Sauvez L'EDIT au Burkina Faso !

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


Monsieur le Ministre de la Culture, 

Monsieur le Premier Ministre,

Chers toutes et tous,

 

La situation de l’école de danse EDIT, que j’ai créée en 2009, est aujourd'hui très grave!

Nous sommes en effet sur le point de terminer une aventure artistique et humaine qui a permis jusqu'ici de produire deux promotions de très beaux danseurs, qui font notre fierté / ma fierté au plan national et international. Une troisième promotion est sur le point de finir sa formation avec un diplôme prévu en juin.

 

Malheureusement, l'EDIT n’est plus capable de venir à bout de ses loyers impayés, loyers que j'ai supportés avec les petites ressources de nos prestations diverses, mais aussi et surtout sur mes propres deniers, lesquels sont aujourd'hui épuisés. Sur décision d'un juge, un avis d'expulsion des lieux dans lesquels nous travaillons depuis 2009 est fixé au 16 avril prochain. Une décision dont je viens tout juste d’être informée, alors que je suis à l'extérieur du pays.

Cette école est ma fierté et celle de nombreux danseurs et créateurs qui la fréquentent. 

Je l’ai créée pour construire une formation de haut niveau destinée à des jeunes remplis de talent et de courage. Des jeunes qui ont envie de prétendre à plus et changer ainsi leurs destinées.

L'EDIT a fonctionné depuis 2009 par ma volonté conjuguée à celle de quelques amis et soutiens extérieurs, mais aussi et surtout à la volonté de tous ces jeunes qui s'y sont formés.

Mais une structure comme l'EDIT ne peut malheureusement pas survivre sans une aide institutionnelle conséquente et régulière, provenant des secteurs de la culture et de la formation. Des aides souvent promises, mais que nous avons attendues en vain de la part des institutions de notre pays...

Alors que nous accusions un retard de plusieurs mois de loyer, le propriétaire a vendu sans nous en informer les entrepôts que je lui avais loués pour y installer l'EDIT, entrepôts que nous avons complètement aménagés pour en faire une école de danse bien équipée.

Maintenant, l'EDIT, ses élèves et les artistes qui la fréquentent sont face au mur et sans solution immédiate en vue... Alors que faire : un sit-in ? une manifestation ? Se lamenter ? attendre qu'un miracle tombe du ciel ?

Non et non ! Je refuse de croire que toute l’énergie que nous avons mise dans cette école va être perdue. Je refuse catégoriquement d’arrêter cette école parce qu’elle a un sens et qu'elle est utile !

Je vous demande à toutes et tous, de relayer mon appel, afin que ceux qui devraient être au premier rang de nos soutiens, interviennent pour empêcher cette expulsion et nous aident à trouver une solution dans l'urgence.

 

S'il faut quitter ces lieux, cela ne peut intervenir en cours d'année de formation !

 

Merci à vous de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour nous aider dans l'urgence et de mobiliser tout ceux qui peuvent et doivent l'être pour nous soutenir.

 

Irène Tassembedo, définitivement en colère



EDIT - École internationale de Danse Irène Tassembedo compte sur vous aujourd'hui

EDIT - École internationale de Danse Irène Tassembedo a besoin de votre aide pour sa pétition “Monsieur le Ministre de la Culture du Burkina Faso : Sauvez L'EDIT au Burkina Faso !”. Rejoignez EDIT - École internationale de Danse Irène Tassembedo et 1 388 signataires.