Non aux interdictions de nourrir les chats errants

0 a signé. Allez jusqu'à 50 000 !


                En 2011 on dénombrait déjà 10,7 millions de chats errants victimes d’abandon.  Ils sont alors, traqués, chassés à coups de pierres,  mis à feu, écartelés sur des poubelles, mutilés au cutter, empoisonnés, piégés, torturés et écrasés volontairement, alors qu'ils ont été  abandonnés par ceux-là -mêmes  qui se plaignent de leur existence dans les rues ..  non stérilisés, les condamnant de la sorte à mourir de faim, de soif et de diverses maladies. Ces petits félins si affectueux et propres sont désormais considérés comme des« animaux nuisibles », semble-t-il !  Leur stérilisation rendue obligatoire pour tous, améliorerait nettement  leur dure condition de vie, tout en évitant les "nuisances" dont les riverains se plaignent : combats de chats, marquages urinaires, miaulements nocturnes, intrusion dans les maisons pour "voler" de quoi subsister......plaintes souvent formulées par ceux-là mêmes qui les ont lâchement abandonnés ... Il n'est pas d'animal nuisible : " Les Animaux ont des droits : le droit d'être protégés par l'Homme, le droit à la vie et à la liberté, le droit d'être respectés, et le droit de n'avoir aucune dette envers l'Homme " (Luther Bear).

L'Article L214-3 du Code Rural et de la Pêche Maritime précise :

"Il est interdit d'exercer des mauvais traitements envers les animaux domestiques ainsi qu'envers les animaux sauvages apprivoisés ou tenus en captivité."   Telle est la Loi, reproduite ici stricto sensu sans en changer un seul mot. Le Code Rural veut dire en particulier que les chats errants, qui sont par essence des chats sauvages, souvent apprivoisés, ne peuvent subir de mauvais traitements sans encourir les foudres de la Loi.                                           Laisser crever de faim un chat errant qui vient demander de la nourriture, en particulier sur le territoire public, est un acte de mauvais traitement, de cruauté même, et constitue donc une infraction à cet article L214-3 du Code Rural. 

Le fait de priver de nourriture et d’abreuvement un animal domestique est une cruauté passive , conformément à l’Article R214-17 du Code Rural  

Le CHAT ERRANT EST RECONNU ANIMAL DOMESTIQUE par l’arrêté du 3 avril 2014 fixant les règles sanitaires et de protection animale auxquelles doivent satisfaire les activités liées aux animaux de compagnie d'espèces domestiques relevant du IV de l'article L. 214-6 du code rural et de la pêche maritime."                                                                                                       De plus le fait de nourrir les minous sans famille a deux autres avantages : -   il évite l'éventration des poubelles et l'intrusion chez les gens car affamés et en quête de nourriture;  c'est ce que font les minous.

 -  il maintient les chats dans un état sanitaire satisfaisant donc réduit les risques sanitaires car des animaux affaiblis par manque de nourriture et d’eau vont inévitablement déclarer et propager des maladies.                          Les chats  risquent de plus de se blesser et il reviendra au maire dans ce cas de les prendre en charge (Art. R214-17 du code rural).

Les bénévoles  se privent, et prennent souvent sur leurs maigres ressources afin de  leur porter secours, et améliorer leur pauvre vie...Il est injuste de sanctionner d'une amende ces personnes qui ne font qu'écouter la voix de leur coeur et de leur compassion..

 

 



France compte sur vous aujourd'hui

France VIGOUROUX a besoin de votre aide pour sa pétition “Non aux interdictions de nourrir les chats errants”. Rejoignez France et 43 365 signataires.