Mon fils était un soldat de France, il est aujourd’hui un oublié de la Nation.

0 a signé. Allez jusqu'à 15 000 !


In memoriam François Woignier
Adjudant-chef au 3ème RPIMa de Carcassonne - 25 juillet 1980 - 2 août 2017 

Il y a près d'un an, notre fils est décédé en mission de préparation opérationnelle avant projection extérieure (* voir les annexes en fin de page) au camp de Caylus dans le Tarn et Garonne qui est un centre d’entraînement spécialisé.

Dans cette mission, il y avait un déplacement de véhicules d’avant blindé à moyenne et grande vitesse sur une piste du camp dédié à ce type d’activité.

Il se trouvait sur la tourelle du premier véhicule quand, pour des raisons inexpliquées à ce jour, le conducteur en a perdu le contrôle. Notre fils a été éjecté violemment, et malheureusement, le véhicule de 13 tonnes s’est retourné contre lui...

Il a été nommé adjudant-chef et reçu la médaille militaire à titre posthume.

Il n’a pas été reconnu « Mort au service de la Nation » et par conséquence son fils de 7 ans, Owen, ne bénéficie pas du statut des « pupilles de la Nation ». (* voir les annexes en fin de page)

La demande avait pourtant été initiée par le chef de corps de son régiment.

Le ministère de La Défense a refusé cette mention.

Un recours gracieux a été adressé au Président de la République. Il est revenu négatif et nous renvoie vers le Ministère de la Défense.

Les cause du refus: "La condition du décès ne serait pas considérée comme une circonstance exceptionnelle "au vue du décret de 2016 complétant l'attribution de la mention "Mort au service de la Nation". "Peut également bénéficier des dispositions du premier alinéa un militaire ou un agent public décédé du fait de l’accomplissement de ses fonctions dans des circonstances exceptionnelles".

Les mots "circonstances exceptionnelles" sont employés sans précision, sans exemple, et emportent notre incompréhension. Il s’agit uniquement de mots subjectifs… La non précision de ces "circonstances exceptionnelles" est-elle volontaire pour maîtriser les décisions et les contraintes budgétaires?

En 2016, seulement 4 mentions ont été attribuées à 3 policiers et à un personnel civil. Pas un seul militaire n’a été mentionné.

  • Nous ne comprenons pas la décision d'un Ministère qui ne reconnaît pas le décès dramatique d’un serviteur de la Nation lors d'une mission de préparation opérationnelle comme une "circonstance exceptionnelle".
  • Nous ne comprenons pas la décision d’un Ministère qui décide l’avenir d’un orphelin à la lecture d’un texte subjectif.
  • Nous ne comprenons pas la décision d'un ministère qui va à l'encontre de la demande de son régiment!
  • Nous ne comprenons pas la décision d'un ministère qui ne prend pas en compte le parcours élogieux de notre fils et présenté par un Général de Brigade! 15 ans de service, engagé en 2012 en qualité de simple soldat, major de promotion à l'Ecole de sous-officiers de Saint Maixent, 13 opex, cité à l'ordre de son régiment ... (visualisez l'homélie)
  • La dernière phrase de l'homélie lue par le Général nous laisse pantois: "Votre exemple continuera longtemps de guider les jeunes générations de parachutistes et d'inspirer ceux qui ont eu le privilège de servir à vos côté". Comment peut-il être un exemple et une inspiration s'il n'est pas reconnu par la Nation?

Parachutistes, militaires, anciens combattants, Français, Françaises..., nous avons besoin de votre soutien.

Nous allons demander dans les semaines à venir un rendez vous avec Madame la Ministre de La Défense Florence PARLY pour lui présenter nos arguments et nos soutiens afin que le Ministère puisse étudier à nouveau notre demande de mention « Mort au service de la Nation » et que par conséquence notre petit-fils Owen puisse bénéficier du statut des « Pupilles de la Nation ».

Aidez nous !

Par avance, notre famille vous remercie de votre engagement.

 

ANNEXES

Pour plus de détails, nous vous invitons à vous connecter vous sur notre site : http://www.lesoubliesdelanation.fr

La définition du mot « mission » : 

« La notion de mission doit s'entendre au sens large et couvre toutes les formes d'activités professionnelles accomplies dans le cadre de l'exécution des fonctions en dehors du lieu habituel d'exercice ».

Qu’est ce une mission de préparation opérationnelle avant projection : cette phase de mise en condition avant projection MCAP est exigeante, sans concession et vise à maîtriser les différents savoir-faire avec un caractère plus poussé et plus risqué que l’entraînement traditionnel. En effet, l’évolution du contexte d’engagement sur certains théâtres de projection conduit à aménager la mise en condition au plus près des conditions réelles.

La mention de "Mort au service de la Nation"

La mention « Mort au service de la Nation » a été crée en 2012 suite à l’affaire de Toulouse pour rendre hommage aux militaires ou agents de l’état tués par un terroriste.

En 2016, cette disposition a été élargie au décès d’un militaire ou d’un agent public du fait de l’accomplissement de leurs fonctions dans des circonstances exceptionnelles.

Leurs enfants sont automatiquement reconnus comme « Pupille de la Nation ».

Leur nom est gravé sur le fronton du monument aux morts de leur commune.

Plus d'informations sur le site des oubliés de la Nation

Les avantages du statut des "Pupilles de la Nation"

Ce statut permet aux enfants et jeunes gens qui le reçoivent une protection supplémentaire et particulière, en complément de celle exercée par leurs familles. Elle ne les place nullement sous la responsabilité exclusive de l’État. Les familles et les tuteurs conservent le plein exercice de leurs droits et notamment, le libre choix des moyens d’éducation. La mise en œuvre du statut de pupille de la Nation constitue une activité originelle de l’ONACVG (Office national des anciens combattants et victimes de guerre).

  • En matière d'entretien et d'éducation
  • En matière d'emploi
  • En matière de fiscalité

Plus d'informations sur le site de l'ONAC



Jean Pierre compte sur vous aujourd'hui

Jean Pierre WOIGNIER a besoin de votre aide pour sa pétition “Mon fils était un soldat de France, il est aujourd’hui un oublié de la Nation.”. Rejoignez Jean Pierre et 12 576 signataires.