POUR UNE AGRICULTURE en harmonie avec la terre, respectueuse de l'homme et des animaux

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


NON AUX ELEVAGES INDUSTRIELS HORS SOL

DESTRUCTEURS DU PAYSAGE

POLLUEURS DU SOL, DE L’AIR ET DE L’EAU

SOURCE DE MAL ETRE POUR LES HOMMES

OUI A L'AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET AU RESPECT DE LA TERRE 

« En Bretagne (peut-être plus qu’ailleurs), le patrimoine est consubstantiel de l’identité régionale, dont il constitue une « partie émergée », tangible, visible, illustrant les particularismes de la société bretonne et fabriquant le paysage » (Pour une nouvelle politique régionale du patrimoine culturel. Décembre, 2007).

Le paysage est reconnu par la Convention européenne du paysage comme « un élément essentiel du bien-être individuel et social, et sa protection, sa gestion et son aménagement impliquent des droits et des responsabilités pour chacun ». Il s’agit de « répondre au souhait du public de jouir de paysages de qualité et de jouer un rôle actif dans leur transformation ».

Acteurs publics, ils vous incombent de veiller au respect des éléments de qualité du paysage, en l’espèce constitués par le patrimoine rural remarquable qui a fait l’objet d’un inventaire par la Région Bretagne pour le projet de parc naturel régional Rance Côte d’Emeraude (http://www.bretagne.bzh/jcms/prod_225311/fr/le-projet-de-parc-naturel-regional-rance-cote-d-emeraude)

L’article L. 110 du code de l’urbanisme énonce bien que « le territoire français est le patrimoine commun de la nation. Chaque collectivité publique en est le gestionnaire et le garant dans le cadre de ses compétences, afin d’aménager le cadre de vie, (…) d’assurer la protection des milieux naturels et des paysages ».

La charte constitutionnelle de l’environnement considère que « l'avenir et l'existence même de l'humanité sont indissociables de son milieu naturel; que l'homme exerce une influence croissante sur les conditions de la vie et sur sa propre évolution ; que la diversité biologique, l'épanouissement de la personne et le progrès des sociétés humaines sont affectés par certains modes de consommation ou de production et par l'exploitation excessive des ressources naturelles ; que la préservation de l'environnement doit être recherchée au même titre que les autres intérêts fondamentaux de la Nation ;qu'afin d'assurer un développement durable, les choix destinés à répondre aux besoins du présent ne doivent pas compromettre la capacité des générations futures et des autres peuples à satisfaire leurs propres besoins ».

Ainsi, la charte constitutionnelle de l’environnement proclame : « Article 1er. Chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé. Article 2. Toute personne a le devoir de prendre part à la préservation et à l'amélioration de l'environnement. Article 3. Toute personne doit, dans les conditions définies par la loi, prévenir les atteintes qu'elle est susceptible de porter à l'environnement ou, à défaut, en limiter les conséquences ».

En conséquence, il est impérieux, pour s’inscrire dans un Etat de droit, au regard des objectifs fixés par l’Agenda 21 (http://www.agenda21-cluses.fr/index.php?id=153 et de la COP BZH (http://ports.bretagne.bzh/jcms/prod_387251/fr/carrefour-des-transitions ) de cesser de favoriser l’installation d’usines à cochons qui défigurent le paysage, empoisonnent l’environnement en ayant un impact direct sur la qualité de vie des habitants et sur les coûts générés en terme de politiques publiques de l’eau et de la santé (pollution des sols, de l’eau et de l’air, prolifération des bactéries avec interdiction de la consommation des coquillages, incidence des métaux lourds et des nanoparticules pour les perturbateurs endocriniens des espèces vivantes, augmentation des allergies, des pathologies liées aux poussières fines, etc).     

Signez pour soutenir une demande de changement d'avenir, pour un pacte social et solidaire en faveur d'un développement respectueux de l'homme et de son environnement par des modes de production et de consommation liés à la qualité de la terre dans toutes ses composantes, pour la vie dans le respect des principes adoptés par le Sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992:

Principe 1 - Les êtres humains sont au centre des préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature.
Principe 4 -  Pour parvenir à un développement durable, la protection de l’environnement doit faire partie intégrante du processus de développement et ne peut être considéré isolément. »

 

 

 



Association de sauvegarde et de protection du patrimoine et du paysage des pays de Saint-Malo et de DInan compte sur vous aujourd'hui

Association de sauvegarde et de protection du patrimoine et du paysage des pays de Saint-Malo et de DInan a besoin de votre aide pour sa pétition “NON AU DEVELOPPEMENT DES ELEVAGES USINES HORS SOL EN BRETAGNE : VIVE L'AGRICULTURE BIOLOGIQUE RESPECTUEUSE DE LA TERRE ET DES HOMMES !”. Rejoignez Association de sauvegarde et de protection du patrimoine et du paysage des pays de Saint-Malo et de DInan et 218 signataires.