Pour le déploiement d’actions concrètes appuyant l’éducation en plein air

0 a signé. Prochain objectif : 7 500 !


Pour le déploiement d’actions concrètes appuyant l’éducation en plein air au Québec dès l’automne 2020.

Monsieur le Ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur du Québec, les personnes qui œuvrent dans le milieu de l’éducation devront déployer des efforts considérables pour faire respecter les règles sanitaires émises par le gouvernement du Québec dans les écoles. C’est une belle occasion pour votre gouvernement de mettre en place des actions concrètes pour appuyer l’éducation en plein air au Québec.

Lors des dernières semaines, Jean-Philippe et son fils ont pris des photos des bourgeons en plein débourrement, fait des capsules météo pour apprendre des concepts associés à l’atmosphère et sont partis à la recherche des premières bibittes du printemps dans le sol, dans les airs et dans les écorces des arbres. Julie et son fils ont créé un parcours actif sur le trottoir, fait une dictée sur la galerie en utilisant pinceaux et bol d'eau et réalisé un diagramme à bandes représentant les couleurs des automobiles de la rue. Véronique et ses filles en ont profité pour pratiquer leur équilibre sur une slackline, pour construire un jeu de marelle avec des craies ou pour faire de grandes randonnées pédestres en montagne. Olivier s’est intéressé au patrimoine bâti et à la toponymie des rues, à l’apport des jardins communautaires dans l’alimentation des gens au quotidien et à l’art public dans son quartier.

L’éducation en plein air, lorsqu’elle est judicieusement utilisée en complément avec les activités en classe, comporte de très nombreux avantages. Elle offre des contextes d’apprentissages stimulants permettant de rendre les apprentissages des élèves signifiants, favorise l'activité physique, améliore le bien-être et renforce la connexion avec son milieu de vie. Plus que jamais, au cours des prochaines semaines, les jeunes pourraient certainement se sentir plus épanouis et plus en sécurité à l'extérieur.

D'ailleurs, la Fédération des éducateurs et éducatrices physiques enseignants du Québec vient de vous transmettre, Monsieur le Ministre, des recommandations pour favoriser et encourager l'éducation physique en plein air lors de la réouverture des écoles. La Fondation Monique-Fitz-Back vient de publier, avec votre aide financière, le site enseignerdehors.ca, qui documente cette pédagogie. De même, le site sciencesdehors.com sera publié au cours des prochaines semaines.

Bien sûr, les milieux à l’extérieur et à proximité des établissements éducatifs ne peuvent pas remplacer les aménagements particuliers de la classe en tout temps. Mais, au-delà des récréations, ces espaces pourraient occuper une place plus importante dans le quotidien des jeunes. Nous croyons que la période actuelle représente une opportunité unique pour mettre en place des actions concrètes pour appuyer l’éducation en plein air au Québec, mouvement qui a pris beaucoup d’ampleur au cours des dernières années. De nombreuses initiatives ont déjà été mises en place, mais la demande est forte et elle risque de l’être davantage étant donné la crise sanitaire et le besoin de distanciation physique.

Le Québec regroupe un ensemble de spécialistes qui n’attendent qu’à être consultés pour mettre en place des actions concrètes pour appuyer l’éducation en plein air.

Monsieur le Ministre, nous sommes prêts à vous accompagner !

JEAN-PHILIPPE AYOTTE-BEAUDETprofesseur à la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke et codirecteur du Centre de recherche pour l’enseignement et l’apprentissage des sciences
JULIE MOFFETcoordinatrice du projet Enseigner dehors, Fondation Monique-Fitz-Back
VÉRONIQUE MARCHANDdirectrice générale de la Fédération des éducateurs et éducatrices physiques enseignants du Québec
OLIVIER ARVISAISprofesseur à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université du Québec à Montréal