Autorisez le burkini dans toutes les piscines du Maroc

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


Comment, en 2019, existe t-il au Maroc, pays à prédominance musulmane des piscines qui interdisent l'accès à des femmes habillées en burkini.

En maillot de bain ou en burkini, chacun doit être libre de profiter

L'hygiène est le motif retenu par ses piscines, or début juillet 2019, en France, le Défenseur des droits a contacté Santé Publique France, qui s'est déclaré incompétente, et la direction juridique du ministère des sports. Sur les questions d'hygiène, "le ministère des sports n’a pas relevé a priori d’incompatibilité de principe ou de risques majeurs et/ou spécifiques au port du burkini en matière d’hygiène et de sécurité. D’ailleurs, plusieurs piscines autorisent le port du burkini."  Il rappelle bien que le Code de la santé publique ne précise rien, que les établissements sont compétents pour décider, mais qu'une interdiction ne pourrait être légale « que sur la base de raisons objectives telles que l’hygiène et/ou la sécurité, mais aussi démontrables afin de ne pas aboutir à une discrimination indirecte pour des raisons religieuses ».

En Belgique, le journal "Le Soir.be" annonçait dans son article paru en juillet 2018, nous citons:
Une piscine publique ne peut interdire aux baigneuses le port du burkini pour des raisons d’hygiène ou de sécurité, affirme le tribunal de première instance de Gand dans deux de ses jugements, selon les journaux du groupe Mediahuis. 
Interdire cette pièce de bain couvrante pour des raisons d’hygiène ou de sécurité n’est pas justifié, l’administration flamande elle-même ayant fourni des preuves scientifiques qu’il n’y avait pas de problèmes dans ces domaines.

Et enfin, dans un article paru dans le Huffington Post Maghreb en Août 2017, voici ce qu'y était écrit:
Au delà de la controverse, la frontière est parfois mince entre la liberté individuelle et le pouvoir d’appréciation des hôtels sur le comportement de leurs clients. Pour l’heure, aucune loi au Maroc ne vient interdire ou réglementer le port d’un vêtement particulier ni pour les baignades en mer ni pour celles en piscines.

En l’absence d’une loi régissant ce comportement, les hôtels peuvent, en principe, appliquer leur règlement intérieur dans lequel ils pourraient prévoir certaines restrictions régies dans un cadre privé. Pour autant, les établissements ont-ils le droit d’interdire le burkini dans leur enceinte? L’interdiction du burkini n’entrave-t-elle pas l’exercice de la liberté individuelle? La question apporte son lot d’interrogations juridiques.

“C’est un point très délicat. Aucune loi, en tout cas en ma connaissance, ne vient encore interdire le port d’un vêtement en particulier au Maroc. D’un autre côté, les établissements ont le droit d’avoir des règles internes qui les régissent. Le client devra les respecter mais si une restriction lui est imposée, il a aussi le droit de réclamer une justification à cette restriction“, analyse Abdelaziz Nouidi, juriste basé à Rabat.

Son confrère, Mohamed Karrout, basé à Casablanca, évoque quant à lui un conflit entre cette interdiction et la notion de liberté individuelle. “Le principe de base, c’est de laisser la liberté à ces personnes de choisir leur vêtement, de venir en bikini à la piscine ou non“, souligne-t-il. “Il faudrait cependant voir sur quoi se base l’interdiction totale ou partielle du burkini. Bien souvent, ces établissements évoquent des problèmes d’hygiène pour cette interdiction. Mais cela n’est étayé par aucune étude“.

Dans ce cas, la cliente empêchée d’accéder à la piscine d’un établissement peut-elle intenter une action en justice? La loi permet bien de soulever des cas de discriminations. “Sur la base de cette discrimination, au même titre que les discriminations basées sur le genre, la couleur, le sexe…, la personne peut porter plainte", indique Abdelaziz Nouidi. "Mais ce sera difficile d’obtenir gain de cause puisque le cas sera ensuite laissé à l’appréciation du juge qui va délibérer."

Il n'y a, à ce jour, aucune étude scientifique menée au Maroc qui justifie une telle mesure. 
Nous demandons donc aux responsables d'abroger cette règle et autoriser sans délai, l'accès à toutes les femmes à ces piscines.