#BringHerBack à l'UE

0 have signed. Let’s get to 35,000!


WERSJA POLSKA / English / Deutsche / Française / Italiana / Українська / Русская

Les gouvernements illibéraux démantèlent l’état de droit et la démocratie dans les États membres de l’Union Européenne. Ne le laissons pas faire la même chose avec l’Union Européenne et l’accord de Schengen!

Les accords de Schengen sont détournés par les autorités polonaises qui l’utilisent comme un instrument de persécution des étrangers et des membres de leurs familles. Nous faisons ici appel aux politiciens et gouvernements de l’UE pour qu’ils montrent leur solidarité et résistance à cette injustice.

Nous demandons de garantir à Lyudmyla Kozlovksa de pouvoir rentrer chez elle en UE, idéalement en lui accordant la citoyenneté d’un Etat membre UE. Un tel acte de justice lui permettrait de renouer avec sa famille en Pologne et de continuer son activité de defenseuse de droits humains sur le territoire EU sans risquer d'être déportée dans le futur.

L'accord de Schengen a redéfini l'Europe. Se déplacer entre pays européens n’a jamais été aussi simple. Les passages frontaliers ont disparu, le tourisme et l'économie ont été stimulés, la vie de millions de citoyens est devenue considérablement plus facile.

Malheureusement, les autorités polonaises ont décidé d'utiliser cet accord pour la persécution politique. Sans fournir de motif ni présenter aucune accusation, sans décision de justice, sans moyen de recours effectif, sans tenir compte des circonstances personnelles ou familiales, le gouvernement polonais Loi et Justice (PiS) utilise les outils de Schengen pour déporter les étrangers jugés inopportuns. Selon les traités européens, la procédure utilisée contre la militante des droits civils Lyudmyla Kozlovska, une ressortissante ukrainienne, est réservée aux criminels, aux espions ou aux personnes soupçonnées de terrorisme.

Lyudmyla vit en Pologne depuis dix ans et est mariée à un Polonais depuis cinq ans. Elle n’a jamais eu de problèmes avec la loi, et n’a en aucune manière menacé la sécurité publique. Ses difficultés ont commencé lorsque son mari, le militant Bartosz Kramek, a commencé à critiquer PiS dans les médias sociaux et à prendre part à des manifestations de rue contre les attaques de ce parti contre le pouvoir judiciaire indépendant en Pologne.

Les nombreux audits effectués par les autorités sur l’ Open Dialog Foundation de Lyudmyla – une ONG qu’elle préside et qui défend les droits de l'homme dans les États post-soviétiques – n'ont jusqu'à présent pas réussi à prouver l'existence d'actes répréhensibles. Les forces de l'ordre n'ont jamais fait d'accusations et un tribunal a rejeté la requête du gouvernement visant à placer la fondation sous séquestre.

Les autorités polonaises ont donc opté pour une méthode de persécution plus draconienne, consistant à lancer une alerte dans le système d'information Schengen (SIS), entraînant une expulsion immédiate de la zone Schengen. La méthode et les circonstances dans lesquelles cela a été fait suscitent de graves préoccupations quant à la violation des traités européens par la Pologne.

Nous exhortons les politiciens et les gouvernements des États membres de l'UE à prendre des mesures pour empêcher que les autorités continuent à abuser de l'accord de Schengen - un droit accordé par l'Union européenne - pour la persécution politique. L'Europe ne peut pas accepter que cela crée un dangereux précédent. Nous devons défendre les valeurs fondamentales sur lesquelles notre union a été fondée, telles que la liberté, la démocratie et l’état de droit, ainsi que tous ceux qui ont le courage de se battre pour elles.

/ La pétition a été signée par l'ancien président de la Pologne et lauréat du prix Nobel Lech Wałęsa, ainsi que par de nombreuses personnalités culturelles, scientifiques et politiques. Une liste complète des signatures est disponible dans la version anglaise de la pétition /

/ If you or the person/organisation you represent would like to join this list please email us, with your name and title, at BringHerBackPetition@gmail.com / We cannot guarantee publication on the list if signatories. You are of course always welcome to sign the petition online /