant sincèrement que leurs créations sont désormais soumises au vote du public. Mais le règlement stipule bien que 10 visuels seront pré-sélectionnés par le jury et lui seul, les 2 et 3 février, parmi lesquels le gagnant sera choisi. En aucun cas donc, avant cette date, le nombre de "pouces" de "coeurs" et autres partages ne saurait rapprocher les concurrents d'une éventuelle victoire.
Bien au contraire, ces multiples diffusions ne sont qu'une stratégie supplémentaire de votre part pour promouvoir, à la vue de tous et sans aucun scrupule, votre événement, contrairement à votre propre règlement, et sur le dos des contributeurs.

"Ce concours est réalisé par un organisme privé fonctionnant avec des fonds privés" : Jusqu'à maintenant et jusqu'à preuve du contraire, la majorité de nos clients fonctionnent "avec des fonds privés" et ne lancent pas des appels au travail gratuit dès qu'ils ont besoin d'une réalisation graphique.



En résumé, comptant sur la naïveté et l'ignorance des participants, vous êtes purement et simplement en train de vous offrir des milliers d'heures de travail non rémunéré, tout en décidant unilatéralement du tarif de l'unique prestation que vous achèterez au seul vainqueur, ainsi que du montant et des conditions (abusives) de la cession de droits d'auteur afférente, bref … vous êtes en train de renverser totalement les codes d'une relation client/prestataire saine et constructive.

En déboursant 5000€ (quid des charges sociales, d'ailleurs ?) pour ces milliers d’heures de travail cumulées, ces centaines de propositions, de créations, de projets aboutis et d’idées mises en œuvre, quelle valeur donnez-vous à notre travail ?
Comment justifier nos tarifs auprès de nos clients et nous faire respecter, quand un organisme tel que le vôtre dévalorise publiquement notre savoir-faire ?
Comment donner aux jeunes confiance en leur talent, comment les encourager à ne pas brader leurs compétences devant de telles pratiques ?



Pour votre prochaine soirée, lancez un concours auprès des cuisiniers de France, pro et amateurs : demandez-leur de composer et de réaliser intégralement le menu de votre soirée qui réunira 100 invités, avec leur propre matériel bien entendu. Demandez-leur de vous rejoindre le soir venu. Vous ferez alors déguster des plats jugés acceptables à vos invités, puis un jury désignera le grand gagnant. Celui-ci se verra attribuer une rémunération dont vous aurez préalablement décidé du montant, et c'est son menu complet qui sera proposé aux convives. Les autres participants rentreront chez eux, leurs plats seront jetés à la poubelle.
Le feriez-vous ?
Oui ou non ?
Pourquoi ?

Pour une raison que nous - graphistes et illustrateurs - ignorons, ce genre de pratique semble ne scandaliser que nous, là où elle serait vivement critiquée par la majorité si elle concernait n'importe quel autre corps de métier.

Ce que vous auriez dû faire ? Ce que vous faites avec n'importe quel autre prestataire pour n'importe quelle autre demande : commander votre affiche à un graphiste, un illustrateur ou une agence que vous auriez choisi selon votre besoin, à qui vous auriez confié la même mission que celle soumise aujourd'hui, mission que vous auriez payée le montant du devis signé.



En utilisant les termes et les codes d'un "jeu concours", vous laissez croire à tout le monde que créer un visuel pour un événement avec un enjeu tel que celui de la Fête du Cinéma équivaut à répondre à un quizz pour gagner un lot. Or il ne suffit pas d'avoir une "réponse", c'est un processus créatif qu'il faut mettre en place, de l'idée à son ébauche, à sa mise en œuvre et à sa finalisation. Ce sont plusieurs heures de travail, et même plusieurs jours selon la majorité des graphistes intervenus en commentaires sur vos réseaux sociaux. La mission proposée requiert des compétences, une connaissance des règles et une expérience qui se sont pas à la portée de n'importe quel amateur, contrairement à l'idée véhiculée par ce type d'appel public à la participation.

C'est absurde et humiliant de devoir l'expliquer, et le répéter.



Aujourd’hui c’est la pérennité de notre métier qui est en jeu, laisser faire reviendrait à cautionner ces pratiques hautement précarisantes et insultantes, nous ne pouvons plus nous taire. Notre travail, nos compétences, et notre expérience doivent être respectés. Nous souhaitons entretenir des relations saines et durables avec nos clients d’aujourd’hui, et ceux de demain. Ils doivent nous faire confiance. Le milieu de la culture doit faire preuve de solidarité, et montrer l’exemple.
Vous luttez activement contre le piratage, contre la dévalorisation de la création, votre combat se limite-t-il au cinéma ?



Pour finir, voici quelques liens qui vous expliqueront en détail nos griefs :
"Qu'est-ce que le travail spéculatif"
L'AFD (Alliance française des designers) vient d'ajouter ce concours sur sa liste noire des "appels d’offre", dont les critères sont rappelés sur cette page
Lettre signée par plus de 8000 professionnels au sujet du travail gratuit
"Dois-je participer aux concours graphiques"
"Les concours de graphisme, pourquoi ça craint en général"
Le guide de commande de design édité par le CNAP


Aussi nous vous demandons de retirer immédiatement votre appel au travail gratuit, et de passer commande auprès d'un professionnel qui saura répondre à votre besoin, selon un tarif que vous aurez approuvé.

- les graphistes en colère
http://www.facebook.com/LaFeteDuTravailGratuit/


Chers participants, si c'est d'un sujet dont vous avez besoin, créez votre affiche, ne leur envoyez pas, mettez-la dans votre book, et allez faire un loto. Vous aurez autant de chances de gagner 5000€, vos idées ne seront pas reprises, vous conserverez vos droits sur votre visuel, et vous n'aurez pas bradé votre talent.
Si vous décidez de l'envoyer quand même, n'espérez pas de retour constructif sur votre travail, n'espérez même pas être prévenu de votre défaite au concours (le règlement le stipule clairement), une fois votre proposition envoyée, elle ne vous appartient plus, vous n'existez plus. Au pire vous les aurez fait rire, au mieux votre idée aura été retenue … pour être recyclée par l'exécutant final (le "gagnant").
Si nous sommes en colère aujourd'hui c'est aussi parce que nous avons été ce petit jeune qui débute, qui cherche par tous les moyens à se faire connaître pour qu'on fasse appel à lui, qui sauterait sur n'importe quelle occasion pour se tester et nourrir son book. Nous avons essayé, espéré, et ça n'a pas marché. Parce que ça ne marche pas, pas comme ça. Et nous aurions aimé être prévenus avant de plonger tête baissée dans une arnaque manifeste.

A vous et à ceux qui conseillent ce concours à leurs proches, à coups de "5000€ quand même..." ou "ça fait bien sur un cv", après tout, pourquoi ne pas en profiter vous aussi, par exemple quand vous ferez construire votre maison ?
Entre les artisans du coin et les voisins bricoleurs du dimanche, ce sera vite réglé avec un concours : chacun choisit une pièce, chacun peut faire les peintures, la plomberie, l'électricité, la décoration, peu importe selon sa spécialité, chacun pourra exprimer son talent, dans votre maison !
Le meilleur gagnera une récompense.
Et les autres ? ...ça fera bien sur leur cv.



La Fete du Travail Gratuit compte sur vous aujourd'hui

La Fete du Travail Gratuit a besoin de votre aide pour sa pétition “Paye ton affiche”. Rejoignez La Fete du Travail Gratuit et 3 716 signataires.