Pétition fermée

Mise à disposition de protections périodiques dans les toilettes des collèges et lycées.

Cette pétition avait 4 776 signataires


Aujourd’hui dans un établissement scolaire, lorsqu’un·e élève ne dispose pas des protections nécessaires au moment de ses règles, iel n’a d’autre choix que de se tourner vers ses camarades, au risque de subir des moqueries, ou vers un·e infirmier·e scolaire, si toutefois iel est présent·e à ce moment précis. Cette situation peut induire une gêne importante, compte tenu du tabou encore bien présent autour des règles. Chacun·e devrait pouvoir gérer cette situation de façon individuelle, dans le respect de son intimité.

Des protections périodiques sont parfois disponibles gratuitement dans les infirmeries scolaires, mais ces dernières sont rarement ouvertes tous les jours, et devoir s'y rendre pour éventuellement avoir accès à une serviette ou un tampon entretient l'idée que les règles sont une maladie.

En dehors du cadre scolaire, le prix des protections pénalise les familles et les mineur·e·s isolé·e·s les plus précaires et, tout comme on fournit le papier toilette (et encore, pas toujours), on devrait fournir ces produits reconnus comme étant de première nécessité. Parce qu'ils en sont.

C'est pour cela que j'appelle, avec le collectif et magazine Simonæ, la secrétaire d’État à l'Égalité femmes-hommes, le ministre de l'Éducation nationale et le président de la République française à agir et proposer des protections périodiques gratuites dans les collèges et lycées de France.

Marion, une membre de Simonæ, a répondu aux questions de Brut dans la vidéo disponible ci-dessus.


F.A.Q.


Suite à la diffusion de l’interview, vous avez été nombreuxes à nous faire part de vos remarques et questions. Nous avons décidé de les compiler ici et d’y répondre afin de vous expliquer au mieux notre démarche.


-> Pourquoi ces distributeurs alors que des protections sont déjà disponibles dans les infirmeries scolaires ?


Malheureusement, et c’est un autre problème, tous les établissements scolaires ne sont pas égaux sur cette question. La plupart sont loin d’avoir un·e infirmier·e disponible en permanence. De plus, demander une protection périodique à une tierce personne peut être très difficile, surtout pour les plus jeunes, à cause de la gêne induite par la situation et des remontrances possibles de l’adulte en face... Enfin, passer par un·e infirmier·e entretient l’idée que les règles sont une maladie.
Bien évidemment, nous sommes pour que les infirmeries soient ouvertes tout le temps, et nous pensons que ce lieu d'accueil et d’écoute est primordial, mais cela ne devrait pas être un passage obligé pour un simple oubli. Sans compter que ce n’est pas très pratique de devoir se déplacer jusqu’à l’autre bout du collège / lycée pour récupérer une protection. C’est dans les toilettes qu’on s’aperçoit du besoin ; c’est dans les toilettes que la solution doit être disponible.


-> Pourquoi mettre également des tampons à disposition quand on connaît les risques qu’ils impliquent, notamment après les récents scandales (choc toxique) ? Ce serait mieux de proposer des coupes menstruelles et des serviettes lavables, c’est plus écolo !


Le choc toxique (SCT) est surtout lié à une mauvaise utilisation des tampons et des coupes menstruelles. Il est dû au staphylocoque doré, présent naturellement chez certaines personnes, et « activé  » à la suite de l’exposition trop prolongée du sang à l’oxygène. Le SCT se déclare donc souvent lorsque l’on garde ces protections trop longtemps sans en changer ou sans les nettoyer. Mais il est vrai que l'on ne connaît pas encore à l'heure actuelle tous les dangers des tampons industriels (étant donné les nombreux produits chimiques avec lesquels ils sont blanchis, les risques cancérigènes ne sont pas à exclure). Nous soutenons d’ailleurs une autre pétition pour connaître la composition des tampons et des serviettes jetables [https://www.change.org/p/rendre-visible-la-composition-des-tampons-et-serviettes-hygi%C3%A8niques ]. C'est pour ça que, dans l'idéal, nous préférerions que seuls les tampons bio soient mis à disposition gratuitement (ça n'enlève malheureusement pas le risque de choc toxique), et que des serviettes soient également disponibles.


