Pétition fermée
Adressée à Monsieur le Premier Ministre et 8 autres

OUI à la réforme des études kiné NON à la suppression des concours d’entrée en école kiné

Les études de kinésithérapie doivent être repensées compte tenu de l’évolution des techniques et du métier

L’arbitrage interministériel prononcé le 9 décembre va dans ce sens et c’est une bonne chose pour la profession. Le projet de réforme a pour objectif de mieux former les Kinés avec 4 ans d’étude au lieu de 3 aujourd’hui et d’accéder aux ECTS pour une mobilité européenne plus facile.

Une réforme pourquoi pas, mais pourquoi modifier les modalités d’entrée dans les écoles ? Avec notamment la suppression des concours spécifiques accessibles aujourd’hui à tous les bacheliers ?. 

Les conséquences immédiates de cette suppression des concours seraient dramatiques :

  • pour les 6000 élèves actuellement en prépa kiné :
  1. des primants qui ont fait le choix de ne surtout pas aller en Faculté quel que soit la filière
  2. des exclus de Paces qui n’auront plus la possibilité de se présenter
  3. des personnes en reconversion qui ne pourront pas accéder à la Fac
  4. des étudiants qui n’auront plus le choix géographique et pédagogique de leur formation

  • pour plus de 4000 formateurs de ces Prépas qui perdent leur emploi

     

  • pour les écoles Kiné qui ne pourront plus sélectionner les profils en fonction de leur projet pédagogique 

  • pour les Universités qui doivent supporter :
  1. à court terme le coût et la gestion de plus 6000 élèves supplémentaires issus des prépas kiné, alors que les universités ont déjà beaucoup de mal aujourd’hui à recevoir dans de bonnes conditions les étudiants inscrits en PACES
  2. à moyen terme le coût de la déstabilisation complète de l’ensemble du secteur des prépas paramédicales (plus de 40000 élèves aujourd’hui et 8000 salariés)

  • pour l’Etat qui creuse son déficit avec un coût estimé à 400 m€ (source FNEP)

 

Les élèves de prépa disent NON,

les professeurs de prépa disent NON,

le contribuable dit NON

                      à cette SUPPRESSION des CONCOURS KINE

-   qui ne générerait que frustration, iniquité, et situations d’échec

-   qui coûte une fortune à l’état (400 m€)

 

Vous aussi, rejoignez-nous et dites NON à  la suppression des concours Kiné pour :

-   éviter un sinistre social de plusieurs milliers de postes dans un contexte déjà difficile

-   permettre que des élèves « moyens mais travailleurs » avec une vocation, ne soient bloqués dans leur projet de vie

-   que l’accès aux études paramédicales soit réformé en réfléchissant, avec tous les partenaires, au contenu d’un nouveau concours permettant toujours de sélectionner des élèves issus de différentes filières et au parcours multiple,

-   maintenir l’équité territoriale en ne limitant pas l’accès aux études de Kiné au seul IFMK rattaché à l’université de l’étudiant

Cette pétition a été remise à:
  • Monsieur le Premier Ministre
  • Madame la Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche
  • Monsieur le Ministre des Finances et des Comptes Publics
  • Monsieur le Ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique
  • Monsieur le Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social
  • Madame la Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits de la femme
  • Ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits de la femme
    Monsieur le Directeur de Cabinet
  • Présidente de la FNEK
    Mademoiselle Améliane Michon
  • Madame la Secrétaire d’État à l’Enseignement Supérieur et à la Recherche


collectif de DÉFENSE DES CONCOURS KINÉ a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 6 539 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.




collectif de compte sur vous aujourd'hui

collectif de DÉFENSE DES CONCOURS KINÉ a besoin de votre aide pour sa pétition “Monsieur le Premier Ministre: OUI à la réforme des études kiné NON à la suppression des concours d’entrée en école kiné”. Rejoignez collectif de et 6 538 signataires.