SOS Sauts-de-mouton

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !


Chers compatriotes,

Dans le cadre du programme des 100 Jours, il avait été décidé de la construction des sauts-de-mouton dans la ville de Kinshasa. Ces derniers devaient aider à réduire les embouteillages et à améliorer nos déplacements dans la ville.

Cependant, alors que les travaux devaient se clôturer en fin 2019, nous constatons que de tous les chantiers en cours, un seul est en voie d’être clôturé, celui de Pompage (travaux débutés en Mai 2019). Plusieurs n’ont pas atteint 70% de réalisation et d'autres ne sont qu'en début de construction. Un calcul simple semble nous faire croire qu'il faudrait encore 2 à 3 ans avant que tous les chantiers ne soient clôturés.
Depuis le début desdits travaux, nous vivons UN VÉRITABLE ENFER qui impacte LOURDEMENT notre quotidien.

Rien ne nous est épargné :

1. Réduction de la vitesse commerciale des trajets domicile-travail/école
Conséquence :
- Augmentation des dépenses liées au transport

2. Impossibilité de fixer et de respecter les heures de rendez-vous
Conséquences :
- Perte d'efficience professionnelle
- Retards cumulés aux rendez-vous

3. Effets sur la santé
Conséquence :
- Détérioration de notre qualité de vie
(stress, fatigue, moins de temps avec la famille etc.)

De ce fait, nous, citoyens de la ville de Kinshasa, exprimons notre mécontentement et venons auprès des autorités pour exercer notre devoir de citoyens, en demandant ce qui suit :

Que les autorités de la ville province de Kinshasa ainsi que tous les partenaires impliqués dans les travaux :

1. Nous donnent une date butoir et définitive quant à la fin de la construction des sauts-de-mouton.

2. Mettent en place une équipe pour décider de l'utilité de continuer certains travaux qui sont entamés à moins de 40%. Après un an, faut-il continuer pour une durée indéterminée ou arrêter et démolir ?

3. Aménagent les routes secondaires et permettent la présence ou le renforcement de la Police des Roulages autour des chantiers des sauts-de-mouton qui accusent un taux de réalisation supérieur à 40%, afin de réduire les embouteillages dûs à l’exécution des travaux.

Nous sommes des citoyens qui pensent qu’il est temps que nous nous exprimions en demandant directement des comptes aux gouvernants. La solution ne doit plus être que politique, elle doit être citoyenne aussi. Nous estimons que toutes les entreprises qui travaillent sur le domaine public nous doivent des résultats de qualité dans le respect des délais impartis.

Le gestionnaire du domaine public se doit de respecter la vie de tous les congolais qui vivent à Kinshasa et il est de notre droit d’exiger plus de lumière sur l’évolution desdits travaux.

Joignez-vous à nous! Le Congo nous en sera reconnaissant!