Parc St Vicens, av. Albert Camus : plus de suppression de pistes cyclables fonctionnelles!

0 a signé. Prochain objectif : 200 !


À Perpignan, les aménagements de voirie s'enchainent, et pour respecter la loi LAURE (Code de l’environnement art. L228-2), des cheminements cyclables sont proposés... sur trottoir ! Les exemples sont légion à Perpignan et montrent leur échec depuis des années : boulevard Briand, avenue Torcatis, avenue Joffre, pour les plus tristement connus des vélocipédistes.

Sauf que cela n'est satisfaisant ni pour les cyclistes, qui doivent zigzaguer entre les piétons, les poteaux électriques et les voitures mal stationnées, ni pour les usagers légitimes du trottoir que sont les piétons, poussettes, fauteuils roulants ou encore trottinettes.

D'autre part ce n'est pas non plus légal puisque le code de la route stipule qu’un trottoir ne peut être assimilé à une piste cyclable (Code de la route Art. R412-34) et qu’une piste cyclable est une chaussée réservée aux cycles.

Aujourd'hui encore, deux aménagements en cours de réalisation proposent ce "modèle", qui n'est conforme à aucune recommandation du Cerema (Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement), organisme public de référence en la matière.
Il s'agit de l'agrandissement du parc Sant Vicens et du projet du Champ de Mars (incluant l'avenue Albert Camus).
Cette fois-ci, non seulement les travaux réalisés sont encore une fois insatisfaisants pour les cyclistes, mais ils viennent en plus supprimer des bandes ou pistes cyclables fonctionnelles et directes !

L'association Vélo en Têt, non consultée sur ces dossiers, demande à l'équipe municipale actuelle de revoir ces projets, votés dans la mandature précédente, afin d'inclure des cheminements cyclables à la hauteur des objectifs de report modal vers les mobilités douces engagés nationalement mais aussi dans la majorité des villes et communautés urbaines en France.