Quant à la coupe menstruelle, tout comme les tampons, elle peut être à l’origine d’un SCT si elle n’est pas utilisée correctement. Il est vrai qu’elle présente de nombreuses qualités : elle est moins chère sur le long terme, plus écologique, et nous connaissons sa composition. Mais elle ne doit pas être proposée comme la solution unique : tout d’abord, même si elle est économique sur le long terme, elle nécessite un investissement de départ : au, minimum quinze euros. De plus, de récentes études ayant démontré qu’il fallait la vider et la nettoyer toutes les six heures maximum, il faudrait qu’un point d’eau soit disponible dans une cabine fermée pour pouvoir le faire en journée.

L’utilisation d’une coupe menstruelle nécessite de ne pas être dérangé·e par la vue de son propre sang, et d’être très à l’aise avec son corps, puisqu’il faut davantage de manipulation pour l’insérer et la retirer qu’avec un tampon avec applicateur ou une serviette. Or à la puberté, être à l’aise avec son corps, c’est loin d’être gagné pour tou·te·s.


De manière générale, nous militons surtout pour favoriser l'accès aux protections qui conviennent à chacun·e, et que ce choix puisse se faire en toute connaissance de cause (ce qui passe aussi par une éducation sur le sujet, en plus des distributeurs à disposition).


-> Vous n’avez pas peur que les protections soit utilisées par celleux qui n’en ont pas besoin et soient gaspillées ? Pourquoi ne pas fixer un prix symbolique ?


Le papier toilette, autre produit de première nécessité, est mis à disposition gratuitement et librement. La lutte contre le gaspillage est nécessaire et importante, mais c’est avant tout une affaire d'éducation. Les ados n'ont pas à être puni·e·s à cause de cela. Si nous sommes capables de prendre ce risque pour le papier toilette, il n’y a pas de raison qu’on ne le prenne pas pour un autre produit également de première nécessité.


-> On pousse encore plus loin « l’assistanat » avec cette histoire de protections gratuites.


Il s'agit d'un produit de première nécessité, au même titre que le papier toilette par exemple, qui lui est fourni gratuitement aux élèves. Chacun·e doit pouvoir étudier dans les meilleures conditions possibles, et cela implique d’avoir l’esprit tranquille par rapport à ses règles.

De plus, vous payez déjà pour ces protections. La seule différence est qu’elles sont enfermées dans une infirmerie qui n’est pas toujours ouverte.


Refuser la gratuité de ces protections périodiques revient à ostraciser encore davantage les personnes issues des milieux les plus précaires. Les protections périodiques sont encore aujourd’hui assez chères, et les associations qui fournissent par exemple des colis alimentaires n’ont pas suffisamment de dons de produits d’hygiènes, protections périodiques incluses, pour fournir à tout·e·s la quantité nécessaire. Des études réalisées principalement outre-manche montrent qu’à nouveau, aujourd’hui, des élèves doivent manquer les cours pendant leurs règles, faute de moyens financiers pour acheter ces protections. (Lien)


-> Il suffit d’être prévoyant·e ! Si on prend tout en charge, on déresponsabilise les jeunes.


On parle de (pré-)ados qui n'ont pas forcément encore eu leurs règles. Comment faire pour anticiper la première fois ? De plus, pendant les premières années, les cycles peuvent être très erratiques (on les a une fois, puis plus rien pendant des mois, puis ça revient) : difficile d'anticiper à ce moment-là. Et un oubli est vite arrivé. Il est important de pouvoir proposer une solution de dépannage, surtout parce qu’à cet âge-là on est facilement moqué·e·s ou humilié·e·s à cause de ses règles, comme le montrent les nombreux témoignages partagés via #TasPasUnTampon sur Twitter.

Pourquoi devrait-on laisser des ados dans l'embarras et être humilié·e·s juste pour « leur apprendre à anticiper » ?


-> Pourquoi seulement en Île-de-France ?


Il est bien dit dans l’interview que nous souhaitons que ce dispositif soit disponible au niveau national, DOM-TOM compris. Nous précisons cela parce que ces derniers sont souvent délaissés lors du déploiement de ces dispositifs.

Cette confusion vient du fait que Valérie Pécresse s’est déclarée « pas contre » le déploiement de ce dispositif en Île-de-France, où elle est élue. (lien)


-> Et pourquoi pas des capotes ?


Les distributeurs de préservatifs sont déjà en place dans les lycées publics depuis 2006 ( http://www.education.gouv.fr/bo/2006/46/MENE0603070C.htm ), et c’est une très bonne chose !

 

 



Alee compte sur vous aujourd'hui

Alee SHAY a besoin de votre aide pour sa pétition “Mise à disposition de protections périodiques dans les toilettes des collèges et lycées #TAsPasUnTampon”. Rejoignez Alee et 4 775 signataires.