Obtenir des conditions de travail décentes et fixes pour les livreurs auto-entrepreneurs

0 a signé. Allez jusqu'à 50 000 !


Pédaler ou crever
 
Rassemblement des livreurs au niveau national afin d'agir pour ne plus subir.

Je m'appelle Jérémy, j'ai 29 ans et je suis livreur pour Deliveroo depuis 2 ans. Je travaille 50h/semaine et réalise environ 3000 km/mois à vélo. J'ai commencé mon activité en alliant passion et travail malgré le manque de protection sociale (je suis auto-entrepreneur) mais la situation des livreurs se dégradent de plus en plus.
Voici la réalité: 

La nouvelle tarification de Deliveroo mise en place ce mardi 30 Juillet est inacceptable pour nous, les coursiers de France. Nous sommes ceux cachés derrière vos livraisons de repas, nos sourires polis vous souhaitant un bon appétit dissimulent une misère silencieuse que nous ne pouvons plus taire, pédalant toujours plus vite pour gagner toujours moins.
Triste paradoxe.

Dans une notion de partenariat plutôt floue, notre revenu minimum a été divisé par deux alors que le chiffre d'affaires de la société est lui multiplié par quatre. Le bénéfice de cette dernière ne fait qu'augmenter, aidé par un système de tarification volontairement opaque de plus en plus défavorable et ce, sans possibilité de négociation. Notre liberté de choix n'est donc qu'un miroir bien loin de refléter la réalité…

Officiellement tout roule, en pleine canicule on nous livre des bouteilles d’eau pendant qu’on livre les repas, officieusement, nos conditions de travail se dégradent aussi vite que nos vélos. Notre beau pays la France est l’un des marchés où Deliveroo demeure rentable (146 % de croissance en un an), une progression dont l'insolence n'a d'égal que la façon dont nous sommes traités.

Nous avons donc besoin de vous! Vous avez le pouvoir de faire bouger les choses, chaque signature de cette pétition à son importance et nous aide un peu plus à nous faire entendre. Vous pouvez signez et partagez, mais également appeler le support client pour leur demander des explications. Car nous sommes tous impactés:
-Les restaurateurs (gaspillage alimentaire car commandes de moins en moins livrées)
-Les clients (frais de livraisons désormais plus élevés que la rémunération du livreur)
-Les coursiers (mise en danger fortement accrue car livraisons à effectuer plus rapidement pour tenter de maintenir notre chiffre d'affaires constant).

Conséquence de quoi, une grève nationale émerge afin d'obtenir les conditions nécessaires à une collaboration saine et efficace:

  • Retour d'un tarif minimum par course décent et fixe
  • Remise en place systématique des primes (intempéries,..)
  • Affichage de la distance réelle avant d'accepter une livraison. Actuellement nous n'avons aucun moyen de savoir comment l'entreprise calcule les trajets, nous réalisons donc une course sans connaître ce que nous facturons.
  • Organisation officielle d'un corps représentatif de coursiers avec un réel pouvoir de négociation

La communication bien rodée établie par l'entreprise ne montre que la moitié d'un visage, nous en sommes l'autre.
Cette bataille est un combat d'avant-garde pour se préparer à l'essor de l'ubérisation dans de nombreux domaines. Si cette pétition aboutit, ce sera une victoire collective car il s'agit bien de l'intérêt de tous, si elle échoue, la situation ne fera que s'aggraver et ce sera la fin d'une idée peut-être trop parfaite pour exister. L'idée qu'il est possible d'être valorisé non pas comme un produit mais en tant qu'être humain. 

Un immense merci à vous.